Ole von Beust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ole von Beust
Ole von Beust, en 2009.
Ole von Beust, en 2009.
Fonctions
62e président du Conseil fédéral allemand
1er novembre 200731 octobre 2008
Prédécesseur Harald Ringstorff
Successeur Peter Müller
12e premier maire de Hambourg
31 octobre 200125 août 2010
(8 ans, 9 mois et 25 jours)
Gouvernement Von Beust I, II et III
Législature 17e, 18e et 19e
Coalition CDU-PRO-FDP (2001-2004)
CDU (2004-2008)
CDU-Grünen (2008-2010)
Prédécesseur Ortwin Runde
Successeur Christoph Ahlhaus
Biographie
Nom de naissance Carl-Friedrich Arp
Freiherr von Beust
Date de naissance 13 avril 1955 (59 ans)
Lieu de naissance Hambourg (RFA)
Parti politique CDU
Diplômé de Université de Hambourg
Profession Avocat

Signature

Ole von Beust
Premiers maires de Hambourg

Carl-Friedrich Arp Ole Freiherr von Beust, né le 13 avril 1955 à Hambourg, est un homme politique allemand membre de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU).

Président de la Junge Union (JU) de Hambourg entre 1977 et 1983, il est élu député local en 1978 et prend en 1993 la présidence du groupe parlementaire. Quatre ans plus tard, il mène sans succès la campagne de la CDU aux élections, les sociaux-démocrates conservant le pouvoir.

Finalement, à la suite du scrutin de 2001, il parvient à se faire investir premier maire de Hambourg après avoir formé une coalition avec un parti populiste sécuritaire et les libéraux. L'instabilité de cette coalition amène à des élections anticipées en 2004, lors desquelles il conquiert la majorité absolue, la première depuis cinquante ans pour la CDU.

Les élections de 2008 débouchent sur une majorité relative, aussi il décide de constituer une majorité parlementaire avec les écologistes. En 2010, il décide de se retirer de la vie politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse, formation et débuts politiques[modifier | modifier le code]

En 1971, alors âgé de 16 ans, il adhère à la Junge Union (JU), et passe son Abitur deux ans plus tard. Il devient alors assistant parlementaire du groupe parlementaire de la CDU au Bürgerschaft. Il s'inscrit à l'université de Hambourg en 1975, afin d'y suivre des études de droit.

Élu président de la JU de la ville-Land en 1977, il est élu député au Bürgerschaft en 1978 et passe son premier examen juridique d'État en 1980. Ayant réussi le second en 1983, il devient avocat tout en renonçant à ses fonctions chez les jeunes chrétiens-démocrates.

Ascension[modifier | modifier le code]

Il entre au comité directeur de la CDU de Hambourg en 1992 et se voit choisi l'année suivante comme président du groupe parlementaire. Lors des élections du 21 septembre 1997, il est investi chef de file de la CDU. Lors du scrutin, il obtient 30,7 % des voix et 46 sièges sur 121, une hausse de cinq points par rapport à 1993, mais il ne peut empêcher le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) de se maintenir au pouvoir.

En 1998, il accède au comité directeur fédéral du parti.

Premier maire de Hambourg[modifier | modifier le code]

Un premier mandat instable[modifier | modifier le code]

À nouveau chef de file chrétien-démocrate pour les élections du 23 septembre 2001, il réalise une contre-performance avec 26,2 % des suffrages et 33 députés. Il manœuvre alors pour constituer une coalition de droite en profitant de la percée du Parti de l'offensive de l'État de droit (PRO), une formation populiste et sécuritaire qui totalise 19,4 %.

Finalement, le 31 octobre, Ole von Beust est investi premier maire de Hambourg par le Bürgerschaft, s'appuyant sur une majorité parlementaire réunissant la CDU, le PRO et le Parti libéral-démocrate (FDP), comptant 64 parlementaires. Il met ainsi fin à 44 années de domination sociale-démocrate sur la ville-Land.

En août 2003, il démet Ronald Schill, second maire, sénateur pour l'Intérieur et président du PRO, en l'accusant de chantage en vue de réintégrer son bras droit. En retour, ce dernier révèle que von Beust est homosexuel et qu'il entretiendrait une relation avec le sénateur pour la Justice, Roger Kutsch. Le premier maire réfute cette dernière information, mais confirme son orientation sexuelle.

Un deuxième mandat historique[modifier | modifier le code]

La coalition finit par se rompre et des élections anticipées sont convoquées pour le 29 février 2004, soit avec un an et demi d'avance sur le calendrier parlementaire initial. Le scrutin est marqué par une franche victoire de la CDU, qui s'adjuge 47,2 % des voix et 63 parlementaires. Il s'agit là du meilleur résultat pour les chrétiens-démocrates depuis novembre 1953. Il constitue son deuxième gouvernement dès le 17 mars.

Le 1er novembre 2007, il prend pour un an la présidence tournante du Conseil fédéral.

Un troisième mandat avec les Grünen[modifier | modifier le code]

Si les élections du 24 février 2008 confirment la domination de la CDU sur la vie locale, elles marquent également une régression claire, les chrétiens-démocrates recueillant 42,6 % et 56 sièges sur 121. Dans la mesure où le Parti libéral-démocrate (FDP) échoue à revenir au Parlement, von Beust décide de se tourner vers la Liste alternative verte (GAL). Il faut attendre le 7 mai pour que le gouvernement soit constitué, créant ainsi la première coalition noire-verte dans un Land.

Retrait de la vie politique[modifier | modifier le code]

Le 18 juillet 2010, il annonce, au sortir d'une réunion du comité directeur de la CDU, son intention de démissionner du poste de premier maire de Hambourg, le 25 août, quelques heures avant l'annonce des résultats d'un référendum d'initiative populaire concernant la réforme de l'enseignement voulue par sa coalition. Son remplaçant devrait être le sénateur pour l'Intérieur, Christoph Ahlhaus[1].

Bien qu'il invoque des raisons personnelles, notamment les contraintes liées à la vie publique[2], et déclaré que « Il y a un temps pour tout », son départ est considéré comme un revers important pour Angela Merkel, dont il est un proche, en ce qu'il représentait sa stratégie d'ouverture au centre[3]. En quittant le pouvoir, il devient le sixième chef de gouvernement chrétien-démocrate à renoncer à ses fonctions en dix mois[4].

Conservateur modéré, charismatique et populaire à Hambourg[5], ses trois mandats auront été marqués par les privatisations, que ce soit dans l'hôpital ou l'énergie.

Ahlhaus est officiellement élu pour lui succéder par le Bürgerschaft le 25 août 2010 par 70 voix contre 50, alors que la coalition noire-verte ne dispose que de 68 sièges sur 121.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille noble de Hambourg. Sa mère étant, selon la terminologie nazie, « à moitié juive », ses parents avaient dû fuir la ville pendant le Troisième Reich.

Pendant son enfance, sa grand-mère le surnommait « ole pupp », ce qui veut dire « vieille poupée » en plattdeutsch. Il fera ensuite officiellement accoler « Ole » à ses autres prénoms, qui deviendra son prénom d'usage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]