Rimbach-près-Guebwiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rimbach.
Rimbach-près-Guebwiller
Église de l'Épiphanie
Église de l'Épiphanie
Blason de Rimbach-près-Guebwiller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Guebwiller
Canton Guebwiller
Intercommunalité C.C. de la région de Guebwiller
Maire
Mandat
Alain Furstenberger
2014-2020
Code postal 68500
Code commune 68274
Démographie
Population
municipale
235 hab. (2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 19″ N 7° 09′ 23″ E / 47.9053, 7.1564 ()47° 54′ 19″ Nord 7° 09′ 23″ Est / 47.9053, 7.1564 ()  
Altitude Min. 357 m – Max. 1 242 m
Superficie 4,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Rimbach-près-Guebwiller

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Rimbach-près-Guebwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rimbach-près-Guebwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rimbach-près-Guebwiller

Rimbach-près-Guebwiller est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée du village de Rimbach-près-Guebwiller par la route D 5-1

Rimbach fait partie du canton et de l'arrondissement de Guebwiller. Il se trouve au fond d'un étroit vallon, situé au pied du Grand Ballon. Une route à la sortie de la ville de Soultz permet de se rendre jusqu'à cette localité en empruntant la route qui va à Jungholtz. Au milieu de ce village, il faut prendre la D5¹ qui bifurque à droite de Jungholtz. La vallée du Rimbach située sur le flanc d'une montagne et de forêts se perd sur les hauteurs du Grand Ballon et conserve encore des métairies comme le Glashütte et le Boelchenhütte. À droite de la vallée de Rimbach, on trouve la vallée de Guebwiller dont un chemin forestier permet d'y accéder en passant vers le Bildstoeckel. Les habitants sont désignés sous le nom de Rimbachois.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Boelchenhütte
  • Glasshutte
  • Sudel

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • Le Rimbach

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom du village provient de l'allemand Rinde = bovin d'élevage, et de Bach = rivière

Apparition du village[modifier | modifier le code]

Mairie de Rimbach-près-Guebwiller
Le Chalet, home pour enfants (Rimbach-près-Guebwiller)
Maison comportant une niche qui fut auparavant l'ancien presbytère
Maison comportant une petite niche avec statue
Grotte de Notre-Dame de Lourdes
Le ruisseau du Rimbach
Monument aux morts

Une petite colonie de défrichement installée au Moyen Âge au pied du massif du Grand Ballon semble être à l'origine de Rimbach. C'est sous le nom de Rinpach, vers 1291, qu'apparaît le village. Il fut une possession du bailliage de Soultz relevant de l'évêque de Strasbourg qui l'inféode aux seigneur de Jungholtz jusqu'en 1784.Ce village était autrefois composé d'habitations dispersés le long du ruisseau, aux deux extrémités. Le village dépendait de la paroisse de Soultz, il fut ensuite réuni à la paroisse de Rimbachzell et en 1850 forma une paroisse indépendante. En 1755, l'agglomération comptait 16 familles de bûcherons et de charbonniers.

l'exploitation d'une verrerie[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, l'économie locale repose essentiellement sur la verrerie et l'exploitation de la forêt. En 1976, on a découvert une galerie de sondage et des traces de prospection sur les flancs de l'Ebeneck qui attestent de l'exploitation de minerais dans le vallon dès le XVIe siècle. Vers 1700, l'abondance du bois permet l'installation d'une verrerie à Dieffenbach et à la Glashütte, deux hameaux voisins sur le banc communal de Soultz. Cette activité s'interrompit dès 1714 avec le départ des verriers pour les terres de l'abbaye de Murbach. Le village s'oriente alors sur la culture et surtout l'élevage et l'exploitation de la forêt.

Des conditions de vie très dures[modifier | modifier le code]

La modestie des ressources et la dureté des conditions de vie explique en grande partie la stagnation du nombre d'habitants dans cette commune : 287 habitants en 1801 pour un maximum de 400 en 1846. Au XIXe siècle, une usine textile s'implante dans la commune, face à Rimbach-Zell. En amont, une importante carrière est exploitée jusqu'en 1956.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Située sur la ligne de front au cours de la Première Guerre mondiale, Rimbach souffre beaucoup des bombardements français et doit être évacué en janvier 1916. La commune vit aujourd'hui principalement du tourisme, et d'un foyer « le Chalet », pour enfants.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rimbach-près-Guebwiller

Les armes de Rimbach-près-Guebwiller se blasonnent ainsi :
« D'azur à l'écu avec filière d'or palé de quatre pièces d'argent et de gueules soutenu en pointe par un croissant montant d'or et accompagné de cinq étoiles à six rais de même, trois en chef, une à dextre, une à sénestre. »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 André Schmuck    
mars 2014 en cours Alain Furstenberger    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 235 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
481 405 341 427 479 501 510 506 469
1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
512 519 343 342 354 342 320 306 314
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
287 267 198 197 203 185 211 217 161
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
164 235 188 223 244 243 235 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de l'Épiphanie[modifier | modifier le code]

L'intérieur de l'église

Une chapelle existe dans le village au XVIIIe siècle. Jusqu'en 1784, les habitants relèvent de la paroisse de Soultz, avant de dépendre de Rimbach-Zell. Rimbach devient une paroisse indépendante en 1850. Trop petite, l'ancienne chapelle est démontée pour mettre en place l'église actuelle construite entre 1867 et 1868 à l'époque du curé Charles Herbst et du maire Antoine Fallecker. L'église fut très endommagée au cours de la Première Guerre mondiale. Elle fut reconstruite en 1928 sous la prêtrise de Thiébaut Eguemann, curé de la paroisse, et le mandat de Emile Florentz, maire de Rimbach. Appelée église de l'épiphanie. Elle doit sa célébrité à son orguel'Opus 31 de Georges Schwenkedel qui est particulièrement bien conservé. Pour son histoire, avant cet instrument, le village vit arriver son premier orgue en 1868. Noté en mauvais état en 1892, il fut réparé trois ans après par Joseph Antoine Berger. Il fut détruit en 1916 lors de la destruction de l'église. Entre 1931 et 1936, Georges Schwenkedel construisit l'orgue actuel dans un buffet en chêne de la Maison Rudtmann & Guthmann. Il ressemble beaucoup à celui de Steinbach.

Elle est ouverte tous les jours. Elle a aussi la particularité de sonner chaque quart d'heure en plus des heures, mais aussi l'angélus.

Calvaire (1826)[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, un cimetière est installé à la suite de la croissance démographique. Un calvaire est installé au milieu du cimetière. Celui-ci de composition très simple porte l'année 1826.

Grotte de Lourdes[modifier | modifier le code]

Cette grotte de Lourdes se trouve à l'entrée du village et est installée dans la roche.

Oratoire[modifier | modifier le code]

Situé chemin du Peternit

Maisons portant des niches[modifier | modifier le code]

Il existe à Rimbach quelques maisons d'habitation dont les linteaux sont surmontés d'une niche. L'une de ces maisons permet d'apercevoir une niche de Saint Judas Thadé et l'autre une niche de la Vierge Marie.

Ancien presbytère[modifier | modifier le code]

Mairie (XIXe siècle)[modifier | modifier le code]

Maison rurale du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Anciennes carrières[modifier | modifier le code]

Ferme-auberge de la Glasshutte[modifier | modifier le code]

Le nom Glasshutte provient probablement d'une ancienne verrerie qui existait au XVIIIe siècle et où travaillèrent de nombreux verriers. Aujourd'hui, la ferme-auberge de la Glasshutte accueille de nombreux randonneurs qui viennent se désaltérer et se rassasier après avoir fait une longue promenade dans les alentours. Plusieurs chemins forestiers permettent de se rendre sur les contreforts du Grand Ballon, mais aussi au Judenhut,au Munsteraeckerle, ou encore au Roedelen où existe également une autre ferme-auberge.

Ferme-auberge de la Glasshutte

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :