Roland Koch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roland Koch
Roland Koch le 10 janvier 2008
Roland Koch le 10 janvier 2008
Fonctions
8e ministre-président (de) de Hesse
7 avril 199931 août 2010
(11 ans, 4 mois et 24 jours)
Gouvernement Koch I, II, IIbis et III
Coalition Noire-jaune (1999-2003)
Absolue CDU (2003-2008)
CDU minoritaire (2008-2009)
Noire-jaune (2009-2010)
Prédécesseur Hans Eichel
Successeur Volker Bouffier
Biographie
Date de naissance 24 mai 1958 (56 ans)
Lieu de naissance Francfort-sur-le-Main (RFA)
Parti politique CDU
Diplômé de Université de Francfort
Profession Avocat

Roland Koch
Ministre-présidents de Hesse

Roland Koch, né le 24 mars 1958 à Francfort-sur-le-Main, est un homme politique allemand membre de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU).

Après avoir présidé le groupe de la CDU au Landtag de 1990 à 1991, puis à partir de 1993, il s'impose aux élections législatives régionales de Hesse en 1999 et devient peu après ministre-président du Land à la tête d'une coalition noire-jaune. Réélu en 2003 avec une majorité absolue pour sa formation, il la perd cinq ans plus tard, en partie à cause des accents très populistes de sa campagne et les résultats du scrutin le rendent incapable de s'allier avec les libéraux (FDP).

L'impossibilité de la gauche à s'entendre conduit à des élections anticipées en 2009, où le bon résultat du FDP lui permet de se maintenir au pouvoir. Vice-président fédéral de la CDU depuis 2006 et président régional depuis 1999, il est un spécialiste des questions financières et représente l'aile droite du parti. En mai 2010, à la suite de dissensions avec Angela Merkel, il annonce son retrait progressif de la vie politique.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Il obtient son Abitur en 1977, puis effectue, pendant un an, son service militaire dans la Bundeswehr.

En 1979, il débute ses études supérieures de droit à l'Université de Francfort. Il les achève trois ans plus tard en obtenant son premier diplôme juridique d'État. Il obtient le second en 1985.

Roland Koch a exercé le métier d'avocat à Eschborn de 1985 à 1999.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et père de deux enfants.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Au sein de la CDU[modifier | modifier le code]

Il rejoint la Junge Union (JU), organisation de jeunesse de la CDU en 1972. En 1979, il est élu président de la section de la CDU pour l'arrondissement de Main-Taunus, et le restera pendant vingt-deux ans. En 1998, il devient président de la fédération de l'Union chrétienne-démocrate en Hesse. Il entre à la présidence fédérale du parti la même année.

Élu vice-président fédéral du parti en novembre 2006, il a annoncé qu'il renoncerait à l'ensemble de ses fonctions entre juin et novembre 2010, du fait de son retrait de la vie politique. Le 12 juin 2010, le ministre de l'Intérieur Volker Bouffier le remplace à la présidence régionale de la CDU à l'occasion du congrès du parti, au cours duquel il est désigné président d'honneur aux côtés de Walter Wallmann. Au congrès fédéral de novembre, Bouffier lui succède également à la vice-présidence du parti.

Dans les institutions[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Il obtient son premier mandat électoral en 1977, comme membre de l'assemblée de l'arrondissement de Main-Taunus. Il n'abandonnera ce poste qu'en 1999.

En 1987, il entre au Landtag comme député de la circonscription Main-Taunus-I. Il y a été constamment réélu depuis. Entre 1990 et 1991, il préside le groupe parlementaire de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne. Il a retrouvé cette fonction entre 1993 et 1999.

Ministre-président de Hesse (1999-2010)[modifier | modifier le code]

Le 7 février 1999, il remporte les élections régionales à la majorité relative, avec 43 % des voix, contre le SPD d'Hans Eichel, après avoir mené campagne contre un projet du gouvernement fédéral d'autoriser la double nationalité pour les immigrés[1]. Ayant formé une coalition noire-jaune avec les libéraux, Roland Koch est investi au poste de ministre-président (de) de Hesse le 7 avril. Seize jours plus tard, il prend la présidence du Bundesrat afin d'achever le mandat de son prédécesseur.

Candidat à sa propre succession au scrutin du 2 février 2003, il remporte une courte majorité absolue avec 56 sièges sur 110. Il est logiquement réinvesti le 5 avril. Il se présente pour un troisième mandat lors des élections du 27 janvier 2008 et mène une campagne centrée sur la lutte contre l'immigration et la criminalité[2]. Il perd sa majorité absolue et arrive à égalité avec le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) d'Andrea Ypsilanti. Celle-ci s'avère alors incapable de former une coalition rouge-verte tolérée par Die Linke, tandis que le Parti libéral-démocrate (FDP) n'a pas suffisamment de sièges pour former une coalition de centre-droit majoritaire.

Après presque un an de blocage, le Landtag est dissous et des élections anticipées sont convoquées le 18 janvier 2009. La CDU améliore à peine son score mais l'effondrement du SPD et le succès du FDP permettent la réélection de Roland Koch à la présidence du gouvernement le 5 avril 2009, de nouveau à la tête d'une coalition noire-jaune. Avec 55,3 % des voix dans sa circonscription, il est le député le mieux élu de la législature. Le 25 mai 2010, il annonce son retrait de la vie politique et qu'il démissionnera de la direction du gouvernement régional de Hesse le 31 août suivant. Ce départ serait dû à un désaccord avec Angela Merkel sur des questions budgétaires, dont il est reconnu comme un spécialiste au sein de la CDU[3]. Il renoncera dans le même temps à son siège de député régional. Considéré comme appartenant à l'aile droite de son parti et reconnu comme bon orateur[4], il a été plusieurs fois critiqué pour ses prises de positions très dures sur l'immigration et la sécurité[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) La droite allemande gagne les élections en Hesse en s'opposant à la double nationalité, Le Monde, le 9 février 1999
  2. (fr) Test électoral pour la grande coalition d'Angela Merkel, Le Figaro, le 25 janvier 2008
  3. (fr) Roland Koch, baron de la CDU, se retire de la politique, L'Express, le 25 mai 2010
  4. (fr) Profil – Roland Koch : Un ambitieux à la réputation de « dur », admiré ou détesté, Le Monde, 22 janvier 2008
  5. (fr) Allemagne: le numéro deux de la CDU Roland Koch annonce son retrait de la politique, Euronews, le 25 mai 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]