Werner von Fritsch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Werner Freiherr von Fritsch
Image illustrative de l'article Werner von Fritsch

Naissance 4 août 1880
Benrath  (de), Empire allemand
Décès 22 septembre 1939 (à 59 ans)
Varsovie, Pologne
Mort au combat
Origine Allemand
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany 1903-1918.svg Deutsches Reichsheer
Flag of Weimar Republic (war).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade Général
Années de service 18981939
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Pour le Mérite

Werner Thomas Ludwig Freiherr[1] von Fritsch, né le 4 août 1880 à Benrath  (de), mort au combat le 22 septembre 1939 à Praga, quartier de Varsovie, est un officier général de la Wehrmacht, membre du haut commandement allemand de 1934 à 1938.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il entre dans l'armée à dix-huit ans et se fait remarquer pour ses aptitudes vers vingt et un ans ; il entre ensuite à l'Académie de guerre de Prusse. Il est promu premier lieutenant en 1911 ; pendant la Première Guerre mondiale, il se fait remarquer et obtient la Croix de Fer de première classe. Il est blessé en visitant le front.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Il était toujours dans l'armée (Reichwehr) et prit une part croissante dans le réarmement en violation avec le terme V du traité de Versailles. Il fut proche de la filière soviétique de collaboration des armées qui permettait ainsi de former des troupes en Union soviétique pour échapper aux contrôles Alliés pendant les années 20. Il avait une profonde aversion pour la Pologne et travailla en 1928 au plan Fall Weiss qui préparait une hypothèse d'invasion de la Pologne. Reconnu comme un élément prometteur, il fut promu par Kurt von Schleicher en 1932 au grade de général (Generalleutnant).
Il fut un chaud partisan du régime nazi en 1933 car il voyait ce soutien comme un moyen de renforcer le rôle et la puissance de l'armée. Il était néanmoins hostile à la montée en puissance des SS et au refroidissement des relations avec l'URSS.

Commandant des armées[modifier | modifier le code]

Malgré cette distance d'avec une partie du régime nazi, il fut promu au haut commandement allemand (Oberkommando des Heeres ou OKH) en 1934. Il fut nommé commandant en chef de l'armée l'année suivante. Il participa alors, au côté de Werner von Blomberg, au réarmement de l'Allemagne. En 1936, quand von Blomberg fut promu maréchal, le général von Fritsch le fut au rang de colonel-général (Generaloberst). Von Fritsch faisait partie des officiers présents à la conférence conduisant au Protocole Hossbach, en 1937, où Hitler annonça qu'il voulait déclencher la guerre dès 1938. Il se montra très critique, estimant que l'armée n'était pas prête.

L'affaire Blomberg-Fritsch[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Affaire Blomberg-Fritsch.

Le 4 février 1938, il fut écarté du commandement sur accusation d’homosexualité, le dossier étant monté de toutes pièces par Hermann Göring et Heinrich Himmler. Hitler se servit de cette occasion pour remanier l'armée et écarter aussi une quinzaine de généraux. Il fut nommé colonel honoraire de son régiment, le 12e d'artillerie. Un jury d'honneur fut convoqué pour le blanchir, mais voyant que l'affaire tournait mal Hitler ajourna le jugement lors de la première journée, c'était le jour de l'Anschluss.

Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Mobilisé en septembre 1939, il servit à la tête de son régiment d'artillerie. Il fut tué devant Varsovie lors de la campagne de Pologne, alors qu'il inspectait des troupes. Il fut le second général allemand à mourir pendant la Seconde Guerre mondiale[2]. Il est enterré au cimetière des Invalides de Berlin.

Décorations militaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le titre de Freiherr est un titre équivalent à celui de Baron.
  2. Le premier étant le Brigadeführer et Generalmajor de la Ordnungspolizei Wilhelm Fritz von Roettig, tué en Pologne le 10 septembre 1939.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Rangliste des Deutschen Reichsheeres. Mittler & Sohn, Berlin 1930, S. 108
  4. Klaus D. Patzwall: Das Goldene Parteiabzeichen und seine Verleihungen ehrenhalber 1934-1944, Studien der Geschichte der Auszeichnungen Band 4, Verlag Klaus D. Patzwall, Norderstedt 2004, ISBN 3-931533-50-6, S.19

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (fr) Serge Cosseron, Les Mensonges du 3e Reich, 2006.
  • (fr) Hans Hellmut Kirst, L'affaire des généraux, 1979.

Lien externe[modifier | modifier le code]

(de) Biographie du Freiherr von Fritsch, Werner Thomas Ludwig, sur le site Lexikon der Wehrmacht