Karl Mauss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mauss.
Karl Mauss
Image illustrative de l'article Karl Mauss

Naissance
Plön
Décès (à 60 ans)
Hambourg
Origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand (jusqu'en 1918),
Flag of Germany (3-2 aspect ratio).svg République de Weimar (jusqu'en 1922),
Flag of the NSDAP (1920–1945).svg Troisième Reich
Grade Général
Années de service 1914-1922 – 1938-1945
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement 7e Panzerdivision
Faits d'armes Première Guerre mondiale

Seconde Guerre mondiale

Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer avec feuilles de chêne, glaives et brillants
Croix allemande

Dr med. dent. Karl Mauss[Notes 1], né le à Plön et mort le à Hambourg, était un General der Panzertruppe allemand au sein de la Heer dans la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale. Il s'illustra notamment dans la 7e Panzerdivision

Il a reçu la Croix de chevalier de la Croix de fer avec feuilles de chêne, glaives et brillants (en allemand: Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes mit Eichenlaub, Schwertern und Brillanten), la plus haute distinction militaire allemande de la Seconde Guerre mondiale. La Croix de chevalier de la Croix de fer et ses grades supérieurs: les feuilles de chêne, glaives et brillants sont attribués pour un acte de bravoure extrême sur le champ de bataille ou un commandement avec un succès militaire notable.

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Karl Mauss est né dans la ville de Plön dans le Schleswig-Holstein, en Allemagne. En 1914, à seulement seize ans, il se porte volontaire pour servir durant la Première Guerre mondiale [1].En remerciement à l'obstination et au soutien de son père, il est accepté et rejoint le Jägerregiment 162, servant pendant la guerre à Arras, à La Bassée, dans les Flandres, dans la Somme et à Isonzo. En 1915, ayant à peine 17 ans et étant le plus jeune homme de la division, il reçoit la Croix de Fer , 2e classe en se distinguant comme meilleur éclaireur dans la région durant la bataille de la Somme[2]. L'année suivante, il est promu Leutnant devenant l'un des plus jeunes officiers de l'armée et, quelque temps plus tard après le transfert de sa division à l'Est dans les Carpates, il reçoit la Croix de Fer , 1re classe.

Mauss reste dans l'armée jusqu'en 1922 quand il déménage à Hambourg pour étudier la dentisterie, et atteint son doctorat en 1929. Apparemment, la vie civile ne lui convient pas, car il s'enrôle à nouveau en tant que Hauptmann (capitaine) en 1934, servant avec l'Infanterieregiments 69 à Hambourg. Il est promu Major, le 1er avril 1938.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la guerre, le Dr Karl Mauss sert dans la avec la 20e division d'infanterie motorisée, avec laquelle il participe en 1939 à l'Invasion de la Pologne. En mai 1940, sa 10. Panzer-Division est transférée vers l'ouest pour prendre part à la bataille de France en collaboration avec XIX. Armeekorps de Heinz Guderian.

Déjà, dans ces premiers engagements, Mauss utilise avec succès ses expériences de guerre 1914-1918, son énergie et son enthousiasme se transférant à ses hommes. Dans la deuxième phase de la campagne française, Mauss participe dans les batailles contre la 7e armée française.
Mauss, maintenant Oberstleutnant (promu le 1er avril 1941), combat également dans la campagne soviétique au cours de l'opération Barbarossa dès le début. En novembre 1941, lorsque son bataillon défend avec succès leurs positions sur la tête de pont de l'Ugra, malgré les lourdes attaques soviétiques et les conditions météo calamiteuse, Mauss reçoit la Croix de chevalier de la Croix de fer.

Dans l'année 1942, Mauss est promu Oberst (colonel), et après avoir mené ses troupes avec de petites pertes dans la bataille de Koursk, il reçoit les feuilles de chêne à la croix de chevalier en novembre 1943. En janvier 1944, il prend le commandement de la 7. Panzer-Division (7e division blindée). En avril de la même année, il est promu Generalmajor. Par ailleurs, le 23 octobre 1944, il reçoit les épées de la Croix de Chevalier avant qu'il ne soit grièvement blessé par des fragments d'obus d'artillerie en février 1945 à Gotenhafen et doit subir l'amputation d'une jambe. Il est promu Generalleutnant en avril, et reçu comme le dernier commandant de la 7. Panzer-Division, la Croix de Chevalier avec feuilles de chêne, épées et diamants, le 15 avril 1945.

Après sa reddition aux troupes britanniques, Mauss apprend que sa femme Minna (nom de jeune fille Lohoff), la mère de trois de leurs enfants, est morte. Une demande d'aller à Lübeck pour l'enterrement lui est refusé.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

En 1949, il se remarie et un an plus tard, nait son fils Dietrich[3].

Mauss travaille comme dentiste dans son propre cabinet. Sa demande de réengagement a été rejetée par la Bundeswehr pour des raisons de santé.

Le Dr med. Dent. Karl Mauss est décédé d'une crise cardiaque après une longue maladie le 9 février 1959 à Hambourg, à l'âge de 60 ans.

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. En Allemagne, un chirurgien-dentiste est abrégé comme Dr med. dent. (Doctor medicinae dentariae).
Citations
  1. Fraschka 1994, p. 325.
  2. Fraschka 1994, p. 326.
  3. Fraschka 1994, p. 337.
  4. Patzwall and Scherzer 2001, p. 299.
  5. a, b, c et d Scherzer 2007, p. 531.
Bibliographie
  • (de) Berger, Florian (1999). Mit Eichenlaub und Schwertern. Die höchstdekorierten Soldaten des Zweiten Weltkrieges. Selbstverlag Florian Berger. ISBN 3-9501307-0-5.
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Germany: Podzun-Pallas. ISBN 3-7909-0284-5.
  • (en) Fraschka, Günther (1994). Knight's of the Reich, Atgen, PA: Schiffer Military. ISBN 0-88740-580-0.
  • (de) Huß, Jürgen & Viohl, Armin (2003). Die Ritterkreuzträger des Eisernen Kreuzes der preußischen Provinz Schleswig-Holstein und der Freien und Hansestadt Lübeck 1939-1945. VDM Heinz Nickel. ISBN 3-925480-79-X.
  • (de) Patzwall, Klaus D. and Scherzer, Veit (2001). Das Deutsche Kreuz 1941 - 1945 Geschichte und Inhaber Band II. Norderstedt, Allemagne: Verlag Klaus D. Patzwall. ISBN 3-931533-45-X.
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939 - 1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. ISBN 978-3-938845-17-2.
  • (en) Williamson, Gordon (2006). Knight's Cross with Diamonds Recipients 1941-45. Osprey Publishing Ltd. ISBN 1-84176-644-5.
  • (de) Helden der Wehrmacht - Unsterbliche deutsche Soldaten. München, Allemagne: FZ-Verlag GmbH, 2004. ISBN 3-924309-53-1.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Précédé par Karl Mauss Suivi par
Fonctions militaires
Oberst Wolfgang Gläsemer
Commandant de la 7. Panzer-Division
30 janvier 1944 – 2 mai 1944
Generalmajor Gerhard Schmidhuber
Generalmajor Gerhard Schmidhuber
Commandant de la 7. Panzer-Division
9 septembre 1944 – 31 octobre 1944
Generalmajor Hellmuth Mäder
Generalmajor Hellmuth Mäder
Commandant de la 7. Panzer-Division
30 novembre 1944 – 5 janvier 1945
Generalmajor Max Lemke
Generalmajor Max Lemke
Commandant de la 7. Panzer-Division
23 janvier 1945 – 23 mars 1945
Oberst Hans Christern