Labarthe-Rivière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labarthe et Rivière.
Labarthe-Rivière
Entrée du village
Entrée du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement Arrondissement de Saint-Gaudens
Canton Canton de Saint-Gaudens
Intercommunalité Communauté de communes du Saint-Gaudinois
Maire
Mandat
Claire Vougny
2014-2020
Code postal 31800
Code commune 31247
Démographie
Gentilé Bartains
Population
municipale
1 366 hab. (2011)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 04′ 52″ N 0° 40′ 22″ E / 43.0811111111, 0.672777777778 ()43° 04′ 52″ Nord 0° 40′ 22″ Est / 43.0811111111, 0.672777777778 ()  
Altitude Min. 373 m – Max. 710 m
Superficie 13,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Labarthe-Rivière

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Labarthe-Rivière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Labarthe-Rivière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Labarthe-Rivière

Labarthe-Rivière est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Midi-Pyrénées[1].

Ses habitants sont appelés les Bartains et les Bartaines[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Saint-Gaudens, située dans le Comminges, à 5  km au sud-ouest de Saint-Gaudens. La Garonne traverse le village. La commune faisait partie du Nébouzan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Labarthe-Rivière[3]
Clarac Clarac Valentine
Martres-de-Rivière Labarthe-Rivière[3] Aspret-Sarrat
Martres-de-Rivière Martres-de-Rivière Aspret-Sarrat

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village se nommait "Labarthe Rivière" en 1793 puis pris le nom de "La Burthe-Rivière" en 1801[3]. Labarthe de rivière existait déjà à l'époque de Napoléon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 en cours Arsène Dupuy    
Les données manquantes sont à compléter.

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 366 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 303 1 319 1 312 1 373 1 558 1 652 1 689 1 728 1 728
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 716 1 695 1 714 1 531 1 502 1 359 1 512 1 440 1 359
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 315 1 174 1 139 986 939 1 055 829 829 810
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
896 1 000 1 177 1 195 1 198 1 152 1 229 1 277 1 351
2011 - - - - - - - -
1 366 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
Monument aux morts de Labarthe-Rivière.
Terrains de sport de Labarthe-Rivière.
Labarthe-Rivière vue 1.
Voie ferrée à Labarthe-Rivière.
Sortie de Labarthe-Rivière.

Économie[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village est doté d'une école maternelle et élémentaire qui compte une centaine d'élèves dans 6 classes (2 de maternelle et 4 en élémentaire)[7].

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Tourraque ou pile romaine : monument funéraire de l'époque gallo-romaine. Inscription aux monuments historiques depuis le 31 octobre 1905[9]. Il en existait une seconde à proximité, qui fut détruite lors de la construction de la ligne de chemin de fer.
  • Église Saint-Julien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le journaliste Albert Londres, dont la famille paternelle était originaire de Labarthe-Rivière, au milieu du XIXe siècle[10].
  • Dominique Pourtau, né à Labarthe-Rivière en 1785 et mort le 3 février 1813 lors de la célèbre bataille de San Lorenzo, en Argentine, sous les ordres du "Libertador" José de San Martín. Cette bataille fut la première de toutes celles qui allaient amener l'Argentine à son indépendance de l'empire espagnol (le 9 juillet 1816). De nombreux autres Bartains ont émigré en Argentine au cours des XIXe et XXe siècles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte géographique », sur maps.google.fr (consulté le 29 juillet 2010)
  2. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 29 juillet 2010)
  3. a et b (fr) « Tout sur la commune », sur www.annuaire-mairie.fr (consulté le 29 juillet 2010)
  4. « Les maires de la commune » (consulté le 28 juillet 2010).
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  7. École primaire de Labarthe Rivière Ecole primaire de Labarthe Rivière (http://www.ecole-labarthe.fr)
  8. (fr) « Labarthe Riviere 1Er Regional », sur petanque-en-comminges.over-blog.com (consulté le 29 juillet 2010)
  9. « Pile romaine à Labarthe-Rivière (31) », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 28 juillet 2010).
  10. Pierre Assouline, Albert Londres. Vie et mort d'un grand reporter (1884-1932), Paris, Balland, 1989, p. 25 ; Paul Mousset, Albert Londres, l'aventure du grand reportage, Paris, Bernard Grasset, 1972, p. 23.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :