Meyer Werft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

53° 05′ 55″ N 7° 21′ 59″ E / 53.0986, 7.36639

Meyer Werft GMBH

alt=Description de l'image Meyer werft logo.gif.
Création 1795
Personnages clés Bernard Meyer, CEO
Forme juridique Privée
Siège social Drapeau d'Allemagne Papenburg (Allemagne)
Direction Bernard Meyer, Chef de la direction
Produits Construction navale - civile et militaire
Filiales Meyer Turku Shipyard (ex-STX Finland)
Effectif 2 300 (2006)
Site web http://www.meyerwerft.com

La Meyer Werft est un important chantier naval situé principalement à Papenburg, en Arrondissement du Pays de l'Ems, en Allemagne. C'est le plus gros employeur de la région, avec environ 2 500 employés, ainsi que de nombreux emplois indirects. Ce chantier est spécialisé dans les bateaux de croisière de luxe, mais construit également des transporteurs, des méthaniers et des bateaux-taxis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée en 1795, la Meyer Werft construisait à l'origine des bateaux en bois et ne se démarquait pas de la vingtaine de chantiers navals présent alors à Papenburg. Le pari fait de se lancer dans la fabrication de bateaux en acier a permis à l'entreprise de perdurer jusqu'à aujourd'hui, contrairement à ses concurrents de la région. Le chantier présente un inconvénient : il a une place l'imitée et ne peut donc pas construire des navires de plus de 355 mètres de long contrairement aux ex-Chantiers de l'Atlantique STX France de Saint-Nazaire et de Fincantieri de Monfalcone. Mais après la rachat de STX Finland et le chantier de Turku en août 2014, Meyer Werft peut recevoir plus de commande sur l'offshore et des paquebots de longueurs supérieur à 350 mètres.

Gérée par la même famille depuis six générations, l'histoire du chantier a été marquée par quelques navires:

  • Le Triton, un paquebot à roue à aubes, a été, en 1874, le premier navire en fer du chantier.
  • Le Graf Goetzen, un bateau à vapeur de 1913, à l'histoire mouvementée: acheminé en caisses en Afrique pour naviguer sur le lac Tanganyika, il fut sabordé en 1917 pour ne pas être capturé par les Anglais. Renfloué après la guerre sous le nom de Liemba, il devint célèbre en tant que bateau de patrouille allemand dans un film hollywoodien, L'Odyssée de l'African Queen de 1951 de John Huston.
  • En 1921 fut livré le Durazzo, un paquebot d'une longueur exceptionnelle de 72,9 mètres. Cette taille ne fut dépassée qu'en 1951.[réf. nécessaire]
  • Le Mauritius met en œuvre en 1954 un concept novateur : le paquebot mixte, qui transporte fret et passagers. La pertinence de sa conception lance l'entreprise sur les marchés export.
  • L' Ems, un navire de 1934 et encore en service.
  • L' Elbe 1 un bateau-phare qui servit de 1939 à 1988. Ce bateau navigue encore occasionnellement.

En 1985, l' Homeric, premier bateau de croisière de luxe construit par la firme, est mis à la mer à la manière traditionnelle, par glissement latéral sur un plan incliné en bois. L'opération réussit, mais les vagues créées manquent d'emporter des travailleurs. C'est pourquoi tous les bateaux suivants d'importance comparable sont construits en cale sèche.

Sa grande forme de construction couverte a éte réalisé en 1987 , a cette époque elle mesurait alors 280 mètres.Allongée à 380 mètres en 2001, elle s'etend désormais sur 504 mètres pour une largeur de prés de 50 mètres.

Après plusieurs mois de négociation, Meyer Werft annonce le 04 août 2014, avoir fait l'acquisition du chantier naval de STX Europe à Turku en Finlande à hauteur de 70%, ce chantier lui permettra d'augmenter ses capacités de production et notamment de produire des bateaux de plus de 200 000 tonneaux. Avec cette acquisition, Meyer Werft devrait devenir leader mondial de la construction de paquebot.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le paquebot Norvegian Gem en construction

En raison de sa situation particulière pour un chantier naval (au milieu des terres), les bateaux empruntent l’Ems pour gagner la mer. Ils ne peuvent cependant le pratiquer qu’à vide et en marche arrière. En effet, la propulsion étant à la poupe, quand les bateaux vont en marche avant, leur proue s’enfonce légèrement, mais suffisamment pour que le bateau risque de racler le fond du fleuve, qui doit d’ailleurs être dragué régulièrement, provoquant une controverse chez les pêcheurs de Greetsiel, notamment, qui y voient la cause de la raréfaction des poissons (car les dragages accélèrent le courant)[1].

Lorsque Josef Lambert Meyer décida de se lancer dans la construction de navire en acier, les armateurs de Papenburg étaient plutôt sceptiques. Ils jetèrent un morceau de fer dans l’eau, le regardèrent couler à pic puis ricanèrent : « C’est avec ça que tu veux construire des bateaux ? »[2].

Navires de croisière livrés[modifier | modifier le code]

Numéro de série Nom Compagnie Tonnage Année de livraison Note
610 Homeric Home Line 54 763 1986 Devenu Thomson Dream , pour Thomson Cruises
616 Crown Odyssey Royal Cruise Line 34 242 1988 Devenu Balmoral, pour Fred. Olsen Cruise Lines
619 Horizon Celebrity Cruises 46 811 1990
620 Zenith Celebrity Cruises 47 255 1992
636 Oriana P&O Cruises 69 153 1995
637 Century Celebrity Cruises 71 545 1995
638 Galaxy Celebrity Cruises 76 522 1996 Devenu Mein Schiff 1, pour TUI Cruises
639 Mercury Celebrity Cruises 77 713 1997 Devenu Mein Schiff 2, pour TUI Cruises
646 SuperStar Leo Star Cruises 75 388 1998 Devenu Norwegian Spirit , pour Norwegian Cruise Line
647 SuperStar Virgo Star Cruises 75 338 1998
640 Aurora P&O Cruises 76 152 2000
648 SuperStar Libra Star Cruises 91 740 2001 Devenu Norwegian Star , pour Norwegian Cruise Line
655 Radiance of the Seas Royal Caribbean Cruise Line 90 090 2001
649 SuperStar Scorpio Star Cruises 92 250 2002 Devenu Norwegian Dawn , pour Norwegian Cruise Line
656 Brilliance of the Seas Royal Caribbean Cruise Line 90 090 2002
657 Serenade of the Seas Royal Caribbean Cruise Line 90 090 2003
658 Jewel of the Seas Royal Caribbean Cruise Line 90 090 2004
667 Norwegian Jewel Norwegian Cruise Line 93 502 2005
668 Pride of Hawai´i Norwegian Cruise Line 93 558 2006 Devenu Norwegian Jade , pour Norwegian Cruise Line
669 Norwegian Pearl Norwegian Cruise Line 93 530 2006
670 Norwegian Gem Norwegian Cruise Line 93 530 2007
659 AIDAdiva Aida Cruises 68 500 2007
666 AIDAbella Aida Cruises 68 500 2008
675 Celebrity Solstice Celebrity Cruises 122 000 2008
676 Celebrity Equinox Celebrity Cruises 122 000 2009
660 AIDAluna Aida Cruises 69 203 2009
677 Celebrity Eclipse Celebrity Cruises 122 000 2010
680 AIDAblu Aida Cruises 71 300 2010
687 Disney Dream Disney Cruise Line 129 690 2010
689 AIDAsol Aida Cruises 71 300 2011
679 Celebrity Silhouette Celebrity Cruises 122 000 2011
688 Disney Fantasy Disney Cruise Line 129 690 2012
690 AIDAmar Aida Cruises 71 300 2012
691 Celebrity Reflection Celebrity Cruises 126 000 2012
695 AIDAstella Aida Cruises 71 300 2013
678 Norwegian Breakaway Norwegian Cruise Line 146 600 2013
692 Norwegian Getaway Norwegian Cruise Line 146 600 2014

Navires de croisière en commandes[modifier | modifier le code]

Numéro de série Nom Compagnie Tonnage Année de livraison Note
697 Quantum of the Seas Royal Caribbean Cruise Line 167 800 2014
698 Anthem of the Seas Royal Caribbean Cruise Line 167 800 2015
693 Norwegian Escape Norwegian Cruise Line 163 000 2015
699 Ovation of the Seas Royal Caribbean Cruise Line 167 800 2016
711 TBA Star Cruises 150 000 2016
Norwegian Bliss Norwegian Cruise Line 163 000 2017
712 TBA Star Cruises 150 000 2017
3e Breakaway Plus Norwegian Cruise Line 164 600 2018
4e Breakaway Plus Norwegian Cruise Line 164 600 2019

Ressources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Article exprimant le point de vue opposé au dragage de l’Ems », Wattenrat (groupement écologiste),‎ 2007 (consulté le 11/11/2012)
  2. (fr) « Meyer Werft sur le site de l'ERIH », ERIH,‎ 2009 (consulté le 07/08/2010)