William Luther Pierce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierce.

William Luther Pierce

alt=Description de l'image WLP 01.jpg.
Naissance 11 septembre 1933
Atlanta, États-Unis
Décès 23 juillet 2002 (à 68 ans)
Mill Point, États-Unis

William Luther Pierce, né le 11 septembre 1933 et mort le 23 juillet 2002, est un scientifique américain (docteur en physique) et surtout, un idéologue d'extrême droite, farouche promoteur du racialisme et du « pouvoir blanc » (« white power »).

Biographie[modifier | modifier le code]

William Luther Pierce fonde en 1974 son propre parti, National Alliance, dont le programme est la ségrégation raciale et la lutte pour le salut de la race blanche et qui entretient des relations avec le Parti nazi américain.

Sous le pseudonyme d'Andrew McDonald, W. L. Pierce est connu pour avoir écrit Les Carnets de Turner (The Turner Diaries), roman d'anticipation où est décrit un coup d'État mené aux États-Unis par des suprémacistes blancs (cet ouvrage est considéré par l'Anti Defamation League comme ayant inspiré, par les scènes d'attentat décrites, plusieurs terroristes américains d'extrême droite comme Timothy McVeigh[1]). Il écrit Hunter, un roman de la même veine.
William Pierce a contribué à nombre d'émissions radio destinées à promouvoir ses vues politiques et l'édition de musique racialiste.

Publications[modifier | modifier le code]

Sous le pseudonyme « Andrew MacDonald »
Sous son nom propre, William Pierce
  • (en) New World Order Comix #1 The Saga of… White Will!!! (comic book), National Vanguard Books,‎ 1993[1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert S. Griffin, The Fame of a Dead Man’s Deeds: An Up-Close Portrait of White Nationalist William Pierce (Bloomington, IN: 1stBooks Library, 2001)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « William Pierce » sur le site de l'ADL