Hollandais volant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Flying Dutchman (vers 1896) par Albert Pinkham Ryder.

Le Hollandais volant, parfois appelé dans le passé « Voltigeur hollandais », est le plus célèbre des vaisseaux fantômes. Il est également connu sous le nom allemand de Fliegender Holländer, ce dernier étant le titre original d'un opéra de Richard Wagner. Cette légende connaît une nouvelle jeunesse en étant reprise dans la saga cinématographique Pirates des Caraïbes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Flying Dutchman Phantom, par George Grie, 2006.

« Les marins de toutes les nations croient à l'existence d'un bâtiment hollandais dont l'équipage est condamné par la justice divine, pour crime de pirateries et de cruautés abominables, à errer sur les mers jusqu'à la fin des siècles. On considère sa rencontre comme un funeste présage[1]. »

Il est souvent très difficile de remonter aux faits qui sont à l'origine d'une légende. Dans le cas du Hollandais volant, il pourrait s'agir des exploits d'un capitaine hollandais au cours du XVIIe siècle nommé Bernard (ou Barend) Fokke. Employé par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, il était connu pour effectuer, avec une rapidité surprenante pour l'époque, les trajets entre l'Europe et l'Asie : seulement trois mois et quatre jours en 1678, pour rejoindre l'île de Java en partant des Provinces-Unies. La rumeur attribua ces performances inhabituelles (il « volait » sur l'eau) à l'assistance du diable qui aurait logé à son bord sous la forme d'un caniche noir géant. En outre Fokke était, paraît-il, extrêmement laid, ce qui ajoutait à la crédibilité d'un pacte diabolique[2]. Lors d'une expédition, il disparut avec son bâtiment sans laisser de traces et, quand la légende du fameux Hollandais volant se développa, on lui en attribua le commandement[3]. Selon d'autres sources, le capitaine s'appellerait Van der Decken, avec une orthographe et un prénom variant suivant les versions. En fait, nul ne semble savoir exactement où et quand la légende naquit, mais ses racines sont sûrement fort anciennes.

Légende originale[modifier | modifier le code]

Une première version écrite de la légende est parue dans un journal britannique en 1821. Ce qui semble en être la première version française a été publiée par Auguste Jal en 1832[4]. Elle peut être résumée de la façon suivante :

Un navire hollandais est pris dans une violente tempête alors qu'il tente de franchir le cap de Bonne-Espérance. L'équipage supplie le capitaine de chercher un abri mais il refuse et s'enferme dans sa cabine pour fumer et boire. La tempête s'aggravant encore, le capitaine défie le ciel de couler le navire. Une forme lumineuse se matérialise à bord du bâtiment devant l'équipage terrorisé. Le capitaine injurie alors l'apparition, braque sur elle un pistolet et tire, mais l'arme lui explose dans la main. Une voix s'élève alors pour lui déclarer : « Puisqu'il te plaît tant de tourmenter les marins, tu les tourmenteras, car tu seras le mauvais esprit de la mer. Ton navire apportera l'infortune à ceux qui le verront. ». Cette légende inspira, en 1834, une nouvelle au poète allemand Heinrich Heine : les Mémoires de Monsieur de Schnabelewopski qui, mêlée à d'autres éléments de la légende, servit de thème au livret de l'opéra de Richard Wagner créé en 1843[3].

Autres versions de la légende[modifier | modifier le code]

Le cap de Bonne-Espérance, par William Hodges (1772).

Il existe un grand nombre de versions de cette légende, chacune comportant des variantes. Il reste toutefois deux constantes : le navire est hollandais et les évènements (comme d'ailleurs la plupart des apparitions futures) se déroulent aux alentours du cap de Bonne-Espérance. Un très grand navire serait parti, en 1680, du port d'Amsterdam à destination de Batavia (l'actuelle Jakarta), commandé par un capitaine peu honnête qui profitait du voyage pour faire de la contrebande. Le navire fut intercepté par le diable au cours d'une terrible tempête et sombra avec ses marchandises et tout son équipage. Toutefois le navire réapparut ensuite, piloté par les fantômes de son équipage[5]. Dans une autre version, le capitaine fut maudit pour avoir appareillé un vendredi saint. Ou encore le capitaine de ce brick fut assassiné par son équipage qu'il parvint à maudire avant de mourir. Peu de temps après, la peste se déclara à bord et le navire fut rejeté de tous les ports où il tenta d'accoster, par peur de la contagion. Il commença alors à errer sans fin sur les mers. C'est aussi parfois des actes de piraterie et de cruauté de l'équipage qui sont la cause de sa malédiction[6],[5].

