Holger Börner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Börner.
Holger Börner
Holger Börner, en 1978 à Cologne, lors du congrès fédéral du SPD.
Holger Börner, en 1978 à Cologne, lors du congrès fédéral du SPD.
Fonctions
5e ministre-président de Hesse
16 octobre 197623 avril 1987
(10 ans, 6 mois et 7 jours)
Gouvernement Börner I, II et III
Législature 8e, 9e, 10e et 11e
Coalition SPD-FDP (1976-1982)
SPD (1982-1984)
SPD-Grünen (1984-1987)
Prédécesseur Albert Osswald
Successeur Walter Wallmann
Coordinateur fédéral du Parti social-démocrate d'Allemagne
24 janvier 197212 octobre 1976
Président Willy Brandt
Prédécesseur Hans-Jürgen Wischnewski
Successeur Egon Bahr
Biographie
Date de naissance 7 février 1931
Lieu de naissance Cassel (Allemagne)
Date de décès 2 août 2006 (à 75 ans)
Lieu de décès Cassel (Allemagne)
Profession Ouvrier du bâtiment

Holger Börner
Ministre-présidents de la Hesse

Holger Börner, né le 7 février 1931 à Cassel et décédé le 2 août 2006 à Cassel, était un homme politique allemand membre du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).

Benjamin du Bundestag en 1957, il est nommé dix ans plus tard secrétaire d'État parlementaire du ministère fédéral des Transports, un poste dont il démissionne en 1972.

En 1976, il est investi ministre-président de Hesse à la tête d'une coalition sociale-libérale dont il assure la reconduction au pouvoir en 1978. Les libéraux ayant perdu leur représentation aux élections de 1982, il prend la tête d'un gouvernement intérimaire qui organise de nouvelles élections un an plus tard.

L'absence de majorité à la suite de ce scrutin le conduit à former un gouvernement minoritaire toléré par les écologistes, avant de s'allier avec eux en 1985, formant ainsi la première coalition rouge-verte allemande. L'alliance est finalement rompue en 1987, ce qui conduit à de nouvelles élections anticipées auxquelles il ne se présente pas à sa succession.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, il apprend le métier d'ouvrier du bâtiment, spécialisé dans le béton, bien que son souhait premier était d'être journaliste. Il exerce ensuite une intense activité syndicale qui l'amène à prendre la présidence du comité d'entreprise d'une entreprise de bâtiment et travaux publics de Cassel, où il a également été contremaître.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Dans le parti[modifier | modifier le code]

En 1948, Holger Börner adhère au Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) et est élu chef des « Faucons », une organisation de jeunesse proche du SPD, de l'arrondissement de Cassel. Il entre au comité directeur municipal du parti à Cassel deux ans plus tard, puis est élu président fédéral des Jusos, mouvement des jeunes du SPD, en 1962 pour un an, six ans après avoir abandonné la direction des Faucons.

Holger Börner et Willy Brandt au congrès du SPD à Hanovre, en 1973.

Il est choisi par Willy Brandt comme coordinateur fédéral du parti en 1972, occupe ce poste jusqu'en 1976, et devient membre de la présidence fédérale. Un an plus tôt, en 1975, il avait pris la tête de la fédération de Hesse-du-Nord, avant d'être porté à la présidence du SPD de Hesse pour dix ans en 1977.

Élu président de la Fondation Friedrich-Ebert en 1987, il quitte la présidence fédérale du parti l’année suivante. Il intègre le conseil d'administration de la fondation Chancelier fédéral Willy Brandt en 1995, puis devient président d’honneur de la Fondation Friedrich-Ebert en 2003.

Au niveau fédéral[modifier | modifier le code]

Il entre au Bundestag en 1957 avec, à 26 ans, le statut de benjamin de l'assemblée. En 1965, il est désigné président de la commission parlementaire des Transports mais renonce en 1967, après sa nomination comme secrétaire d'État parlementaire au ministère fédéral des Transports dans le cabinet de grande coalition conduit par le chrétien-démocrate Kurt Georg Kiesinger.

Reconduit en 1969 dans la coalition sociale-libérale de Willy Brandt, il démissionne trois ans plus tard. Il retrouve alors son mandat parlementaire et reprend la présidence de la commission des Transports, mais quitte le Bundestag en 1976.

Ministre-président du Hesse[modifier | modifier le code]

En 1956, il devient membre du conseil municipal de Cassel, y prend la présidence du groupe SPD entre 1960 et 1969, et le quitte en 1972. Holger Börner est investi ministre-président de Hesse à la tête d'une coalition sociale-libérale le 16 octobre 1976, en remplacement d'Albert Osswald, forcé à la démission à la suite d'un scandale financier. En 1978, il est élu député au Landtag de Hesse et reconduit à son poste.

G. à d. : Ernst Albrecht, Holger Börner et Gerhart Baum en 1980 à la chancellerie fédérale de Bonn.

Trois années de gouvernement minoritaire[modifier | modifier le code]

Lors des élections de 1982, marquées par la rupture de la coalition sociale-libérale fédérale, le Parti libéral-démocrate (FDP) n'obtient pas les 5 % des voix nécessaires pour siéger au Landtag. Dans le même temps, Les Verts font leur entrée au parlement régional et l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) rate la majorité absolue de quatre sièges.

Börner ayant refusé de s'allier avec l'un ou l'autre, il prend la tête d'un gouvernement intérimaire, qui organise des élections anticipées en 1983. Au cours de ce scrutin, le FDP revient au Landtag mais désire s'allier avec la CDU, qui ne compte alors pas assez de sièges pour qu'une coalition noire-jaune détienne la majorité absolue.

Première coalition rouge-verte d'Allemagne[modifier | modifier le code]

Un gouvernement minoritaire du SPD, toléré par les écologistes, se met finalement en place en 1984, jusqu'à la formation de la première coalition rouge-verte d'Allemagne l'année suivante, dans laquelle Les Verts obtiennent le portefeuille de l'Environnement et de l'Énergie, confié à Joschka Fischer. La coalition est finalement rompue en février 1987 et des élections anticipées sont convoquées pour avril. Holger Börner refuse alors d'être à nouveau chef de file du SPD, qui désigne alors le ministre des Finances et vice-ministre-président, Hans Krollmann.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]