Quartiers de Saint-Étienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article détaillé : Urbanisme de Saint-Étienne.

Cet article fournit diverses informations sur les quartiers de la ville de Saint-Étienne, une ville située dans le quart sud-est de la France.

Histoire[modifier | modifier le code]

On sait peu de chose aujourd'hui sur les origines de Saint-Étienne. Les premières mentions du bourg au XIIe siècle le place sous la dépendance du château de Saint-Priest. Au XVe siècle, le village - borné à l'est par le Roannelet et à l'ouest par le Furan - protégé par des remparts, compte 3 000 habitants et se développe autour de la place Grennette.

La route de Lyon - Le Puy-en-Velay - Toulouse passant par Saint-Étienne favorise le développement de la ville et entraîne le développement des faubourgs ouest (Tarentaize et Polignais) et à l'est (le long de la rue de Lyon) le long de cet axe principal.

La ville se compose alors du noyau ancien, fortifié au siècle précédent, mais dont l’enceinte est à présent englobée dans des constructions nouvelles. Sur les bords du Furan, le Pré de la Foire (place du Peuple) est le centre marchand d'une ville qui vit principalement de l'artisanat et du commerce.

Au cours du XVIIe siècle, la cité s'étale peu, mais beaucoup de reconstructions sont réalisées dans les faubourgs dont le quartier de l'hôpital (détruit lors du percement de l'avenue de la Libération en 1905) et le quartier des armuriers (quartier St-Jacques).

Au XVIIIe siècle avec la Révolution française, la ville s'étend officiellement en absorbant ses faubourgs : Tarentaize, Polignais, La Montat (actuelle place Fourneyron).

Au XIXe siècle, l'architecte-voyer Pierre-Antoine Dalgabio projeta le nouveau plan directeur de la ville moderne. Il changea l'orientation de la ville passant d’est-ouest à un axe nord-sud suivant la route de Paris-Annonay. Il n'hésita pas à faire passer la voie principale à travers le couvent des religieuses de Sainte-Catherine, le condamnant à la démolition. Cette nouvelle route deviendra petit à petit la Grand’rue.

Avec l’essor industriel et économique en 1855, Saint-Étienne devint le chef-lieu du département.

La ville alors restreinte dans ses limites communales décide d’annexer différentes communes limitrophes :

Liste des quartiers[modifier | modifier le code]

Quartier de Saint-Victor[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saint-Victor-sur-Loire.
Plans de Saint-Étienne
  • Situation : Au sud-ouest du centre-ville.
  • Habitants : 3 006
  • Axes routiers : 15 km du centre ville.
  • Historique :
Ce fut un petit village médiéval qui était cantonné autour de son église romane de 1070. Dès le XIIIe siècle, une châtellenie est présente dans le bourg. Pendant la guerre de Cent Ans le village se fortifia autour de son château. Aujourd’hui, les fortifications du village n’existent plus.

Quartier de Rochetaillée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rochetaillée (Loire).

Quartier de La Métare Le Portail Rouge[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : Au sud-est du Centre ville.
  • Habitants : environ 10 000 (?)
  • Historique :
Quartier construit dans les années 1960 pour répondre à la pénurie de logements d’après-guerre. Ce quartier neuf géré par un bailleur public permit d’éliminer les bidonvilles qui étaient présents autour de la ville ( Méons ). Fut bati dans ce quartier plusieurs établissements d'enseignement. On y trouve 3 écoles maternelles et primaires (La Cotencière, Virgile et Baptiste Marcet), ainsi que le collège-lycée du Portail Rouge, dont le lycée aujourd'hui a été renommé Jean Monnet. A la limite Sud du quartier, fut aménagé dans les années 60 le Parc de l'Europe, qui débouche sur le Cours Fauriel. Dans un quartier aux portes du Parc Régional Naturel du Pilat, le Parc de l'Europe n'en est pas moins un lieu très fréquenté, puisque l'on trouve en son sein une crèche. Il rompt véritablement avec les immeubles d'une quinzaines d'étages qui ceinturent le quartier. Le Rond-Point marque la limite septentrionale du quartier alors que les pentes du Pilat les limites australes.

Un ancien chemin de pèlerinage de Lyon au Puy (via romipedum a Lugduno ad Podium) est encore visible du lieu-dit La Palle. Cette route montant de Terrenoire, passant le col au milieu des bâtiment de l'Angelus et continuant ensuite le long du tracé de la rue Marcel Sembat est mentionné par un texte de 1243[1], un des tout premiers textes sur le territoire de Saint-Étienne.

  • Bus STAS : 4 6 9 18 S6

Quartier de Le Bernay Valfuret La Rivière[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : Au sud du centre-ville.
  • Habitants : 4 180.
  • Axes routiers : N88, 15 min du centre ville.
  • Curiosité :
  • Bus STAS : 7 23

Quartier de Bellevue Solaure[modifier | modifier le code]

Plans de Saint-Étienne
  • Situation : Au sud-ouest du Centre ville.
  • Habitants : 13 227.
  • Axes routiers : N88, 15 min du centre ville.
  • Historique :
  • Curiosité :
    • Place et parc de Bellevue
  • Bâtiments spécifiques :
  • Bus STAS : T1 T3 1 4 7 22 23

Quartier de Bizillon Centre Deux[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : Au sud du centre-ville.
  • Habitants : 7 566
  • Historique :
Ce quartier s'est développé autour des activités proto-industrielles des ateliers (martinets etc.) utilisant la force motrice des eaux du Furan et grâce à l'essor de la passementerie. Le sous-sol "stérile" ne recelait pas de couches de charbon, à l'exception d'un puits de recherche à Bellevue, ce quartier n'a pas connu l'activité minière.
Il abritait aussi une prison construite en 1858 qui accueillit jusqu’à 600 détenus dont les plus célèbres Ravachol et la bande à Bonnot.
Au nord du quartier, une caserne militaire était occupée par 800 militaires du 38e régiment d’infanterie.
Dans les années 1970, des études sur la restructuration du quartier furent réalisées. La caserne fut détruite et remplacée par l'université de Saint-Étienne. La prison et les usines furent remplacées par un quartier moderne équipé d'un centre commercial de plus de cent boutiques.

Quartier de Beaulieu Montchovet Marandinière[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : Au sud du centre ville.
  • Habitants : 18 284
  • Axes routiers :N88, 15 min du centre ville
  • Historique :
Ce quartier est né des programmes de grands ensembles mis en œuvre à partir des années 1950 afin de réduire la pénurie de logements.
La mairie choisit donc de développer un quartier moderne 4 600 logements en HLM pour pouvoir loger plus de 30 000 habitants avec des loyers modérés dans des bâtiments modernes. Ce quartier avait comme emblème un des plus grands immeubles d’Europe surnommé la Muraille de Chine qui était visible depuis l’autoroute.
Ce quartier s’est construit en quatre tranches :
    • Beaulieu I (Beaulieu) de 1953 à 1955
    • Beaulieu II (La Marandinière) en 1959
    • Beaulieu III (Montchovet) en 1964
    • Beaulieu IV (La Palle) en 1971
Il est aujourd’hui en profonde mutation avec un programme de renouvellement urbain qui prévoit la démolition de plus 1000 logements et la reconstruction de 250.

Quartier de Fauriel[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : Au sud-est du centre ville.
  • Habitants :
  • Axes routiers :N88, 15 min du centre ville
  • Historique :
Le cours Fauriel est un projet du maire Christophe Faure-Belon qui prit 10 ans pour être réalisé de 1856 à 1866.
Ce nouveau boulevard emprunte le lit du Chavanelet affluent du Furan entre les hauteurs du jardin des Plantes et de Valbenoîte.
L’origine de ce projet était de doter la ville de Saint-Étienne, qui était alors en pleine expansion, d’embellissements. Cela passa par la création d’un boulevard et de larges allées de promenade.
Cette large voie permit la construction de grands édifices par Léon Lamaizière comme la Manufacture Française d'Armes, des villas et immeubles du côté pair, le groupe scolaire Saint-Roch.

Quartier de la Cotonne[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : À l’ouest du centre ville. Sur la colline du même nom. C'est un quartier populaire composé d'habitations de type HLM, lotissements, copropriétées.
  • Habitants : 9 709
  • Axes routiers : 15 min du centre ville et à proximité de toutes commodités.
  • Bâtiments spécifiques :
    • Cité universitaire "Tréfilerie"
  • Bus STAS :  3 22 S3

Quartier de Terrenoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Terrenoire.
Plan de Saint-Étienne
  • Situation : À l'est du centre-ville.
  • Habitants : 7 652
  • Axes routiers : Debut de la A72 et de la N488/N88 25 min du centre ville.
  • Historique :
Située sur la ligne de partage des eaux le long de l'ancien chemin reliant Lyon au Puy-en-Velay, Terrenoire a peut-être connu l'occupation romaine. C'est en tous cas ce que laissaient penser la découverte au milieu de XIXe d'une borne miliaire retrouvée au lieu-dit l'Etrat-sous-Gillière. L'hypothèse d'un aménagement du cours de la rivière Janon détournée pour alimenter l'aqueduc du Gier fut également émise[2].
Érigée en commune aux dépens de Saint-Jean-Bonnefonds en 1866, le bourg s'est fortement industrialisé au XIXe siècle avec l'implantation de grandes industries et le percement du tunnel de Terrenoire, (ouvert en 1829) qui traverse la ligne de partage des eaux entre Loire et Rhône. Malheureusement, il ne reste plus que des vestiges des "forges et aciéries de Terrenoire" (premières forges à l'anglaise installées en France) qui firent la renommée de l'ancienne commune.
L'habitat ancien est composé de maisons bourgeoises et d’anciennes habitations d'ouvriers. Ce quartier fut annexé en 1970 par la ville de Saint-Étienne.
  • Curiosité :
    • Le bassin de Janon où traditionnellement étaient organisées des joutes.
    • Le parc du château de la Perrotière du XVIIIe siècle.
    • Place du Pilat.
    • La colline du Bois d'Avaize aménagée en circuits thématiques sur la géologie et la flore.
    • Viaduc de Terrenoire
  • Bus STAS :  3 20 29 S3

Quartier de Monthieu, Saint-François[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Outre-Furan.
Plan de Saint-Étienne
  • Situation : À l'est du centre-ville.
  • Habitants : 9 405 .
  • Axes routiers : 20 min du centre ville.
  • Curiosité :
  • Bâtiments spécifiques :
    • Zone commerciale autour de l'hypermarché Géant
    • IUFM de Saint-Étienne
  • Bus STAS :  2 3 11 16 4 S3

Quartier de Châteaucreux[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
Article détaillé : Châteaucreux (Saint-Étienne).
  • Situation : À l'est du Centre ville.
  • Habitants :
  • Axes routiers : 15 min du centre ville.
  • Historique :
Situé, au début du XIXe siècle, aux confins de Saint-Étienne et d'Outre-Furan, le hameau de Château-Creux connait une importante activité minière (puits Neyron, puits Jabin, puits Thibaud, puits du gagne-petit). L'urbanisation arriva avec l'installation de la principale gare ferroviaire de Saint-Étienne en 1857. Le quartier fut bombardé en 1944, lors des bombardements alliés sur la gare de Châteaucreux afin d'arrêter les troupes nazies. C’était un quartier industriel où étaient présents différents établissements dont la chocolaterie Weiss.
Une profonde mutation est aujourd’hui lancée sur ce secteur pour devenir le quartier d’affaires de la ville.

