Dead Rising

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dead Rising
image

Éditeur Capcom
Développeur Capcom
TOSE
Concepteur Keiji Inafune (producteur)

Date de sortie Xbox 360
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 8 août 2006
Icons-flag-eu.png 7 septembre 2006
Icons-flag-jp.png 28 septembre 2006

Wii - sous le titre : Dead Rising: Chop Till You Drop
Icons-flag-jp.png 19 février 2009
Icons-flag-us.png 24 février 2009
Icons-flag-eu.png 27 février 2009
Genre beat them all
Mode de jeu Solo
Plate-forme Xbox 360, Wii
Média DVD (Xbox 360)
Disque optique (Wii)
Contrôle Manette, Wiimote / Nunchuk

Moteur MT Framework
Havok[1]

Dead Rising est un beat them all basé sur l'univers des morts vivants. Il est édité et développé par Capcom et est sorti en 2006 sur Xbox 360.

Une adaptation a été développée par TOSE sur Wii sous le titre Dead Rising: Chop Till You Drop. Un deuxième opus est sorti le 24 septembre 2010 en Europe, se déroulant cette fois dans les casinos immenses de Fortune City, un Las Vegas fictif.

Tout comme Zombi en 1986, Dead Rising comporte de très nombreuses similitudes avec le film Zombie de George A. Romero sorti en 1978 : le thème principal, le lieu de l'action, ainsi que l'arrivée en hélicoptère. Il comporte aussi de nombreuses similitudes avec L'Armée des morts (le centre commercial avec une musique assez rassurante et des zombies stupides). Similitude également avec Zombie 2 de Lucio Fulci (le personnage principal est un reporter qui s'appelle West comme le héros de Dead Rising).

Le 10 janvier 2007, Capcom avait vendu 1 million d'exemplaires de Dead Rising[2].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Keiji Inafune en 2007, productueur de Dead Rising.

Le jeu prend place dans un gigantesque centre commercial infesté de zombies dans lequel le personnage principal est enfermé 3 jours. Le joueur dirige un personnage en vue « à la troisième personne ». Il peut prendre des photographies, sauter, ramasser des objets, les utiliser (il s'agit le plus souvent de se servir de l'objet pour frapper) ou les lancer.

Le héros évolue au fur et à mesure de ses actions, le niveau maximum étant le 50. À chaque monté de niveau, un attribut spécial est donné (aléatoirement) à Frank: nouveaux coups de corps-à-corps, sauter plus haut, courir plus vite, augmentation des points de santé... On peut récupérer des points de prestige ((PP) qui correspondent à l'expérience) en prenant des photos, en allant chercher des survivants, en ramenant des survivants dans la salle de sécurité, en tuant des zombies...

De très nombreux objets peuvent être ramassés :

  • battes de baseball, couteaux, pistolets, barres de fer, caisses, sécateurs, et de nombreux autres pour les objets d'attaque (la tondeuse à gazon est redoutable), en tuant un certain nombre de zombies ou encore en terminant certains objectifs spéciaux, des armes surpuissantes peuvent être débloquées (2 pour être plus précis).
  • bouteille, nourriture diverse pour les objets de guérison.
  • des bonus (sous la forme de livres) permettent d'améliorer les compétences du personnage mais au détriment d'un emplacement dans l'inventaire. Par exemple une plus grande résistance pour un type d'arme, un plus grand nombre de points pour chaque zombie tué etc.

Plusieurs missions lui sont proposées, certaines font partie de la « quête principale » (elles déroulent le scénario du jeu), d'autres sont optionnelles : il s'agit le plus souvent d'aller sauver une ou plusieurs personnes et de les escorter jusqu'à un point sûr mais aussi de battre des psychopathes à l'origine propriétaires ou employés d'une boutique...

Histoire[modifier | modifier le code]

Frank West, photographe reporter, est dépêché dans la ville de Willamette (Colorado) à la suite d'une rumeur selon laquelle la population aurait disparu. Dès son arrivée sur place en hélicoptère, Frank découvre une ville sous l'emprise du chaos : la ville est dévastée, et les rues grouillent de zombies à la poursuite de très rares survivants. Pris en chasse par l'armée mais souhaitant en savoir plus, Frank demande au pilote de le déposer sur le toit d'un centre commercial et de revenir le chercher 3 jours plus tard.

Dès les premiers pas, Frank fait la rencontre d'un personnage mystérieux, Carlito, qui le prévient d'un grand danger (« This my friend… is hell », littéralement « Ceci mon ami… est l’enfer »). Une fois à l'intérieur du centre commercial, Frank rencontre un groupe de réfugiés se tenant à l'écart de la horde de zombies. Malheureusement, une vielle femme voit son chien parmi les zombies et détruit les barricades pour sortir le chercher ; les zombies entrent alors et le groupe est en grande partie dévoré. Frank est contraint de rebrousser chemin et de condamner la chaufferie avec Otis, afin d'être en sécurité. Dès lors, Frank est pris dans une intrigue où il est tiraillé entre survivants à ramener dans la chaufferie à l'abri et comprendre les agissements de certains personnages qui semblent en savoir davantage sur les récents événements de Willamette…

Histoires parallèles: les psychopathes:

Lors des missions secondaires d'escorte ou de sauvetage proposés, Frank se retrouve à certains survivants qui se révèlent être de véritables psychopathes, devenus fous au point de s'en prendre aux survivants, et qui donc deviennent plus dangereux que les zombies eux-mêmes. Chacun de ces fous furieux, effrayants à souhait, correspondent à une boutique ou un espace particulier du centre commercial pour la plupart. Ainsi, parmi eux nous avons:

Adam le clown: propriétaire d'un manège à wagons qui, en marche, dissuade les zombies de l'attaquer. A ceci près que le manège, constamment en marche, est occupé par un malheureux ! Armé de 2 tronçonneuses, le clown est déterminé à empêcher quiconque de stopper les wagons.Il se fait mettre k.o par Frank,il tombe et se prend ses deux tronçonneuses dans le ventre.

