CHOI-FM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la station de la ville de Québec. Pour les autres stations CHOI Radio X, voir Groupe Radio X.

CHOI-FM

alt=Description de l'image CHOI 981 RadioX Quebec.png.
Présentation
Pays Drapeau du Canada Canada
Siège social Québec, Québec
Propriétaire RNC Media
Slogan Radio X
Langue Français
Statut commerciale privée
Site Web CHOI Radio X
Historique
Ancien nom CHRC-FM (1949-1976)
Création 1er novembre 1949
Diffusion
FM 98,1 MHz
Streaming oui Oui

CHOI-FM (ou CHOI Radio X) est une station de radio FM qui diffuse sur la fréquence 98,1 MHz à Québec, au Québec. Localement, elle est mieux connue sous le nom de Radio X, en référence à la « Génération X ». Autrefois la propriété de Genex Communications, elle appartient à RNC Media depuis 2006. Elle est à la tête du réseau Groupe Radio X.

Historique[modifier | modifier le code]

CHRC Ltée, propriétaire de la station CHRC-AM a lancé CHRC-FM le 1er novembre 1949 à la fréquence 98,1 FM avec une puissance de 250 watts, puis à 595 watts en 1957. En 1965 la station diffusait en stéréo avec une puissance de 81 000 watts en offrant une programmation indépendante de CHRC-AM de midi à minuit. En 1976, CHRC-FM devient CHOI-FM. Le 7 août 1979, CHRC Ltee fut racheté par Télé-Capitale Ltée. qui fut racheté par Capital Radio Broadcasting Operations Inc. en 1985, qui fut ensuite racheté par Télémédia Communications Inc. en 1995. Puisque Télémédia possédait déjà la station CITF-FM dans la ville de Québec, elle a dû mettre CHOI-FM en vente.

Acquisition par Genex Communications[modifier | modifier le code]

En 1997, Télémédia vend 80 % de la station, dont 60 % acheté par Patrice Demers, président de Genex Communications, 20 % par Les Entreprises Octave, et le 20 % restant de Télémédia. En 1998, l'antenne fut déplacée et la puissance fut réduite à 40 000 watts. CHOI-FM change radicalement de format musical et éditorial, en allant à contre-courant de ce qui se fait à l'époque en créant le format Radio X. Après quelques années de vache maigre, la station devient rentable, puis se hisse au sommet des habitudes d'écoutes dans son marché grâce à son morning show, Le Monde parallèle de Jeff Fillion.

Avec les années, elle devient la cible de différents groupes de pression, notamment les syndicats, les groupes féministes et le milieu artistique. Elle devient également partenaire d'une multitude d'événements et s'implique dans diverses causes sociales et communautaires, telles que la lutte contre la prostitution juvénile et la sauvegarde de l'Agora de Québec.

Conflit avec le CRTC[modifier | modifier le code]

Jusqu'au 17 mars 2005, Jean-François Fillion est l'animateur vedette de la station. Les jours de semaine, le « morning man » anime, en compagnie de son équipe, Le monde parallèle de Jeff Fillion. Au fil des années, ses idées et opinions font de lui l'animateur de radio le plus écouté et le plus controversé à Québec. Il est poursuivi à de multiples reprises pour diffamation, en particulier envers des personnalités publiques du Québec.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Le 13 juillet 2002 Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) renouvelle le permis de la station pour une durée de deux ans au lieu des sept ans habituels et assortit son renouvellement d'une mise en probation.

Le 13 juillet 2004, le CRTC annonce qu'il ne renouvelle pas le permis de diffusion parce que la station a tenu des propos offensants et insultants. La conséquence de cette décision est que la station doit arrêter de diffuser tout signal radio après la nuit du 31 août 2004, lorsque son permis sera échu.

Le 22 juillet 2004, un nombre estimé entre 15 000 et 50 000 [1] personnes descendent dans les rues de la ville à l'appel de la station pour protester contre cette décision, se réclamant du droit à la liberté d'expression.

Le 10 août 2004, environ 3 000[2] auditeurs de la station vont protester devant le Parlement du Canada, à Ottawa, pour montrer leur support envers la station et déposer une pétition de 200 000 signatures. CHOI diffusa son émission de l'après-midi en direct d'Ottawa.

Le 11 août 2004, la station porte la décision en appel devant la cour fédérale afin de renverser la décision du CRTC et ainsi pouvoir obtenir le renouvellement de son permis.

Le 25 août 2004, le CRTC et le gouvernement fédéral ne s'opposent pas à la demande de la station de pouvoir diffuser durant les procédures judiciaires pendantes devant la cour d'appel fédérale du Canada.

Le matin du 17 mars 2005, La cour condamne CHOI-FM à verser 340 000 [3] dans un procès en diffamation. Fillion est congédié de son poste d'animateur du matin à la station.

Le 11 avril 2005, CHOI-FM est condamné à verser 340 000 $ [3] à Sophie Chiasson pour diffamation.

Le 1er septembre 2005, la cour d'appel confirme la décision du CRTC et donne 20 jours à la station pour porter la décision en Cour suprême du Canada.

Le 20 octobre 2006, le CRTC accorde l'autorisation à CHOI de vendre la station à Radio-Nord.

Le 8 mai 2006, Genex annonce qu'une entente pour la vente de CHOI-FM au groupe RNC Media a été conclue. Radio Nord assure que le format radiophonique demeurera inchangé. Patrice Demers conserve ses fonctions et affirme que, sans une vente, il aurait dû fermer la station.

Malgré la transaction, Genex doit continuer d'assumer les coûts reliés aux poursuites civiles intentées contre CHOI par Sophie Chiasson, Pierre Jobin et Robert Gillet. Le 20 octobre 2006, le CRTC approuve la vente de CHOI à Radio-Nord, ce qui règle le dossier de Genex contre le CRTC.

Le 14 juin 2007, la Cour suprême refuse d'entendre l'appel de Genex concernant la décision de la cour fédérale [3]. Le CRTC, qui voit donc sa décision de fermeture antérieure confirmée, annonce que le droit d'émettre est transféré à RNC Média selon le contrat de vente ratifié antérieurement à la demande d'appel à la Cour suprême. La station continuera donc d'émettre.

Grille horaire et animateurs[modifier | modifier le code]

Semaine[modifier | modifier le code]

Le show du matin (5h30-9h30)[modifier | modifier le code]

Denis Gravel, animateur.

Jérôme Landry, coanimateur et journaliste.

Vincent Cauchon, chroniqueur sportif.

Véronique Bergeron, chroniqueuse Showbizz.

Jean-Francis Blais, recherchiste

Maurais Live (9h30-11h30)[modifier | modifier le code]

Dominic Maurais, animateur.

J-C Ouellet, coanimateur et journaliste.

Laurent Gaulin, recherchiste

Monette (11h30-14h30)[modifier | modifier le code]

Carl Monette, animateur

Marie Saint-Laurent, coanimatrice

Yannick Tremblay, recherchiste et journaliste

Le retour de Radio X (14h30-17h00)[modifier | modifier le code]

Stéphane Gasse, animateur.

Caroline Leclerc, coanimatrice

Vincent Cauchon, chroniqueur sportif.

Laurent Gaulin, recherchiste.

Le 5 à 7 (17h00-19h00)[modifier | modifier le code]

Dany Houle, animateur.

Martine Albert, coanimatrice.

Marc-André Lord, coanimateur et journaliste.

Moreault en jase (19h00-21h00)[modifier | modifier le code]

Roby Moreault, animateur.

Marc-André Lord, recherchiste.

Le show tard (21h00-23h59)[modifier | modifier le code]

Mario Tremblay, animateur.

Last call (23h59-1h30)[modifier | modifier le code]

Yannick Marceau, animateur

Fin de semaine[modifier | modifier le code]

Le show du matin week-end (6h00-10h00)[modifier | modifier le code]

Yannick Marceau, animateur.

Véronique Racine, coanimatrice et chroniqueuse showbizz.

Martin Busuttil, journaliste et chroniqueur sportif.

Légendes du Rock (10h00-16h00)[modifier | modifier le code]

Guy Massé, animateur.

L'extra 80 (16h00-18h00)[modifier | modifier le code]

Anciens animateurs[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Victimes de la Radio-Poubelle (2006). Documentaire sur des individus qui ont été harcelés par les animateurs de radio André Arthur et Jeff Fillion sur CHOI-FM. Diffusé dans la série Victimes, sur Canal D [4],[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent, Turbide et Laforest, La Radio X, Les médias et les citoyens. Dénigrement et confrontation sociale, p.105
  2. Vincent, Turbide et Laforest, La Radio X, Les médias et les citoyens. Dénigrement et confrontation sociale, p.43
  3. a, b et c Vincent, Turbide et Laforest, La Radio X, Les médias et les citoyens. Dénigrement et confrontation sociale, p.45
  4. « Victimes de la Radio-Poubelle », Canal D,‎ 2006 ?
  5. « Victimes de la Radio-Poubelle », Québec Facho-Watch,‎ 1 janvier 2012

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]