Liste de chantiers navals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article présente une liste de chantiers navals à travers le monde non-exhaustive. Au début du XXe siècle, les principaux chantiers navals étaient en Europe de l'Ouest, au milieu de ce siècle, aux États-Unis, et au début du XXIe siècle en Asie de l'Est.

Situation en 2012[modifier | modifier le code]

Concernant la marine marchande, en 2006, la Corée du Sud était le plus grand constructeur, suivis par le Japon . La Chine et l'Europe ayant chacun une part d'environ 15 % du marché.

En 2012, trois pays (la Chine avec 38,677 millions de tonnes, la Corée du Sud avec 32,030 millions de tonnes et le Japon avec 17,431 millions de tonnes) ont construit 92% du tonnage livré cette année concernant la marine marchande (navire de moins 100 tonnes exclus), la Chine en livrant plus de 40 %, le reste du monde avec 8 % totalise 7,69 millions de tonnes, le total étant de 95,828 millions de tonnes en port en lourd. Près de 57 % du tonnage livré en 2012 concernait des navires de vrac sec, suivie par les pétroliers (18,4 %) et les porte-conteneurs (14,4 %).

Les chantiers navals se spécialisent également dans différents types de navires. La Chine et le Japon ont principalement construit des cargos de vrac sec, la Corée du Sud à une part beaucoup plus élevée de navires porte-conteneurs et de pétroliers, l'Europe construisant essentiellement des navires à passagers.

Outre les vraquiers, le Japon se concentre également sur d'autres navires spécialisés, y compris les méthaniers et les transporteurs de véhicules.

Les quatre plus grands groupes de construction navale individuels sont en Corée du Sud; la construction navale en Chine se dispersant entre un plus grand nombre d'entreprises[1].

Amériques[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Sous-marin d'attaque Seawolf (SSN-21) en construction au chantier naval Electric Boat de Groton en 1995.

Asie[modifier | modifier le code]

Bangladesh[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Corée du Sud[modifier | modifier le code]

Maquette des chantiers navals de Hyundai Heavy Industries en 2008.

Inde[modifier | modifier le code]

Indonésie[modifier | modifier le code]

Israël[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Sultanat d'Oman[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Lancement du croiseur lourd Prinz Eugen le 22 août 1938 à l'arsenal Germania.

Danemark[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

Finlande[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Le Carnival Splendor en construction, au chantier naval de Sestri Ponente (it) en 2007.

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Pologne[modifier | modifier le code]

Lancement d'un navire à Gdańsk en octobre 2005.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Construction du paquebot RMS Queen Elizabeth entre 1936 et 1938 au chantier John Brown & Company.
Le chantier naval de Rosyth situé en Écosse en 1986.

Russie[modifier | modifier le code]

Suède[modifier | modifier le code]

Norvège[modifier | modifier le code]

Océanie[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Review of maritime transport 2013, Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement,‎ 2013, 184 p. (ISBN 978-92-1-112872-7, lire en ligne), p. 58.