Steven le caissier de supermarché: seul survivant d'un mini marché, il élimine tous ceux qui entrent dans son magasin (zombies et humains), persuadé qu'ils viennent vandaliser ce qui lui appartient. Armé d'une carabine et et d'un caddie "customisé" avec des lames et des produits d'entretien inflammables, Frank doit le battre pour sauver un survivant et prendre des médicaments.

Cliff à la machette: Vétéran de la guerre du Vietnam, il est persuadé que les zombies sont l'oeuvre des communistes. Avide de vengeance suite à la mort de sa petite fille, il capture, torture et execute tous les survivants, en espérant obtenir des infos sur ce qui s'est passé. Armé d'une machette, de grenades et de son expérience de la guerilla en Asie, il exploite les rayons labyrinthiques de son magasin pour leurrer son ennemi.

Jo la policière: officier de police au sein d'un magasin de mode féminine, elle retient captive quiconque entre dans le magasin pour des prétextes futiles (ex: une femme en tenue légère...), en réalité pour satisfaire ses pulsions sadiques. Armée d'un revolver, de sa matraque et de sa force physique, elle abuse de son autorité pour corriger les récalcitrants.

Sean le gourou: depuis l'arrivée des zombies, il dirige une secte de fanatiques en imperméables jaunes et masques verts (!) et prône les sacrifices humains pour espérer la survie de ses adeptes. Armé d'une longue épée, il contrôle les salles de cinéma du centre commercial.

Le trio d'évadés: évadés de prison, armés d'une jeep militaire avec sa mitrailleuse lourde, d'une batte de baseball; ils s'amusent à tirer sur tout ce qui bouge, zombies comme humains !

Kent le photographe: exerçant le même job que Frank, il souhaite avoir la même notoriété que lui. Pour cela, il est prêt à capturer un survivant pour le donner en pâture aux zombies, et à éliminer son "rival"... ce qui donnerait les meilleures photos de sa carrière. Armé d'un flingue, de quelques bases de self-défense... et de son appareil (pour admirer le combat de sa carrière !), il est prêt à tout pour surpasser Frank... dans tous les domaines.

Cletus l'armurier: proprio d'un magasin d'armes et paranoïaque, il empêche les survivants d'accéder à ses armes pour mieux combattre les zombies.

La famille de snipers: Jack, Thomas et leur père sont de très bons snipers, partisans du droit de la Constitution qui leur garantit l'usage d'armes à feu. Pour survivre, ils sont prêts à tuer les autres survivants pour s'accaparer les biens pour eux seuls.

Paul le pyromane: jeune homme parano mal dans sa peau, il est persuadé que tout le monde se moque de lui. Résultat: il attaque tous les passants avec des cocktails Molotov.

Larry le boucher: proprio de la boucherie, il doit, suite à l'attaque des zombies, trouver de la viande pour tenir sa réputation. Et comme la chair de zombie est pourrie, il rabat son choix sur... les humains. Armé de son hachoir, de ses crocs de boucher et de sa forte corpulence (lui permettant de se battre avec de gros morceaux de bœuf !), Frank doit le battre pour sauver un témoin capital pour son affaire.

Et tant d'autres...

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
Edge (GB) 8/10[3]
Presse numérique
Média Note
1UP.com (US) B+[4]
Gamekult (FR) 7/10[5]
IGN (US) 8,3/10[6]
Jeuxvideo.com (FR) 16/20[7]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 85.12 %[8]
Metacritic 85 %[9]

Critiques[modifier | modifier le code]

Le jeu ne reçoit que des critiques positives. En 2009 il reçoit le prix des meilleure ventes.

Ventes[modifier | modifier le code]

Portage Wii[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [image] « Arrière jaquette »
  2. « Dead Rising, au moins un million de contaminés », sur Jeuxvideo.com,‎ 10 janvier 2007
  3. « Notes Dead Rising. », sur Gamekult
  4. (en) James Mielke, « Test Dead Rising sur Xbox 360. », sur 1UP,‎ 4 août 2006
  5. GaTcHan, « Test Dead Rising sur Xbox 360. », sur Gamekult,‎ 6 septembre 2006
  6. (en) Charles Onyett, « Test Dead Rising sur Xbox 360. », sur IGN,‎ 7 août 2006
  7. Aiste, « Test Dead Rising sur Xbox 360. », sur Jeuxvideo.com,‎ 4 septembre 2006
  8. (en) « Moyenne notes Dead Rising. », sur Game Rankings (consulté en juillet 2011)
  9. (en) « Moyenne notes Dead Rising. », sur Metacritic (consulté en juillet 2011)

Lien externe[modifier | modifier le code]