Frido von Senger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Senger.
Frido von Senger und Etterlin
Frido von Senger
Frido von Senger

Naissance 4 septembre 1891
Waldshut
Décès 9 janvier 1963 (à 71 ans)
Freiburg im Breisgau
Origine Allemand
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany 1903-1918.svg Deutsches Reichsheer
Flag of Weimar Republic (war).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Bundeswehr, Heer
Grade General der Panzertruppe
Années de service 1910 – 1945
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Commandement 17. Panzer-Division
14. Armee
XIV. Panzerkorps
Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer avec feuilles de chêne
Croix allemande

Frido von Senger ou Fridolin Rudolf Theodor Ritter und Edler von Senger und Etterlin[Notes 1] (4 septembre 1891 à Waldshut - 9 janvier 1963 à Freiburg im Breisgau) est un General der Panzertruppe allemand qui a servi au sein de la Heer dans la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il a été récipiendaire de la Croix de chevalier de la Croix de fer avec feuilles de chêne. La Croix de chevalier de la Croix de fer et son grade supérieur: les feuilles de chêne sont attribués pour récompenser un acte d'une extrême bravoure sur le champ de bataille ou un commandement militaire avec succès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frido von Senger est né dans une famille aristocratique et catholique de Souabe.

Après avoir obtenu une licence de lettres, il s'engage dans l'armée du Kaiser Guillaume II durant la Première Guerre mondiale. Juste après la défaite, il entre dans la toute nouvelle Reichswehr.

Lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, il commande diverses unités en Europe de l'Ouest et sur le front de l'Est.

Au cours de la bataille de France, von Senger und Etterlin Schnelle commande la brigade von Senger et fait partie de la commission allemande de l'armistice franco-italien de 1940. Le 1er septembre 1941, il est promu major-général.

Le 10 octobre 1942, von Senger und Etterlin reçoit le commandement de la 17e Panzer Division dans le sud de la Russie. Le 1er mai 1943, il est promu lieutenant-général. En juin 1943, il reçoit le commandement des troupes allemandes en Sicile au cours de la bataille de la Sicile. En août 1943, il commande les troupes allemandes en Sardaigne et en Corse. Il dirige l'évacuation de ces îles car les positions allemandes sont devenues intenables. Le 8 octobre 1943, il devient commandant de la XIVe Panzerkorps et le 1er janvier 1944 il est nommé général.

Le XIV. Panzerkorps comporte alors six divisions :

  • les 15 (Sperl) ;
  • les 29 (Fries) Panzer-Grenadier-Divisionnen ;
  • ainsi que quatre divisions d'infanterie:
    • la 94. ID (Pfeiffer),
    • la 44. Reichs-Grenadier-Division(Franek), qui est de composition autrichienne,
    • la 5. Gebirgs-Division(Ringel),
    • la 305. ID (Hauck).

Le général von Senger reçoit l'ordre de défendre la ligne gothique, à hauteur des Apennins et en particulier, à hauteur du Mont-Cassin. Ses troupes, profitant du terrain favorable à la défense, réussissent pendant près de cinq mois à barrer la route aux forces alliées.

Lors de la bataille du mont Cassin, il se distingue par une trêve, passée en accord avec les Alliés, qui permet les faits suivants : Tout d'abord, informé de l'intention du général Bernard Freyberg, commandant du IInd New-Zealander Army Korps, de bombarder l'abbaye bénédictine du Mont-Cassin, von Senger und Etterlin, appartenant en qualité de laïc à cet ordre, prend l'initiative d'autoriser l'évacuation des quatre-vingt-trois moines bénédictins, placés sous la direction du père Gregorio Diamare, qui se trouvent là. Il procède aussi à un échange de prisonniers avec les Alliés.

En mai 1944, en raison de la percée réussie par le corps expéditionnaire français (CEF) commandé par Juin, à l'extrémité ouest du dispositif, le XIV. Panzerkorps se replie en toute urgence vers le nord et se reforme sur la ligne Gustave sous l'autorité de la XIV. Armee d'Eberhard von Mackensen.

Il se reconstitue pendant l'été comme suit:

  • 162. Turkestan ID (von Heygendorff) ,
  • 29. Panzer-Grenadier-Division,
  • 90. Panzer-Grenadier-Division (Lungerhausen),
  • 20. Luftwaffe-Sturm-Division (Fronhöfer).

Le général von Senger und Etterlin mène son unité jusqu'au bout dans des combats défensifs. Lors de la capitulation des troupes allemandes en Italie, il est capturé par les Alliés et est libéré peu de temps après sans être inquiété, n'ayant pas commis de crime de guerre.

Il quitte définitivement l'armée et rédige ses mémoires. Il se consacre à l'activité d'une imprimerie qu'il a fondée dans le sud de l'Allemagne.

Il est le père du Général dans la Bundeswehr et auteur militaire Ferdinand Maria von Senger und Etterlin (1923–1987) qui s'est retiré en tant que commandant en chef de la Région centre de l'OTAN en 1984.

Promotions[modifier | modifier le code]

Einjähriger-Freiwilliger 1er octobre 1910
Leutnant der Reserve en 1914
Leutnant 27 juin 1917
Oberleutnant
Rittmeister
Major
Oberstleutnant 1er août 1936
Oberst 1er mars 1939
Generalmajor 1er septembre 1941
Generalleutnant 1er mai 1943
General der Panzertruppe 1er janvier 1944

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Ritter est un titre de noblesse, pouvant se traduire comme Chevalier, et non une partie d'un nom de famille.
Citations
  1. a, b et c Rangliste des Deutschen Reichsheeres, Hrsg.: Reichswehrministerium, Mittler & Sohn Verlag, Berlin 1930, S.139
  2. a et b Veit Scherzer: Die Ritterkreuzträger 1939-1945, Scherzers Militaer-Verlag, Ranis/Jena 2007, ISBN 978-3-938845-17-2, S.702
Source
Bibliographie
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. ISBN 3-7909-0284-5.
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. ISBN 978-3-938845-17-2.
Liens externes