Wolfgang Böhmer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wolfgang Böhmer
Wolfgang Böhmer, en 2010.
Wolfgang Böhmer, en 2010.
Fonctions
5e ministre-président de Saxe-Anhalt
16 mai 200219 avril 2011
(8  an s, 11 mois et 3  jours)
Gouvernement Böhmer I et II
Législature 4e et 5e
Coalition CDU-FDP (2002-2006)
CDU-SPD (2006-2011)
Prédécesseur Reinhard Höppner
Successeur Reiner Haseloff
Ministre du Travail et des Affaires sociales
28 novembre 199321 juillet 1994
Ministre-président Christoph Bergner
Gouvernement Bergner
Prédécesseur Werner Schreiber
Successeur Gerlinde Kuppe
Ministre des Finances
4 juillet 199128 novembre 1993
Ministre-président Werner Münch
Gouvernement Münch
Prédécesseur Werner Münch
Successeur Joachim Kupfer
Biographie
Date de naissance 27 janvier 1936 (78 ans)
Lieu de naissance Dürrhennersdorf (Allemagne)
Parti politique CDU
Diplômé de Université de Leipzig
Profession Médecin

Wolfgang Böhmer
Ministre-présidents de la Saxe-Anhalt

Wolfgang Böhmer, né le 27 janvier 1936 à Dürrhennersdorf, est un homme politique allemand appartenant à l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU).

Gynécologue pendant l'Allemagne de l'Est, il est élu député au Landtag de Saxe-Anhalt en 1990, et devient l'année suivante ministre des Finances jusqu'en 1993 dans la coalition noire-jaune de Werner Münch. Nommé ensuite ministre du Travail, lorsque Münch cède sa place à Christoph Bergner, il doit renoncer en 1994 avec l'arrivée au pouvoir d'une coalition rouge-verte minoritaire.

Il prend la tête de la CDU régionale en 1998, et l'emmène à la victoire aux élections régionales de 2002, ce qui lui permet d'être investi ministre-président à la tête d'une nouvelle coalition noire-jaune. Il remporte de nouveau les élections quatre ans plus tard mais est contraint de s'allier au SPD de Jens Bullerjahn suite au mauvais score des libéraux. En 2011, il décide de ne pas être candidat à sa succession aux élections régionales, abandonnant donc la direction du gouvernement du Land.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un gynécologue est-allemand[modifier | modifier le code]

Il a étudié la médecine à l'université Karl-Marx de Leipzig, et obtenu son doctorat en 1959.

En 1960, il devient médecin gynécologue à Görlitz jusqu'en 1974. Cette année-là, il est nommé médecin chef de l'hôpital « Paul-Gerhardt-Stift » de Wittemberg. Il détient une habilitation à diriger des recherches depuis 1983.

Les débuts en politique[modifier | modifier le code]

L'année 1990 marque le début de son engagement politique. En effet, il adhère à la CDU et est élu député au Landtag de Saxe-Anhalt cette année-là ; candidat dans la 21e circonscription, il récolte 43,8 % des suffrages. Il renonce, l'année suivante, à exercer toute activité professionnelle.

Ministre, puis chef de l'opposition[modifier | modifier le code]

Lorsque Werner Münch succède à Gerd Gies en tant que ministre-président le 4 juillet 1991, Wolfgang Böhmer est nommé ministre des Finances. Le 28 novembre 1993, à l'occasion du remplacement de Münch par Christoph Bergner, il devient ministre du Travail et des Affaires sociales. Réélu député en 1994 avec 39,9 % des voix, dans la 26e circonscription du fait d'un redécoupage, il passe dans l'opposition à la suite de la formation d'une coalition rouge-verte minoritaire dirigée par Reinhard Höppner.

Quatre ans plus tard, alors que la CDU réalise son plus mauvais score aux élections régionales, il en est élu président et se voit désigné vice-président du Landtag, où il est réélu au scrutin de liste. En juillet 2001, il devient président du groupe parlementaire régional de la CDU jusqu'en avril 2002.

Les élections régionales de 2002[modifier | modifier le code]

À l'approche des élections régionales du 21 avril 2002, il est naturellement désigné chef de file des chrétiens-démocrates et doit donc affronter Reinhard Höppner, en lice pour un troisième mandat.

Favori du scrutin dans la mesure où la CDU mène largement dans les sondages dès décembre 2001, il s'impose avec un score de 37,3 % des voix et 48 députés sur 115, une progression de quinze points par rapport à 1998, similaire au recul enregistré par le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), qui passe d'ailleurs derrière le Parti du socialisme démocratique (PDS). Lors du scrutin, il n'est pas élu au Landtag puisque figurant seulement en tête de liste régionale, alors que les chrétiens-démocrates ont pourvu l'intégralité de leurs sièges au scrutin uninominal.

Ministre-président de Saxe-Anhalt[modifier | modifier le code]

Le bon score du Parti libéral-démocrate (FDP), qui remporte 13,3 % des suffrages et 17 députés, lui permet de former une coalition noire-jaune clairement majoritaire avec 65 sièges. Le 16 mai 2002, Wolfgang Böhmer est investi au poste de ministre-président de Saxe-Anhalt par le Landtag, devenant le cinquième à occuper ce poste depuis le rétablissement du Land en 1990. Le 1er novembre suivant, il prend la présidence tournante du Conseil fédéral pour un an. Il renonce en 2004 à la présidence régionale de la CDU et fait son retour au Landtag à la suite d'une élection partielle dans la 11e circonscription le 1er juillet 2005.

Candidat à sa propre succession aux élections du 26 mars 2006, il remporte de nouveau le scrutin avec 36,2 % des voix et 40 sièges sur 97. Cependant, il subit de nouveau l'échec à entrer au Parlement régional, les chrétiens-démocrates ayant obtenu tous leurs sièges dans les circonscriptions uninominales. De plus, le mauvais résultat du FDP l'oblige à former une grande coalition avec le Parti social-démocrate d'Allemagne. Il se voit réinvesti pour un second mandat le 24 avril suivant et réélu député régional lors d'une élection partielle le 27 juillet 2007, dans la 33e circonscription.

Retrait de la vie politique[modifier | modifier le code]

Il ne se présente pas à sa succession lors des élections régionales du 20 mars 2011, au cours desquelles sa coalition conserve sa majorité, la CDU, conduite par le ministre régional de l'Économie, Reiner Haseloff, conservant son statut de première force politique du pays. Son mandat à la tête du gouvernement prend fin le 19 avril suivant, lors de l'ouverture de la nouvelle législature. Avec un mandat de huit ans et onze mois, il détient le record de longévité au pouvoir dans le Land, étant le premier chrétien-démocrate à accomplir un mandat entier, et à enchaîner deux mandats.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, il est membre de l'Église évangélique allemande, veuf, remarié et père d'un enfant.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]