Jack Sparrow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sparrow (homonymie).
Jack Sparrow
Personnage de fiction apparaissant dans
Pirates des Caraïbes.

Un cosplayer de Jack Sparrow lors de la convention Epita 2013
Un cosplayer de Jack Sparrow lors de la convention Epita 2013

Naissance 11 janvier 1693
Jolly-roger.svg Île de la Tortue
Origine Pirate
Sexe Masculin
Espèce Humain
Cheveux Bruns
Yeux Marrons
Activité(s) Capitaine pirate
Famille Teague Sparrow (père)
Entourage William Turner
Elizabeth Swann
Hector Barbossa
Angelica Teach
Joshamee Gibbs
Tia Dalma
Ennemi(s) Hector Barbossa
Davy Jones
Cutler Beckett
Barbe Noire

Créé par Ted Elliott
Terry Rossio
Interprété par Johnny Depp
Film(s) La Malédiction du Black Pearl
Le Secret du coffre maudit
Jusqu'au bout du monde
La Fontaine de Jouvence

Le capitaine Jack Sparrow est un pirate fictif de l'univers des Pirates des Caraïbes et interprété par Johnny Depp dans la série cinématographique de ce nom. Sa première apparition a lieu dans le film La Malédiction du Black Pearl (2003) ; il est présent dans les suites Le Secret du coffre maudit (2006), Jusqu'au bout du monde (2007) et La Fontaine de Jouvence (2011). Son enfance est décrite dans la série de livres pour enfants Pirates of the Caribbean: Jack Sparrow écrits par Rob Kidd. Depuis 2006, Jack Sparrow est présent dans l'attraction Pirates of the Caribbean du Magic Kingdom, cette dernière ayant d'ailleurs servi de source d'inspiration pour les films. Le personnage est également incarné dans plusieurs jeux vidéo.

Jack Sparrow est le seigneur pirate de la mer des Caraïbes. Il apprécie la liberté que lui apporte sa vie de boucanier, buvant du rhum et séduisant des femmes tout en cherchant des trésors surnaturels. Il a recours à de nombreuses reprises à la négociation et à la trahison, préférant les pourparlers aux armes pour survivre. Dans le premier film de la série, le personnage cherche à récupérer son navire, le Black Pearl, des mains de son second, le Capitaine Hector Barbossa (Geoffrey Rush). Dans les suites, Sparrow cherche plutôt à échapper à la dette qui le lie à Davy Jones ainsi qu'à combattre la Compagnie anglaise des Indes orientales.

Initialement, le personnage de Jack Sparrow devait être un simple guide, aidant le héros principal, William Turner (Orlando Bloom). Cependant, la performance de Johnny Depp changea complètement la donne. Inspiré par Pépé le putois et Keith Richards (jouant d'ailleurs le rôle du père de Jack dans le troisième et le quatrième volet de la série[1]), Depp fit de Jack Sparrow le personnage principal. Une performance qui valut à l'acteur sa première nomination aux Academy Awards. Jack Sparrow est aujourd'hui une icône des anti-héros.

Situé au cœur de l'intrigue, l'objet le plus précieux qu'il possède est une étrange boussole aux vertus magiques, dont l'aiguille n'indique pas le nord mais la direction de ce qu'il désire le plus ardemment.

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

La Malédiction du Black Pearl[modifier | modifier le code]

Jack Sparrow apparaît pour la première fois dans Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl (2003) lorsqu'il arrive à Port Royal dans un petit bateau rempli de fuites d'eau, prêt à "réquisitionner" et commander un navire. Malgré le fait qu'il sauve la vie d'Elizabeth Swann (Keira Knightley), la fille du gouverneur Weatherby Swann (Jonathan Pryce), de la noyade, il est arrêté et mis en prison après un duel l'opposant au forgeron William Turner (Orlando Bloom). Cette nuit-là, le Black Pearl, navire pirate, attaque Port Royal et enlève Elizabeth. Will libère Sparrow de sa prison et ils prennent possession de lIntercepteur pour la secourir. Une fois à Tortuga, ils trouvent un équipage avant de mettre le cap vers l'Isla de Muerta où Elizabeth est prisonnière. Après avoir libéré la fille du gouverneur, l'équipage se retrouve malgré tout capturé par le Capitaine Hector Barbossa (Geoffrey Rush). Barbossa abandonne Sparrow et Elizabeth sur l'île de la tortue, où il avait déjà abandonné Jack après s'être mutiné, tandis que Will est ramené à l'Isla de Muerta afin que son sacrifice rompe la malédiction qui pèse sur le Black Pearl et son équipage. L'histoire révèle alors que Sparrow était jadis le capitaine du Black Pearl avant que son second, Hector Barbossa commande une mutinerie l'envoyant sur cette même île déserte. Jack a alors droit à un pistolet muni d’une seule balle. L'île étant utilisée par des contrebandiers, Sparrow peut négocier son départ. Fidèle à lui-même, le pirate ment en soutenant qu'il a échappé à l'île en utilisant deux tortues de mer[2].

La marine royale britannique retrouve les deux prisonniers de l'île et Sparrow réussit à convaincre tout le monde de la nécessité de le mener à l'Isla de Muerta. Une fois sur les lieux, Jack engage la bataille finale contre Barbossa. Pour mener à terme sa vengeance, Sparrow se donne la malédiction afin de combattre à forces égales son opposant jusqu'ici immortel. Il tire alors sur Barbossa l'unique balle de son fusil qu'il gardait précieusement depuis 10 ans au moment où Will remet le sang, rompant la malédiction et tuant le mutiné Barbossa. L'équipage du Black Pearl libéré de la malédiction ainsi que Sparrow sont alors arrêtés par la marine royale. Lors de la pendaison du pirate principal, Will aide Sparrow à s'échapper, mais les deux fugitifs sont rapidement rattrapés par les autorités. Jack Sparrow réussit in extremis à rejoindre le Black Pearl, (après avoir prononcé sa célèbre phrase: " Que ce jour reste à jamais gravé dans vos mémoires comme celui où vous avez failli capturer le Capitaine Jack Sparrow ") et redevient capitaine de son précieux navire. Le commodore James Norrington (Jack Davenport) décide alors de laisser une journée d'avance au pirate. Le gouverneur Swann comprend le geste de Will et lui accorde le pardon[2].

Le Secret du coffre maudit[modifier | modifier le code]

Avant cet autre volet, (2006), Norrington pourchasse Sparrow à travers l'océan. Un ouragan faisant perdre l'équipage du commodore, ce dernier fut obligé de démissionner de son poste. Le film commence donc avec Sparrow à la recherche du coffre de Davy Jones (Bill Nighy). Treize années plus tôt, Jones sortit le Black Pearl des profondeurs de l'océan, faisant de Jack le capitaine du navire pour les treize années suivantes. En échange, Sparrow doit accorder à Jones son âme, l'équivalent de cent années de servitude à bord du Hollandais volant. S'il refuse, il sera pris par le kraken et amené jusqu'à l’antre de Davy Jones. Maintenant que l'échéance arrive à son terme, Sparrow doit retrouver le coffre contenant le cœur de Jones. Avec ce cœur, il pourra prendre contrôle de Davy Jones et ainsi annuler sa dette. Pour échapper au kraken, l'équipage du Black Pearl se rend sur l'île des Pelegostos. Cependant, l'île est habitée par des cannibales qui capturent l'équipage et font de Jack leur chef, croyant qu'il est un dieu ayant pris une forme humaine. Durant leur cérémonie, les indigènes désirent libérer leur dieu de sa prison de chair en le mangeant. Entretemps, Will et Elizabeth sont arrêtés par la Compagnie anglaise des Indes orientales pour avoir aidé Sparrow à s'échapper. Lord Cutler Beckett (Tom Hollander) propose alors à Will de retrouver le compas que possède Sparrow en échange de sa libération. Ce compas si désiré permet à celui qui le possède d'indiquer la direction de la chose qu'il désire le plus au monde. Beckett pourrait avec ce compas retrouver le coffre de Davy Jones et s'en servir pour faire régner la Compagnie des Indes sur tout l'océan[3].

Will retrouve Jack sur l'île des Pelegostos et se rendent après quelques ennuis sur le Black Pearl. Plus tard, Sparrow livre Will à Jones dans un nouveau marché dans lequel il doit désormais lui livrer cent âmes pour régler sa dette. Jack croit pouvoir recruter ces cent âmes à Tortuga, endroit où il rencontre Norrington et Elizabeth, évadée de la prison de Port Royal. Elizabeth veut retrouver Will et Sparrow la convainc d'y arriver en trouvant le coffre de Davy Jones. Ne sachant exactement ce qu'il désire, le pirate fait fonctionner son compas magique par l'entremise d'Elizabeth, l'objet pointant alors en direction de l'Isla Cruces. Will, échappant au Hollandais volant, rejoint Sparrow, Elizabeth ainsi que Norrington à l'emplacement du coffre. Durant son séjour parmi l'équipage de Davy Jones, Will put retrouver son père, Bill Turner (Stellan Skarsgård). Voulant poignarder le cœur de Jones pour le tuer et ainsi libérer son père de l'emprise de Jones, Will se voit gêné par Sparrow et Norrington qui ont tous deux intérêt à conserver le cœur intact. Sparrow veut régler sa dette alors que Norrington souhaite retrouver son poste de commodore auprès de Beckett. Les trois hommes se livrent donc une bataille dans laquelle Norrington réussit habilement à garder le contenu du coffre. Une fois en mer, le kraken attaque le Black Pearl. Élizabeth, sachant que la créature ne veut que Sparrow, le menotte au navire. Jack et le Pearl se retrouvent donc dans l’antre de Davy Jones[3].

Jusqu'au bout du monde[modifier | modifier le code]

Dans ce troisième volet, (2007) le cœur de Jones est entre les mains de Beckett et ce dernier débute son règne. Les neuf seigneurs pirates de la Confrérie doivent maintenant combattre le Hollandais volant ainsi que la Compagnie anglaise des Indes orientales pour assurer l'avenir de la piraterie. Jack étant le seigneur pirate de la mer des Caraïbes, les personnages principaux doivent libérer celui-ci de l’Antre de Davy Jones pour que le Tribunal ait lieu. Barbossa, ramené à la vie par Tia Dalma (Naomie Harris), aide Will et Elizabeth à rejoindre les limbes des confins du monde pour secourir Jack Sparrow[4].

À Singapour, l'équipage obtient des mains du seigneur pirate de la mer de Chine méridionale, Sao Feng (Chow Yun-fat), la carte qui lui permettra de rejoindre les confins du monde. L'entrée de l’Antre est constituée d'une immense chute d'eau. Une fois arrivé à destination, l'équipage retrouve Sparrow et le Black Pearl. Ce dernier, hallucinant, est aux prises avec un équipage constitué de plusieurs Jack Sparrow, chacun représentant une facette de sa personnalité. Durant le voyage de retour, Sparrow trouve par la carte le moyen d'échapper à l’Antre : renverser le navire au coucher du soleil. Une fois libérés, Jack et Barbossa invoquent le Tribunal de la Confrérie. Elizabeth, devenue seigneur pirate après la mort de Sao Feng, est élue reine des pirates grâce à la voix de Sparrow (tous les autres seigneurs pirates, y compris Elizabeth, ayant voté pour eux-mêmes). Durant les pourparlers entre la Compagnie des Indes et la Confrérie, Sparrow est échangé contre Will qui était jusqu'ici capturé par Beckett et Jones. Le Black Pearl et le Hollandais volant engagent l'affrontement ultime dans un mælstrom créé par Calypso (Tia Dalma). Lors de la bataille, Sparrow prend possession du cœur de Davy Jones pour le tuer et devenir immortel en tant que capitaine du Hollandais volant. Toutefois, Will est poignardé mortellement par Jones. Sparrow laisse donc le mourant poignarder le cœur et sauver sa vie, devenant par la même occasion le nouveau capitaine du Hollandais volant. Ensemble, le Black Pearl et le Hollandais volant détruisent le navire de Beckett. Finalement, Barbossa reprend possession du Black Pearl, profitant d'une escapade de Sparrow à Tortuga. Ce dernier a toutefois découpé l'élément clé de la carte de Feng et décide de partir en quête de la fontaine de jouvence. Jack tente ainsi d'échapper à la mortalité humaine qui le terrorise tant[4].

La Fontaine de Jouvence[modifier | modifier le code]

Dans cet épisode, Jack se retrouve à Londres où il retrouve Joshamee Gibbs mais aussi Hector Barbossa devenu corsaire au service du roi George II. Il apprend que quelqu'un se fait passer pour lui et ce "Jack Sparrow" artificiel a détruit sa réputation. C'est la jolie Angelica (Penélope Cruz) qui a préparé ce mauvais coup. Elle lui dit qu'elle a un bateau et qu'elle veut trouver la légendaire Fontaine de Jouvence, et que Jack et elle pourraient l'avoir pour eux deux à jamais. Elle ne lui laisse pas le choix et il se reçoit une flèche qui l'endort. Il se réveille 3 jours plus tard sur un étrange navire. Il rencontre Scrum qui lui apprend qu'ils sont sur le tristement célèbre Queen Anne's Revenge, le navire d'Edward Teach, plus connu sous le nom de Barbe Noire. Il apprend que le second de ce navire n'est d'autre que la belle Angelica. Elle lui dit qu'il y a une prophétie qui dit que Barbe Noire va bientôt mourir. Jack a organisé une mutinerie avec tous les autres moussaillons contre Barbe Noire. Ils doivent aller à White Cap-Bay, où ils doivent capturer une sirène pour le rituel de la Fontaine. Ils finissent par en avoir une. Il leur faut aussi 2 calices d'argent pour ce rituel compliqué. Jack saute d'une falaise, trouve le Santiago (navire de Ponce de Léone) où il retrouve le vieux mutin qu'il connaît depuis si longtemps, Hector Barbossa. Jack, accompagné de Barbossa, reprirent aux Espagnols les calices. À la fin, Jack trouve enfin la Fontaine de Jouvence en compagnie de Barbe Noire, Angelica, et l'équipage du Queen Anne's Revenge. Mais ils furent vite interceptés par Hector Barbossa et ses hommes. Il s'ensuit une bataille terrible dans laquelle, comme l'a dit la prophétie, Barbe Noire meurt de la main de Barbossa. Mais les Espagnols eux aussi arrivent. Ils détruisent la Fontaine. Barbossa, ayant planté son sabre empoisonné dans le thorax de Barbe Noire, revendique l'équipage du Queen Anne's Revenge et s'en va, laissant perplexe Jack, Angelica et Barbe Noire. Cette dernière, qui est la fille d'Edward Teach, retire le sabre du corps de son père mais se blesse et donc s'empoisonne elle aussi. Selon le rituel, il faut une victime pour la Fontaine. Jack n'a pas le choix, il décide de sauver Angélica, contre son avis, et choisit Barbe Noire comme victime. Jack ayant sauvé Angélica et étant partit de White Cap-Bay, il décide d'abandonner Angelica sur une ile déserte avec pour seul objet un pistolet et une balle. Puis Jack retrouve Gibbs sur une plage. Joshamee lui annonce qu'il a retrouvé le Black Pearl, le navire dont Jack est capitaine. Jack décide alors de le récupérer et il organise des plans farfelus en regardant la mer.

Compléments[modifier | modifier le code]

Jack Sparrow apparaît pour la première fois dans un jeu vidéo dans Kingdom Hearts 2 avec la voix de James Arnold Taylor dans la version anglaise, et Bruno Choël dans la version française, de même que dans les films. Son rôle dans ce jeu n'est pas conforme à ce qui se fait dans l'univers traditionnel de Pirates des Caraïbes. Il réapparaît par la suite dans les jeux vidéo Pirates des Caraïbes : La Légende de Jack Sparrow, Le Secret du coffre maudit et Jusqu'au bout du monde, tous comprenant la voix de Johnny Depp dans la version anglaise. Jack Sparrow devrait également figurer parmi les personnages du futur jeu Pirates of the Caribbean Online.

Les débuts de l'histoire de Jack Sparrow sont racontés dans Pirates of the Caribbean: The Complete Visual Guide où l'on apprend entre autres qu'il naquit sur un navire durant un cyclone dans l'océan Indien[5]. Rob Kidd raconte dans la série Pirates of the Caribbean: Jack Sparrow l'histoire de la jeunesse du pirate ainsi que les aventures de son équipage à bord du Barnacle. Les livres font état des batailles contre des sirènes ainsi que des pirates d'âge adulte tout en cherchant de nombreux trésors. Le premier volet, The Coming Storm, a été publié le 1er juin 2006. Sur le site officiel des Pirates des Caraïbes de Disney, il est mentionné que Sparrow fut dans sa jeunesse employé de la Compagnie anglaise des Indes orientales sous les ordres de Cutler Beckett et capitaine du Wicked Wench. Lorsqu'il refusa de prendre part à une traite d'esclaves, il fut arrêté; Beckett le marqua au fer rouge sur le bras, du "P" signifiant "pirate", et son navire fut coulé. Sparrow demanda alors à Davy Jones de libérer son navire des eaux, et le rebaptisa le Black Pearl [6].

Personnage[modifier | modifier le code]

Selon les scénaristes Ted Elliott et Terry Rossio, Jack Sparrow est un escroc qui utilise audace et duperie pour réaliser ses objectifs[7]. Son ivresse semble causer ses mouvements aléatoires et ses bras en constants balancements, donnant l'impression qu'il divague. Toutefois, il s'agirait plutôt d'une tactique de distraction contre ses adversaires[8]. William Turner croyait initialement que les gestes étranges de Sparrow étaient dus à des coups de chaleur, notant plus tard ses plans préparés d'avance [2]. Ce genre de tactiques venant du personnage lui valut un commentaire d'admiration de la part du Lieutenant Groves (Greg Ellis), demandant à James Norrington si ses plans étaient toujours préparés d'avance ou s'il improvisait au besoin[4]. Sparrow préfère les négociations à la violence et tourne ses ennemis contre eux[3]. Il invoque à plusieurs reprises le droit aux pourparlers et détourne l'envie meurtrière de ses ennemis par des tentations extravagantes. C'est cette tactique qu'il utilise pour persuader Barbossa de retarder le sacrifice du sang en combattant plutôt l'armée de la marine royale[2]. Son vocabulaire est souvent confus, confondant même ses ennemis. Son côté pacifiste pourrait être la raison ayant poussé Barbossa ainsi que l'équipage du Black Pearl à se mutiner contre leur capitaine[2].

Sparrow semble avoir grandement contribué à son histoire légendaire. Lorsque Gibbs (Kevin McNally) raconte à Will de quelle façon Sparrow put échapper à l'île déserte en utilisant deux tortues de mer, Jack embellit l'histoire en affirmant avoir utilisé les poils de son dos comme corde[2]. Dans le script brouillon de Le Secret du Coffre Maudit, le guide de Will affirme que Sparrow put s'évader de Port Royal en s'agrippant à deux perroquets au vol[9]. L'acteur Johnny Depp compare les pirates à des stars du rock à cause du statut légendaire qui les précèdent, donnant ainsi à Sparrow un énorme égo[7]. Lorsque Barbossa accuse Sparrow d'être lâche lors du Tribunal de la Confrérie, ce dernier défend vigoureusement sa réputation[4]. Sparrow insiste également sur le fait d'être présenté comme le Capitaine Jack Sparrow[2] et utilise fréquemment la phrase « Vous vous rappellerez ce jour comme celui où vous avez failli capturer le Capitaine Jack Sparrow », quelques fois interrompus pour ajouter une touche humoristique[3]. Lorsque Norrington le considère comme le « pire pirate dont [il a] entendu parler », Jack réplique en affirmant « Au moins on vous a parlé de moi ! » [2] Dans des scènes coupées de La Malédiction du Black Pearl, Sparrow se considère comme « l'immortel Capitaine Jack Sparrow. » [10] Durant le troisième film, le personnage continue sa quête de l'immortalité, malgré le fait que son père, Teague Sparrow, le prévient d'une terrible malédiction. Sparrow se considère également comme « le dernier pirate », puisque la Compagnie anglaise des Indes orientales purge les eaux de la moindre piraterie[4].

Malgré quelques gestes héroïques, Sparrow reste un pirate à la moralité douteuse[11]. Lorsqu'il accepte d'échanger 100 âmes, dont celle de Will, à Davy Jones en échange de sa liberté, Jones demande à Sparrow s'il pourrait avoir la conscience tranquille après avoir livré l'âme d'un ami innocent à une vie de servitude. Jack répond alors qu'il le pourrait très bien[3]. Il gère ses nombreuses dettes envers Anamaria[2], Davy Jones[3] et certains seigneurs pirates[4] avec négligence. Par la plus grande des lâchetés, Sparrow abandonne l'équipage du Black Pearl quand celui-ci est attaqué par le kraken. Cependant, sa loyauté et sa moralité le font revenir pour les sauver[3]. Sparrow affirme être un homme de parole[2] et montre de la stupéfaction à l'égard des gens qui doutent de son honnêteté[3]. Pourtant, dans le 1er épisode de la saga, il déclare à Barbossa qu'il est malhonnête : "Moi, je suis malhonnête. Et on sait qu'un homme malhonnête le restera quoi qu'il arrive". Sa moralité est démontrée par son passé, notamment lorsqu'il refuse d'enrôler des esclaves[6] ou encore par les meurtres et les viols qu'il a pu commettre[2],[12].

Johnny Depp s'est partiellement inspiré de Pépé le putois, une mouffette séductrice des Looney Tunes, pour incarner son personnage de Jack Sparrow[13]. Sparrow affirme avoir un « sens intuitif des créatures féminines » [3] malgré le fait que plusieurs de ses conquêtes lui ont laissé de mauvais souvenirs. Deux de celles-ci, Scarlett et Giselle, le giflent à de nombreuses reprises pour n'avoir pas été fidèle. Son charme séduit les femmes, même Elizabeth Swann qui devant lui se questionne sur ses sentiments[3]. Cependant, Sparrow mentionne que « [son] seul et unique amour, c'est l'océan » [3] et le Black Pearl qui représentent pour lui la liberté[3]. Le réalisateur Gore Verbinski décrit la relation particulière qui unit Sparrow à son navire, lequel est décrit comme le seul bateau pouvant doubler le Hollandais volant [4]. Comme il aime la mer, le désert de l'Antre de Davy Jones constitue pour Jack un véritable enfer[9]. Sparrow maintient une mauvaise hygiène, autre allusion à Pépé le putois. Verbinski décrit l'haleine de Sparrow « comme un derrière d'âne. » [14]. C'est d'ailleurs en projetant son haleine sur Will que Sparrow le renvoie de son navire[4]. Finalement, Sparrow apprécie particulièrement le rhum, ce qui confond même son compas magique lorsqu'il tente de savoir ce qu'il désire le plus au monde[3],[4]. Selon l'historique de ses crimes, dans Jusqu'au Bout du Monde, il va jusqu'à attaquer un convoi de rhum dans l'unique but de satisfaire sa soif

Concept et création[modifier | modifier le code]

Création du personnage[modifier | modifier le code]

Croquis de Jack Sparrow

Lors de l'écriture du scénario de Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl, Ted Elliott et Terry Rossio ont imaginé Jack Sparrow comme un personnage de soutien, citant Bugs Bunny et Groucho Marx comme influences[8]. Les producteurs ont également imaginé le pirate comme un jeune Burt Lancaster[13]. Le réalisateur Gore Verbinski affirme : « Le premier film était une expérimentation, puis Jack y fut pratiquement intégré. Il n'a pas les mêmes obligations que les autres personnages par rapport à l'intrigue principale. Il suit son propre chemin et affecte un peu tout le monde. » [15]. Sparrow représente le pirate bon, le Capitaine Barbossa étant son antagoniste [8]. Sparrow est un personnage mystérieux, notamment sur la question à savoir s'il est bon ou mauvais. L'interprétation est laissée au public[16]. William Turner y trouve une partie de la réponse en réalisant qu'un pirate peut être bon, comme c'est le cas pour son père[8].

Suite au succès de La Malédiction du Black Pearl, le défi d'une suite était, selon Verbinski, « [qu']on ne voudrait pas qu'un film sur Jack Sparrow. C'est comme pour un mélange. Il est l'épice et vous avez besoin de beaucoup d'hommes droits... Ne leur laissons pas trop de Jack. C'est comme avoir trop de dessert ou trop d'une bonne chose. » [9] Malgré le fait que le principal objectif de Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit était de maintenir le déroulement de l'intrigue [17], l'état d'esprit dans lequel Sparrow est à la suite de la pourchasse de Davy Jones devient de plus en plus important. Les scénaristes ont concocté la scène des cannibales pour montrer que Sparrow n'était en sureté ni sur terre, ni sur mer. Sparrow est également perplexe sur son attirance pour Elizabeth Swann et essaie de trouver une justification pour cette interrogation durant le film[9].

L'objectif de Pirates des Caraïbes : Jusqu'au Bout du Monde était de revenir aux jeux des personnages. Sparrow en particulier est teinté de folie après avoir passé un long séjour en solitaire dans l'Antre de Davy Jones[17] et commence à désirer l'immortalité [18]. Comme pour chaque personnage du film, Sparrow fait le nécessaire pour être une bonne personne[11], son honnêteté causant sa perte dans le second volet[19]. Vers la fin de Jusqu'au Bout du Monde, Sparrow fait voile vers la fontaine de jouvence, un concept ayant été envisagé pour le deuxième film[20]. Rossio a également mentionné que lui et Ted Elliott pourraient écrire le scénario d'un quatrième film[21]. Le producteur Jerry Bruckheimer a manifesté l'intérêt d'un spin-off [22]. Tous des signes que Jack Sparrow pourrait revenir éventuellement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) A Conversation with Johnny Depp sur uk.movies.ign
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Pirates of the Caribbean: The Curse of the Black Pearl de Gore Verbinski, États-Unis, 2003
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit de Gore Verbinski, États-Unis, 2006
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i Pirates of the Caribbean: At World's End de Gore Verbinski, États-Unis, 2007
  5. Richard Platt et Glenn Dakin, Pirates of the Caribbean: The Complete Visual Guide, Dorling Kindersley, Londres, 2007
  6. a et b « Black Pearl 101 », Walt Disney Pictures,‎ 2006 (consulté le 8 juin 2007)
  7. a et b Emanuel Levy, « Pirates Dead Man's Chest: Depp's Iconic Role »,‎ 2006 (consulté le 8 juin 2007)
  8. a, b, c et d Pirates of the Caribbean: The Curse of the Black Pearl: Audio Commentary par Ted Elliott, Terry Rossio, Stuart Beattie et Jay Wolpert (en), DVD, Buena Vista, 2003
  9. a, b, c et d Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit: Audio Commentary par Ted Elliott et Terry Rossio, DVD, Buena Vista, 2006
  10. The Immortal Captain Jack, DVD, Buena Vista, 2003
  11. a et b Pirates of the Caribbean: At World's End, notes de production, Success Can Be a Tough Taskmaster, 2007 (page consultée le 8 juin 2007)
  12. Site officiel des Pirates des Caraïbes de Disney, Port Royal, 2007 (page consultée le 8 juin 2007)
  13. a et b Sean Smith, A Pirate's Lifel, Newsweek, 2007 (page consultée le 8 juin 2007)
  14. Pirates of the Caribbean: The Curse of the Black Pearl: Audio Commentary par Gore Verbinski et Johnny Depp, DVD, Buena Vista, 2003
  15. Jeff Otto, IGN Interviews Gore Verbinski, 2006 (page consultée le 10 juin 2007)
  16. Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit, notes de production, Shipload of Characters Both New and Familiar, 2006 (page consultée le 10 juin 2007)
  17. a et b Ian Nathan, « Pirates 3 », dans Empire, 27 avril 2007, p.  88-92
  18. Site officiel des Pirates des Caraïbes de Disney, Characters (video), 2007 (page consultée le 11 juin 2007)
  19. « Chapter 3 - Revealing the True Nature of all the Characters »,‎ 2007 (consulté le 10 juin 2007)
  20. Charting the Return, DVD, Buena Vista, 2006
  21. Moviehole, Exclusive interview: Terry Rossio, 2007 (page consultée le 11 juin 2007)
  22. USA Today, Pirates of the Caribbean 4 Might Be a Spin-Off, 2007 (page consultée le 11 juin 2007)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]