Monodie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En musique, le terme monodie signifie deux choses.

Musique à l'unisson[modifier | modifier le code]

La monodie désigne tout d'abord une structure musicale dont les différentes parties — les sources sonores, instrumentales ou vocales — sont constamment séparées par un intervalle d'unisson. Dans ce sens-là, on peut dire aussi monophonie ou homophonie. La monodie opère une sélection de fréquences — appelées degrés — au moyen d'échelles et d'intervalles précis.

Exemples : musique de la Grèce antique, plain-chant, chant ambrosien, chant byzantin, ainsi que de nombreuses musiques traditionnelles dont l'origine se perd dans la nuit des temps.

  • En cela, la monodie se distingue des systèmes musicaux suivants :
    • les musiques hétérophones, c'est-à-dire, les musiques qui pour l'essentiel, n'utilisent pas d'échelles de fréquences prédéterminées ;
    • les musiques pratiquant les simultanéités sonores délibérées et programmées — au moyen d'une partition, le plus souvent — telles que polyphonie ou harmonie.

Monodie accompagnée[modifier | modifier le code]

Dans la musique occidentale, et plus précisément, dans la musique savante, tonale et harmonique, la monodie désigne également le procédé d'écriture musicale combinant et opposant, d'une part, une partie principale — très souvent, une voix, ou un groupe de voix — réalisant la mélodie, d'autre part, un second groupe de voix — ou d'instruments — assurant l'accompagnement de cette première partie. Pour simplifier, la monodie se résume à une mélodie accompagnée d'accords.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]