Hippolyte de Bouchard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouchard.
Hipólito Bouchard.jpg

Hippolyte de Bouchard, est né le à Bormes-les-Mimosas. Pendant sa jeunesse, il est pêcheur à Saint-Tropez où son père tient une auberge. Il apprend les métiers de la mer, faisant de la petite pêche côtière et la pêche aux thons, à la madrague de La Nartelle, dans le golfe de Grimaud. Marin de la flotte française, il devient corsaire nommé à Buenos Aires par le très jeune État des Provinces-Unies du Río de la Plata, l'actuelle , Argentine. Il était autorisé à attaquer toute propriété espagnole, n'importe où dans le monde. Il est mort, assassiné par ses peones, le , à Maksa, au Pérou.

En 1798 il entre au service de la marine française et participe à la Campagne d'Égypte et à l'expédition de Saint-Domingue sous les ordres de Charles Victoire Emmanuel Leclerc. Déçu des tournures de la Révolution française, Bouchard bourlingue aux nouveaux Etats d'Amérique sur des navires marchands ; puis il arrive à Buenos Aires en 1809, quelques mois avant le début de la Révolution de Mai.

Libéral et antimonarchique, il s'oriente rapidement vers la cause de l'indépendance argentine et met ses connaissances navales à la disposition de la nouvelle révolution. Il est le deuxième commandant de la toute neuve première flotte nationale argentine, dirigée par Juan Bautista Azopardo.

Durant l'indépendance Argentine ses faits de guerre les plus notables furent : sa participation à la Bataille de San Lorenzo au cours de laquelle il s'empara de l'étendart ennemi, la campagne vers les Philippine au cours de laquelle il attaqua des vaisseaux negriers à Madagascar, la signature d'accords avec le roi Kamehameha I de Hawai ; les raids contre la Californie et en Amérique centrale (où les couleurs du drapeau argentin, adotées par les Provinces-Unies d'Amérique centrale, se retrouvent encore dans les drapeaux des états actuels d'Amérique centrale) ; son retour en Amérique puis sa participation à la guerre de libération du Pérou.

Débuts militaires[modifier | modifier le code]

D'après le matricule des marins de Saint-Tropez, (4P59 N°148/587 et 4P60 N° 80/318), André Paul Bouchard est inscrit le 5 fructidor An VII de la République, 5ème complémentaire, levé pour l'école des apprentis canonniers. Il commence sa carrière de canonnier sur le vaisseau "Généreux" qui est capturé par les Anglais en tentant de forcer le blocus de Malte. D'après son rôle d'équipage (2E663), son nouveau bateau, la "Badine", quitte Toulon le 19 nivôse An X. Il est au Cap (Saint Domingue) du 28 pluviôse au 14 ventôse. Puis à Cherbourg, du 23 au 29 germinal ; ensuite à Brest, le 14 floréal. Il n'existe pas de rôles postérieurs à celui de la "Badine", cela semble marquer la fin de sa carrière dans la marine française. Son véritable prénom d'acte de baptême, "André-Paul", a dû être changé à cette époque. Hippolyte-Vincent était le prénom de son jeune frère, né à saint-Tropez le 10 germinal, An IV, de la République francaise. Le il combat pour la première fois sous le drapeau argentin en battant le capitaine espagnol Jacinto de Romarate à San Nicolás de los Arroyos, et en juillet et en août de cette même année, il joue un rôle majeur dans la défense de la ville de Buenos Aires qui subit un blocus espagnol. En mars 1812, Bouchard rejoint le régiment de Grenadiers à cheval dirigé par José de San Martín et prend part à la bataille de San Lorenzo, en 1813, où il s'empare d'un drapeau espagnol. Le nouveau gouvernement lui accorde la citoyenneté argentine. Quelques mois plus tard, il épouse Norberta Merlo avec qui il aura deux filles.

Campagne avec Guillermo Brown[modifier | modifier le code]

Fin 1815, l'amiral Guillermo Brown commande un expédition contre la forteresse de Callao (Pérou) et la ville de Guayaquil (Équateur). Bouchard qui a obtenu, le 12 septembre, une lettre de course commande l' "Halcón", corvette française, achetée par l'État argentin. À l'exception de l'anglais, Robert Jones, qui commande en second et du chilien Ramón Freire, (futur président du Chili), tous les officiers sont français.

Avant de lever l'ancre un conflit éclate entre Bouchard et ses supérieurs lorsque l'agent d'expédition, Severino Prudant, promeut plusieurs marins.

La flotte se compose de la frégate "Hercules" commandée par Guillermo Brown, la "Santísima Trinidad" commandé par le frère de l'anterieur, Miguel Brown, la goélette "Constitution" commandée par Oliverio Russell, et l' "Halcón". L' "Hercules" et la "Santísima Trinidad" quittent Montevideo le 24 octobre, suivis des deux autres navires cinq jours plus tard. Les navires ont rendez-vous à l'île Mocha. Les frères Brown y parviennent le 28 décembre et sont rejoints le lendemain par l' "Halcón".

Le 31, la "Constitution" n'est toujours pas arrivée. Son propre navire ayant eu à subir quatorze jours de mauvais temps durant le passage du Cap Horn, Bouchard pense qu'elle a coulé. Les trois commandants se mettent d'accord sur le partage des prises. En tant que commandant en chef, Brown recevra deux parts, une part et demi reviendra à la "Santísima Trinidad" et à l' "Halcón". Alors que ces deux navires mettent le cap sur la côte péruvienne, l' "Hercules" se dirige sur l'Archipel Juan Fernández où un certain nombre de patriotes sont détenus.

Le 9 juillet 1817, premier anniversaire de l'Indépendance d'Argentine. Bouchard quitte Buenos Aires comme Commandant de "La Argentina", frégate sur laquelle il fera une campagne corsaire autour du monde.

Commandant de la marine du Pérou pendant la Guerre de Colombie, il prend sa retraite à Nazca, au Pérou, où il construit un grand moulin à sucre. Il mourut assassiné par un de ses employés le 4 janvier 1843.

Quelques faits connus[modifier | modifier le code]

  • Fort de son expérience maritime, il a pour projet de libérer Napoléon, exilé après son abdication, à Sainte-Hélène.
  • En 1817, il attaque des bateaux négriers au large de Madagascar.
  • Il recrute Sir Peter Corney, qui vient d'échapper à une mutinerie, et le place à la tête du Santa Rosa.
  • Il navigue vers les îles Sandwich (aujourd'hui l'archipel d'Hawaï). Le 17 août 1818, il arrive à Kealakekua Bay et établi le blocus de la flotte espagnole. Le roi Kamehameha III devient son ami et l'aide à recruter de nouveaux membres d'équipage, pour remplacer les victimes du scorbut.
  • Le , Hippolyte de Bouchard attaque le Presidio de Monterrey, le fort qui défend le port de Monterey (Californie).
  • De nombreux lieux publics (places, rues, avenues, écoles) portent le nom de Hippolyte Bouchard en Argentine, ainsi qu'une ville.
  • Trois bateaux de la marine sud-américaine ont porté le nom de cet illustre borméen.
  • Il est le seul marin de l'Indépendance d'Argentine inhumé au Panthéon Naval de Buenos Aires.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De Marco, Miguel Ángel (2002). Corsarios Argentinos. Buenos Aires, Argentina. ISBN 950-49-0944-2.
  • Cichero, Daniel E. (1999). El corsario del plata. Buenos Aires, Argentina. ISBN 950-07-1560-0.
  • Departamento de Estudios Históricos Navales de la Armada Argentina (1987). Historia marítima argentina: Tomo V. Buenos Aires, Argentina. ISBN 950-9257-05-2.
  • Bartolomé Mitre (1909). Páginas de Historia. Buenos Aires: La Nación.
  • Jones, Roger W. (1997). California from the Conquistadores to the Legends of Laguna. Rockledge Enterprises, Laguna Hills, CA.
  • Yenne, Bill (2004). The Missions of California. Advantage Publishers Group, San Diego, CA. ISBN 1-59223-319-8.

Liens externes[modifier | modifier le code]