Les Charlots

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Charlots

Description de l'image  Les_Charlots_et_Christian_Fechner_f%C3%AAtent_les_10_ans_du_groupe.jpg.
Informations générales
Surnom Les Problèmes
Pays d'origine France
Genre musical humour
variété française
Années actives 1966-1997
2008-2012
Composition du groupe
Anciens membres Gérard Rinaldi (1966-1986/2008-2012)
Jean Sarrus (1966-1997/2008-2014)
Gérard Filippelli (1966-1997)
Luis Rego (1966-1971)
Donald Rieubon (1966)
Jean-Guy Fechner (1966-1976/2013-2014)
Richard Bonnot (1989-1997/2013-2014)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charlot (homonymie).

Les Charlots sont un groupe musical français formé en 1966, composé principalement de Gérard Rinaldi, Gérard Filippelli, Jean Sarrus, Luis Rego et Jean-Guy Fechner.

Évoluant dans un style comique et parodique, ils doivent leur renommée aux films dont ils ont été les vedettes dans les années 1970, notamment Les Bidasses en folie, Les Fous du stade et Le Grand Bazar.

Biographie[modifier | modifier le code]

Créé au milieu des années 1960 sous le nom Les Problèmes, le groupe s'essaye avec Pascal Danel avant d'accompagner le chanteur Antoine en studio sur l'album Antoine rencontre les Problèmes (Vogue), puis en tournée et à la télévision, notamment lors d'un Discorama de Denise Glaser à l'hiver 1966. Il est alors composé de Gérard Rinaldi (chant et saxo alto), Jean Sarrus (basse, issu des Rebelles puis des Tarés), Gérard Filippelli (guitare solo), Luis Rego (guitare rythmique) et Donald Rieubon (batterie).

Ils assurent les premières parties de Françoise Hardy (1965), Johnny Hallyday (1967) ou encore Claude François (1968)[1]. Donald Rieubon quitte le groupe pour faire son service militaire (il jouera par la suite dans les groupes Martin Circus (1970), Labyrinthe (1970-1973), Tartempion et les Visitors ; il accompagnera aussi Nino Ferrer). Il est alors remplacé par William Olivier puis par Jean-Guy Fechner, le frère de leur manager d'alors Christian Fechner. William Olivier continuera avec eux comme batteur lors de leurs prestations en tant que chanteurs, la basse étant tenue par Jacques Dautriche alias « Sullivan », remplaçant de Luis Rego au sein des Problèmes, lors de l'incarcération de ce dernier au Portugal.

Considérés comme les meilleurs musiciens français de studio par le magazine américain Rolling Stone[réf. nécessaire] (ils sont aussi l'un des deux groupes français avec Téléphone, quelques années plus tard, à faire la première partie d'un concert des Rolling Stones), ils retrouvent Antoine pour une tournée au Canada durant laquelle ils échangent des idées avec les Brutos d'Aldo Maccione. Ils décident alors de se spécialiser dans la chanson humoristique, reprenant d'anciennes chansons d'avant-guerre et de caf' conc' (J'irai revoir ma Normandie, Le Sheik, Le Trompette en bois, Il m'a vu nue), le répertoire de Boris Vian (On n'est pas là pour se faire engueuler), des chansons originales (Paulette la reine des paupiettes) ou bien des « tubes » du moment arrangés à leur façon : Les Plaies-bois d'après Les Plays-Boys de Jacques Dutronc, puis plus tard Chagrin d'labour, une parodie de Chagrin d'amour en 1982, ou L'Apérobic en 1983. Leur répertoire s'étend également à la chanson grivoise avec des titres comme Le Trou de mon quai, Histoire merveilleuse (Je bande) ou encore Ah viens.

De 1968 à 1970, ils deviennent des invités réguliers de l'émission télévisée Tous en scène de Pierre Desfons, Claude Ventura, Robert Bober et Maurice Dugowson, où ils interprètent des chansons humoristiques comme Avec ma gueule de pauvre mec (parodie de Avec ma gueule de métèque de Georges Moustaki)[2]. Philippe Clair lance leur carrière cinématographique en 1970 avec La Grande Java mais c'est avec Claude Zidi qu'ils vont connaître leurs plus grands succès : Les Bidasses en folie (premier film du réalisateur), Les Fous du stade, Le Grand Bazar et Les Bidasses s'en vont en guerre. Leur humour s'exporte particulièrement bien à l'étranger (Inde et Sud-est asiatique essentiellement).

Luis Rego se sépare officiellement des Charlots en 1971 après Les Bidasses en folie, mais apparaît dans certains de leurs films suivants. Par l'intermédiaire de leur attaché de presse André Bézu, ils rencontrent Louis de Funès avec lequel un film est envisagé, mais le projet tombe à l'eau durant le tournage de Bons baisers de Hong Kong (à sa place, de Funès tournera L'Aile ou la Cuisse avec un autre comique de la jeune génération, Coluche). Jean-Guy Fechner quitte à son tour le groupe à la même époque, à la suite d'une brouille entre son frère Christian et les Charlots.

Au milieu des années 1980, alors que leurs films rencontrent un succès moindre, Antenne 2 leur propose d'animer l'émission de variétés Demain, c'est dimanche aux côtés de Désirée Nosbusch. Produite par Gérard Louvin et diffusée le samedi soir en remplacement de Champs-Élysées, l'émission durera 4 mois (de septembre à décembre 1985) et ne comportera que 9 numéros. Elle permet néanmoins à Gérard Rinaldi de se voir offrir des opportunités de travail, dans le doublage et à la télévision[3], l'incitant à entamer une carrière en solo. Le trio, désormais composé de Richard Bonnot, Gérard Filippelli et Jean Sarrus, tourne un dernier film en 1992, Le Retour des Charlots, avant de se séparer en 1997[réf. nécessaire].

Le 6 avril 2008, tous les membres historiques - à l'exception de Rieubon - sont les invités de Michel Drucker dans son émission télévisée Vivement dimanche.

Entre 2009 et 2011, Gérard Rinaldi et Jean Sarrus reforment un duo à l'occasion de la tournée Âge tendre et têtes de bois.

Gérard Rinaldi meurt le 2 mars 2012 à l’hôpital de Briis-sous-Forges (Essonne) des suites d’un cancer[4] à l'âge de 69 ans.

En février 2013, le premier festival consacré aux Charlots a eu lieu à Trazegnies en Belgique (où ils s'étaient produits en concert en 1968) : 3 jours avec exposition, projections de films en présence de Jean Sarrus, Jean-Guy Fechner et Richard Bonnot, ainsi que la participation de Ginette Rinaldi en hommage à son mari, Gérard Rinaldi[5].

Le 12 juin 2014, Richard Bonnot a participé anonymement au jeu de Nagui N'oubliez pas les paroles, où il est reparti avec 5000€[6][réf. nécessaire].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Mis à part Gérard Filippelli qui se fait appeler Phil, les Charlots gardent leurs vrais prénoms dans tous leurs films, sauf dans le diptyque Les Quatre Charlots mousquetaires / À nous quatre, Cardinal ! où ils prennent les noms des valets des mousquetaires. Gérard Filippelli et Jean Sarrus ont joué dans l'intégralité des films des Charlots. Gérard Rinaldi a joué dans tous les films des Charlots, sauf dans le dernier, Le Retour des Charlots, où il est remplacé par Richard Bonnot. Jean-Guy Fechner a joué dans neuf films des Charlots, de La Grande Java à Bons Baisers de Hong Kong. Luis Rego a joué dans quatre films des Charlots : La Grande Java, Les Bidasses en folie, Le Retour des bidasses en folie et Le Retour des Charlots. Les Charlots font une apparition dans Je sais rien, mais je dirai tout et Trop c'est trop.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

45 tours (E.P et singles)[modifier | modifier le code]

  • 1966 : Elle a gagné le yoyo en bois du Japon avec la ficelle du même métal / Der Noël von Scharlots / Je dis n'importe quoi, je fais tout ce qu'on me dit
  • 1967 : Les Plaies-bois / Les Cha cha typiques / Cet été c'était toi / L'Amour avec toé
  • 1967 : Mange ta soupe Herman / Gros bébé / Hey Max / Albert le contractuel
  • 1967 : Paulette la reine des paupiettes / Si tous les hippies avaient des clochettes / J'ai oublié bon bouchoir / Les Nouilles
  • 1967 : Berry Blues / Viens Bobonne / TVA TVA (À moi d'payer) / Necro-bossa
  • 1968 : Je chante en attendant que ça sèche / Say what I say / Je suis trop beau / Y'a plus d'vodka
  • 1968 : Je m'énerve / Aspirine Tango / Le Clown (Je deviendrai roi) / Gustine oh ! Gustine
  • 1968 : Sur la route de Pen'zac / Le Sheik / Le Trompette en bois / Il m'a vu nue
  • 1968 : Tu finiras sur les planches / Sur la commode / Dure de la feuille / Les Jardins de l'Alhambra
  • 1969 : Fais-moi mal Johnny / On n'est pas là pour se faire engueuler
  • 1969 : Le Pauvre Mec / Saint-Rock
  • 1970 : Derrière chez moi / C'est la fin de l'été
  • 1970 : Sois érotique / Hbibi Diali
  • 1971 : Merci patron / Berrystock
  • 1971 : L'Allumeuse de vrais berbères / Au pas cadencé
  • 1972 : Ah ! les fraises et les framboises / Sous les bananiers
  • 1972 : Au pays des pesetas / Histoire drôle
  • 1972 : Si tu n'veux pas payer d'impôts... cach' ton piano / Tu sens la menthe
  • 1973 : J'irai revoir ma Normandie
  • 1973 : Music-boutique
  • 1973 : Paroles, paroles, joli motard / Hénin-Liétard (Hénin-Beaumont)
  • 1974 : La Ballade de Constance (avec Joséphine Chaplin) / Mon ami Tango
  • 1974 : La Marche des Mousquetaires / La Ballade des valets
  • 1974 : Le Chou farci / J'bois plus d'eau
  • 1975 : Ce soir j'attends Valéry / Alors...Raconte
  • 1976 : From Hong Kong with love / Georges Super Star
  • 1976 : Les Colorants / M. le percepteur
  • 1976 : La Biguine au biniou / Y'en a pas deux comme toi
  • 1977 : Histoire merveilleuse
  • 1977 : Thème d'Omar / Et vive la liberté !
  • 1978 : Rio / En Amérique
  • 1979 : À l'ANPE / Ouille, ça fait mal
  • 1981 : T'es à l'usine Eugène (confidence sur le reggae) / Moi envie de faire tee-pee
  • 1982 : Chagrin d'labour / L'Islam classé X
  • 1983 : C'est trop... c'est trop ! / L'abbé rock
  • 1983 : L'Apérobic / Réflexions napoléoniennes sur un objet usuel de la vie en exil
  • 1984 : Yodoloï / Le grand cacatoes des Indes
  • 1984 : Vamos a trabajar / Ca boogie-woogait
  • 1985 : Ah ! Viens ! / Neurochimie mon amour (coït à Tokyo)
  • 1986 : Toot toot première fois (Toute première fois) / Station Barbès (La Boîte de jazz)
  • 1988 : Qu'est-ce qui ne tourne pas rond / Elucubrations 88 (Antoine et les Problèmes)
  • 1988 : Pour pas qu'l'amour capote / Professeur Chermann[7] - 45 tours en vente exclusive en pharmacie pour la lutte contre le SIDA
  • 1991 : La Pétanque
  • 2008 : T'as les sixties - Le Blues du fumeur

Membres[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1967 : Les Charlots à l'Olympia : Les Plaies-bois - Les Chacha typiques - Cet été, c'était toi - Charlots pub's - Elle avait du poil au ventre - Je dis n'importe quoi, je fais tout... - Marcel is back ou le retour de Marcel - L'Amour avec toé - Sous les drapeaux - Der Noël von scharlots - Relax - Elle a gagné le yoyo en bois du Japon...
  • 1967 : Charlow'up : Paulette la reine des paupiettes - Si tous les hippies avaient des clochettes - Mange ta soupe Herman - J'ai oublié bon bouchoir - Gros bébé - Viens bobonne - Berry Blues - Les Nouilles - Necro Bossa - Dors mon petit bébé - Hey Max - Albert
  • 1968 : Caf'Conc'Charlots : La Route de Pennzac - Le Sheik - La Rodeuse de barrière - Le Mistingo - Sur la commode - Les Jardins de l'Alhambra - La Trompette en bois - Dur de la feuille - Tu finiras sur les planches - Il m'a vu nue - Sors d'ici
  • 1969 : Les Charlots chantent Boris Vian : On n'est pas là pour se faire engueuler - L'Âme slave - La Java des bombes atomiques - J'suis snob - Le Cinématographe - La Malédiction des balais - Fais moi mal Johnny - Une bonne paire de claques dans la gueule - Les Chaussettes à clous - Je bois - Comme un pinson - Bourrée de complexes
  • 1970 : Charlotissimo : Ouvre la f'nêtre - Un gros bouddha - Mineur de fond - Le Trou de mon quai - Le Gardien de phare - Si tous les cocus - Les 80 Chasseurs - Les Pommes de terre - Son voile qui volait - Le Zipholo - Parle-moi en patois - Le Forgeron.
  • 1971 : Charloteries : Merci Patron - Derrière chez moi - Berry stock - Je m'énerve - Hibi diali - Ca vaut pas le coup de fumer du haschich - Sois érotique - Rock à la marie - C'est la fin de l'été - Gustine - Je suis trop beau - Je chante en attendant que ça sèche.
  • 1972 : En vadrouille
  • 1972 : Les Charlots- Olympia 72(live) : Introduction: Charlolympia - Derrière chez moi - Merci patron - Elle avait du poil au ventre - Si tu n'veux pas payer d'impôts... cach'ton piano - Der Noël von Scharlots - L'allumeuse de vrais Berbères - Charlots pub's 72 - La route de Pennzac - Sois érotique -L'histoire de la chanson d'été - Cet été c'était toi - Paulette, la reine des paupiettes - Berry blues - Merci patron
  • 1972 : Au pays des pesetas et d'autres aventures (disque Vogue n° LDM 30.159)
  • 1974 : La Révolution française (coécriture et arrangements avec Claude-Michel Schönberg) ;
  • 1975 : Ce soir j'attends Valéry
  • 1976 : Nouvelle cuvée : La biguine au biniou - L'embrayage - Y vaut mieux être pauvre - Y'en a pas deux comme toi - Si tant beaucoup loin - C'est dur la vie - Ma mère - Les aubergines - La reine du flipper - Ivrognerie - Chère menie - Mystère et gris gris (disque Vogue n° LDA 20208)
  • 1977 : Et ta sœur
  • 1985 : Fesses en rut majeure : Ah! Viens - Suce ma pine - Staphylocoque blues - La P'tite branlette - Neurochimie mon amour - Le Grand Vicaire (paroles Georges Brassens) ;
  • 1986 : Parod'Hit Parade : Il est plein - Toot toot première fois - La Bouche camembert - Station Barbès - Tout doucement dans les dents - Chagrin d'labour ;
  • 1999 : Les Charlots - anthologie vol. 1 ;
  • 2000 : Les Charlots - anthologie vol. 2 ;
  • 2000 : Les Charlots interdits - anthology's ;
  • 2008 : Les Charlots 2008 : Paulette la reine des paupiettes - Merci patron - L'Apérobic - Berry blues - La Biguine au biniou - C'est trop c'est trop - Chagrin d'labour - Le Chou farci - Albert - Sois érotique - Au pays des pésétas (+ deux inédits T'as les sixties - Le Blues du fumeur) ;
  • 2011 : Les Charlots, la compilation (double CD - remastérisés).
  • 2012 : Les Charlots, best of 3CD

Les Charlots en DVD[modifier | modifier le code]

France 
  • Coffret Charlots Connection + Le Retour des Charlots + Le Retour des bidasses en folie (One plus One)
  • Coffret Bons baisers de Hong Kong + Le Grand Bazar + Les Quatre Charlots mousquetaires + Les Bidasses s'en vont en guerre (StudioCanal)
  • Les Bidasses en folie (Opening)

Les titres suivants sont toujours inédits en France : La Grande Java, Les Fous du stade, Les Charlots font l'Espagne, Et vive la liberté !, Les Charlots en délire, Les Charlots contre Dracula.

En revanche, peuvent être trouvés dans d'autres pays :

  • À nous quatre, Cardinal ! (disponible en Allemagne et en République tchèque avec piste française)
  • Les Fous du stade (disponible au Canada et en République tchèque avec piste française)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Charlots 120 ans de conneries, Scarabée & Compagnie, 1984;
  • Jean Sarrus, 100 % Charlots, éditions Ramsay, novembre 2004;
  • Jean Sarrus, Définitivement CHARLOTS, éditions Grrr... Art, novembre 2012;
  • Adaptations en bandes dessinées, éd. Fleuve noir :
    • Les Fous du stade, adaptation Nicolas Fechner, dessin Guy Mouminoux, 1972
    • Le Grand Bazar, adaptation Nicolas Fechner et Patrice Dard, dessin Guy Mouminoux, couverture Jean-Claude Morchoisne, 1973
    • Un pour tous, tous pour un, adaptation Nicolas Fechner et Patrice Dard, dessin Guy Mouminoux? 1974.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 100 % Charlots, Jean Sarrus, éd. Ramsay, 2004
  2. Extraits sur le site de l'INA
  3. Il devient ainsi le comédien principal de la série à succès Marc et Sophie en 1987.
  4. « Gérard Rinaldi : l'acteur et chanteur des Charlots est décédé », premiere.fr, 2 mars 2012
  5. Thomas Léodet, Les Charlots font Trazegnies, L'Avenir, 5 février 2013.
  6. LIEN NON PÉRENNE :pluzz.francetv.fr
  7. Codécouvreur du virus VIH

Liens externes[modifier | modifier le code]