Le parc d'attraction d'Efteling aux Pays-Bas donne sa propre version[7] pour expliquer le thème de son manège De Vliegende Hollander : Le capitaine Willem van der Decken commande le navire « Hollander ». Il est riche et puissant ce qui ne l'empêche pas d'être un terrible pirate. En 1678, il décide d'appareiller vers les Indes, un Vendredi saint, malgré une terrible tempête. Il fait alors cette proclamation qui lui vaudra la damnation éternelle :

En vieux néerlandais En français

Ik zal vaeren,
storm of gheen storm,
Paesen of gheen Paesen.
Ik zal vaeren,
al is het tot in den eeuwigheid!

Je naviguerai,
tempête ou pas tempête,
Pâques ou pas Pâques.
Je naviguerai,
même pour l'éternité !

Apparition du Hollandais volant.

En 1839, l'écrivain Frederick Marryat, lui-même ancien marin, a publié un long roman ayant pour titre « The Phantom Ship ». Le héros principal, Philippe Vanderdecken, homonyme du capitaine du navire maudit, embarque en tant qu'officier à bord du Ter Schilling. Lorsque le navire approche du Cap de Bonne-Espérance, il fait une sinistre rencontre :

« A environ trois milles de distance, au centre de cette lueur, qui s'étendait à environ quinze degrés au-dessus de l'horizon, était un grand vaisseau qui semblait lutter contre un ouragan violent, quoi qu'il fît un calme plat. Il plongeait et s'élevait sur une eau parfaitement tranquille : tantôt disparaissant sous les flots, tantôt se remontrant à la surface. Sa grand voile et ses huniers étaient serrés, et il ne portait que sa misaine dont les ris étaient pris, une voile d'étais et une voile de senau sur son arrière. Ce bâtiment semblait poussé par la force du vent vers le Ter Schilling. À chaque instant on le distinguait mieux. Enfin on le vit virer de bord ; et pendant cette manœuvre il était à si peu de distance qu'on aurait pu compter les hommes sur le pont. Mais à ce moment une obscurité soudaine l'enveloppa, et on ne le revit plus[8]. »

Avec la publication de ce roman, la légende du brick maudit, qui était déjà colportée dans tous les ports depuis au moins deux siècles, prit un essor si considérable qu'elle devint l'un des thèmes classiques de la littérature maritime.

Témoignage princier[modifier | modifier le code]

Le jeune duc d'York, futur roi d'Angleterre sous le nom de George V, a servi dans la marine britannique jusqu'en 1891. Lors de l'un de ses nombreux voyages il s'est trouvé, en compagnie de son frère le prince Albert Victor, à bord du navire-école La Bacchante qui faisait route vers Sydney en Australie. Le 11 juillet 1881[N 1], alors que le bateau naviguait dans les eaux australiennes, il eut la vision d'un vaisseau fantôme identifié comme étant le Hollandais volant. Il nota dans son carnet de route : « Au milieu d'une lumière rouge, on distingua nettement les mâts, les vergues et les voiles d'un brick à environ deux cents yards (soit environ 180 mètres) par bâbord avant. Le veilleur d'étrave signala le navire très proche et l'officier de quart le vit aussi, clairement, de la passerelle. Le midshipman de service l'aperçut également et fut envoyé sur le gaillard d'avant, mais, quand il y arriva, il ne put voir aucun signe de bateau matérialisé. La nuit était claire, la mer calme. Treize personnes au total ne pouvaient nier l'avoir vu[9]. » Par ailleurs, le matelot de vigie qui était en haut du grand mât tomba et se tua sur le coup. La mort accidentelle d'un membre d'équipage pouvant être embarrassante pour le capitaine, l'écrivain Xavier Yvanoff suggère qu'en fait, cette brève apparition était aussi une justification providentielle de ce dramatique accident[10].

Légende persistante[modifier | modifier le code]

La légende a marqué durablement les esprits. En 1882, J.L. Soubeiran écrivait, parlant de la géographie des côtes du sud de l'Afrique :

« Joignez à cela un océan tempétueux pendant la plus grande partie de l'année, une ceinture presque continue d'un violent ressac et de nombreux promontoires que prolongent le plus souvent de dangereux récifs. Aussi cette côte était-elle redoutée des anciens navigateurs, qui, pour éviter l'influence funeste du Hollandais Volant, du Vaisseau fantôme de van Deeken, avaient pris soin de planter sur tous les caps la croix, signe du salut[11]. »

En 1939, un bateau semblable fut vu par une douzaine de personnes qui se baignaient à Glencairn beach, une plage d'Afrique du Sud, au sud-est du Cap. Le navire, qui avait toutes ses voiles gonflées, a traversé la mer à vive allure bien qu'il n'y ait pas la moindre brise[10].

Médias[modifier | modifier le code]

La légende du Hollandais volant se confond avec celle, plus vaste, des vaisseaux fantômes, dont il est l'exemple le plus célèbre. Ce thème a donné naissance à une très grande quantité d'œuvres de toutes natures, dont une liste, non exhaustive, figure ici. La représentation du Hollandais volant y est fréquemment très éloignée de la légende originelle.

Littérature[modifier | modifier le code]

Victor Hugo y fait allusion dans un des poèmes de La Légende des siècles[12] :

« C'est le hollandais, la barque
Que le doigt flamboyant marque !
L'esquif puni !
C'est la voile scélérate !
C'est le sinistre pirate
De l'infini. »

Films[modifier | modifier le code]

  • Pandora (Pandora and the Flying Dutchman), est un film réalisé par Albert Lewin en 1951 qui réactualise le mythe du Hollandais volant.
Réplique du Hollandais volant des films de la saga Pirates des Caraïbes.
  • Pirates des Caraïbes — Les films de la saga Pirates des Caraïbes, débutée en 2003, proposent une version très différente de la légende traditionnelle, dont il ne subsiste que l'essentiel ; à savoir un bateau fantôme maudit peuplé de morts et de damnés : Le Hollandais volant est un navire créé par la déesse Calypso[N 2], destiné à être le bateau du pirate Davy Jones avec pour mission de conduire au bout du monde, pendant dix années, les âmes des marins morts en mer ; en échange de quoi elle lui accordait l'immortalité. Au bout de dix ans, l'infidèle Calypso ne venant pas au rendez-vous de l'homme qui l'aimait et Davy Jones refusant de poursuivre sa mission, il s'arracha le cœur pour mettre fin à ses tourments amoureux, et le mit dans un coffre qui fut enterré sur l'île des quatre vents. Une malédiction s'abattit alors sur lui, le transformant, lui et son équipage, en créatures marines. Davy Jones fut en outre séparé en deux personnages : le capitaine du Hollandais volant, mais aussi le terrible Kraken. Le navire fut également transformé en un organisme capable de plonger sous les eaux qui ne peut vivre sans son capitaine. Le 5 juillet 2006, une réplique grandeur nature du bateau a été installée dans le lagon de Castaway Cay, une île privée des Bahamas desservie par la Disney Cruise Line[13].

Télévision[modifier | modifier le code]

Bande-dessinée[modifier | modifier le code]

  • One PieceEiichiro Oda a introduit le Hollandais volant dans le chapitre 606 de son manga One Piece. Le bateau et son équipage se trouvent à plusieurs milliers de mètres au fond de l'océan, et sont confrontés aux compagnons de Monkey D. Luffy[16].
  • Surfer d'argent — Le Hollandais volant fait son apparition en septembre 1969 dans le no 8 du comics intitulé Now Strikes the Ghost[17].
  • De Cape et de crocs — Le Hollandais volant apparaît dans la première partie de la série De cape et de crocs, sous la forme d'un vaisseau fantôme peuplé de squelettes, que les héros vont utiliser pour faire face aux pirates à la recherche des Îles Tangerines.
  • Le trésor du Hollandais volant — Une aventure de Picsou, publiée par Carl Barks en 1959, dans laquelle Picsou découvre dans des archives que le Hollandais volant était chargé de lingots d'or. Il part à sa recherche accompagné de Donald et de ses neveux. Au fil des parutions françaises le titre original anglais The Flying Dutchman a été aussi traduit par Le vaisseau fantôme d'Oncle Picsou et Le Hollandais volant[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le jeune homme, né le 3 juin 1865, avait donc à peine plus de 16 ans
  2. La véritable Calypso de la mythologie grecque n'est pas la déesse de la mer mais une nymphe

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) P. Mellier,, Dictionnaire infernal, Paris, France, Collin de Plancy,‎ 1844, p. 322.
  2. (fr) Xavier Yvanoff, Histoire de revenants – Les temps modernes, JMG,‎ 2007, p. 354.
  3. a et b (fr) Daniel Cohen, Encyclopédie des fantômes, Robert Laffont,‎ 1991, p. 294.
  4. Augustin Jal, Scènes de la vie maritime, Charles Gosselin, Paris, 1832
  5. a et b Xavier Yvanoff, Histoire de revenants – Les temps modernes, JMG, 2007, pp. 352-353
  6. Joël Jacquet, en préface du livre Le vaisseau fantôme de Frederick Marryat, Glénat, 1992, p. 7
  7. (nl) La légende du hollandais volant du parc d'attraction d'Efteling
  8. Fréderick Marryat, Le Vaisseau Fantôme, Glénat, 1992 (EO 1839), p. 76
  9. (fr) Sylvie Simon, Phénomènes étranges du surnaturel, Grancher,‎ 2001, p. 112.
  10. a et b (fr) Xavier Yvanoff, Histoire de revenants, Les temps modernes, JMG,‎ 2007, p. 355.
  11. (fr) J.Léon Soubeiran, « L’Afrique australe tempérée », Bulletin de la société languedocienne de géographie, vol. 5,‎ 1882, p. 29.
  12. La Légende des Siècles, Dernière série, VIII, Les paysans au bord de la mer, III (1883) Lire en ligne
  13. (en) Walt Disney Company, « Disney Factbook 2006 - Key Dates »,‎ 5 mars 2007 (consulté le 28 janvier 2010), p. 51
  14. (en) « Episode 341 – Review of LEGO Spongebob the Flying Dutchman »,‎ 3 janvier 2012 (consulté le 1er novembre 2013).
  15. (en) « SpongeBob SquarePants: Revenge of the Flying Dutchman », sur Imdb (consulté le 1er novembre 2013).
  16. (fr) « Vander Decken IX », sur La volotné du D (consulté le 1er novembre 2013).
  17. (en) « The Silver Surfer #8 », sur Comic Vine,‎ 25 juillet 2013.
  18. Le trésor du Hollandais volant sur la base de données I.N.D.U.C.K.S.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Augustin Jal, Scènes de la vie maritime, Charles Gosselin, Paris, 1832
  • H. Garnier, Six semaines dans un phare, Théodore Lefèvre, Paris, 1862
  • Léon Renard, l'Art naval, Hachette, Paris, 1875
  • John Harris, Les vaisseaux fantômes, Presses de la Cité, 1983, (ISBN 2-258-01198-1)
  • Collectif, Les lieux hantés, Editions Time-Life, Amsterdam, 1989 (ISBN 2-7344-0516-4)
  • Daniel Cohen, Encyclopédie des fantômes, Robert Laffont, 1991, (ISBN 2-221-06841-6)
  • Frederick Marryat, Le Vaisseau Fantôme, postface et dossier de Claude Compté, collection Merveilleux, José Corti, 1998 (EO 1853), (ISBN 9782714306555)
  • Jean-Paul Ronecker, Les annales du mystère, JMG, 2000, (ISBN 2-912507-27-8)
  • Sylvie Simon, Phénomènes étranges du surnaturel, Grancher, 2001, (ISBN 2-7339-0709-3)
  • Xavier Yvanoff, Histoire de revenants - Les temps modernes, JMG, 2007, (ISBN 2-915164-86-x)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :