János Apáczai Csere

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans le nom hongrois Apáczai Csere János, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français János Apáczai Csere, où le prénom précède le nom.

János Apáczai Csere

Autres noms Johannes Apacius, Apátzai Tsere János, Apácai Cseri János
Activités homme de lettres
philosophe
théologien
polémiste
encyclopédiste
polymathe
Naissance 10 juin 1625
Apáca
Transylvanie
Décès 31 décembre 1659
Kolozsvár
Transylvanie
Langue d'écriture latine et hongroise
Mouvement Réforme protestante
calvinisme
puritanisme
Genres essai
encyclopédie

Œuvres principales

  • Disputatio theologica de introductione ad philosophiam sacram. Ultrajecti (Utrecht), 1650. (la)
  • Disputatio theologica inauguralis. Hardetwick, 1651. (la)
  • Magyar encyclopaedia. Ultrajecti, 1653. (hu)

János Apáczai Csere ([ˈjaːnoʃ], [ˈɒpaːtsɒi ˈtʃɛɾɛ]), né le 10 juin 1625 à Apáca et décédé le 31 décembre 1659 à Kolozsvár est un écrivain, pédagogique, encyclopédiste et philosophe d’expression hongroise, adepte de Comenius et du système héliocentrique de Copernic. Il a été l’un des représentants les plus remarquables du cartésianisme en Transylvanie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Lycée János Apáczai Csere de Cluj (en hongrois Kolozsvár), Roumanie

Orphelin, Apáczai a fait ses études à Kolozsvár et à Gyulafehérvár entre 1636 et 1643. Au collège de Gyulafehérvár, il est l’élève de Johann Heinrich Alsted et de Johann Heinrich Bisterfeld (né en 1605 à Siegen – mort le 16 février 1655 à Gyulafehérvár). Il est obligé d’interrompre deux fois ses études par faute de soutien financier. En 1648, le professeur Bisterfeld convainc le superintendant calviniste István Katona Geleji d’accorder à Apáczai une bourse d’études à Franeker, à Leyde et à Utrecht. En avril 1651, Apáczai obtient le titre de docteur en théologie à l’Université de Harderwijk. À Utrecht, il découvre la philosophie de Descartes, et y rencontre sa future épouse, Aletta van der Maet. Il rentre en Transylvanie en 1653, où Il devient un des recteurs du collège de Gyulafehérvár. Entrant en conflit avec le professeur Isac Basire, ce dernier étant adepte du système presbytérien et ancien pasteur de la cour du roi d’Angleterre, Charles I d'Angleterre (assassiné en 1633), Apáczai est transféré par voie disciplinaire au collège de Kolozsvár par ordre du prince Georges II Rákóczi. En 1656, Apáczai présente le projet d'une future académie de sciences au prince Ákos Barcsay. Ayant contracté la tuberculose, il meurt à Kolozsvár en 1659.

Encyclopédie[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de la première encyclopédie en langue hongroise, la Magyar encyclopædia, qui compte 12 volumes (Utrecht, 1653-1655). La première partie de cette encyclopédie, qui repose essentiellement sur des sources étrangères[1], consiste en une traduction des principaux éléments de la philosophie de Descartes, suivie par la logique telle qu'exposée par Petrus Ramus, l'arithmétique, la géométrie, l'astronomie (incluant les controverses sur le système héliocentrique), l'histoire naturelle, les techniques, l'histoire, les institutions sociales et la théologie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Disputatio theologica de introductione ad philosophiam sacram. Ultrajecti (Utrecht), 1650. (la)
  • Disputatio theologica inauguralis. Hardetwick, 1651. (la)
  • Magyar encyclopaedia. Ultrajecti, 1653. (hu)
  • Oratio de studio sapientiae. Gyulafehérvár, 1653. (la)
  • Magyar logikácska, melyet a kicsindedek számára írt. Gyulafehérvár, 1654. (hu)
  • Disputatio de politia ecclesiastica. Claudiopoli, 1658. (la)
  • Disputatio philosphica de mente humana. Nagyvárad, 1658. (la)
  • Catechesis secundum dogmata Calvini. Amstelodami, s.a. (la)
  • A magyar nemzetben immár el végtére egy académia felállításának módja és formája. Pest, 1872. (hu)
  • Oratio de summa scholaruum necessitate earumque inter Hungaros barbarici causis. 20 novembre 1656. (la)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Erdélyi János: A. Cs. J. ösmertetése. Sárospataki Füzetek, 1859. (hu)
  • Szily Kálmán: Apáczai Encyclopaediája mathematikai és fizikai szempontból. Természettudományi Közlöny, 1889. pp. 465–470. (hu)
  • Fogarasi Béla: A. Cs. J. logikájáról. (Széljegyzetek a haladó magyar gondolat történetéhez.) Filozófiai előadások és tanulmányok. Bp., 1952. (hu)
  • Lázár György: A. Cs. J. Természet és Társadalom, 1954. (hu)
  • Bán Imre: A. CS. J. Bp., 1958., 2. bőv. kiad. Bp., 2003. (A róla szóló irodalommal. A bibliográfiai függeléket összeáll.: V. Molnár László, Gazda István.) (hu)
  • Herepei János: A. és kortársai. Adattár XVII. századi szellemi mozgalmaink történetéhez 2. (Szerk.: Keserű Bálint). Bp.–Szeged, 1966. (hu)
  • Fábián Ernő: A. Cs. J. Kolozsvár, 1975. (hu)
  • Mészáros István: A. és az enciklopedikus rendszertáblázatok. Pedagógiai Szemle, 1975. (hu)
  • Benkő Samu: Századokat egybekötő emlékezet. Haladás és megmaradás. Bp., 1979. (hu)
  • Szász János: Felhőjáték Franekerben. Bukarest, 1980. (hu)
  • Magyar tudóslexikon A-tól Zs-ig. Főszerk. Nagy Ferenc. Budapest: Better; MTESZ; OMIKK. 1997, 124–126. o. ISBN 963-85433-5-3 (hu)
  • Apáczai Csere János emlékezete. 'Én gondolkodom, azért vagyok' Szerk.: Kovács Sándor Iván. Bp.: Magyar Irodalomtörténeti Társaság, 2004. 280 p. (hu)
  • Lengyel Réka: A. Cs. J. In: Nemzeti évfordulóink 2009. Főszerk.: Estók János. Bp., 2008. 11. p. (hu)
La pierre tombale de János Apáczai Csere au Cimitirul Hajongard de Kolozsvár (en roumain Cluj-Napoca), Roumanie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Collison, Encyclopaedias, New York, Hafner, 1964, p. 87.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]