Charles de Saint-Albin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Albin.

Charles de Saint-Albin
Image illustrative de l’article Charles de Saint-Albin
portrait de Charles de Saint-Albin par Hyacinthe Rigaud, 1723 - Los Angeles, The Paul J. Getty museum of Art.
Biographie
Naissance
Paris
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Ordination sacerdotale
Décès
Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par Armand-Gaston-Maximilien de Rohan
Dernier titre ou fonction Archevêque de Cambrai
Fonctions épiscopales Évêque désigné de Rouen
Évêque de Laon
Archevêque de Cambrai
Archevêque de Cambrai
Évêque-duc de Laon

Sacerdos et princeps (Tausin)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Louis Charles de Saint-Albin est un prélat français né à Paris le et mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles de Saint-Albin, « bâtard fort bien fait » selon Saint-Simon[1], était le fils illégitime du Régent de France et d’une danseuse de l’opéra, Florence Perrin (v.1660-av.1716), elle-même fille d’un cabaretier. Bien que rejeté de la famille royale par Louis XIV (son père le reconnut pourtant en juillet 1706 et le légitima en 1722), il fut poussé vers une carrière ecclésiastique sans grand enthousiasme de la part de l’intéressé qui se trouvait davantage passionné par la théologie[2].

Abbé de Saint-Ouen de Rouen en février 1716[3], bientôt évêque de Rouen après avoir été ordonné prêtre à Saint-Cloud, le , il fut nommé à l’évêché de Laon le et confirmé le , « après M. de Clermont-Chattes [sic][4], […] et qui en a fait depuis grand usage, […] que les jésuites élevèrent et gouvernèrent, et n’en firent pourtant qu’un parfait ignorant. Il fit au sacre les fonctions de son siège ; mais quand il voulut se faire recevoir au parlement, il fut arrêté tout court sur ce qu’il n’avait point de nom, et ne pouvait montrer ni père ni mère. Cet embarras le fit passer à l’archevêché de Cambrai, à la mort du cardinal Dubois, avec un brevet de continuation de rang et d’honneurs d’évêque-duc de Laon […] »[5].

Saint-Albin fut effectivement fait duc et Pair de France le et obtint, grâce à son père, l’archevêché de Cambrai, le (consécration le 20 décembre), à la mort de l'archevêque titulaire, le cardinal Dubois[6].

Sa grand-mère, la princesse Palatine, était très éprise de lui et dérogea ainsi au dédain que lui inspirait les bâtards de son beau-frère, Louis XIV[7]. Le , elle confie ainsi son capitaine des gardes[8] : « Il m’est le plus cher puisque je le considère comme le plus sûr des bâtards de mon fils ; depuis l’enfance il s’est attaché à moi plus que les autres. Je voudrais bien que mon fils le légitime »[9]. Saint-Simon réunira Madame et son petit-fils en relatant les circonstances qui amenèrent la duchesse d’Orléans à assister à la soutenance de la thèse[10] du jeune abbé à la Sorbonne, le [11]:

« M. le duc d’Orléans avait de la comédienne Florence un bâtard qu’il n’a jamais reconnu et à qui néanmoins il a fait une grande fortune dans l’Église. Il le faisait appeler l’abbé de Saint-Albin. Madame, si ennemie des bâtards et de toute bâtardise, s’était prise d’amitié pour celui-là avec tant de caprice, qu’à l’occasion d’une thèse qu’il soutint en Sorbonne, elle y donna le spectacle le plus scandaleux et le plus nouveau, et en lieu où jamais femme, si grande qu’elle pût être, n’était entrée ni ne l’avait imaginé. Telle était la suite de cette princesse. Toute la cour et la ville fut invitée à la thèse et y afflua. Conflans, premier gentilhomme de la chambre de M. le duc d’Orléans, en fit les honneurs, et tout s’y passa de ce côté-là comme si M. le duc de Chartres l’eût soutenue. Madame y alla en pompe, reçue et conduite à sa portière par le cardinal de Noailles, sa croix portée devant lui. Madame se plaça sur une estrade qu’on lui avait préparée dans un fauteuil. Les cardinaux-évêques et tout ce qui y vint de distingué se placèrent sur des sièges à dos, au lieu de fauteuils. M. [le duc] et Mme la duchesse d’Orléans furent les seuls qui n’y allèrent pas, et moi je n’y allai pas non plus. Cette singulière scène fit un grand bruit dans le monde ; jamais M. le duc d’Orléans et moi ne nous en sommes parlé. […] Jamais scandale si complet et si fou que celui de cette thèse, où le fils non reconnu d’une comédienne fut traité comme l’eût pu être […] celui de M. et de Mme la duchesse d’Orléans, Madame, qui en grande princesse ne se conduisait que par fantaisie, avait pris ce petit garçon en amitié, à peu près comme elle y prenait quelqu’un de ses chiens, et oubliait pour lui une naissance qu’elle détestait. »

Cette soutenance aboutit à la réception de Saint-Albin, le , comme docteur en théologie à la Faculté de Paris[12]. Un an auparavant, il avait été fait coadjuteur de l’abbaye de Saint-Martin des Champs[13] :

« Rome venait pourtant d’approuver, en faveur de M. le duc d’Orléans, la coadjutorerie du riche prieuré de Saint-Martin des Champs dans Paris, et qui a beaucoup de collations, pour l’abbé de Saint-Albin, bâtard non reconnu de ce prince et de la comédienne Florence. Le cardinal de Bouillon, comme abbé de Cluni, avait donné autrefois ce prieuré à l’abbé de Lyonne[14], fils du célèbre ministre et secrétaire d’État des affaires étrangères. Cet abbé de Lyonne, dont j’ai parlé ailleurs, était un homme de mœurs, de vie, d’obscurité, de régime même, fort extraordinaires, gouverné par un fripon que lui avaient donné les jésuites, qui s’y enrichit au trafic de ses collations et à la régie de son bien, connu du feu roi pour si scélérat, et de tout le monde, que le P. Tellier et Pontchartrain, comme on l’a vu ailleurs, échouèrent à le faire évêque, et qui l’est, depuis ceci, devenu de Boulogne. L’abbé de Lyonne fut donc tonnelé pour cette coadjutorerie qui au fond ne lui faisait aucun tort, et l’abbé d’Auvergne, comme abbé de Cluni, se fit un mérite auprès du régent, non seulement d’y consentir, mais d’y contribuer de tout son pouvoir. Il est vrai que ce prince n’eut pas plutôt les yeux fermés, que l’abbé d’Auvergne ne rougit point d’attaquer son bâtard, devenu archevêque de Cambrai, et qui, depuis deux ans, était en possession paisible du prieuré, sans réclamation quelconque, par la mort de l’abbé de Lyonne. L’abbé d’Auvergne, lors archevêque de Vienne, cria à la violence, contre la notoriété publique, intenta un procès et le perdit avec infamie. La vérité est qu’il n’y laissa point son honneur, parce qu’il y avait longues années que, de ce côté-là, il n’avait plus rien à perdre ; ce qui n’a pas empêché que le cardinal Fleury ne l’ait fait cardinal pour n’avoir point de similitude importune. »

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Un seul portrait de l'archevêque est connu : il a été réalisé par Hyacinthe Rigaud en 1723 pour commémorer la nomination de Saint-Albin à l'archevêché de Cambrai. On déboursa 3 000 livres pour ce vaste portrait[15]. L'exemplaire considéré comme l'original, et orné d'une riche bordure aux armes du modèle, œuvre du célèbre décorateur Gilles-Marie Oppenord est conservé au Paul J. Getty museum of Art de Los Angeles (Inv. 88. PA.136)[16].
  • Une réplique autographe se trouve au musée des Beaux-arts de Tournai[17].
  • Une autre réplique, tronquée sur les côtés, est conservée au musée des Beaux-arts de Cambrai, encadrée d'une spectaculaire bordure aux armes royales et décorée de putti[18].
  • D'autres exemplaires ont encore été répertoriés : une au château d’Aulteribe de Sermentizon (Puy-de-Dôme)[19] et une autre de petites dimensions, passée en vente à Paris en 2004[20].
  • Un beau dessin correspondant au tableau a également récemment intégré les collections de la National Gallery of Art de Washington[21]
  • La gravure officielle, en contrepartie du tableau, a été réalisée Schmidt Georg Friedrich (1712-1775) et non pas par Drevet comme l'indiquait le dessin[22] On retrouve un exemplaire de la gravure de Schmidt lors de la vente que Jean-Marc Nattier fit d’une partie de ses biens le et ce, parmi neuf autres estampes d’après Rigaud et sans compter celles encadrées (Bossuet, Mignard, Fleury, Louis XIV, Auguste III…).
  • Le buste gravé a été repris par Gilles-Edme Petit en contrepartie, en buste dans un ovale en 1743[23].

