Alone in the Dark (jeu vidéo, 1992)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le jeu vidéo de 1992. Pour le jeu vidéo de 2008, voir Alone in the Dark.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alone in the Dark.
Alone in the Dark
image

Éditeur Infogrames
Développeur Infogrames
Concepteur Frédérick Raynal, Didier Chanfray

Date de sortie 1992
Genre Aventure, survival horror
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme DOS, Mac OS, 3DO
Média Disquettes, CD-ROM
Langue Français
Contrôle Clavier

Alone in the Dark est un jeu vidéo développé et édité par Infogrames et réalisé par Frédérick Raynal. Il s’agit d'un jeu d'aventure – le premier de type survival horror – en 3D[1], publié sous DOS en 1992, puis porté sur Mac OS et 3DO en 1993 et 1994. Il est le premier épisode de la série Alone in the Dark.

Alone in the Dark est l'un des premiers jeux à représenter les personnages jouables en polygones dans un environnement pré-calculé. Il est le premier jeu à utiliser des séquences d'animations interpolées qui permettent de réduire la taille mémoire du jeu, et de proposer une animation 3D s'adaptant à la puissance de la machine.

L'histoire est inspirée par les films de George A. Romero et les nouvelles de H. P. Lovecraft. Elle se déroule dans un vieux manoir en Louisiane, réputé hanté, dont le propriétaire s’est récemment donné la mort. Dans la peau du détective privé Edward Carnby ou d’Emily la nièce du défunt, le joueur mène l’enquête dans le manoir.

Le jeu est acclamé par la presse pour sa réalisation technique et son ambiance horrifiante. Il remporte plusieurs prix en France et au Japon, dont le Tilt d'or décerné par Tilt qui le consacra meilleur jeu d'aventure de l'année. Il est le premier survival horror de l'histoire du jeu vidéo, genre popularisé avec la série Resident Evil ou Silent Hill.

Trame[modifier | modifier le code]

Le peintre Jeremy Hartwood, propriétaire de la fascinante demeure de Derceto, est retrouvé mort au grenier, après avoir laissé une lettre dans le tiroir du piano. Après une enquête rapide, la police conclut au suicide. D'après les déclarations de son fidèle majordome, Jeremy semblait fort tourmenté ces derniers mois. Malgré sa santé précaire, il s'épuisait littéralement à lire et à traduire les anciens manuscrits dont regorge la bibliothèque de Derceto.

Il semblait guetter quelque chose ou craindre une présence mystérieuse. Derceto est maintenant abandonnée... mais d'étranges rumeurs circulent, parlant de malédiction et de puissance démoniaque. Au départ, le personnage contrôlé par le joueur (au choix Edward Carnby ou Emily Hartwood) ne prend pas ces dires très au sérieux, les habitants des environs étant très superstitieux. Il arrive au manoir à la nuit tombée, et constate qu'il est enfermé.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Edward Carnby : détective privé, chargé de retrouver un piano rare dans le manoir pour un riche client (bien que cette quête soit sans importance dans le jeu). Il deviendra par la suite le héros de la série. À noter : Carnby porte une moustache dans cet épisode, qu'il rasera dès le jeu suivant.
  • Emily Hartwood : nièce de l'ancien propriétaire, elle veut savoir ce qui lui est vraiment arrivé. Moins forte que Carnby, elle est déconseillée aux débutants. Elle réapparaîtra dans le 3.
  • Ezechiel Pregzt : pirate sanguinaire, il fit construire Derceto, et fit installer sa tombe sous le manoir. Il contrôle les monstres de la maison, à l'exception du Chtonien des souterrains. Il doit être affronté deux fois dans le jeu : sous forme humaine, puis sous forme de fantôme crachant du feu. Une fois Pregzt tué, tous les monstres du jeu disparaîtront.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Alone in the Dark est un jeu d'aventure en vue à la troisième personne. Le joueur doit explorer le manoir à la recherche d'une sortie. Il est assailli par des ennemis surnaturels comprenant zombies, rats, géants et d'autres créatures bien plus bizarres. Le combat joue seulement un rôle partiel : il y a, par exemple, seulement une douzaine de zombies dans l'ensemble du jeu, et beaucoup de monstres sont détruits ou contournés en résolvant des énigmes. Il est alors nécessaire de chercher dans la maison le moindre indice permettant d'avancer dans l'histoire, plutôt que d'utiliser l'attaque frontale. Dans cette optique, de nombreux livres et manuscrits éparpillés dans la maison aideront le héros à sortir vivant du piège.

Développement[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le moteur original du jeu a été créé par Frédérick Raynal comme petit projet indépendant chez Infogrames. Avec l'aide de Didier Chanfray qui a réalisé les modèles 3D, un prototype fonctionnel permettait de suivre l'évolution d'un personnage dans un grenier, le tout en 3D. Un concours interne à Infogrames a permis de peindre les différentes vues et textures utilisées. Des quelques réalisations, celle de Yaël Barroz a été choisie, elle a plus tard été incluse dans l'équipe assurant le développement du jeu. Ce prototype finalisé permit de convaincre la direction d'Infogrames et le lancement du projet In the Dark (le projet changeant plusieurs fois de noms au cours du développement). Frédérick Raynal fut logiquement proposé pour diriger le projet.

Technologie utilisée[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, l'une des difficultés du développement d'un jeu vidéo était de faire en sorte qu'il s'exécute de manière semblable sur toutes les machines des particuliers dont les puissances pouvaient être très variables. Avec Alone in the Dark, les animations des personnages auraient donc pu être beaucoup trop rapides sur des machines puissantes pour l'époque, et trop lentes sur des machines peu performantes. Pour éviter cela, les développeurs ont laissé l'ordinateur calculer les positions intermédiaires des animations en temps réel, tout en faisant en sorte que chaque machine, en fonction de sa puissance, s'adapte pour que les animations se fassent à une vitesse prédéfinie par les développeurs[2]. Dans une interview donnée dans l'émission PC-Engine, Frédérick Raynal expliquait ce mécanisme ainsi : « Entre deux positions [...], si on a voulu que ceci se fasse en une seconde et que l'ordinateur est très rapide et qu'il s'aperçoit au bout d'un dixième de seconde qu'il va déjà afficher une autre image, il affichera les positions de l'articulation du personnage qu'à un dixième des positions, ce qui fait que sur une machine rapide il y aura jusqu'à 100 images par seconde alors que sur une machine lente il n'y en aura plus que 10, mais les temps des mouvements et des actions seront respectés »[2].

Version bêta[modifier | modifier le code]

Une pré-version du jeu fut présentée dans l'émission Micro Kid's ; Edward Carnby n'avait alors qu'une sphère à la place de la tête et le jeu était prévu sous le titre de Scream in the Dark[3].

Une autre version plus avancée fut également présentée à l'ECTS 1992 sous le titre Doom of Derceto[4].

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Média Note (PC)
Compilations de plusieurs critiques
Game Rankings 90,00 %[5]
MobyGames 80 / 100[6]
Presse généraliste du jeu vidéo
Drapeau : États-Unis Allgame 3,5/5 étoiles[7]
Drapeau : États-Unis IGN 6.0 / 10[8]
Drapeau : France Génération 4 97 %[9]
Drapeau : France Tom's Games 14 / 20[10]
Presse spécialisée dans le jeu d'aventure
Drapeau : Europe Adventure Europe 88 / 100[6]
Drapeau : États-Unis Adventure C. G. 4/5 étoiles[11]

Alone in the Dark a été globalement très bien reçu par la critique à sa sortie, avec des notes moyennes dépassant les 80 % selon les compilations de critiques de Game Rankings et Moby Games en ce qui concerne la version DOS et Macintosh. La version 3DO a été globalement moins bien accueillie.

La couverture du jeu a été dessinée par l'illustrateur français GILLES FRANCESCANO qui a aussi peint pour INFOGRAMES la couverture du jeu SHADOW of the COMET.


Héritage[modifier | modifier le code]

Devant le succès de Alone in the Dark, le développement d’une suite est mis en chantier. Un désaccord important entre l'équipe et Bruno Bonnell (président d’Infogrames) eut lieu concernant la direction que la suite devrait prendre. La société voulant une suite avec plus d'action, et l'équipe préférant rester dans l'optique d'un survival horror. La majorité de l'équipe quitta Infogrames pour fonder un nouveau studio appelé Adeline Software International et n'a donc pas participé à Alone in the Dark 2.

Toutefois, une entrevue faite avant la rupture montre que des parties importantes pensées par l'équipe originale ont été conservées dans la version finale du jeu. L'entretien présente notamment un croquis de la nouvelle maison à utiliser (maison que l'on retrouve dans Alone in the Dark 2) et le fait que Carnby puisse être habillé en père Noël.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]