Annalena Baerbock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Annalena Baerbock
Illustration.
Annalena Baerbock en 2021.
Fonctions
Ministre fédérale allemande des Affaires étrangères
En fonction depuis le
(8 mois et 5 jours)
Chancelier Olaf Scholz
Gouvernement Scholz
Prédécesseur Heiko Maas
Co-présidente de l'Alliance 90 / Les Verts

(4 ans et 2 jours)
Avec Robert Habeck
Prédécesseur Simone Peter
Successeur Ricarda Lang
Députée au Bundestag
En fonction depuis le
(8 ans, 9 mois et 22 jours)
Élection 22 septembre 2013
Réélection 24 septembre 2017
26 septembre 2021
Circonscription Brandebourg
Législature 18e, 19e et 20e
Biographie
Nom de naissance Annalena Charlotte Alma Baerbock
Date de naissance (41 ans)
Lieu de naissance Hanovre (Allemagne de l'Ouest)
Nationalité allemande
Parti politique Alliance 90 / Les Verts
Diplômée de Université libre de Berlin
Université de Hambourg (2000-2004-2007)
London School of Economics (2004-2005)

Annalena Baerbock
Ministres fédéraux des Affaires étrangères d'Allemagne

Annalena Baerbock (/anaːˌleːnaː ˈbɛːɐ̯ˌbɔk/[1], Son? Écouter [Fiche]) est une femme politique allemande, née le à Hanovre[2]. Elle est députée depuis 2013, co-présidente de l'Alliance 90 / Les Verts de 2018[3] à 2022 et ministre fédérale des Affaires étrangères depuis .

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Elle étudie les sciences politiques à l'université de Hambourg (2000-2004), puis obtient un master en droit international public à la London School of Economics (2005). De 2009 à 2013, elle prépare un doctorat en droit international à l'université libre de Berlin, qu'elle n'achèvera pas[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

À la tête de l'Alliance 90 / Les Verts du Land de Brandebourg de 2009 à 2013, elle est élue au Bundestag au scrutin proportionnel en 2013[4] et réélue en 2017. Elle est la porte-parole de son parti pour les questions liées au climat[2].

Élection à la tête des Verts allemands[modifier | modifier le code]

Représentant l'aile « réaliste » des Verts, elle est élue le à la tête de son parti, avec un score record de 97,1%[5], aux côtés de Robert Habeck[3].

Les deux forment un duo qualifié de « charismatique »[6] et populaire[7], hissant les Verts dans le top 3 des partis politiques allemands, grâce à une approche pragmatique et n'attisant pas la polémique[8].

Leur succès électoral, régulièrement présenté comme un « triomphe »[9], les positionne comme successeurs crédibles de la chancelière Angela Merkel[10] et participe à la progression des mouvements écologistes à travers l'Europe[11].

Le 19 avril 2021, elle est choisie par les Verts pour concourir aux élections fédérales du 26 septembre, alors que les sondages placent le parti en première position des intentions de vote, l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne de la chancelière sortante souffrant de divisions internes[12].

Néanmoins, après deux mois de campagne, les Verts accusent finalement un retard de huit points face à la CDU, en raison de plusieurs polémiques. Est ainsi révélé qu'Annalena Baerbock a oublié de déclarer des revenus parlementaires et a embelli une partie de son CV. Sa proposition d'une hausse du prix de l'essence est par ailleurs mal accueillie, dans un pays où l'automobile occupe une place centrale[13].

En juin 2021, une semaine après la parution de son livre intitulé Jetzt (« Maintenant »), Annalena Baerbock — déjà en recul dans les sondages — est accusée d’avoir plagié certains passages sans mentionner ses sources. Un blog spécialisé dans la « traque au plagiat » a identifié une demi-douzaine d’extraits s’apparentant à des copier-coller d’articles parus notamment dans différentes revues et sur des sites institutionnels[14].

Finalement, les Verts terminent en troisième position des élections fédérales de septembre.

Ministre fédérale des Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

Après le succès des Verts aux élections fédérales du 26 septembre 2021 avec un score de 14,75 %, Annalena Baerbock est pressentie pour le poste de ministre fédérale des Affaires étrangères dans le cabinet du chancelier social-démocrate Olaf Scholz. Elle est la première femme à occuper ce poste[15].

