Giovanni Pierluigi da Palestrina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Palestrina.

Giovanni Pierluigi da Palestrina

alt=Description de l'image Giovanni Pierluigi da Palestrina-edit.jpg.
Naissance 1525 ou 1526
Palestrina
Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Décès 2 février 1594
Rome
Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Activité principale Compositeur, organiste,
maître de chapelle
Maîtres Giacomo Coppola, Robin Mallapert, Firmin Lebel
Élèves Francesco Soriano

Giovanni Pierluigi da Palestrina, né à Palestrina (en latin : Praeneste) près de Rome, 1525 ou 1526 – mort le 2 février 1594 à Rome) est un compositeur italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Palestrina est le nom de sa ville natale, près de Rome, qu'il prendra comme patronyme. Giovanni Pierluigi da Palestrina a passé la plus grande partie de sa vie à Rome. Les documents dans lesquels il est répertorié en tant que choriste à la Basilique Sainte-Marie-Majeure laissent penser qu'il s'est rendu pour la première fois à la Ville Éternelle en 1537, vers l'âge de 11 ou 12 ans, pour y être formé en tant qu'enfant de chœur (jeunes garçons recevant une formation complète de chanteurs dans le chœur — professionnel — de l'église).

Il fit ses études sous les ordres du maître de chapelle Giacomo Coppola (1538), puis des Français Robin Mallapert et Firmin Lebel (ce dernier, à partir de 1540). Il existe une rumeur qui affirme que le musicien huguenot Claude Goudimel a enseigné à Palestrina. Cette rumeur date du XIXe siècle, mais, d'après des études récentes, Goudimel n'a jamais été à Rome.

En 15441551, Palestrina a été organiste de l'église principale de sa ville natale, et dans la dernière année devint maestro di cappella (maître de chapelle) de la Basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome.

En 1550, l'évêque de sa ville est élu pape sous le nom de Jules III et l'invite à le suivre au Saint-Siège, impressionné par ses premières compositions, un recueil de messes polyphoniques : il est nommé directeur de musique de la basilique Saint-Pierre de Rome. C'est le premier livre de messes polyphoniques écrites par un compositeur italien de souche, la plupart des compositeurs de musique sacrée en Italie à cette époque venant des Pays-Bas, de France ou d'Espagne. En fait, ce recueil est encore sous l'influence d'un ouvrage précédent, publié par Cristóbal de Morales, et les gravures de la couverture sont presque les mêmes que celles qu'on trouve sur le livre du musicien espagnol.

L'un des successeurs du pape Jules III, Paul IV, exige la démission de tous les chanteurs ayant été mariés ou ayant écrit des œuvres profanes (madrigaux), ce qui est le cas de Palestrina. Il quitte donc le Vatican et prend successivement la direction musicale de Saint-Jean-de-Latran, puis de Sainte-Marie-Majeure. En 1571, il retourne à Saint-Pierre de Rome et y reste jusqu'à la fin de sa vie. Les années 1570 sont difficiles au niveau personnel : il perd son frère, ses deux fils, et sa femme à cause de la peste (respectivement en 1572, 1575 et 1580). Il prend alors la décision à ce moment de devenir prêtre, mais préfère se marier à nouveau, et cette fois à une riche veuve, ce qui lui permet une certaine indépendance financière (il n'était pas très bien payé en tant que maître de chapelle). Il peut ainsi composer à profusion jusqu'à sa mort, à l'âge de 68 ans ; il est alors reconnu par tous les musiciens de son temps. Il est inhumé à Saint-Pierre en 1594.

Au XIXe siècle, Victor Hugo et une certaine mentalité romantique le considéreront, avec une emphase coutumière aux auteurs de cette période, comme le père de toute la musique catholique, sinon chrétienne. Au tout début du XXe siècle (dans la lettre Motu proprio de 1903), le Vatican en fera une référence pour les compositions musicales religieuses. Plusieurs musiciens s'inspirèrent de l'esprit (et parfois de la lettre) de ces directives établies en collaboration avec le compositeur Lorenzo Perosi. En toute logique, cette lettre affirme au préalable que le chant grégorien doit retrouver sa place dans les églises catholiques. Comme tant d'autres à cette époque, Palestrina avait utilisé des teneurs grégoriennes comme principe d'écriture (comme « cantus firmus ») dans nombre de ses compositions musicales. Ses messes-parodies reprenaient elles aussi les habitudes de l'époque (cette dénomination signifiait simplement qu'elles développaient un motet, ou un fragment de motet, et non plus une simple teneur).

Palestrina avait également appliqué les réformes décidées par le Concile de Trente : les cardinaux Charles Borromée et Vitellozo Vitelli, réunis pour réviser les statuts de la chapelle pontificale, avaient voulu obtenir l'intelligibilité des paroles et une musique en rapport intime avec le texte[1].

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Statue de Palestrina sur la place de sa ville natale
  • 104 messes (de 4 à 8 voix) :
    • 43 d'entre elles sont construites sur un « cantus firmus », par exemple la Missa Aeterna Christi Munera (Messe « Les Présents éternels du Christ »), la Missa Iste Confessor (Messe « Ce Confesseur »), la Missa Ecce sacerdos magnus (Messe « Voici le grand prêtre »), et les messes Veni Creator, Lauda Sion, Regina Cœli, etc. ;
    • 30 autres messes sont construites sur des fragments de motets ou sur des madrigaux de Palestrina ou d'auteurs contemporains (par ex. Assumpta est, O magnum mysterium, O sacrum convivium, et Io mi son giovinetta (« Je suis une jeune fille »), sur un madrigal célèbre de Domenico Ferrabosco) ;
    • 4 autres le sont sur des chansons populaires, comme L'Homme armé, Je suis déshéritée, et la Missa Papae Marcelli (« Messe du Pape Marcel ») ;
    • 5 autres sont écrites en canon, comme la messe Ad fugam qui réalise un tour de force contrapuntique avec ses deux canons à la quarte superposés ;
    • Les autres messes sont composées sur des thèmes originaux, ou d'auteurs inconnus, comme la messe Quando lieta sperai (« Quand, joyeuse, tu espères »), ou la messe Quale è il più grand' amor (« Quel est le plus grand amour »).
  • 375 motets, dont les Impropères du Vendredi saint (de 4 à 12 voix).
  • 66 offertoires (à 5 voix).
  • 35 Magnificat (de 4 à 6 voix).
  • 8 litanies (de 3 à 8 voix).
  • 4 cycles de Lamentations de Jérémie (de 3 à 8 voix).
  • 14 psaumes et cantiques (de 4 à 8 voix).
  • 52 hymnes (à 4 voix).
  • Stabat Mater à double chœur.
  • 56 madrigaux spirituels.
  • 91 madrigaux profanes.
  • 9 ricercari pour orgue.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Honegger, Dictionnaire de la musique, Paris, Bordas, 1979. Article « G.P. da Palestrina »
  • Jean-François Gautier, Palestrina, ou l'esthétique de l'âme du monde, Actes Sud, 1994.
  • Lino Bianchi, Giovanni Pierluigi da Palestrina, Fayard, 1994.
  • Véronique Largue, Giovanni Pierluigi de Palestrina, Fayard, 2003.