Samuel Bellamy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellamy.
Samuel Bellamy

Samuel Bellamy (né le 23 février 1689, † le 27 avril 1717), fut un pirate anglais plus connu sous les noms de Black Sam ou encore Black Bellamy et surnommé Prince des Pirates.

Biographie[modifier | modifier le code]

La légende raconte qu'après une enfance passée dans le Devonshire, au sud de l'Angleterre, au début des années 1710, Samuel Bellamy laissa sa femme et son enfant à Canterbury et partit pour le Nouveau Monde et s'installa autour des côtes américaines de la Floride, en quête de fortune.[réf. nécessaire]

Au début de l'année 1716, il rencontre quelqu’un pour financer une expédition et acheter un petit voilier (un Sloop), puis navigue jusqu'à Cap Cod en Amérique du Nord (Massachusetts). Son idée était de tenter de récupérer les trésors dans les épaves des navires espagnols engloutis, coulés près des côtes de l’Amérique du Sud.

En faisant escale au Port de Eastham, il rencontre la jeune Maria Hallet, qui a tout juste 15 ans, et en tombe éperdument amoureux. Il lui promet de lui ramener un immense trésor. Il repart bientôt en mer, Maria est enceinte, elle attendra avec patience le retour hypothétique de Sam. Mais le chasseur d'épaves ne trouve pas grand-chose et il finit par s'associer avec un certain Paulsgrave Williams.

Ensemble, ils n'ont pas plus de succès, mais ils rencontrent les pirates Benjamin Hornigold et Olivier Levasseur (La Buse). Sam Black et Paulsgrave Williams décident alors de chercher leurs trésors ailleurs... Ce sera dans des navires qui n'ont pas encore coulés. À bord du navire de Benjamin Hornigold, ils commencent à piller des navires marchands de toutes nationalités, aidés de l'illustre « La Buse ».

Et bientôt, en février 1717, ils vont connaître leur plus belle prise  : le "Whydah Gally" qui transportait, vers la Jamaïque, du sucre, de l'indigo de l'ivoire et... des esclaves. (Whydah est le nom d'un port de commerce africain, situé au Bénin)

Gally, ou Galley, signifie galère). Durant 3 jours, Sam, à bord de son navire « Le Sultana », et Paulsgrave Williams à bord de son bateau, pourchassent le Whydah, puis finissent par le capturer. C'est un magnifique navire, un grand trois mâts océanique et Samuel Bellamy en fait son propre bateau amiral.

Bellamy prend la place de capitaine lorsque Hornigold cesse ses activités. Bellamy rencontre ensuite de nombreux succès au cours de sa carrière de pirate, essentiellement dans les Antilles.

Toujours très préoccupé par le bien-être de son équipage, et même de ses prisonniers, Bellamy est également connu pour posséder l’art de motiver ses troupes, art dans lequel il se considère lui-même talentueux. Son élégance, son charisme et sa finesse d’esprit lui vaudront le surnom de Prince des Pirates. Un jour de 1717, il se vanta de son indépendance auprès du capitaine d’un navire marchand qu’il avait capturé, déclamant : “Je suis un prince libre, je peux faire la guerre au monde entier, je suis aussi puissant que celui qui commande une flotte de 100 navires sur mer ou une armée de 100 000 hommes sur terre”. Il est connu pour sa générosité envers les prisonniers et son refus d’attaquer les navires anglais[1].

Entre temps, Maria Hallet a accouché, mais le bébé n'a pas survécu... Sam décide de la rejoindre mais le 27 avril 1717, il est pris dans une tempête très violente et le Whydah Gally, alors chargé de trésors provenant de plus de 53 navires, sombre au large de Cap Cod dans le Massachusetts.

Seuls deux hommes ont survécu : l'un a disparu dans les méandres de l'histoire, l'autre, Thomas Davis, déclarera à son procès que le Whydah transportait 180 sacs d'or et d'argent lors du naufrage et alimentera le folklore du Cap Cod avec l'histoire de Bellamy et de la terrible tempête qui causa sa perte. Huit pirates arrivent à nager jusqu'aux côtes où ils sont capturés. Six seront pendus et deux, un pilote indien et un charpentier écossais, seront libérés car ils diront qu'ils avaient été enrôlés de force.

Légende[modifier | modifier le code]

En 1720 réapparait un certain Sam Bellamy, pirate capturé en juin au large du Cap Cod. Il s'agirait du même, bien que la logique veuille qu'il soit mort noyé 3 ans plus tôt. Ce mystère est resté non résolu de nos jours.

Lors de son procès, en 1720, à Barnstable, il déclara : « Ils nous condamnent, ces crapules, alors que la seule différence entre nous, c'est qu'ils volent les pauvres grâce à la loi, et que nous pillons les riches armés de notre seul courage », en haranguant la Cour[2].

Épave[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Whydah Gally.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Pour le manga One Piece Eiichiro Oda se sert de lui pour créer le personnage de Bellamy la Hyène.

Notes et références[modifier | modifier le code]