Quartier de Crêt de Roc[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : À l'est du Centre ville.
  • Habitants : 7 700
  • Axes routiers : 5 min du centre ville.
  • Historique :
Formé à l'origine du faubourg de la Croix et du hameau de Neyzieu, ce quartier collinaire fut le secteur historique des armuriers et à la fin du XIXe siècle de la passementerie. Il se distingue par une architecture variée composée d'un riche patrimoine résidentiel et d’anciens ateliers éclairés de grandes fenêtres permettant de profiter de leurs bonne exposition solaire.
Il est actuellement en profonde mutation avec une rénovation des anciens immeubles et places ainsi que de la création sur le secteur Desjoyaux des habitations haute qualité environnementale.
  • Curiosité :
    • Les rues et traboules qui dominent toute la ville.
    • Le cimetière du Crêt de Roc fondé en 1802 où sont enterrés tous les notables de Saint-Étienne.
    • Bus STAS :  21
    • au 9 rue de l'éternité se situe la Cité étudiante internationale de St-Etienne, qui accueille et loge chaque année de nombreux étudiants français et internationaux, dans un immeuble historique rénové.

Quartier de Méons Le Soleil[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Outre-Furan.
Plan de Saint-Étienne
  • Situation : À l'est du Centre-ville.
  • Habitants : 5 916.
  • Axes routiers : A 72 à 20 min du centre-ville.
  • Historique :
Le Solier, (Soleil) apparait dans les textes en 1206. Petit hameau regroupé autour de son église, implanté au croissement de deux routes au cœur de l'ancienne commune d'Outre-Furens, au milieu du XIXe siècle, il se présente sous l'aspect d'un gros bourg industriel.
Son développement rapide au XIXe siècle se fit avec l'essor du chemin de fer, l'installation de la métallurgie lourde dans le quartier du Marais (Aciérie Barrouin) et avec l’exploitation minière. Le quartier est alors celui des métallos et des mineurs.
Le XIXe siècle a vu l'installation des puits Saint-Louis, St-André, des Flaches, Mars, Achille, Thibaud, Jabin, du Bardot puis au XXe siècle la concentration de l'activité sur le puits Verpilleux n°1 (1874) et Verpilleux n°2 (1948-1972).
Avec la forte demande en employés étrangers pour l'extraction du charbon les cantonnements se développement aux pieds des crassiers à Méons. Ces logements provisoires perdurèrent jusqu'aux années 1960 où la mairie décida de lancer un grand plan de construction dans le quartier de Beaulieu. Ces bidonvilles furent détruits et remplacés par des équipements sportifs.
Ce quartier connut aussi le premier aérodrome stéphanois en 1909 avec un hangar construit à Méons qui abritait une dizaine avions.
Il fut bombardé le 26 mai 1944 par les Alliés pour immobiliser l'armée allemande, les rues Beaunier et du Monteil furent très touchées.
  • Bâtiments spécifiques :
    • Parc des sport de Méons composé d'un vélodrome, de stades et de terrains de tennis
  • Curiosités :
    • Anciens bâtiments du puits du Bardot par lequel s'effectua le sauvetage des survivants de la catastrophe du puits des Flaches en octobre 1911.
    • Terril de l'Eparre
    • Église Sainte-Barbe (Patronne des mineurs)
  • Bus STAS :  9 14 10 S9
Anciens bâtiments du puits du Bardot, rue du Monteil, quartier du Soleil à Saint-Étienne

Quartier de Colline des Pères, Tardy[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : À l’ouest du centre-ville.
  • Habitants : 5 123 .
  • Axes routiers : 10 min du centre-ville.
  • Historique :
Mentionnée à la fin du XVe siècle, la colline Sainte-Barbe, terroir des Rampeaulx d'ancienneté de Rhoannel dominait à l'origine la vieille ville, les faubourgs des Gaulx (1454) et de Polignais (1378).
Au XVIIIe siècle avec la Révolution française les ordres religieux se voient dépossédés de leurs terres et repoussés aux marges de la ville. La colline du Mont d'Or devient alors le dernier refuge des ordres religieux stéphanois. On y trouvait alors différents édifices religieux, avec la chapelle Sainte-Barbe réalisée en 1587 et le monastère des Pères Capucins érigé en 1622. Pendant la Révolution le monastère fut transformé en foyer pour orphelines.
Lors de l'occupation de Saint-Étienne par les troupes fédéralistes lyonnaises en 1793, la chapelle fut endommagée par les tirs de boulets de canon tirés depuis la place Royale (place du Peuple) pour faire taire les cloches incitant la population au soulèvement.
En 1847, une nouvelle église des Capucins fut réalisée par l’architecte Mazerat. L'ancienne chapelle fut détruite en 1859 par M. Gérard, alors architecte de la ville. À la fin du XIXe siècle, une grande croix fut installée par l'architecte Joannès Chaumarat, dressée comme pour rappeler la croix qui trônait avant la Révolution place du Peuple.

