Rock anticommuniste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rock anticommuniste

Origines stylistiques Punk nazi
Oï!
Folk
Origines culturelles Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Fin des années 1970
Instruments typiques chant, batterie, guitare électrique, basse électrique
Popularité Populaire dans les milieux d'extrême droite
Scènes régionales Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Voir aussi RIF, NSBM

Le Rock anticommuniste, (RAC ou Rock against communism), est un mouvement musical skinhead qui se rapproche musicalement de la Oi!, mais avec des textes anticommunistes véhéments mais aussi parfois racistes et d'extrême droite.

Historique[modifier | modifier le code]

La musique dérive du mouvement skinhead. C'est d'ailleurs autour des concerts Oi! qu'à la fin des années 1970 le National Front (parti d'extrême droite britannique) a recruté. Pour lutter contre cette tentative de récupération de la scène rock par l'extrême droite et la propagation de ses idées en Angleterre, de nombreux groupes engagés, tels The Clash (cf. le film Rude Boy), Steel Pulse, X-Ray Spex, The Ruts, Generation X, Tom Robinson Band, Billy Bragg etc. se retrouvent à l'initiative de Red Sanders pour des concerts « antifascistes » appelés Rock Against Racism. En réaction, des groupes de Oi! créent le RAC ou Rock against communism, déformé par le groupe Œil pour Œil en Rock Anti Cailleras normalement appelé RAR ou Rock Anti Racailles.

Le groupe principal de cette scène néonazie était Skrewdriver, dont le leader était Ian Stuart Donaldson. Celui-ci était l'animateur de Blood & Honour, un groupe de Boneheads néonazis avec des ramifications internationales. Blood and Honour est aussi un label ayant signé Celtic Warriors, Razors Edge, No Remorse, English Rose et Squadron.

Idéologie et diffusion[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui RAC désigne la musique de groupes skinheads néonazis prônant la supériorité de la race blanche (White Power). Le RAC reste le principal vecteur de leur idéologie. Les discours présents sont généralement : la haine des étrangers, le rassemblement des « peuples blancs », des ébauches de récits politiques ou historiques, et des discours réactionnaires.

Cependant, certains groupes (Combat 84, The last resort (The Last Resort a toujours été un groupe de Oi! donc certainement jamais produit sous l'appellation "RAC"….), Miburo) se sont parfois produits sous l’appellation RAC, sans être pourtant des groupes ouvertement néonazi mais voulant marquer leur opposition au communisme et à ce qu'ils considèrent comme des tentatives de récupération de la scène par l'extrême gauche.

Ce type de musique n'est guère présent dans les bacs, les amateurs du genre se fournissant via Internet ou par des librairies spécialisées. Les créateurs et diffuseurs de ce type de musique sont souvent condamnés et censurés pour incitation à la haine raciale et apologie du nazisme[1],[2],[3].

En France[modifier | modifier le code]

En France, le premier label à avoir distribué des disques ouvertement nazis est Rebelles européens, dont le créateur, Gaël Bodilis, est l'ex-manager du groupe Brutal Combat. Parmi les labels actuels on peut citer un label indépendant Street Fighting Records, actif dans l'ouest de la France[4].

Liste de groupes[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

En France[modifier | modifier le code]

Nom Qualificatif 1 Qualificatif 2 Date de formation-dissolution[5]
Brutal Begude Raciste Néonazi 2005-2006
Brutal Combat Nationaliste 1984-2011
Bunker 84 Néonazi 1984-1989
Cellule 23 Apolitique 2007-actif
Chevrotine Raciste 2002-2003
Choc Frontal Nationaliste 2007-actif
Division Skinhead Nationaliste 2000-2006
Evil Skins Raciste 1983-1987
Fraction Nationaliste Identitaire 1996-2006
Faction Brune 2011-actif
Frakass Nationaliste 1997-actif
Haircut Apolitique 2001-2007
Haïs et fiers Nationaliste 2005-actif
Hold Fast Nationaliste Néonazi 2012-actif
Humungus Nationaliste Néonazi 2005-actif
Kontingent 88 Néonazi Raciste 1989
Légion 88 Néonazi Raciste 1984-1993
Lemovice Nationaliste 1999-actif
Nettoyage Ethnik Raciste Parodie 2010-actif
Nouvelle Croisade 1988-1990
Panzerjager Néonazi 2001-2009
Totenkopf Raciste 1985
Wolfsangel Néonazi 2005-actif

À l'étranger[modifier | modifier le code]

Nom Genre 1 Genre 2 Genre 3 Pays Date de formation-dissolution[5]
Absurd Rock anticommuniste Néonazi Raciste Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1992-
Brigade M Rock anticommuniste Nationaliste Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 1995-2005
Landser Rock anticommuniste Néonazi Raciste Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1992-2004
Légitime Violence Rock anticommuniste Raciste Patriote Drapeau du Canada Canada 2011-actif
Les Vilains Rock anticommuniste Nationaliste Drapeau de la Belgique Belgique 1997-2012
Pogrom Rock anticommuniste Nationaliste Drapeau de la Grèce Grèce
Skrewdriver Rock anticommuniste Nationaliste Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1976-1993
Skullhead Rock anticommuniste Nationaliste Raciste Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1984-actif
Zetazeroalfa Rock anticommuniste Nationaliste Drapeau de l'Italie Italie 1999-actif

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Rock anticommuniste.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Claude, Skinheads à la droite de l'extrème, 10 septembre 2012, Canal+, Spécial investigation, 52 min, lire en ligne et voir en ligne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nazi accusations against members of 3RAR, The World today, 19 décembre 2000.
  2. (de) Initiative lässt 118 Nazi-Webseiten abschalten, Heise online, 1er août 2001.
  3. (en) Neo-Nazis rally for jailed singer, BBC Nws, 21 octobre /2006.
  4. Rock Haine Roll. Origines, histoires et acteurs du Rock Identitaire Français, une tentative de contre-culture d'extrême droite, mai 2004, Collectif, Éditions No Pasaran, p. 43
  5. a et b ou statut en avril 2013