Rui Costa (cyclisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rui Alberto Faria da Costa)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rui Costa, Costa et Faria.
Rui Alberto Faria da Costa
Image illustrative de l'article Rui Costa (cyclisme)
Rui Costa lors du Tour de Romandie 2013
Informations
Nom Rui Alberto Faria da Costa
Date de naissance 5 octobre 1986 (28 ans)
Pays Drapeau du Portugal Portugal
Équipe actuelle Lampre-Merida
Spécialité Grimpeur/Rouleur
Équipe amateur
2005
2006
Santa Maria da Feira-E-Leclerc
Santa Maria da Feira-E-Leclerc-Moreira Congelados
Équipe professionnelle
2007-2008
2009-2010
04.2011-12.2013[n 1]
2014-
Benfica
Caisse d'Épargne
Movistar
Lampre-Merida
Principales victoires
Championnats

Jersey rainbow.svg Champion du monde sur route 2013
MaillotPortugal.PNG Champion du Portugal du contre-la-montre 2010 et 2013
3 étapes de grand tour
Tour de France (3 étapes)
Classique
Grand Prix cycliste de Montréal 2011
Courses par étapes
Tour de Suisse 2012, 2013 et 2014

Quatre jours de Dunkerque 2009

Rui Alberto Faria da Costa, également appelé Rui Costa, né le 5 octobre 1986 à Póvoa de Varzim, est un coureur cycliste portugais, membre de l'équipe Lampre-Merida. Il fait ses débuts professionnels en 2007 au sein de l'équipe portugaise Benfica. Il a notamment remporté trois fois le Tour de Suisse. Il est devenu champion du monde sur route en 2013, à Florence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Rui Costa commence le cyclisme à l'âge de 11 ans dans le club de Guilhabreu (pt) après avoir commencé le sport par l'athlétisme[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

2007-2008 : débuts dans l'équipe Benfica[modifier | modifier le code]

Rui Costa commence sa carrière professionnelle en 2007 dans l'équipe Benfica. Il remporte le Giro delle Regioni, dans la catégorie espoirs[1].

En 2008, il termine deuxième du Tour de l'Avenir, l'une des courses les plus importantes chez les espoirs. Il est également cinquième du championnat du monde sur route espoirs[1]. Il termine l'année avec deux victoires, toutes dans des courses de l'UCI Coupe des Nations U23. Ses résultats lui permettent de signer en 2009 dans l'équipe ProTour Caisse d'Épargne aux côtés de Alejandro Valverde, d'Óscar Pereiro ou de Luis León Sánchez.

2009 : premier Tour de France[modifier | modifier le code]

En 2009, arrivé dans sa nouvelle équipe, il remporte les Quatre jours de Dunkerque. Il est sélectionné dans l'équipe participant au Tour de France, son premier grand tour.

2010 : contrôle positif et suspension[modifier | modifier le code]

Il commence sa saison 2010 en gagnant le Trofeo Deià, l'une des manches du Challenge de Majorque. Il devance au sprint son compagnon d'échappée, l'Espagnol Joan Horrach. En juin, il remporte la huitième étape du Tour de Suisse. Il s'impose en solitaire au terme d'une échappée de neuf coureurs[2].

Après être devenu champion du Portugal du contre-la-montre, il participe au Tour de France. Il figure parmi des groupes d'échappés lors des douzième et seizième étapes, deux étapes de montagne. Son Tour de France est également marqué par une bagarre avec Carlos Barredo à l'arrivée de la sixième étape[1],[3].

Lui et son frère Mario subissent un contrôle positif à la methylhexanamine (en) lors de leur championnat national en juin, révélé à la fin du mois d'octobre[4]. De nouveau autorisé à courir, comme son frère, au début de l'année 2011, il se trouve sans équipe[5], jusqu'en avril où il rejoint l'équipe Movistar qu'il avait critiqué avant l'officialisation de son contrôle positif[3].

2011 : retour chez Movistar[modifier | modifier le code]

Il participe aux classiques ardennaises à son retour. En mai, il est 18e du Tour de Romandie, puis remporte le Tour de la communauté de Madrid et se classe cinquième du Circuit de Lorraine. Après avoir disputé en juin le Critérium du Dauphiné, il prend part au Tour de France en juillet. Le 9 juillet 2011, il remporte la huitième étape reliant Aigurande à Super-Besse.

2012 : premier Portugais au palmarès du Tour de Suisse[modifier | modifier le code]

En juin 2012, il remporte le Tour de Suisse, dont il gagne la deuxième étape. Il est le premier Portugais à remporter cette course. Après avoir disputé le Tour de France qu'il termine à la 18e place, il réalise une bonne fin de saison avec une seconde place lors du Grand Prix de Plouay derrière Edvald Boasson Hagen, il finit troisième du Grand Prix cycliste de Québec, huitième du Grand Prix cycliste de Montréal et neuvième du Tour de Pékin. Il est élu en fin d'année sportif portugais de l'année 2012.

2013 : Champion du monde, doublé sur le Tour de Suisse et deux étapes du Tour de France[modifier | modifier le code]

Rui Costa commence sa saison en Espagne, en participant à trois des quatre manches du Challenge de Majorque. Au Tour de l'Algarve, il termine cinquième du classement général, du classement de la montagne et du classement par points. Il est deuxième de l'étape reine derrière Sergio Henao. Il doit abandonner Paris-Nice dès la première étape en raison d'une chute. Touché au poignet gauche, il est transféré à l'hôpital de Fontainebleau. Il peut reprendre la compétition trois semaines plus tard lors du Grand Prix Miguel Indurain.

En juin, Rui Costa remporte pour la deuxième année consécutive le Tour de Suisse grâce à ses victoires dans les septième et neuvième étapes. Après avoir été sacré champion du Portugal contre-la-montre, il participe au Tour de France en tant qu'équipier d'Alejandro Valverde. Il est neuvième du classement général après les Pyrénées et le contre-la-montre de la onzième étape, mais doit l'abandonner lors de la treizième étape, celle des bordures, où il est obligé d'accompagner Valverde, et où il va arriver à 9 minutes et 54 secondes de Cavendish, vainqueur de l'étape. Il remporte ensuite les seizième et dix-neuvième étapes après à chaque fois s'être échappé avec une vingtaine de coureurs. Il finit 27e du classement général avec le regret d'avoir dût céder son top 10 pour jouer les équipiers.

En septembre, il est sacré champion du monde sur route sur le parcours de Florence en Italie, finissant devant Joaquim Rodríguez et Alejandro Valverde[6]. Il termine sa saison par un beau Tour de Pékin qu'il termine quatrième.

2014 : changement d'équipe et triplé sur le Tour de Suisse[modifier | modifier le code]

Afin de ne plus avoir à travailler pour son leader Alejandro Valverde et bénéficier de plus de liberté, Rui Costa quitte la Movistar à l'intersaison pour l'équipe Lampre-Merida[7]. Il devra néanmoins composer avec Christopher Horner suite à son arrivée surprise dans l'équipe[8].

Sa saison débute bien puisqu'il termine troisième du Tour d'Algarve puis deuxième de Paris-Nice derrière Carlos Betancur malgré une chute dans le final de la dernière étape[9]. Après une pause il reprend Tour du Pays basque. En raison d'un problème de transport et une arrivée tardive la veille, il ne peut courir la première étape sur son propre vélo et y abandonne toute chance de figurer au classement général de ce Tour du Pays basque. Il travaille ensuite pour son leader de remplacement, Damiano Cunego.

Il déçoit à nouveau sur les classiques ardennaises en avril, qui étaient un de ses objectifs. On reparle alors de malédiction pour le coureur portant le maillot de Champion du monde, qu'il porte depuis début octobre 2013. Pourtant, il termine pour une troisième année d'affilée troisième du Tour de Romandie derrière Chris Froome et Simon Špilak.

Il défend en juin son titre sur le Tour de Suisse. Après un mauvais prologue, il semble en position idéale après le contre-la-montre, à la veille de deux étapes de montagne, à 1 minute et 5 secondes du leader Tony Martin. En difficulté dans la montée vers Verbier, il ne parvient pas à lâcher le rouleur allemand et perd même du temps sur Roman Kreuziger et Bauke Mollema. Martin semble avoir course gagnée, mais l'attaque conjointe de Rui Costa, Bauke Mollema et Mathias Frank dans l'avant dernière ascension le lendemain, leur permet de prendre le contrôle de la course. Après une accélération de Frank à trois kilomètres de l'arrivée, Costa lâche ses deux compagnons d'échappée, remportant à la fois la 9e étape et son troisième Tour de Suisse d'affilée. Il est désormais à une longueur du record détenu par Pasquale Fornara[10]. Rui Costa se présente sur le Tour de France 2014 avec l'objectif de se classer parmi les dix premiers et est désigné leader de l'équipe Lampre-Merida. Après un début de tour encourageant, où il se classe dans les dix premiers, Rui Costa est contraint à l'abandon durant la dernière semaine, souffrant d'une bronchite.

Fin 2014 il est élu sportif de l'année au Portugal pour la troisième fois de sa carrière[11].

Style[modifier | modifier le code]

Rui Costa se définit comme étant un coureur « complet »,un baroudeur-grimpeur[1]. Il est malgré tout bon en contre-la-montre, comme le prouve sa victoire sur le chrono du Tour de Suisse 2013. Il est reconnu également pour son « caractère fort »[3]. Reconnu pour son sens tactique et son opportunisme, il est considéré comme l'un des coureurs les plus malins du peloton[12]. Ses victoires au Championnat du monde 2013 et au Tour de Suisse 2014 illustrent parfaitement cette particularité.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

6 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenu lors des courses du calendrier UCI ProTour. En 2009 et 2010, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009 et 26 en 2010. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles. En 2011, l'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et reprend dans son calendrier les courses qui l'avaient quitté en 2008. Il comprend 27 courses en 2011 et son classement ne concerne plus que les coureurs membres des 18 équipes ProTeam.

Rui Costa obtient son meilleur classement en 2014 : 4e.

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Classement mondial UCI[13] nc[14] 191e[15]
UCI World Tour[16] 43e[17] 10e[18] 9e[19] 4e[20]
Légende : nc = non classé

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Cycliste portugais de l'année 2009[21].
  • Sportif portugais de l'année 2012, 2013[22] et 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 10 avril 2011 au 31 décembre 2013

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Renaud Breban, « Retour sur Rui Costa, le bad boy portugais », sur cyclismactu.net,‎ 30 septembre 2013
  2. « Costa ne l'a pas volée », sur eurosport.fr (consulté le 22 juin 2010)
  3. a, b et c « Champion du monde et bientôt libre », sur velochrono.fr,‎ 29 septembre 2013
  4. (en) « Rui Costa and his brother test positive », sur cyclingnews.com,‎ 18 octobre 2010 (consulté le 18 octobre 2010)
  5. (en) « Costa brothers reported as given permission to race, looking for teams », sur velonation.com,‎ 7 février 2011 (consulté le 17 février 2011)
  6. « Rui Costa, l’arc-en-ciel au bout de la nuit », sur chroniqueduvelo.fr (consulté le 29 septembre 2013)
  7. http://www.lequipe.fr/Cyclisme-sur-route/Actualites/Rui-costa-chez-lampre/395226
  8. http://velonews.competitor.com/2014/01/news/lampre-confirms-signing-of-chris-horner-for-2014-season_315256
  9. http://www.eurosport.fr/cyclisme/paris-nice/2014/paris-nice-le-champion-du-monde-rui-costa-lampre-touche-au-genou-et-au-dos_sto4176632/story.shtml
  10. http://www.rts.ch/sport/cyclisme/tour-de-suisse/5950834-tour-de-suisse-rui-costa-fete-un-troisieme-sacre-historique.html
  11. Yohann Tristz, « Média - Rui Costa élu sportif de l'année au Portugal », sur cyclismactu.fr,‎ 13 novembre 2014 (consulté le 13 novembre 2014)
  12. http://www.eurosport.fr/cyclisme/mondiaux-sur-route/2014/mondiaux-2013-florence-course-en-ligne-costa-met-le-monde-et-l-espagne-a-ses-pieds_sto3943552/story.shtml
  13. « Classement mondial UCI », sur uci.ch (consulté le 7 avril 2013)
  14. « Classement Mondial UCI 2009 », sur uci.ch,‎ octobre 2009 (consulté le 7 avril 2013)
  15. « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 7 avril 2013)
  16. « UCI WorldTour », sur uciworldtour.com (consulté le 7 avril 2013)
  17. « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 7 avril 2013)
  18. « UCI WorldTour Ranking - 2012 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 7 avril 2013)
  19. « UCI WorldTour Ranking - 2013 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 15 octobre 2013)
  20. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)
  21. « Rui Costa élu au Portugal », sur cyclismactu.net (consulté le 22 juin 2010)
  22. Alexis Rose, « Rui Costa sportif portugais de l'année », sur cyclismactu.net (consulté le 16 novembre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :