Inđija

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Inđija
Инђија
Blason de Inđija
Héraldique
Le centre d'Inđija, avec l'église catholique
Le centre d'Inđija, avec l'église catholique
Administration
Pays Serbie Serbie
Province Voïvodine
Région Syrmie
District Syrmie (Srem)
Municipalité Inđija
Code postal 22 319
22 320
Démographie
Population 26 025 hab. (2011)
Densité 584 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 57″ N 20° 04′ 45″ E / 45.0492, 20.079245° 02′ 57″ Nord 20° 04′ 45″ Est / 45.0492, 20.0792  
Altitude 117 m
Superficie 4 460 ha = 44,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte administrative de Serbie
City locator 13.svg
Inđija

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte topographique de Serbie
City locator 13.svg
Inđija
Municipalité de Inđija
Administration
Maire
Mandat
Petar Filipović (DS)
2012-2016
Démographie
Population 47 433 hab. (2011)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Superficie 38 400 ha = 384 km2
Liens
Site web Site officiel de la municipalité

Inđija (en serbe cyrillique : Инђија) est une ville et une municipalité de Serbie situées dans la province autonome de Voïvodine. Elles font partie du district de Syrmie (Srem). Au recensement de 2011, la ville comptait 26 025 habitants et la municipalité dont elle est le centre 47 433[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Inđija est située sur les pentes méridionales de la Fruška gora, entre Belgrade et Novi Sad. Elle se trouve à 23 km de Sremski Karlovci et à 25 km de Ruma. Le village de Stari Slankamen, qui est situé sur le territoire de la municipalité est situé au bord du Danube, à 19 km d'Inđija.

Le confluent de la Tisa et du Danube à Stari Slankamen

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la ville et de la municipalité est un climat continental tempéré. Les températures moyennes annuelles les plus élevées se rencontrent en juillet et en août, avec 22 °C, tandis que la moyenne la plus faible est enregistrée en janvier, avec 1 °C.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention d'Inđija se trouve dans une charte du despote Jovan Branković remontant à 1496, mais la ville devait exister déjà depuis 1455.

Du XVIe au XVIIIe siècle, la ville fut sous la domination de l'Empire ottoman et rattachée au Sandjak de Syrmie. À cette époque, la population était majoritairement composée de Serbes.

À partir de 1717, Inđija devint une possession des Habsbourgs et elle appartint au domaine féodal du comte Marko Pejačević. L'ancienne ville médiévale d'Inđija se trouvait située un peu au nord de l'emplacement de la ville actuelle. La ville telle que nous la connaissons aujourd'hui fut fondée par des Serbes vers 1746. Elle comptait alors 60 foyers et, dès 1791, la ville abritait déjà 1 054 habitants. Au début du XIXe siècle, des Allemands et des Tchèques vinrent s'installer dans la ville, suivis, à la fin du siècle, par des Hongrois.

La prospérité d'Inđija s'affirma au début du XIXe siècle, avec l'installation de la première poste. Le télégraphe y devint opérationnel en 1850, la première banque y fut installée en 1897. L'activité économique de la ville se développa rapidement. La première centrale électrique fonctionna en 1911.

Après la dislocation de l'Autriche-Hongrie en 1918, Inđija fit partie du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, qui, en 1929, devint le Royaume de Yougoslavie.

Localités de la municipalité d'Inđija[modifier | modifier le code]

La municipalité d'Inđija compte 11 localités :

Inđija est officiellement classée parmi les « localités urbaines » (en serbe : градско насеље et gradsko naselje) ; toutes les autres localités sont considérées comme des « villages » (село/selo).

Démographie[modifier | modifier le code]

Ville intra muros[modifier | modifier le code]

Évolution historique de la population dans la ville[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1948 1953 1961 1971 1981 1991 2002 2011
7 758 8 566 13 525 17 892 21 843 23 061 26 247[2] 26 025[1]


Évolution de la population

Données de 2002[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2002)

En 2002, l'âge moyen de la population de la ville était de 37,6 ans pour les hommes et 40,5 ans pour les femmes[3].

Répartition de la population par nationalités dans la ville (2002)

En 2002, les Serbes représentaient 87,6 % de la population de la ville ; on y comptait notamment des minorités croates (2 %) et ukrainiennes (1,4 %)[4].

Données de 2011[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2011)

En 2011, l'âge moyen de la population de la ville était de 41,5 ans, 40 ans pour les hommes et 42,8 ans pour les femmes[5].

Répartition de la population par nationalités dans la ville (2011)

En 2011, les Serbes représentaient 89,24 % de la population, en augmentation ; la ville comptait toujours des minorités croates (1,7 %) et ukrainiennes (1,3 %)[4],[6].

Municipalité[modifier | modifier le code]

Données de 2002[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2002)
Répartition de la population par nationalités dans la municipalité (2002)

En 2002, les Serbes représentaient près de 84,9 % de la population de la municipalité ; les Croates et les Hongrois constituaient les principales minorités de la région, avec respectivement 3,8 et 1,9 % de la population. Toutes les localités de la municipalité possédaient une majorité de peuplement serbe, à l'exception de Slankamenački Vinogradi, qui avait une majorité slovaque.

Données de 2011[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2011)

En 2011, l'âge moyen de la population dans la municipalité était de 42,3 ans, 40,8 ans pour les hommes et 43,7 ans pour les femmes[5].

Répartition de la population par nationalités (2011)

Selon le recensement de 2011, la structure globale de la municipalité « par nationalité » est restée relativement stable, avec 86,1 % de Serbes, 3,3 % de Croates et 1,7 % de Hongrois. Par rapport à 2002, la population rom a légèrement augmenté (0,9 % contre 0,5 %) ; la catégorie de recensement des Yougoslaves, qui se réfère à la République fédérative socialiste de Yougoslavie sans marque de nationalité, est en nette régression (0,4 % contre 1,9 %)[6],[7].

Religions (2002)[modifier | modifier le code]

Sur le plan religieux, la municipalité d'Inđija est peuplée à 86,6 % par des Serbes orthodoxes ; elle dépend l'éparchie de Syrmie (en serbe cyrillique : Епархија сремска), dont le siège est à Sremski Karlovci.

Religion Nombre %
Orthodoxes 42 998 86,67
Catholiques 3 120 6,28
Protestants 556 1,12
Athées 85 0,17
Musulmans 24 0,04
Religions orientales 2 0,00
Juifs 0 0,00
Autres[8]

En 2002, les Catholiques représentaient 6,28 % de la population ; le culte catholique relève du diocèse de Syrmie, qui a son siège à Sremska Mitrovica.

Politique[modifier | modifier le code]

Élections locales de 2004[modifier | modifier le code]

À la suite des élections locales de 2004, les 27 sièges de l'assemblée municipale se répartissaient de la manière suivante[9] :

Parti Sièges
Liste des citoyens d'Inđija 8
Parti démocratique 5
Parti radical serbe 5
Parti socialiste de Serbie 3
Liste « Pour Inđija » 2
Mouvement Force de la Serbie 2
Parti démocratique de Serbie 2

Élections locales de 2008[modifier | modifier le code]

À la suite des élections locales serbes de 2008, les 37 sièges de l'assemblée municipale d'Inđija se répartissaient de la manière suivante[10] :

Parti Sièges
Parti démocratique 18
Parti radical serbe 10
Parti socialiste de Serbie 3
Parti démocratique de Serbie 3
Liste « Za Inđiju i napredna sela » 3

Goran Ješić, membre du Parti démocratique du président Boris Tadić, a été réélu président (maire) de la municipalité d'Inđija ; il remplit cette fonction depuis 2000[11].

Élections locales de 2012[modifier | modifier le code]

À la suite des élections locales serbes de 2012, les 31 sièges de l'assemblée municipale d'Inđija se répartissaient de la manière suivante[12] :

Parti Sièges
Liste Goran Ješić 15
Donnons de l'élan à Inđija 6
Parti socialiste de Serbie et alliés 5
Parti radical serbe 3
Ligue des sociaux-démocrates de Voïvodine 2

Petar Filipović, membre du parti démocratique, a été élu président de la municipalité[13].

Culture[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

La ville possède un club de football, le FK Inđija, qui dispose d'un stade attitré[14]. Cinq matchs de football ont été joués à Inđija au cours de l'Universiade d'été de 2009[15].

Économie ou la Silicon Valley serbe[modifier | modifier le code]

L'économie de la municipalité d'Inđija reposait sur l'agriculture et la transformation des produits liés à l'agriculture, comme le blé, les fruits et les légumes. Le secteur agroalimentaire est notamment représenté par la société Žitosrem, créée en 1956, qui dispose de silos et produit environ 20 000 miches de pain par jour[16] ; la société fabrique aussi de la farine et des biscuits.

L'industrie du caoutchouc y est également présente et, dans une moindre mesure, la métallurgie.

À partir de 2012, avec la création du Centre Informatique d'Inđija, construit sur une surface de plus de 250 000 m2 et employant 15 000 personnes, la principale ressource de la ville deviendra sans doute le service tertiaire informatique ; il est également prévu de produire du matériel informatique dans le centre[17] ; c'est le groupe indien Ambassade qui a décidé d'investir en Serbie ; il constitue déjà l'une des principales sociétés informatiques en Inde. le groupe investira 600 millions d'euros dans le projet[17].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Inđija est située au pied du versant méridional de la Fruška gora. Un parc national a été créé dans le massif en 1960, dont une partie se trouve dans la municipalité[18],[19] ; en 2000, le massif a été désigné comme une zone importante pour la conservation des oiseaux (en abrégé : ZICO)[20].

D'autres aires protégées se trouvent dans la région comme la réserve naturelle du Koviljsko-petrovaradinski rit qui s'étend en partie sur le territoire des villages de Beška et de Čortanovci ; l'ensemble couvre une superficie de 4 840 ha[21] ; en 2000, un secteur de 5 500 ha a été défini comme une zone importante pour la protection des oiseaux[22]. Les promontoires de lœss du Danube, sur 2 500 ha, sont également devenus une ZICO[23]. Dans le premier secteur, on rencontre notamment la cigogne noire (Ciconia nigra) et le pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla)[22] et, dans le second, le cormoran pygmée (Phalacrocorax pygmeus), le faucon crécerelle (Falco tinnunculus) et le guêpier d'Europe (Merops apiaster)[23].

La zone de lœss près de Stari Slankamen est considérée comme un monument naturel géologique, tout comme la zone de lœss de Čot[21].

Monuments culturels[modifier | modifier le code]

La municipalité d'Inđija abrite de nombreux monuments qui font partie du patrimoine culturel de Serbie[24]. Dans la ville elle-même se trouvent l'église orthodoxe de la Présentation de la Mère-de-Dieu, construite en 1754 et 1755[25] et l'église catholique Saint-Pierre, date de 1872[26] ; ces deux églises sont considérées comme des monuments culturels « de grande importance ».

Selon la tradition, l'église Saint-Nicolas de Stari Slankamen a été construite en 1468 par le despote serbe Vuk Grgurević, également connu sous le nom de Zmaj Ognjeni Vuk ; son iconostase est décorée de fresques du XVIIIe siècle ; en raison de son importance, elle a été inscrite sur la liste des monuments culturels d'importance exceptionnelle de la République de Serbie[27]. Le village abrite également les ruines d'une forteresse du XVIIIe siècle[28], la maison natale de Đorđe Natošević[29] et une maison ancienne située 3 rue Stjepana Radića[30]. À proximité du village se trouve le site de la bataille de Slankamen, considéré comme un lieu mémoriel d'importance exceptionnelle de la République de Serbie ; un monument y a été érigé en 1892[31].

À Maradik se trouve une église classée, l'église Saint-Sava, qui date de la seconde moitié du XVIIIe siècle[32]. Le village de Beška abrite deux monuments culturels : l'église de la Présentation de la Mère-de-Dieu, qui date de la seconde moitié du XVIIIe siècle[33], et un monument aux habitants exécutés. Krčedin abrite plusieurs monuments classés : une église dédiée à Saint-Nicolas, un vieux cimetière[30] et un bâtiment de la Frontière militaire qui date des années 1860[34]. L'église Saint-Nicolas de Čortanovci a été construite dans la première moitié du XIXe siècle[35] et l'église catholique Saint-Michel de Novi Slankamen en 1862[36].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités[modifier | modifier le code]

Bojan Kovačević (né en 1957), un auteur et dessinateur de bande dessinée, est né à Inđija. Le footballeur Zoran Janković (né en 1974) est également originaire de la ville, tout comme Lazar Jovisić, qui y est né en 1989.

Coopération internationale[modifier | modifier le code]

Inđija est jumelée ou associée avec les villes suivantes[37] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (sr)(en)[PDF] « Recensement de la population, des ménages et des logements dans la République de Serbie 2011 », sur http://webrzs.stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 10 novembre 2011 (consulté le 6 avril 2013)
  2. (sr) Livre 9, Population, analyse comparative de la population en 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991 et 2002, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, mai 2004 (ISBN 86-84433-14-9)
  3. a et b (sr) Livre 2, Population, sexe et âge, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, février 2003 (ISBN 86-84433-01-7)
  4. a, b et c (sr) Livre 1, Population, origine nationale ou ethnique, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, février 2003 (ISBN 86-84433-00-9)
  5. a, b, c et d (sr)(en)[PDF] « Livre 2 : Âge et sexe - Données par localités », sur http://stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 14 décembre 2012 (consulté le 6 avril 2013)
  6. a, b, c et d (sr)(en)[PDF] « Livre 1 : Nationalités - Données par municipalités », sur http://stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 29 novembre 2012 (consulté le 6 avril 2013)
  7. a, b et c (en)[PDF] « Population par nationalités ou groupes ethniques, par sexe et par âge dans les municipalités de la République de Serbie », Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade,‎ 24 décembre 2002 (consulté le 11 février 2010)
  8. (en)[PDF] « Langues et religions », sur http://webrzs.stat.gov.rs, Site de l'Office national de statistique de la République de Serbie (consulté le 6 septembre 2012)
  9. (sr) Résultats des élections municipales de 2004 - Inđija - Indiponible au 23 avril 2009
  10. (sr) « Skupština Opštine Inđija », sur http://www.indjija.sr, Site officiel de la municipalité d'Inđija (consulté le 23 avril 2009)
  11. (en) « Goran Jesic », sur http://www.indjija.rs, Site officiel de la municipalité d'Inđija (consulté le 23 avril 2009)
  12. (sr) « Skupština Opštine Inđija », sur http://www.indjija.sr, Site officiel de la municipalité d'Inđija (consulté le 19 juin 2012)
  13. (sr) « Petar Filipović », sur http://www.indjija.sr, Site de la municipalité d'Inđija (consulté le 16 janvier 2013)
  14. (sr) « Site officiel du FK Inđija » (consulté le 23 avril 2009)
  15. (en) « Five football matches at Universiade in Indjija », sur http://www.indjija-tourism.com, Site de l'Office du tourisme d'Inđija (consulté le 23 avril 2009)
  16. (sr) « O nama », sur http://www.zitosrem.rs, Site de Žitosrem (consulté le 16 janvier 2013)
  17. a et b (fr) « Serbie : un nouveau pôle informatique financé par un groupe indien », sur http://www.chine-informations.com (consulté le 19 juin 2012)
  18. (sr)(en) « Site du Parc national de Fruška gora » (consulté le 13 janvier 2013)
  19. (en) « Fruska Gora National Park », sur http://protectedplanet.net (consulté le 13 janvier 2013)
  20. (en) « Fruska Gora », sur http://www.birdlife.org (consulté le 13 janvier 2013)
  21. a et b (sr)[PDF] « Registar zaštićenih prirodnih dobara », sur http://www.natureprotection.org.rs, Site de l'Institut pour la protection de la nature de Serbie (consulté le 16 janvier 2013)
  22. a et b (en) « Koviljski rit », sur http://www.birdlife.org (consulté le 13 janvier 2013)
  23. a et b (en) « Danube loess bluffs », sur http://www.birdlife.org (consulté le 16 janvier 2013)
  24. (sr) « Monuments culturels de la municipalité d'Inđija », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  25. (en) « Srpska Pravoslavna crkva Vavedenja Bogorodice, Inđija », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  26. (en) « Rimokatolička crkva Sv.Petra, Inđija », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  27. (en) « Crkva svetog Nikole, Stari Slankamen », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  28. (en) « Tvrđava, Stari Slankamen », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  29. (en) « Rodna kuća Đorđa Natoševića, Stari Slankamen », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  30. a et b (sr)[xls] « Liste des monument culturels de Serbie par n° d'identifiant », sur http://www.heritage.gov.rs, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la République de Serbie (consulté le 16 février 2013)
  31. (sr) « Mesto bitke kod Slankamena 1691.g., Stari Slankamen », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 13 janvier 2013)
  32. (sr) « Srpska Pravoslavna crkva Sv. Save, Maradik », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 13 janvier 2013)
  33. (sr) « Crkva Vavedenja, Beška », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  34. (sr) « Vojnograničarska zgrada, Krčedin », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  35. (sr) « Srpska Pravoslavna crkva Sv. Nikole, Čortanovci », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 15 décembre 2012)
  36. (sr) « Rimokatolička crkva, Novi Slankamen », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  37. (sr) « Lista medjunarodnih odnosa », sur http://www.skgo.org (consulté le 23 avril 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]