Portalis rapporte, à la suite de Crayen, les circonstances qui virent la création de l’estampe par Schmidt (et non par Pierre Drevet comme l’indique l’inscription du dessin ci-dessus)[24] :

« Il le mena chez l’archevêque de Cambrai, Saint-Albin, pour lui faire obtenir l’agrément de graver son portrait. Le prélat parut d’abord trouver le graveur trop jeune, mais, sur les affirmations de Rigaud, il finit par consentir. Il ne conclut point de marché avec l’artiste, et pour lui faire voir combien la recommandation de Rigaud lui donnait bonne idée de ses talents, il l’assura que sa reconnaissance serait proportionnée aux soins qu’il mettrait à son travail. Schmidt eut tout lieu de se louer de la générosité du prélat, car lorsqu’il lui apporta la première épreuve de son portrait, il en reçut 3 000 livres et une tabatière d’or. Schmidt garda la planche pour lui et en tira un profit considérable »

Blason[modifier | modifier le code]

D'azur à trois fleurs de lis d'or au lambel d'argent à trois pendants et au bâton d'argent, péri en bande.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Simon, Mémoires, 1721, XVIII, 10.
  2. Perreau, 2004, p. 218, 219.
  3. Saint-Simon, Mémoires, 1716, XIII, 15.
  4. Louis Annet de Clermont de Chaste de Roussillon (1662-1721)
  5. Saint-Simon, Mémoires, 1721, op. cit.
  6. Charles Louis Richard, Jean Joseph Giraud, Bibliothèque sacrée, ou Dictionnaire universel historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, Boiste fils ainé, 1827, v. 28, p. 209.
  7. Ed. Bodemann, Briefe der Herzogin E. Ch. von Orléans an. […] Geheimrath Fr. von Harling zu Hannover, Hanovre/Leipzig, 1895, p. 203.
  8. Neveu de Christian-Friedrich von Harling, grand écuyer du duc Ernst-August, Eberhard Ernst von Harling (1665-1729), mena une brillante carrière dans les armées du Roi. Page de la duchesse d’Orléans (1673), mousquetaire, colonel du régiment de Guyenne qu’il achète en 1702, brigadier des armées du roi à l’issue du siège de Haguenau (1705), il devint ensuite capitaine des gardes de la duchesse (1715), gouverneur de Sommières (1717), maréchal de camp (1718). Servant loyalement sa patrie d’adoption, considéré par Saint-Simon comme « fort honnête homme, doux et simple, avec de l’esprit » (Voir les Mémoires de Saint-Simon, XXIX, p. 221-222 & Van der Cruysse, op. cit. 1988, p. 217), Harling méritait pleinement l’affection et les bontés de la princesse Palatine qui avait pleinement confiance en lui, au point de lui confier à l’occasion des sommes d’argent à convoyer.
  9. Dans une de ses lettres à Madame de Ludres (), elle ajoute : « Je crois que vous savez que l’abbé de Saint-Albin ne me peut-être indifférent, étant le fils de mon fils. Il ressemble à tous les portraits de Monsieur étant jeune. Il est aussi bien fait ; c’est bien dommage qu’il ne soit légitime. » (Dirk van der Cruysse, Madame Palatine, Lettres françaises, Fayard, 1989, p. 591).
  10. Quaestio thelogica ; quis dominatur in virtute sua in aeternum ? ; réflexion à partir du verset 7 issu du Psaume 65.
  11. Saint-Simon, Mémoires, 1718, XV, 11.
  12. Olivier, E. Hermal, G. Roton, R. de. Manuel de l'Amateur de Reliures Armoriées Françaises, 1924-1938, pl. 2593.
  13. Saint-Simon, Mémoires, 1717, XV, 6.
  14. Jules Paul de Lionne (1644-1721), abbé de Marmoutier, futur aumônier du roi.
  15. Hulst, p. 196. ; Roman, 1919, p. 196 ; Perreau, 2004, p. 218, 219, repr., p. 220, fig. 203.
  16. Huile sur toile. H. 146,6 ; L. 112,2.
  17. Huile sur toile. H. 147 ; L. 115. Acquis en 1843 de la collection Fauquez. Voir Cat. Tournai 1971 [Pion], n°513 ; Cat. Tournai 1989 [Le Bailly de Tilleghem], p. 68 ; Cat. Tournai 2004 [Le Bailly de Tilleghem], p. 23.
  18. Huile sur toile. H. 118 ; L. 90. Inv. n°19 ; anc. coll. Victor Delattre ; sa vente (1889).
  19. H. 200 ; L. 176. Fondation Onslow de Pierre – C.N.M.H.S. Inv. SA/1/0177. Legs du marquis de Pierre (1954). Identifié à tort comme portrait de Charles d’Orléans de Rothelin (1691-1744) selon une inscription à même la bordure.
  20. Huile sur toile. H. 56,5 ; L. 56. Vente Paris, Hôtel Drouot (Libert), 7 avril 2004, lot 32
  21. Pierre noire et rehauts de blanc sur papier bistre. H. 36 ; L. 29. Inscription au bas de la feuille : Mr de St Albain archevêque de Cambray, dessiné par mr Rigaud qui en a aussi peint le tableau. C’est sur ce dessin qu’il a été gravé par M. Drevet [sic]. Vente Paris, Hôtel Drouot (Libert & Castor), 19 juin 2001, lot 11, repr. p. 5 du catalogue. Acquis à cette vente par un collectionneur privé. Don au musée de Washington en 2002. Exposé à New York, 2002, p. 20.
  22. Auguste Guillaume Crayen, Catalogue raisonné de l'œuvre de feu George Frédéric Schmidt, Londres, 1789, n°47, p. 26. En bas, de part et d’autre d’un médaillon aux armes : Carolus Archiepiscopus - Dux Cameracensis / Par Franciæ, Sacri - Romani Imperii Princeps / Comes Cameracesii. Sous le trait carré : Pinxit Hyacinthus Rigaud Ste. Michælis Eques, Rector nec non Regiæ Academiæ Picturæ ex Moderator 1724 - Georgius Fredericus Schmidt Sculpsit Parisiis 1741.
  23. Sous l'ovale, sur le socle : 1743. A Paris chez Petit – rue St Jacques près des Mathurins'. Dans le socle : Charles Archevêque Duc de Cambray / Pair de France, Prince du St Empire / Comte du Cambresis. Sous le trait carré à gauche : Suite de Desrochers. H. 15,7 ; L. 11.
  24. Portalis & Béraldi, 1880-1882, III, p. 509, 522 (n°14).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hulst (H. van), « Catalogue de l’œuvre gravé du sieur Hyacinthe Rigaud, rangé selon l’ordre des temps qu’ont été faits les tableaux d’après lesquels les estampes qui composent cet œuvre ont été gravées ; avec les noms du graveur de chacune, l’année qu’elle a été produite et les autres éclaircissements nécessaires », dans Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des Membres de l’Académie de Peinture et de Sculpture, Paris, II, 1854, p. 169-200.
  • Roman (J), Le livre de Raison du peintre Hyacinthe Rigaud, Paris, 1919, p. 196.
  • Perreau (S.), Hyacinthe Rigaud, le peintre des rois, Les presses du Languedoc, 2004, p. 218, 219, repr., p. 220, fig. 203. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Perreau (S.), Monseigneur l'archevêque de Saint Albin, http://hyacinthe-rigaud.over-blog.com/article-monseigneur-l-archeveque-de-saint-albin-91119142.html, 4 décembre 2011.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]