Le 23 décembre 2021, Annalena Baerbock avertit que l'Afghanistan « se dirigeait vers la pire catastrophe humanitaire de notre époque » ; les principaux secteurs économiques s'y effondrent et plus de 24 millions de personnes y ont besoin d'une assistance humanitaire[16].

En janvier 2022, elle refuse de fournir des armes allemandes à l'Ukraine dans le contexte de tensions croissantes sur la frontière russo-ukrainienne, tandis que les alliés de l'OTAN, incluant les États-Unis, choisissent d'envoyer des armes à Kiev[17].

Le 12 février 2022, Annalena Baerbock achève un voyage de trois jours au Moyen-Orient avec une visite au Caire. Elle déclare que les droits de l'homme joueraient désormais un rôle important dans la politique de Berlin. Le nouveau gouvernement allemand est en effet désireux de réduire les exportations d'armes vers des pays situés à l'extérieur de l'Union européenne et de l'OTAN, avec l'Égypte en haut de cette liste, l'ONG Human Rights Watch ayant accusé le régime du président Sisi de diriger la pire répression des droits de l'homme de l'histoire moderne[18],[19].

Le 26 juillet 2022, dans le contexte de la guerre en Ukraine, Annalena Baerbock salue les efforts visant à coordonner les mesures d'économie de gaz à travers l'UE et souligne que celle-ci resterait unifiée, alors que la Russie continue de restreindre ses approvisionnements en gaz à l'Allemagne et à d'autres pays[20].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est mariée au consultant politique Daniel Holefleisch, avec qui elle a deux filles, nées en 2011 et 2015[21]. Sa famille vit à Potsdam, dans le Brandebourg[22]. Elle a deux sœurs[23]. Sa mère est travailleuse sociale et son père ingénieur mécanicien[24].

Positionnement[modifier | modifier le code]

Affichant pour l'Alliance 90 / Les Verts un positionnement de « parti citoyen », Annalena Baerbock ne se revendique ni de droite, ni de gauche[25], et assume son soutien à l'Union européenne et à l'économie de marché[26]. Elle s'est aussi montrée favorable à l'idée de former une coalition avec la CDU[27].

Cette attitude moderne, qualifiée de « coolitude », fait écho chez les jeunes Allemands : ainsi en 2018, un électeur sur quatre du parti écologiste allemand est âgé de 18 à 24 ans, une hausse de 12 % en cinq ans[26].

Incarnant une ligne presque centriste, elle participe à attirer des électeurs modérés vers son parti. Ainsi, elle défend l'idée d'« augmenter la pression sur Moscou », envisage que l'Ukraine adhère à l'UE et à l'OTAN, critique la construction du gazoduc Nord Stream 2 reliant l'Allemagne à la Russie et considère la Chine comme une « rivale systémique » contre laquelle l'Allemagne doit durcir sa diplomatie[12],[28],[29].

Controverse[modifier | modifier le code]

En juillet 2021, Annalena Baerbock est accusée par divers médias de ne pas avoir utilisé sa bourse de doctorat, qu'elle a reçue de la Fondation Heinrich-Böll de 2009 à 2012, conformément aux directives de financement du ministère fédéral de la Recherche. Elle avait déclaré que plus de 50 % de son temps de travail était consacré à son travail pour les Verts du Brandebourg. La fondation a alors annoncé qu'elle vérifierait si le remboursement était nécessaire[30]. En août, Focus accuse la fondation d'avoir retardé les éclaircissements en raison de la campagne électorale pour les élections fédérales de 2021. Peu de temps après, l'évaluation de la fondation annonce que Baerbock avait reçu la bourse conformément aux directives[31]. Die Welt am Sonntag a critiqué le fait qu'il n'était pas clair sur quelle base la fondation était parvenue à ce résultat et a souligné que l'université libre de Berlin avait détruit les dossiers sur le projet de doctorat de Baerbock[32]. Le Tagesspiegel a critiqué le fait que la fondation n'ait pas publié les détails de la décision. On ne sait pas quels documents spécifiques de la période de financement de la Fondation sont encore disponibles[33].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

En 2021, le média Politico la classe parmi les 28 personnalités européennes les plus puissantes d'Europe, à la troisième place de la catégorie Dreamers (« rêveurs »)[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en allemand standard retranscrite selon la norme API.
  2. a b et c Notice biographique sur le site du Bundestag.
  3. a et b « Robert Habeck, la nouvelle figure de proue des Verts allemands », Le Monde, 28 janvier 2018.
  4. Sébastien Vannier, « L'écologiste Annalena Baerbock sera-t-elle la prochaine Merkel ? », sur www.euractiv.fr, (consulté le ).
  5. « Allemagne. Annalena Baerbock, co-présidente des écologistes, sera-t-elle la prochaine chancelière ? », Ouest France,‎ (lire en ligne).
  6. « Un duo triomphant », sur Le Soir Plus, (consulté le ).
  7. « À Munich, Emmanuel Macron rencontre pour la première fois les Verts allemands », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  8. « Pourquoi les Verts sont devenus si tendance en Allemagne », sur Les Échos, (consulté le ).
  9. « Allemagne: réélection triomphale du duo à la tête des Verts », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  10. « En Allemagne, les Verts rêvent de remplacer le SPD », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  11. « Comment la vague verte a submergé l’Europe », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  12. a et b Jean-Marc Gonin, « Allemagne : les Verts aux portes du pouvoir », Le Figaro Magazine, 30 avril 2021, p. 28.
  13. Pierre Avril, « Allemagne : les Verts dévissent », Le Figaro,‎ 12-13 juin 2021, p. 7 (lire en ligne).
  14. Thomas Wieder, « En Allemagne, la candidate Verte Annalena Baerbock accusée de plagiat », lemonde.fr, 30 juin 2021.
  15. « Annalena Baerbock devient la première femme à la tête de la diplomatie allemande », letemps.ch, 26 novembre 2021.
  16. (en) « Afghanistan suffering 'humanitarian catastrophe' says Germany Foreign Minister Annalena Baerbock », sur DW (consulté le ).
  17. (en) « Why Germany isn't sending weapons to Ukraine », sur BBC (consulté le ).
  18. (en) « German arms exports under scrutiny as Baerbock visits Egypt », sur DW (consulté le ).
  19. « L’Égypte n’établit pas des relations internationales sur la base de la conditionnalité », sur sis.gov.eg (consulté le ).
  20. (en) « EU will not be divided by gas cuts, German foreign minister says », sur Reuters (consulté le )
  21. (de) Cordula Eubel, « Für ihre Töchter », sur Tagesspiegel, (consulté le ).
  22. (en-US) Laurenz Gehrke, « German Greens’ Annalena Baerbock: 5 things to know », sur Politico Europe, (consulté le ).
  23. (de) Interview-Podcast « "Alles gesagt?": Annalena Baerbock, wie grün ist Deutschland wirklich? » Die Zeit, 17 mai 2021.
  24. (de) Beate Tenfelde, « Köpfe des Jahres: Annalena Baerbock, der heimliche Star der Grünen », sur noz.de, (consulté le ).
  25. « Allemagne: en 40 ans, la métamorphose des Grünen », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  26. a et b « Pourquoi les Verts sont devenus si tendance », sur Les Echos, (consulté le ).
  27. « Congrès de la CDU : beaucoup de bruit pour rien », sur lvsl.fr, (consulté le ).
  28. Odile Tsan, « Nord Stream 2 : À quoi jouent les Verts allemands ? », sur L'Humanité, .
  29. « Les Verts allemands entendent rompre avec la diplomatie d’Angela Merkel », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  30. (de) Neue Vorwürfe gegen Annalena Baerbock, cicero.de, 9 juillet 2021
  31. (de) Böll-Stiftung sieht Baerbock entlastet, spiegel.de, 11 août 2021
  32. (de) Wie Baerbock nun versucht, ihre Wahlkampagne zu retten, welt.de, 15 août 2021
  33. (de) Böll-Stiftung und Grüne schweigen zu den Details, tagesspiegel.de, 1er septembre 2021
  34. (en-US) « Politico 28 », sur politico.eu, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]