Karl-Adolf Hollidt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl-Adolf Hollidt
Naissance 28 avril 1891
Spire
Décès 22 mai 1985 (à 95 ans)
Siegen
Origine Allemand
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany 1903-1918.svg Deutsches Reichsheer
Flag of Weimar Republic (war).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade Generaloberst
Années de service 1909 – 1945
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Commandement 52e division d'infanterie
50e division d'infanterie
17e corps d'armée
6e armée
Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer avec feuilles de chêne
Ordre de Michel le Brave

Karl-Adolf Hollidt (28 avril 1891 à Spire - 22 mai 1985 à Siegen) est un Generaloberst allemand qui a servi au sein de la Heer dans la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il a été récipiendaire de la Croix de chevalier de la Croix de fer avec feuilles de chêne. La Croix de chevalier de la Croix de fer est son grade supérieur : les feuilles de chêne sont attribuées pour récompenser un acte d'une extrême bravoure sur le champ de bataille ou un commandement militaire avec succès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Son père est professeur secondaire d'école locale et Karl-Adolf Hollidt fait ses études dans sa ville natale de Spire. Après avoir fini l'école en 1909, il s'enrôle dans le 117e régiment d'infanterie dans la 3e compagnie dans laquelle il est nommé Leutnant (lieutenant) en 1910[1].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, Hollidt sert sur le Front de l'Ouest. Au cours de la guerre, il reçoit un total de deux promotions : Oberleutnant (lieutenant de 1re classe)en 1915 et en 1918 pour le grade de Hauptmann (capitaine)[2] Il reçoit la Croix de fer 2e classe le 9 septembre 1914 et la Croix de fer 1re classe le 18 octobre 1916[3]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Après plusieurs promotions (pour le grade de major le 1er février 1930 et au rang de Oberstleutnant (lieutenant-colonel) le 1er février 1933), il sert comme commandant de bataillon dans le 12e régiment d'infanterie à Dessau. Puis Hollidt sert comme Oberst (colonel) dans l'état-major général en 1935 et en tant que chef d'état-major au I. Armeekorps à Königsberg. Après sa nomination comme Generalmajor le 1er avril 1938. Hollidt est actif en tant que commandant d'infanterie à Siegen. Il commande différents régiments d'infanterie comme le 57, 116 et 136e.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Hollidt sert comme commandant de la 52e division d'infanterie. À partir du 1er novembre 1939, il sert comme chef d'état-major avec le commandant en chef Ost, le général Johannes Blaskowitz. Le Generalleutnant (lieutenant-général) Hollidt, promu le 1er avril 1940, sert à partir d'octobre 1940, comme commandant de la 50e division d'infanterie en Grèce. Promu au grade de General der Infanterie (général d'infanterie), Hollidt commande le 17e corps d'armée qui est planifié pour prendre part à l'opération de secours concernant la 6e armée qui est encerclée dans la ville russe de Stalingrad. Après la reddition de la 6e armée, qui est reconstituée le 6 mars 1943, Hollidt en reçoit son commandement. Il est promu au grade de Generaloberst (général-colonel) le 1er septembre 1943.

En 1944, sa 6e armée subit de lourdes pertes lors de son retrait de sa zone d'opérations au nord de la Dniepr. Par la suite, Hollidt est démis de son commandement et est mis en réserve[3].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

En 1945, Karl-Adolf Hollidt est capturé par les forces américaines. Après un procès tenu à Nuremberg, il est reconnu coupable de l'utilisation illégale de prisonniers de guerre et de la déportation et l'esclavage de civils. Il est condamné à cinq ans d'emprisonnement, dont il a réalisé un peu moins de 14 mois (du 27 octobre 1948 jusqu'à sa libération le 22 décembre 1949).

Il meurt en 1985 à Siegen, et est inhumé dans sa ville natale de Spire[3].

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Citations
  1. (pl) « Karl Adolf Hollidt » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 14 janvier 2010
  2. « Hollidt Karl Adolf, Colonel-General », www.generals.dk (consulté le 14 janvier 2010)
  3. a, b et c (de) « Karl Adolf Hollidt » (consulté le 14 janvier 2010)
  4. Walther-Peer Fellgiebel 1986, p. 193.
  5. Walther-Peer Fellgiebel 1986, p. 60.
Source
Bibliographie
  • (de) Walther-Peer Fellgiebel, Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes, 1939-1945 : die Inhaber der höchsten Auszeichnung des Zweiten Weltkrieges aller Wehrmachtteile, Friedberg/H, Podzun-Pallas,‎ 1986 (ISBN 3-790-90284-5).
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Iéna, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. (ISBN 978-3-938-84517-2).
Liens externes