Stari Slankamen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Stari Slankamen
Стари Сланкамен
Vue générale de Stari Slankamen
Vue générale de Stari Slankamen
Administration
Pays Serbie Serbie
Province Voïvodine
Région Syrmie
District Syrmie (Srem)
Municipalité Inđija
Maire
Mandat
Zoran Nikolić
2012-2016
Code postal 22 329
Démographie
Population 543 hab. (2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 08′ 34″ N 20° 15′ 27″ E / 45.1428, 20.257545° 08′ 34″ Nord 20° 15′ 27″ Est / 45.1428, 20.2575  
Altitude 57 m
Superficie 2 470 ha = 24,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte administrative de Serbie
City locator 14.svg
Stari Slankamen

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte topographique de Serbie
City locator 14.svg
Stari Slankamen

Stari Slankamen ou Slankamen (en serbe cyrillique : Стари Сланкамен ou Сланкамен) est un village de Serbie situé dans la province autonome de Voïvodine. Il est situé dans la municipalité d'Inđija dans le district de Syrmie (Srem). Au recensement de 2011, il comptait 543 habitants[1].

Stari Slankamen est l'ancienne cité romaine d'Acumincum. Le village est aujourd'hui une communauté locale, c'est-à-dire une subdivision administrative, de la municipalité d'Inđija[2] et une station thermale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Stari Slankamen dans la municipalité d'Inđija

Stari Slankamen se trouve dans la région de Syrmie, sur la rive droite du Danube, au pied du versant oriental du massif de la Fruška gora. Le village est situé sur un plateau de lœss qui domine le fleuve, à proximité de sa confluence avec la rivière Tisa. Il se trouve à 15 kilomètres à l'est d'Inđija, le centre administratif de la municipalité, et à 55 kilomètres au nord-ouest de Belgrade.

Le confluent de la Tisa et du Danube près de Stari Slankamen

Nom[modifier | modifier le code]

Le nom du village signifie le « Vieux Slankamen », pour le distinguer de la ville voisine de Novi Slankamen, le « Nouveau Slankamen ». Le nom de Slankamen lui-même signifie la « pierre salée ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les ruines de la forteresse médiévale

Les fouilles archéologiques effectuées dans le secteur monte que, à l'âge du fer, la région était habitée par le peuple celte des Scordisques auquel se mêlaient des populations illyriennes et thraces. Au Ier siècle av. J.-C., la région fut intégrée à l'Empire romain et une localité du nom d'Acumincum existait à l'emplacement du village actuel, située sur une route qui partait de Taurunum (Zemun) et qui passait à Burgunac (Novi Banovci), Rittium (Surduk) et Bononia (Banoštor)[3]. Acumincum est aujourd'hui inscrit sur la liste des sites archéologiques de grande importance de la République de Serbie[4]. Entre 357 et 359, l'empereur Constance II, né à Sirmium, séjourna dans la région au moment de sa guerre contre les Sarmates, les Suèves et les Quades. À partir du Ve siècle, la région connut de nombreuses invasions, notamment celle des Huns ; elle fit partie du royaume des Ostrogoths, des Gépides, des Avars et des Bulgares ; l'Empire byzantin fut définitivement chassé de la région en 1180 et, pendant quatre siècles, la localité fit partie des possessions du Royaume de Hongrie. Slankamen est mentionné comme un lieu fortifié en 1072, 1189 et 1287.

Les Slaves s'installèrent aussi dans le secteur, comme en témoignent des tombes datant des XIe et XIIe siècles. Le successeur de saint Sava à la tête de l'Église orthodoxe serbe, Arsenije Ier Sremac, qui fut patriarche de 1233 à 1263, naquit à Dabar près de Slankamen. Le village fit partie du royaume de Syrmie de Stefan Dragutin (1282-1316) ; au XVe siècle, il devint une possession des despotes serbes Stefan Lazarević et Đurađ Branković, et, au XVIe siècle, il fut la résidence du voïvode de Syrmie Radoslav Čelnik.

Au début du XVIe siècle, Slankamen passa sous le contrôle de l'Empire ottoman. Le village fut intégré au sandjak de Syrmie, une subdivision du pachalik de Budin, et il devint le centre administratif d'une nahija[5]. Au moment de la Grande guerre turque (1683-1699), qui opposa l'Empire des Habsbourgs et l'Empire ottoman, il fut le théâtre de la bataille de Slankamen, qui vit la victoire des armées autrichiennes et prussiennes sur les armées turques. Le site de la baille est aujourd'hui considéré comme un lieu mémoriel d'importance exceptionnelle de la République de Serbie ; un monument y a été érigé en 1892[6]. Après le traité de Karlowitz, signé en 1699, Slankamen fut rattaché à l'Empire d'Autriche ; le village fit alors partie de la Frontière militaire, une zone tampon destinée à protéger les terres des Habsbourgs de l'Empire ottoman. En 1783, la localité de Novi Slankamen fut fondée près de Stari Slankamen pour renforcer la Frontière ; elle fut d'abord peuplée de Croates venus des régions de Dalmatie et de la Lika, ensuite rejoints par des Allemands et des Slovaques.

Après la dislocation de l'Autriche-Hongrie en 1918, Slankamen fut rattaché au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes qui, en 1929, devint le Royaume de Yougoslavie ; il fit alors partie de la Banovine du Danube. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fut rattaché à l'État indépendant de Croatie gouverné par les Oustachis puis, après la guerre, il fit partie de la République socialiste de Serbie au sein de la République fédérative socialiste de Yougoslavie.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution historique de la population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1948 1953 1961 1971 1981 1991 2002 2011
925 928 778 756 638 575 674[7] 543[1]


Évolution de la population

Données de 2002[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2002)

En 2002, l'âge moyen de la population était de 40 ans pour les hommes et 44,7 ans pour les femmes[8].

Répartition de la population par nationalités (2002)

En 2002, les Serbes représentaient 71,9 % de la population ; le village abritait aussi des minorités croates (16 %), slovaques (2,8 %) et hongroises (1,2 %)[9].

Données de 2011[modifier | modifier le code]

En 2011, l'âge moyen de la population était de 48,7 ans, 46,3 ans pour les hommes et 51 ans pour les femmes[10].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Stari Slankamen est situé à proximité parc national de la Fruška gora, créé en 1960[11],[12] ; en 2000, le massif a été désigné comme une zone importante pour la conservation des oiseaux (en abrégé : ZICO)[13].

La zone de lœss près de Stari Slankamen est considérée comme un monument naturel géologique[14]. Ce site témoigne de l'évolution du climat dans la région sur une durée de 800 000 ans[15]. La construction d'un musée consacré au site, le musée Leslend, est prévue[16].

Thermalisme[modifier | modifier le code]

Stari Slankamen abrite une station thermale qui possède une eau minérale jaillissant à 18,4 °C ; elle est susceptible de soigner les maladies du système nerveux central et périphérique, les troubles locomoteurs liés aux traumatismes et à la chirurgie ainsi que les maladies rhumatismales et gynécologiques. Les traitements sont assurés par l'hôpital spécial Borivoje Gnjatić[17]. L'hôpital dispose de services de consultation en orthopédie, urologie, médecine interne, neuropsychiatrie et neurochirurgie[18].

Monuments culturels[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, l'église Saint-Nicolas de Stari Slankamen a été construite en 1468 par le despote serbe Vuk Grgurević, également connu sous le nom de Zmaj Ognjeni Vuk ; son iconostase est décorée de fresques du XVIIIe siècle ; en raison de son importance, elle a été inscrite sur la liste des monuments culturels d'importance exceptionnelle de la République de Serbie[19]. Le village abrite également les ruines d'une forteresse du XVIIIe siècle[20], la maison natale de Đorđe Natošević[21] et une maison ancienne située 3 rue Stjepana Radića[22]. Stari Slankamen abrite également une église catholique qui dépend de la paroisse Saint-Michel de Novi Slankamen, dans le diocèse de Syrmie[23]. À proximité du village se trouve le site de la bataille de Slankamen, considéré comme un lieu mémoriel d'importance exceptionnelle de la République de Serbie ; un monument y a été érigé en 1892[6].

Monument érigé en souvenir de la bataille de Slankamen

Personnalités[modifier | modifier le code]

Arsenije Ier Sremac, qui fut patriarche de 1233 à 1263, est né à Dabar près de Slankamen.

Le médecin Đorđe Natošević (1821-1887) est né à Stari Slankamen ; sa maison natale est considérée comme un monument culturel « de grande importance »[21].

Autres

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (sr)(en)[PDF] « Recensement de la population, des ménages et des logements dans la République de Serbie 2011 », sur http://webrzs.stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 10 novembre 2011 (consulté le 6 avril 2013)
  2. (sr) « Mesne zajednice », sur http://irig.rs, Site de la municipalité d'Inđija (consulté le 19 janvier 2013)
  3. (sr) « Istorija », sur http://www.npfruskagora.co.rs, Site du parc national de la Fruška gora (consulté le 19 décembre 2013)
  4. (en) « Akuminkum, Stari Slankamen », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 19 janvier 2013)
  5. (sr) « Grgurevci nahija », sur http://grgurevci.com, Site de Grgurevci (consulté le 19 janvier 2013)
  6. a et b (sr) « Mesto bitke kod Slankamena 1691.g., Stari Slankamen », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 19 janvier 2013)
  7. (sr) Livre 9, Population, analyse comparative de la population en 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991 et 2002, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, mai 2004 (ISBN 86-84433-14-9)
  8. a et b (sr) Livre 2, Population, sexe et âge, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, février 2003 (ISBN 86-84433-01-7)
  9. a et b (sr) Livre 1, Population, origine nationale ou ethnique, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, février 2003 (ISBN 86-84433-00-9)
  10. a et b (sr)(en)[PDF] « Livre 2 : Âge et sexe - Données par localités », sur http://stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 14 décembre 2012 (consulté le 6 avril 2013)
  11. (sr)(en) « Site du Parc national de Fruška gora » (consulté le 19 janvier 2013)
  12. (en) « Fruska Gora National Park », sur http://protectedplanet.net (consulté le 19 janvier 2013)
  13. (en) « Fruska Gora », sur http://www.birdlife.org (consulté le 19 janvier 2013)
  14. (sr)[PDF] « Registar zaštićenih prirodnih dobara », sur http://www.natureprotection.org.rs, Site de l'Institut pour la protection de la nature de Serbie (consulté le 16 janvier 2013)
  15. (sr) « Lesni profili », sur http://indjija-tourism.com, Site de l'Office du tourisme d'Inđija (consulté le 19 janvier 2013)
  16. (sr) « Muzej "Leslend" », sur http://indjija-tourism.com, Site de l'Office du tourisme d'Inđija (consulté le 19 janvier 2013)
  17. (sr)(en) « Banja Stari Slankamen », sur http://www.udruzenjebanja.co.rs (consulté le 19 janvier 2013)
  18. (sr) « Site de l'hôpital Borivoje Gnjatić » (consulté le 19 janvier 2013)
  19. (en) « Crkva svetog Nikole, Stari Slankamen », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  20. (en) « Tvrđava, Stari Slankamen », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  21. a et b (en) « Rodna kuća Đorđa Natoševića, Stari Slankamen », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 16 janvier 2013)
  22. (sr)[xls] « Liste des monument culturels de Serbie par n° d'identifiant », sur http://www.heritage.gov.rs, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la République de Serbie (consulté le 16 février 2013)
  23. (sr) « Župe », sur http://www.srijembiskupija.rs, Site du diocèse de Syrmie (consulté le 19 décembre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]