Louis Liard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Louis Liard par André Brouillet (1907)

Louis Liard, né à Falaise (Calvados) le 22 août 1846 et mort le 21 septembre 1917 à Paris, est un philosophe et administrateur français.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il fait ses études au collège de Falaise (Calvados), puis à Paris au lycée Charlemagne et à l’École normale. Agrégé de philosophie et docteur ès lettres, il enseigne aux lycées de Mont-de-Marsan et de Poitiers, puis à la faculté des lettres de Bordeaux, où il exerce également diverses fonctions administratives. Il est nommé recteur de l’académie de Caen en 1880, puis directeur de l’enseignement supérieur au ministère de l’Instruction publique de 1884 à 1902. Il est nommé vice-recteur de l’académie de Paris en 1902, puis recteur.

Il est élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1903.

Philosophe, puis réformateur de l'enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

À la suite de la guerre de 1870, il acquiert la conviction que la défaite avait des causes « intellectuelles » liées au sous-développement d’une Sorbonne somnolente et sclérosée. Plusieurs de ses œuvres témoignent de cette recherche pour un renouveau de la pensée française. Il met ses idées en œuvre en acceptant le poste de directeur de l'enseignement supérieur en 1884, poste qu'il conservera pendant près de vingt ans. Son nom reste attaché à une profonde réforme de l'université française pendant cette période, la "réforme Liard".

Hommages[modifier | modifier le code]

Un lycée (depuis son changement de statut d'ancien collège en 1959) et un square (inauguré en 2013 pour les 200 ans de la création dudit collège) à Falaise, un amphithéâtre de la Sorbonne, un prix de l’Académie des sciences morales et politiques ainsi qu'une rue de Bordeaux portent son nom.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Des définitions géométriques et des définitions empiriques, 1873 (texte en ligne)
  • Les Logiciens anglais contemporains, 1878
  • La Science positive et la Métaphysique, 1879
  • Lectures morales et littéraires, à l’usage de l’enseignement primaire élémentaire et de l’enseignement primaire supérieur, avec des notices et des notes, 1882
  • Morale et enseignement civique à l’usage des écoles primaires : cours moyen et cours supérieur, 1883 (texte en ligne)
  • Cours de philosophie : Logique, 1884 (texte en ligne)
  • L’Enseignement supérieur en France, 1789-1889, 2 volumes, 1888-94
  • Pages éparses, 1902
  • L’Université de Paris, 2 volumes, 1909 (texte en ligne (1) (2))
  • Descartes, 1911 (texte en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :