Alfred Gomolka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alfred Gomolka
Alfred Gomolka, en 1990, à la conférence des ministre-présidents à Munich.
Alfred Gomolka, en 1990, à la conférence des ministre-présidents à Munich.
Fonctions
1er ministre-président
de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale
28 octobre 199015 mars 1992
(&&&&&&&&&&&&05041 an, 4 mois et 17 jours)
Gouvernement Gomolka
Législature 1re
Coalition CDU-FDP
Successeur Berndt Seite
Biographie
Date de naissance 21 juin 1942 (72 ans)
Lieu de naissance Breslau (Allemagne)
Parti politique CDU
Diplômé de Université de Greifswald
Profession Universitaire

Alfred Gomolka
Ministre-présidents du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale

Alfred Gomolka, né le 21 juin 1942 à Breslau, est un homme politique allemand, membre de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU).

En 1990, il devient le premier ministre-président du Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, mais il est contraint de démissionner en 1992. Il se présente deux ans plus tard aux élections européennes, se voyant alors élu au Parlement européen où il siégera jusqu'en 2009.

Éléments personnels[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Il passe son Abitur en 1960 à Eisenach, puis suit des études supérieures de géographie et de germanistique à l'université de Greifswald jusqu'en 1965, année où il passe son diplôme. Il travaille ensuite comme associé de recherche à l'institut de géographie de l'université jusqu'en 1971, lorsqu'il obtient son doctorat. En 1988, il reçoit son habilitation à diriger des recherches.

Après avoir travaillé, entre 1964 et 1965, comme professeur de géographie, il devient en 1992 professeur des universités d'aménagement du territoire et d'études régionales à l'université de Greifswald.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est de confession catholique, marié et père de quatre enfants.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Les débuts sous la RDA[modifier | modifier le code]

Il adhère à l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne de l'Est (CDU DDR) en 1960, la quitte en 1968, puis la rejoint de nouveau trois ans plus tard, alors que celle-ci est totalement inféodée au Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED). Il devient membre du comité directeur du parti dans l'arrondissement de Greifswald en 1974, avant d'être nommé en 1979 adjoint au maire de Greifswald, chargé de la Protection de l'environnement et des Eaux. Il abandonne toutes ces fonctions en 1984.

La réunification : ministre-président[modifier | modifier le code]

Élu député à la Chambre du peuple lors des premières élections parlementaires libres de la République démocratique allemande, le 18 mars 1990, il entre en octobre suivant à l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), qui a absorbé son homologue est-allemande, et au Landtag de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, lors des élections régionales pour lesquelles il était chef de file. Le 28 octobre, Alfred Gomolka est investi ministre-président du Land, à la tête d'une coalition avec le Parti libéral-démocrate (FDP), constituée de 33 députés sur 66 mais disposant de l'appui d'un élu indépendant.

Au cours de son mandat, il fait part de son opposition au rachat des anciens chantiers navals d'État par la compagnie Bremen Vulkan en exprimant ses craintes d'un transfert de l'activité vers l'ancienne Allemagne de l'Ouest. Après avoir limogé, le 14 mars 1992, son ministre de la Justice pour « manque de loyauté », il fait l'objet d'un vote de défiance de la part du groupe CDU au Landtag, et démissionne dès le lendemain. Il est remplacé le 19 mars par Berndt Seite. Le gouvernement fédéral et l'agence des privatisations ont ensuite autorisé la vente à Bremen Vulkan, qui a détourné pendant les quatre années suivantes près de trois cent cinquante millions d'euros d'aide publique européenne au profit de ses chantiers de Brême.

Le 1er octobre 1991, il avait pris la présidence tournante du Conseil fédéral, étant alors le premier dirigeant d'un Land de l'ancienne Allemagne de l'Est à occuper ce poste. Son mandat sera cependant terminé par son successeur à la tête du gouvernement régional.

Député européen[modifier | modifier le code]

Il continue de siéger comme député régional jusqu'à son élection au Parlement européen lors des élections européennes de 1994. Réélu en 1999 et 2004, il a présidé à plusieurs reprises la délégation pour les relations avec la Lettonie, jusqu'à l'adhésion de celle-ci à l'Union européenne, en 2004. Il se retire finalement de la vie politique en 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]