Lycée Charlemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charlemagne (homonymie).
Lycée Charlemagne
Image illustrative de l'article Lycée Charlemagne
Généralités
Création 1804
Pays Drapeau de la France France
Académie Paris
Coordonnées 48° 51′ 15″ N 2° 21′ 37″ E / 48.8541, 2.360448° 51′ 15″ Nord 2° 21′ 37″ Est / 48.8541, 2.3604  
Adresse 14 rue Charlemagne
75004 Paris
Cadre éducatif
Type Établissement public local d'enseignement (EPLE)
Proviseur Pierrette FLOC'H
Proviseur-adjoint Gérald Barcelo
Principal-adjoint Myriam Opinel
Matricule Collège : 0752525 M
Lycée : 0750652 B
Population scolaire ~ 550 au collège
~ 1 000 au lycée
Formation Collège
Lycée général (S, ES et L)
CPGE scientifiques
Langues étudiées anglais, allemand, espagnol, russe, hébreu, chinois
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Point carte.svg

Le lycée Charlemagne se trouve 14 rue Charlemagne, en plein centre du quartier du Marais, dans le 4e arrondissement de Paris.

La rénovation du lycée Charlemagne effectuée par le conseil régional d’Île-de-France et la ville de Paris a été achevée en 1993.

Le porche d'entrée actuel a été créé à partir d'un plan du XVIIe siècle en démolissant un bâtiment qui empêchait l'accès du lycée par la rue Charlemagne, l'entrée se faisait alors par le 101 de la rue Saint-Antoine[1].

Ce site est desservi par les stations de métro Saint-Paul et Pont Marie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lycée va de pair avec le collège Charlemagne (ancien « petit lycée ») qui se trouve juste en face, dans la rue Charlemagne, et qui côtoie l'enceinte de Philippe Auguste dont seul le parement extérieur subsiste encore.

En 1580, le cardinal de Bourbon achète à la duchesse de Montmorency l'hôtel de la Rochepot et Damville. Il le donne aux Jésuites, qui démolissent le corps de logis situé en bordure de la rue Saint-Antoine et le remplacent par une chapelle dédiée à Saint Louis, en 1582.

Les Jésuites édifient entre 1627 et 1647, sur l'enceinte de Philippe-Auguste, un bâtiment destiné à devenir leur résidence[2]. Cette maison devient l'une des plus célèbres de l'ordre. Elle est la demeure des confesseurs des rois, dont le père de La Chaise confesseurs de Louis XIV avec le Père Michel Le Tellier et de prédicateurs renommés tels Bourdaloue, ou Ménestrier, et le Père Pierre Coton qui fut celui d'Henri IV et de Louis XIII.

De 1762 à 1767, les bâtiments sont désertés à la suite de l'expulsion de la Société de Jésus sous le ministère du duc de Choiseul.

Le 23 mai 1767, les Génovéfains du Val-des-Écoliers achètent la Maison des jésuites pour 400 000 livres ; ces chanoines réguliers de la réforme de Sainte-Geneviève quittent leur prieuré de Sainte-Catherine de la Couture (qui tombe en ruines) et occupent l'ancien noviciat des Jésuites, qu'ils nomment Prieuré Royal de Saint-Louis de la Couture (ou de la culture)[3].

Ils en louent la grande galerie bibliothèque à la ville de Paris. On y établit, de 1773 jusqu'en l'année 1790, la bibliothèque publique de la ville de Paris[4].

À la Révolution française, la Constituante ayant supprimé les ordres monastiques, les bâtiments servent de dépôt. Le 17 mars 1795, (27 ventôse an III) un arrêté du Directoire met la bibliothèque de la Commune à la disposition de l'Institut national des sciences et des arts, qui en pille le fond (20 à 30 000 ouvrages).

En 1797, l'ancienne maison professe des jésuites devient l'École Centrale de la rue Saint-Antoine. Sous l'Empire, Joseph Lakanal accepta la chaire de langues anciennes à l'École centrale de la rue Saint-Antoine.

La loi du 11 floréal an XI (ler mai 1802), débaptise l'école centrale de la rue Saint-Antoine, qui devient le Lycée Charlemagne[5].

Le décret impérial du 24 brumaire an XIII manifeste la volonté d'installer le lycée près de la place des Vosges, dans la maison des Minimes ; mais le décret du 21 mars 1812 confirme son implantation et autorise l'agrandissement du lycée qui reçoit alors quatre cents pensionnaires (externes)[5].

En 1815, il est débaptisé, et devient le Collège Royal de Charlemagne.

La chapelle[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Louis de 1582 fut remplacée par l'église actuelle en 1627, dont le roi Louis XIII posa la première pierre et qui fut connue sous le nom de Saint-Louis-des-Jésuites. Son plan fut réalisé par deux jésuites, le frère Étienne Martellange (1568-1641) et François Derand. La première messe y fut célébrée le 9 mai 1641 par le cardinal de Richelieu, bienfaiteur de l'église en 1634, à qui il offrit les belles portes de chêne sculpté aux initiales de la Compagnie de Jésus. Bourdaloue y fit ses débuts en 1669 et y prononça l'oraison funèbre du Grand Condé en 1687. Bossuet et Fléchier y prêchèrent également. Dans la chapelle primitive avait été baptisée en 1626 Marie de Rabutin-Chantal, future Mme de Sévigné.

Structure actuelle[modifier | modifier le code]

Le lycée accueille sept classes de seconde, une 1ère et terminale L, une 1ère ES, cinq 1ères et six terminales S. Il ouvrira également à la rentrée 2013 une terminale ES. Il accueille également des classes préparatoires aux grandes écoles, à savoir deux classes de MPSI, une classe de PCSI, pour la première année, ainsi qu'une MP, une MP*, une PC, et une PC* pour la deuxième année.

Actuellement le proviseur est Pierrette Floc'h, qui a succédé à Alberto Munoz en 2011.

Quelques anciens élèves[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Élève du lycée Charlemagne.
Vestiges des remparts de Philippe Auguste, à l’angle du petit lycée

Quelques anciens professeurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lycée Charlemagne, « Lycée Charlemagne - Informations pratiques », Lycée Charlemagne (consulté le 27 février 2010)
  2. Histoire du Lycée Charlemagne sur le site des Journées du patrimoine
  3. L'église de Paris pendant la révolution française.
  4. Site de la bbf
  5. a et b Félix Lazare : Dictionnaire administratif et historique des rues et monuments de Paris
  6. « Fiche no 2490 », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]