Congrès juif canadien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Congrès juif canadien, ou Canadian Jewish Congress en anglais, souvent appelé le CJC, est une organisation représentantative des organismes Juifs au Canada. Plus vieille organisation juive canadienne[1], le CJC constitue l'un des principaux groupes de pression et de défense des juifs du Canada.

Histoire du CJC[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Le Congrès juif canadien est fondée lors d'un congrès tenu à Montréal en mars 1919[2]. Sa création est discuté auparavant pendant un certain nombre d'années. En 1915, une organisation juive appelée Poalei Zion (en français: Travailleurs de Sion) est fondée à Montréal[3]et on parle de créer une organisation nationale pour tous les Juifs vivant au Canada. Deux ans plus tard, 13 autres petites organisations locales ainsi que l'Arbeiter Ring forme l'Alliance Canadienne Juive (CJA). Pour sa part la Fédération des Sociétés Canadiennes Sionistes, refuse de se joindre à l'Alliance Canadienne Juive (CJA). Malgré l'opposition de la Fédération des Sociétés Canadiennes Sionistes, l'Alliance Canadienne Juive (CJA) poursuit son projet afin de créer une organisation représentant tous les juifs vivant au Canada. Cet effort est encouragé avec la création en 1918 de l'American Jewish Congress. Finalement, début 1919, plus de 25,000 Juifs de partout au Canada votent localement dans leurs différentes associations pour élire des délégués en préparation pour la première convention du Congrès juif canadien qui se tiendra en Mars. Des groupes aussi différentes que la Fédération de Clarence de Sola, Poalei Zion, Mizrachi et le Arbeiter Ring sont présents à la première convention à Montréal[3]. Le Congrès juif canadien est enfin crée après tant d'effort. La principale décision de la convention est d'aider les nouveaux immigrants Juifs qui arrivent au Canada. Les délégués votent en faveur de la création du "Jewish Immigrant Aid Society" , un organisme de solidarité sociale qui va au cours des années suivantes développé des services sociaux, des banques alimentaires et des groupes d'entraide pour les nouveaux arrivants juifs[2]. La convention élit Lyon Cohen (socialiste et ancien président du syndicat de vêtements de Montréal) comme président du Congrès juif canadien[2].

Lobby pro-immigration[modifier | modifier le code]

Malgré ce bon départ, le Congrès Juif est lent à s'organiser jusqu'en 1934. Avec la montée de l'antisémitisme et les nouvelles politiques d'immigration plus sévères du gouvernement Canadien dans les années 1930, le Congrès juif canadien se réunit à nouveau en 1934 pour sa deuxième convention nationale[2]. Samuel William Jacobs, député à la Chambre des communes (Parlement Fédéral Canadien) est élu nouveau président du CJC[4]. Le Congrès Juif tente alors un lobby important auprès du gouvernement Canadien afin que le Canada ouvre davantage ses frontières aux réfugiés juifs fuyant l'Europe. Mais le succès de cette campagne reste très limité[2].

Accueil des Survivants[modifier | modifier le code]

Dès la fin de la seconde guerre mondiale, le CJC se réunit afin d'organiser des secours pour les survivants de l'Holocauste. Beaucoup d'entre eux vivent dans des Camps pour personnes déplacées en Europe. Parallèlement aux efforts du sénateur Arthur Roebuck[5]et du rabbin Avraham Aharon[6], le Congrès juif canadien obtient la libération de nombreux réfugiés juifs et les accueille à Toronto et à Montréal[2]. Le nouveau président du CJC est Samuel Bronfman, un homme d'affaires très prospère de Montréal. Grâce à l'influence de Samuel Bronfman, Montréal devient la ville nord-américaine accueillant le plus grand nombre de victimes de l'Holocauste après la ville de New York[3].

Chasse aux communistes[modifier | modifier le code]

Durant la guerre froide à la demande pressante du président du CJC Samuel Bronfman, le Congrès Juif expulse de ses rangs en 1951 le United Jewish People une organisation radicale de gauche. À cette époque, l'United Jewish People est la plus grande organisation juive laïque de solidarité sociale au Canada. L'United Jewis People sera réadmis en 1995 avec des excuses du Congrès Juif[7].

Immigration russe[modifier | modifier le code]

Dans la décennie des années 1990, le CJC lance une campagne pour permettre d'accueillir au canada le plus grand nombre possible d'immigrants juifs de l'ex-Union Soviétique. Le CJC fait également pression sur le gouvernement canadien afin qu'il poursuivre quelques criminels de guerre nazis qui s'étaient secrètement établis au Canada depuis les années 1950. Le Congrès Juif réussit à convaincre le gouvernement Canadien à extrader hors du Canada des négationnistes tels que Ernst Zündel.

Réorganisation[modifier | modifier le code]

En juin 2007, le CJC introduit des changements importants dans son organisation interne[8]. Le système précédent de représentants choisis par les fédérations juives locales est aboli, et on opte pour un nouveau système dans lequel les membres du conseil seront élus individuellement par vote universel des membres indépendamment de leur affiliation locale. À la suite de cette réorganisation, la direction du Congrès juif canadien est composé de personnalités éminentes de la communauté juive plutôt que de représentants des organisations juives locales[9]. Actuellement, le président élu est Mark Freidmann et les vice-présidents sont Sylvain Abitbol et le Rabbin Dr. Reuven Bulka et le chef de direction (cadre supérieur) est Bernie Farber. Le Congrès juif canadien est affilié au Congrès juif mondial.

Controverse au sein du CJC[modifier | modifier le code]

Ces dernières années, le Congrès juif canadien est critiqué pour avoir délaissé des questions locales et avoir mis de l'emphase sur la défense de l'État d'Israël[10]. Ainsi Abraham Arnold, un membre de longue date du Congrès Juif et décoré de l'Ordre du Canada, est d'avis que le CJC s'est transformé petit à petit en un groupe de technocrates qui décourage le débat[11]. Gerald Tulchinsky un professeur de l'université Queen's qui se spécialise dans l'histoire juive du Canada déclare que Le CJC dans sa recherche pour établir des liens avec l'État d'Israël, a perdu sa résonance avec un nombre croissant juifs Canadiens non-préoccupés par les questions internationales[11]. Ce à quoi répond le président du CJC Mark Freidmann que les Juifs Canadiens ne doivent pas s'isoler dans des questions locales[12]. Ce débat va probablement se poursuivre: B'nai Brith Canada et Independent Jewish Voices Canada exprimant des opinions très divergentes[13].

Campagne pour la tolérance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bernie Farber.

Le Congrès juif canadien travaille actuellement à promouvoir la tolérance et la compréhension entre les groupes religieux et ethniques différents vivant au canada. Sa dernière campagne fait la promotion du travail anti-raciste entre Canadiens de toutes les origines.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (Boesveld, p. 1)
  2. a, b, c, d, e et f (Linteau, p. x)
  3. a, b et c (Anctil, p. x)
  4. http://books.google.com/books?id=PWuH05fuO9wC&printsec=frontcover#PPA114,M1
  5. http://www2.parl.gc.ca/parlinfo/Files/Parliamentarian.aspx?Item=d7573d56-83e2-49cc-b9d8-3f5c6bf944fd&Language=E&Section=FederalExperience
  6. (en) Stuart E Rosenberg, The Jewish Community in Canada, Toronto, McClelland & Stewart,‎ 1970, p. 201
  7. Ester Reiter & Roz Usiskin, Jewish Dissent in Canada: The United Jewish People's Order, Paper presented at the Forum on Jewish Dissent a conference of the Association of Canadian Jewish Studies (ACJS) in Winnipeg, May 30, 2004 and reprinted in Outlook
  8. Freeman Poritz, "Plenary brings change", Jewish Independent, 22 juin 2007.
  9. Paul Lungen, "Congress headed for joint presidency", Canadian Jewish News, 21 June 2007. The individual requested to remain anonymous; Lungen's article devoted three paragraphs to his perspective.
  10. Michael Benazon,True Patriot Love: Jewish Dissent in Canada,(Nov/Dec 2005),http://www.vcn.bc.ca/outlook/library/articles/jewsontheleft/05Dissent.htm
  11. a et b (Laidlaw)
  12. Irwin Cotler, ancien président du CJC et ancien ministre de la Justice au gouvernement Canadien, dans Human Rights and the New Anti-Jewishness. 2004, http://archive.frontpagemag.com/readArticle.aspx?ARTID=14162
  13. (Laidlaw)

Sources[modifier | modifier le code]

Ouvrages
Articles

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

  • Irving Abella, . A Coat of Many Colours. Toronto: Key Porter Books, 1990.
  • Simon Belkin. 1999. Le mouvement ouvrier juif au Canada, 1904-1920, traduit du yiddish par Pierre Anctil. Redditions Septentrion.
  • Canada. The Shengold Jewish Encyclopedia. Schreiber: Rockland, Md.: 2001. ISBN 1-887563-66-0.
  • Gerald Tulchinsky, 1992. Taking Root: The Origins of the Canadian Jewish Community. Édition Lester Pub. Toronto

Liens externes[modifier | modifier le code]