Parodie musicale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La parodie musicale consiste à reprendre une musique ou des paroles existantes (le plus souvent bien connues) ou à copier le style particulier d'un compositeur ou d'un interprète ou bien, de manière générale, genre musical. Bien que la parodie musicale soit souvent à vocation humoristique, le genre comprend aussi des réutilisations sérieuses de musique. La parodie musicale existe probablement depuis que la musique existe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mot parodie vient du grec παρῳδία parôdia (de para, près ou contre et ode, chant). Souvent il y a une volonté satirique mais ce n'est pas toujours le cas en particulier en musique classique.

Au Moyen Âge et pendant la Renaissance, des messes étaient écrites en utilisant des airs de musique populaire. Plus tard inversement, la chanson populaire a utilisé l'air de chants religieux en substituant des paroles profanes et même parfois obscènes.

Les compositeurs classiques ont souvent empruntés des airs populaires ou des airs à des confrères. Bach et ses contemporains étaient très amateurs de quodlibet, combinant souvent plusieurs mélodies à la fois.

En musique classique, on appelle parodie la réécriture d'une œuvre d'un genre dans un autre : par exemple un motet transformé en une pièce instrumentale. Ainsi Girolamo Cavazzoni, Antonio de Cabezón, et Alonso Mudarra reprirent des motets de Josquin des Prez. Victoria, Palestrina, Lassus, et d'autres compositeurs connus du XVIe siècle utilisèrent cette technique ; Bach utilisa aussi de la musique de ses cantates pour son Oratorio de Noël.

En haut l'original BWV 213, au-dessous l'air n° 4 de l'oratorio de Noël

Exemples[modifier | modifier le code]

En France, on peut citer le groupe les Charlots puis l'animateur radio Cauet, Festival Roblès suivi du 6/9 (animateurs du morning d'NRJ), le groupe Les Bidochons, etc.

Certains font aussi des parodies occasionnellement, par exemple Guy Bedos (parodie de L'été Indien devenu Le Tube de l'Hiver), Le Bébête show (parodie de Felicità en 1983 devenue La politica, avec comme paroles C'est Fabius aux finances, Mauroy en vacances, La politica...), Karl Zéro (karaokés), Les Guignols de l'info (par exemple We Are the World devenue We fuck the world), ou Michaël Youn (qui parodie les rappeurs avec son personnage de Fatal Bazooka).

Les imitateurs sont également dans cas ; Thierry Le Luron a ainsi chanté notamment :

Laurent Gerra a chanté :

Confessions nocturnes de Diam's (ft. Vitaa) a été parodié par Fatal Bazooka (alias Michaël Youn) (ft. Vitoo alias Pascal Obispo) - Mauvaise Foi Nocturne.

Julien Cazarre est un humoriste français qui a parodié bon nombre de chanson française comme internationale avec comme seul sujet d'écriture le football pour l'émission de Radio After Foot sur RMC.

Weird Al Yankovic est un parodiste américain très connu dans son pays, avec des parodies comme « Fat » (Bad de Michael Jackson), « Amish Paradise » ou « Smells like Nirvana »...

Otto von Rhinau produit de la musique contemporaine électro-acoustique parodique.

La publicité détourne elle aussi parfois les paroles de chansons (par exemple pour les steaks hachés Bigard, pour William Saurin ou pour la lessive Xtra).

Notes et références[modifier | modifier le code]