Wakō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wako.
Raids des wâko sur la chine et la Corée au XVIe siècle.

Les wakō (倭寇?, prononcé wōkòu en chinois et 왜구 waegu en coréen) sont des pirates japonais qui pillaient les côtes chinoises et coréennes du XIIIe siècle au XVIe siècle.

En effet, avec les difficultés politique de la Chine et le déclin de l'autorité centrale à la fin du XIIIe siècle, les pirates japonais se développèrent le long de la côte chinoise à bord de navires pouvant transporter environ 300 hommes. Rapidement, leur témérité s'accrut, d'autant qu'il était difficile pour les Chinois de surveiller efficacement leur immense façade littorale. De fait, les raids des wakō pénétraient assez profondément à l'intérieur des terres et ravageaient sans pitié des villages entiers.

Leur action atteignit son paroxysme vers les années 1550, du fait de l'intensification de la guerre civile japonaise entre les daimyos (voir la période de Sengoku). À cette époque se constituèrent ainsi de puissantes flottes wakō, capables de piller régulièrement des villes comme Ningpo et Shanghai, et de remonter le cours du Yangtsé

Mais les wakō servirent aussi des intérêts politiques et commerciaux. En effet, à cette époque, il n'était pas rare que l'on fasse appel à eux pour régler des différends entre daimyos. Surtout lorsque les Chinois résilièrent les privilèges commerciaux aux Japonais, ces derniers, pour assurer leurs profits, n'hésitèrent pas à recourir à la force pour se servir eux-mêmes.

Si à l'origine, les wakos étaient tous japonais, au cours du XVIe siècle, de plus en plus de membres d'équipages wakō étaient d'origines chinoise et coréenne. L'île de Taïwan fut une grande base d'opération des pirates jusqu'au XVIIe siècle[1].

Le déclin[modifier | modifier le code]

En 1559, les nuisances et déprédations constantes des wakō poussèrent la Chine à envoyer le général chinois Ch'i Chi-Kuang, qui lança une grande campagne pour éradiquer ce fléau, mais les wakō ne furent éliminés que vers 1567.

Hideyoshi Toyotomi joua un grand rôle dans le déclin des wakō. Deux mesures ont en effet eu une importance particulière contre eux. La première est le katanagari (chasse à l'épée), c'est-à-dire la confiscation des armes des opposants potentiels au pouvoir de Hideyoshi, qui eut lieu en 1588. Ainsi tous les daimyos dont la loyauté a Hideyoshi était remise en cause pouvaient se voir confisquer leurs armes. Cette mesure rendit très difficile aux wako de s'approvisionner en armes. La deuxième mesure, moins connue, menaçait tous les daimyos qui aideraient les wakō d'une confiscation de leur han (fief).

L'arrivée des Portugais à Macao joua aussi un rôle contre les wakō. Portugais et Chinois s'entendirent en effet pour les éradiquer. Un document de 1564 parlant d'une attaque conjointe entre Chinois et Portugais dans le delta des perles a été retrouvé. La présence des navires portugais a aussi entraîné la baisse de la rigidité de la réglementation sur le commerce.

Références[modifier | modifier le code]

  1. History of Piracy