Quartier de Tarentaize Beaubrun Severine[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : À l’ouest du Centre ville.
  • Habitants : 6 270 hab.
  • Axes routiers : 20 min du centre ville.
  • Historique :
Polignais (ou Poulougnez) et Tarentaize sont au Moyen Âge les faubourgs les plus anciens de la ville situés respectivement sur la route du Puy et le chemin de st.-Rambert. Ils se sont développés au XVe siècle, et s’étendaient au-delà des fortifications à l'Ouest du bourg médiéval dans un quartier parsemé de carrières. L'habitat était alors composé de maisons, simples et petites, construites en grès houiller extrait des carrières limitrophes.
Ce quartier ouvrier a accueilli les vagues d'étrangers venus alimenter en main d'œuvre le développement industriel et minier local.
À partir de 1816, le sous-sol du quartier fait partie de la concession minière de Beaubrun. Les couches situées à moins de 200 m de profondeur furent exploitées par les puits Châtelus I et II au XIXe siècle, puis par le puits Couriot au XXe siècle pour les couches plus profondes.
Dans les années 1970, le quartier est rasé, l'habitat étant devenu très insalubre. Les travaux continuerons jusqu'au début des années 1990 avec la construction de la médiathèque.
Aujourd’hui, ce quartier est en pleine mutation : le projet s'articule autour de la question de la destruction de l’habitat ancien et / ou insalubre et la mise en valeur du patrimoine dans le cadre de la Z.P.P.A.U.P..

Quartier de Badouillère Saint-Roch Valbenoîte[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : Au sud du centre ville.
  • Habitants : 11 356
  • Axes routiers :
  • Historique :
Les premières traces d'activité religieuse de la ville se situent dans le quartier de Valbenoîte, Vallis Benedicta (vallées bénite) avec la construction de l'abbaye cistercienne de Valbenoîte par les moines de Bonnevaux à la fin du XIIe siècle près de la route du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle (passant plus au sud à La Rivière[3]).
Un petit noyau de peuplement se forma autour de l'abbaye grâce à sa topographie relativement plane, et la possibilité de culture, par opposition aux pentes du Pilat où le nom de rue de Champagne (campagne cultivée), connu dès le IVe siècle, nous le rappelle.
Ce quartier subit de nombreux malheurs avec le pillage des Tard-Venus anglais en 1359 lors de la guerre de Cent Ans. Fortifiée bien avant le centre-ville elle fut dévastée par les protestants en 1570. Elle subit de nombreuses inondations par les trois rivières qui la traversent.
Ce village resta indépendant de la Révolution jusqu'en 1855 où il fut annexé par Saint-Étienne.
  • Curiosité :
    • L'église de Valbenoîte où il reste des traces de l'ancienne abbaye.
    • La place Valbenoîte avec une croix gothique de la fin du XVIe siècle.
    • L'église Saint-Roch
    • Hôtel particulier « Le Palais Mimard » construit au XIXe siècle d'architecture néogothique.
  • Bâtiments spécifiques :
    • Le conservatoire Massenet.
  • Bus STAS :  7

Quartier Saint-Jacques Chavanelle[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : Au centre ville.
  • Habitants :
  • Axes routiers :
  • historique:
Ce quartier s’articule autour de la rue des Martyrs de Vingré - l'ancienne rue St-Jacques - qui empruntait le chemin des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au XVIIe siècle, ce quartier est le faubourg des armuriers qui trouvent avec les eaux du Furan et du Chavanelet une source d'énergie permettant d'actionner leurs machines. L’architecture est principalement du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle.
  • Curiosités :
    • Le groupe de maisons du XVIIe siècle, rue Escoffier.
    • La maison des Feugerolles composée d'un très bel escalier et loggia du XVIIIe siècle.
    • L'église Notre-Dame avec une façade de style Jésuite du XIXe siècle. Cette église abrite une chaire en bois sculpté de Désiré Claude et l'orgue Callinet (1837), classé Monument historique, restauré à l'identique par Gaston Kern en 1995. Le clocher abrite un carillon mécanique, restauré en 2001.
    • Place Chavanelle, ancienne gare routière de la ville qui fut rénovée et rendue aux piétons. Des œuvres d’artistes contemporains sont mises en lumière sur la place.
    • Hôpital la Charité
  • Bus STAS :  7

Quartier de l’hyper-centre vieille ville[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne

Quartier Jacquard[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : Au centre ville.
  • Habitants : 7 781 .
  • Axes routiers :
  • Historique :
C'est vers 1840 qu'apparaît le quartier sur les cartes. Avant 1855, l'actuelle place Jacquard était la place de Montaud. Le quartier marquait alors la frontière entre Saint-Étienne et l'ancienne commune de Montaud, la rue du Grand-Gonnet étant officiellement la limite à la fois de la ville de Saint-Étienne mais aussi la limite à partir de laquelle l'extraction du charbon était autorisée (investison). La rubanerie a contribué au développement de ce quartier au cours du XIXe siècle. De nombreux fabricants firent construire des ateliers dans ce quartier facilement reconnaissable à leur hautes fenêtres et à la décoration de leur façade dans les espaces encore libres. C'est sous leur impulsion que le quartier fut annexé par Saint-Étienne en 1855.
  • Curiosité :
  • Bus STAS :  2 16 13

Quartier de Côte Chaude Montaud[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
Article détaillé : Montaud (Loire).
  • Situation : Au nord-ouest du centre-ville.
  • Habitants : 10 954 hab.
  • Axes routiers : Rocade ouest, 15 min du centre ville.
  • Curiosités :
  • Bus STAS :  7 16 S7

Quartier de Carnot Le Marais[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : Au nord-est du centre-ville.
  • Habitants : 3 674 hab.
  • Axes routiers : A 72 , 15 min du centre ville.
  • Historique :
Situé à l'origine dans les limites de l'ancienne commune d'Outre-Furens (ou Outre-Furan), ce quartier s'est développé au cours du XIXe siècle avec l’arrivée de nombreuses industries dont la manufacture d'armes. Au plus fort de son développement, elle employait plus de 11 000 personnes.

Quartier de Bergson La Terrasse[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : Au nord du Centre ville.
  • Habitants : 10 180 hab.
  • Axes routiers : A 72, 15 min du centre ville.
  • Historique :
C'est un quartier moderne construit dans les années 1970 appelé à l'origine Centre-Trois.

Quartier de Montreynaud[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Étienne
  • Situation : Au nord du Centre ville.
  • Historique :
C'est un quartier des années 1960 composé de copropriétés financées par l’accession sociale.
  • Habitants : 12 487 hab.
  • Axes routiers : A72, 10 min du centre ville.
  • Bâtiments spécifiques :
    • La tour plein ciel, elle est surmontée d'un château d'eau en forme d'entonnoir et domine toute la ville. Elle a été détruite le 24 novembre 2011 à 10h45 par foudroyage (75 % des votes en faveur de sa démolition).
  • Bus STAS :  9 8 S9

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoire de la Diana, t.X, p.149
  2. P.Cros, Recherches historiques et études agricoles sur la vallée du Janon, Saint-Etienne, 1898
  3. id.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :