Albator

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albator (homonymie).
Albator
Personnage de fiction apparaissant dans
Capitaine Albator.

Nom original Harlock
Naissance 2947 (estimation)
Origine Allemand
Sexe Masculin
Espèce Humain
Cheveux châtain
Yeux marron
Activité(s) Corsaire de l'espace
Caractéristique(s) Déterminé, très grand sens de l'honneur.
Famille Great Harlock (père)
Entourage Tochirô Ôyama
Emeraldas
Miimé

Créé par Leiji Matsumoto
Voix Makio Inoue (vo)
Richard Darbois (vf)
Film(s) Albator, corsaire de l'espace
Série(s) Albator, le corsaire de l'espace
Albator 84
Première apparition Dai-kaizoku Harlock
Dernière apparition Space Symphony Maetel

Albator (ハーロック, Hārokku?, Harlock en version originale) est un personnage de fiction créé par Leiji Matsumoto en 1969 dans le manga Dai-kaizoku Harlock. En France et au Canada francophone, il est surtout connu comme héros des séries Albator, le corsaire de l'espace (Albator 78) et Albator 84 diffusées sur Antenne 2 dans les années 1980, et plus récemment de films (Albator, corsaire de l'espace en 2013).

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

2964, Albator est le fils de Great Harlock, le légendaire pirate de l'espace aux côtés duquel il combat le dieu Wotan et ses créatures venues du Walhalla, alors qu'il n'est qu'un enfant. Il vit à bord du Death Shadow, en compagnie de son ami de toujours, Toshirō. Lors de cette première aventure, il commence par fuir les bas-fonds de la Terre où lui et ses semblables sont considérés comme des parias. Il croise ensuite sur sa route Emeraldas et Maetel, les deux filles d'Andromeda Promethium, reine de Râmetal mais aussi Hellmotheria. Il devient le protégé de Brünhilde et des Walkyries et est le témoin d'un extraordinaire combat de son père à bord du Death Shadow I contre une flotte de 168 000 vaisseaux Phantasma venue du néant. Combat au cours duquel Great Harlock disparaît avec cette immense flotte[1].

Les années passent et Albator est maintenant adulte. Il continue de parcourir la mer du dessus. Parti à la recherche de Miimé, il apprend que le frère de Miimé, Albérich, a dérobé l'or du Rhin pour forger un anneau au pouvoir effrayant. Il déjoue les pièges du Nibelung et finit par récupérer l'anneau, provoquant la colère de Wotan, qui retourne en 2964 pour s'attaquer à son père, Great Harlock[2].

Quelques années plus tard, Albator affronte un nouvel ennemi. La Terre est aux mains des humanoïdes. Il apprend lors d'un interrogatoire où les humanoïdes sondent leurs esprits que le lien qui l'unit à Toshirō existe depuis la Seconde Guerre mondiale, où l'ancêtre d'Albator, Walter von Harlock[3], rencontre celui de Toshirō. Albator est un « col noir », distinction qui au XXXe siècle équivaut à la médaille du courage. Alors qu'il fuit la Terre, il est blessé à l'œil et son visage est balafré, comme celui de son père. Maya, la femme de sa vie mais aussi « la voix de la liberté », est tuée par les humanoïdes. Albator, Toshirō et l'équipage de l'Arcadia quittent la Terre sans regret et partent dans un long voyage à la recherche de la planète idéale. Ils seront néanmoins poursuivis par monsieur Zon et les humanoïdes. C'est au cours de ce voyage que Toshirō donnera sa vie au profit de l'ordinateur de l'Arcadia. Albator perd son meilleur ami[4].

2977, alors que la Terre vit de nouveau en paix, une nouvelle menace plane. Des extraterrestres mi-humaines mi-plantes, les Sylvidres, ont décidé de reprendre la Terre qui leur appartenait il y a des millénaires. Albator s'interpose pour protéger l'humanité[5]. Ces redoutables ennemis vaincus, Albator retourne sur Terre et débarque l'équipage, excepté Miimé. Ils repartent seuls dans l'espace. Pourtant, quelques années plus tard, Albator doit reconstituer son équipage pour combattre une nouvelle menace, Noo[6].

Description[modifier | modifier le code]

Physique[modifier | modifier le code]

Albator, à qui les humanoïdes d'Albator 84 attribuent le code S00999 dans leur liste de personnes dissidentes, est un personnage longiligne, élégant et d'aspect un peu fragile. Il a perdu un œil lors d'un combat contre les humanoïdes. Il porte de fait un bandeau et est marqué d'une balafre au visage. Son regard dur, ses cicatrices et sa grande cape noire compensent son allure. Son costume dans la livrée Albator 78, est noir, avec un pantalon blanc. Dans Albator 84, et dans la plupart de ses apparitions dans les autres séries, il est tout de noir vêtu. Il porte un sabre muni d'un canon laser, ainsi qu'un cosmodragoon, un pistolet spécial dont il n'existe que quelques exemplaires dans l'univers.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Il est déterminé, implacable et semble sans pitié mais sa vie est dictée par un code d'honneur, ce qui fait qu'il fait souvent preuve de compassion. C'est un être intelligent, idéaliste, cultivé et courageux. Son sens logique, sa bravoure et son esprit pratique font de lui un capitaine respecté par ses hommes d'équipage et craint par ses ennemis. Il apparaît nettement comme l'archétype du héros romantique, un chevalier se battant pour faire respecter ses convictions et sauver des causes perdues.

Il est considéré comme le meilleur capitaine de l'armée terrienne durant la guerre perdue contre les envahisseurs humanoïdes[7].

Vaisseaux[modifier | modifier le code]

Les vaisseaux sur lesquels a servi Albator sont chronologiquement :

L'arcadia 8 et 9 sont mentionnés par Toshirō dans L'Anneau des Nibelungen : L'Or du Rhin.

Dans le long métrage d'animation "Albator, corsaire de l'espace" de 2013, l'Arcadia était un vaisseau militaire transformé par "la malédiction de la matière noire" [Réf.], qui lui a donné l'aspect sombre et torturé qu'il arbore dès lors.

Création du personnage[modifier | modifier le code]

Ce personnage de capitaine pirate hantait l'imagination de Leiji Matsumoto depuis le lycée, mais s'appelait à l'époque capitaine Kingston[9],[10]. Sa première apparition a lieu en 1969 dans le manga Dai-Kaizoku Captain Harlock. Courant des années 1970, le personnage s'affine peu à peu au fil de ses apparitions dans d'autres mangas de l'auteur, comme Gun Frontier ou Diver Zero. Il atteint sa pleine maturité en 1977 avec le manga Capitaine Albator et son adaptation télévisée Albator, le corsaire de l'espace. Suivirent alors de nombreuses œuvres, mangas ou anime, mettant en scène le personnage.

Matsumoto a été inspiré par Musashi Miyamoto, le légendaire guerrier samouraï, pour créer son personnage[11].

À propos du nom[modifier | modifier le code]

Harlock[modifier | modifier le code]

Franklin Harlock Jr. est le nom complet original d'Albator. Dans Dai-kaizoku Harlock, le premier manga contant les aventures du pirate, il est nommé Phantomunt Harlock mais il est possible que ce personnage soit en réalité Great Harlock, le père d'Albator. La transcription apparaît parfois comme Harlock ou Herlock. Il existe deux transcriptions pour la version japonaise du nom : Herlock et Harlock ; les deux transcriptions sont correctes. Toutefois, la graphie Herlock est celle privilégiée par les Japonais[réf. nécessaire].

L'origine du nom Harlock vient du fait que Leiji Matsumoto, lorsqu'il était jeune, vers 1949, avait pris l'habitude de crier "Her-lock" pour rythmer ses pas. Il avait vu ça dans un film étranger. Il a gardé cette expression pour le nom de son personnage. Après avoir lu un fait divers dans le journal, où un citoyen allemand du nom de Herlock s'était fait renverser à Tokyo, Matsumoto s'est rendu compte que Herlock était un vrai nom[11].

Albator[modifier | modifier le code]

La transcription Harlock aurait été traduite par Albator dans la version française car Capitaine Harlock était phonétiquement trop proche du Capitaine Haddock de Tintin.

Éric Charden et Jacques Canestrier se disputent la paternité du nom Albator. D'après Éric Charden, Albator est inspiré du nom d'un ami rugbyman, Jean-Claude Ballatore, combiné avec albatros[12][13].

Autour du personnage[modifier | modifier le code]

En 2013, Delaf et Dubuc, les auteurs de la bande dessinée Les Nombrils intègrent, tome 6, le personnage d'Albator.

Œuvres où le personnage apparaît[modifier | modifier le code]

Manga[modifier | modifier le code]

Films d'animation[modifier | modifier le code]

[Réf. nécessaire] Albator 84 Le film (si ce n'est pas le pilote de la série éponyme sortie en long-métrage, il est possible que ce soit un titre alternatif à la version de 1982)

Série animée[modifier | modifier le code]

OAV[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes:Dans le long-métrage sortie en 2013,les noms originaux ont été gardés.

Il existe deux versions (du même vaisseau) supplémentaires de l'Arcadia dans ce même film.

  1. Ces évènements sont décrits dans La seconde et troisième partie du manga L'Anneau des Nibelungen
  2. Ces évènements sont décrits dans La première partie du manga L'Anneau des Nibelungen et dans Harlock Saga
  3. Ce personnage apparaît dans le manga Pilot 262 publié en 1969.
  4. Evènements décrits dans Albator 84 : L'Atlantis de ma jeunesse et Albator 84.
  5. Dans Capitaine Albator et Albator, le corsaire de l'espace
  6. Evènements évoqués dans Captain Herlock : The Endless Odyssey
  7. C'est ce que Zoll lui dit dans Albator 84, le film.
  8. Dans une interview de Leiji Matsumoto sur le disque bonus de Space pirate Capitain Herlock, The endless odyssey, Outide legend, il dit qu'idéalement le nombre d'Arcadia idéal devrait être 7.
  9. Interview de Leiji Matsumoto dans le magazine HK n°3 (juillet 1997)
  10. CYNA
  11. a et b Interview de Leiji Matsumoto sur le disque bonus de Space pirate Capitain Herlock, The endless odyssey, Outide legend.
  12. DVD 1 d'Albator 78. Interview d'Eric Charden.
  13. Interview d'Eric Charden, compositeur de la BO d'Albator

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]