Jean Hamburger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hamburger (homonymie).

Jean Hamburger

Naissance 15 juillet 1909
Paris (France)
Décès 1er février 1992 (à 82 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau : France française
Champs Néphrologie, immunologie
Institutions Hôpital Necker, INSERM
Diplôme Faculté des sciences de Paris
Renommé pour Première greffe de rein en France
Distinctions Prix mondial Cino Del Duca
Membre de l'Académie française

Compléments

Jean Hamburger était également essayiste

Jean Hamburger, né le 15 juillet 1909 et mort le 1er février 1992 à Paris, est un médecin et essayiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Abraham Hamburger[1], un marchand d'art[2] situé au coin de la place Vendôme et de la rue Saint-Honoré et après des études secondaires au lycée Carnot, il fait des études universitaires à la Faculté des sciences et à la Faculté de médecine de Paris. Il est l'élève du professeur Louis Pasteur Vallery-Radot. Il est interne (1931), chef de clinique (1936), médecin des hôpitaux (1945), professeur agrégé (1946), chef de service à l'hôpital Necker (1949-1982), professeur de clinique néphrologique à la Faculté de médecine de Paris (hôpital Necker), de 1958 à 1982, directeur du groupe de recherche en néphrologie de l'Association Claude Bernard et de l'Institut national d'hygiène (1951-1964), puis de l'unité de recherche Inserm U25 (sur le rein et l'immunologie des greffes) en 1964-1982, président de la Commission scientifique spéciale 5 de l'Inserm (métabolisme inorganique, physiologie et pathologie rénales et ostéo-articulaires) en 1964-1967 et 1968-1974, président de la Société internationale de néphrologie en 1960-1963, puis de la Société internationale de transplantation en 1968-1970.

Il décide, avec Louis Michon, Oeconomos et Vaysse, la première transplantation rénale en France, en 1952, sur le jeune Marius Renard, opération qui a un retentissement exceptionnel à l'époque. Il définit les méthodes et les règles de ce type de transplantation avec l'aide de René Küss. Il obtient un premier succès prolongé en 1953, mais c'est Joseph Murray et Donnall Thomas qui ont le premier succès définitif en 1954 avec de vrais jumeaux. Hamburger s'oriente vers cette approche entre faux jumeaux en 1959, et entre non-jumeaux en 1962 avec l'utilisation des immunosuppresseurs développés par Murray.

Il est le créateur du concept de réanimation médicale en 1953 et de la discipline qu’il a proposé de nommer néphrologie, c'est-à-dire l'étude du rein normal et des maladies du rein. Il réalise le premier rein artificiel français en 1955 et présente la dialyse du rein.

Il est l'auteur de recherches fondamentales sur l’immunologie des maladies rénales, l’immunologie des greffes et les maladies auto-immunes.

En 1969, il est convoqué avec Jean Bernard par le président de la république, Georges Pompidou, afin de parler de l'état de la recherche médicale au palais de l'Élysée[3].

Le 16 mars 1972, il présente son ouvrage à approche biologisante[4] La puissance et le fragilité dans Italiques. À la question « Êtes-vous quelqu'un d'optimiste ou de pessimiste ? » il répond « La tendance d'un homme comme moi et mille autres et cent mille autres, c'est d'être un spectateur, à certains égards, et un spectateur, disons qu'il y a un certain nombre d'éléments dont vous avez l'air de vous moquer totalement du matin au soir en faisant vos systèmes et c'est pourtant fondamental, c'est le centre de l'histoire[5],[6]. »

Membre du réseau de résistance du Musée de l'Homme, fondateur et vice-président de la Fondation pour la recherche médicale, membre des Conseils de l'ordre de la Légion d'honneur et des Arts et Lettres, président du Conseil d'administration et du Conseil scientifique du Palais de la découverte, il devient membre en 1974 de l'Académie des sciences et, en 1975, de l'Académie nationale de médecine ainsi que de plusieurs académies étrangères, dont le Royal College of physicians. Il est fait docteur honoris causa des universités d'Athènes, Buenos Aires, Édimbourg, Genève et Lund. Le 18 avril 1985, le même jour que Michel Mohrt, il est élu membre de l'Académie française au 4e fauteuil, succédant à Pierre Emmanuel.

Jean Hamburger s'est marié en premières noces avec la pianiste Annette Haas (1912-2002). De cette union sont nés trois enfants, dont l'architecte et peintre Bernard Hamburger et le chanteur-auteur-compositeur Michel Berger, époux de la chanteuse France Gall. Il s'est marié en secondes noces avec Catherine Descamps (1931-2006). Il est inhumé au cimetière de Montmartre.

François Mitterrand, président de la république en exercice, déclare à sa mort: « Avec lui disparaît une personnalité remarquable. Il avait su allier avec rigueur et intelligence son apport à la recherche et une réflexion de moraliste sur le rôle du médecin face aux grandes découvertes. Il a contribué à maintenir la grande tradition médicale française. Il restera un exemple pour de nombreuses générations confrontées à de nouvelles questions éthiques sur l'homme et la vie. »[7]

Titres et distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1935 : Les Migraines (avec Louis Pasteur Vallery-Radot), éditions Masson
  • 1936 : Physiologie de l'innervation rénale, éd. Masson
  • 1942 : Petite Encyclopédie médicale, éditions Flammarion
  • 1948 : Nouveaux procédés d'exploration fonctionnelle du rein, éd. Flammarion
  • 1949 : Métabolisme de l'eau, éd. Flammarion
  • 1951 : Traité de pathologie médicale (3 volumes), éd. Flammarion
  • 1952 : Le Retentissement humoral de l'insuffisance rénale, éd. Lorie, Bruxelles
  • 1954 : Techniques de réanimation médicale, éd. Flammarion
  • 1961 : L'Insuffisance rénale, éd. Springer Verlag
  • 1963 : Conseils aux étudiants en médecine, éd. Flammarion
  • 1966 : Traité de néphrologie (2 volumes), éd. Flammarion
  • 1971 : La Transplantation rénale, éd. Flammarion
  • 1971 : Structure and Function of the Kidney, éd. Saunders
  • 1972 : La Puissance et la Fragilité, éd. Flammarion
  • 1975 : Dictionnaire de médecine, préface et direction, éd. Flammarion
  • 1976 : L’Homme et les Hommes, éd. Flammarion
  • 1979 : Demain, les autres, éd. Flammarion
  • 1979 : Néphrologie (2 volumes), éd. Flammarion
  • 1981 : Un jour, un homme..., éd. Flammarion
  • 1982 : Introduction au langage de la médecine, éd. Flammarion
  • 1983 : Le Journal d’Harvey, éd. Flammarion
  • 1984 : La Raison et la Passion, éd. Le Seuil
  • 1985 : Le Dieu foudroyé, éd. Flammarion
  • 1986 : Le Miel et la Ciguë, éd. Le Seuil
  • 1988 : Monsieur Littré, éd. Flammarion
  • 1988 : La Plus Belle Aventure du monde, éd. Gallimard
  • 1988 : Zouchy et quelques autres histoires, éd. Flammarion
  • 1989 : Dictionnaire promenade, éd. Le Seuil
  • 1990 : La Puissance et la Fragilité. Vingt ans après, éd. Flammarion
  • 1990 : Le Livre de l’aventure humaine, éd. Flammarion
  • 1991 : Les Belles Imprudences, réflexion sur la condition humaine, éditions Odile Jacob

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Quelque chose en nous de Michel Berger, d'Yves Bigot
  2. Discours de Jean Bernard, Académie française
  3. Mosaïque humaine, de Jean Bernard
  4. Sébastien Lemerle, « Les habits neufs du biologisme en France », Actes de la recherche en sciences sociale, no 176-177,‎ 2009, p. 75
  5. Italiques, ORTF, deuxième chaîne, 16 mars 1972
  6. « C’est arrivé le… 18 avril 1985, Le Pr Jean Hamburger est reçu à l’Académie Française » Le généraliste
  7. http://discours.vie-publique.fr/notices/927003400.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]