Ibn al-Muqaffa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ibn al-Muqaffa

Description de cette image, également commentée ci-après

Kalîla (à droite) et Dimna (à gauche) - manuscrit arabe de Kalîla wa Dimna copié en Syrie en 1220

Activités Écrivain, traducteur
Naissance vers 720
Gour (Fars)
Décès 756
Basra
Langue d'écriture Arabe
Mouvement Adab
Genres Épître, miroir des princes, apologue (fables)

Œuvres principales

Abdallah Ibn al-Muqaffa (en arabe : عبد الله بن المقفع) est un secrétaire de l'administration omeyyade puis abbasside, célèbre littérateur persan et premier grand prosateur de langue arabe. Il naît vers 720 à Gour (actuelle Firuzabad), dans le Fars (Iran). Il se convertit à l'islam à l'âge adulte et meurt à 35 ans, en 756 à Basra, exécuté sur l'ordre du calife Al-Mansour[1].

Ibn al-Muqaffa est considéré comme le père de la littérature d'adab et de la prose arabe. Il est aussi l'un des premiers traducteurs d’œuvres persanes et indiennes vers l'arabe. Ses principaux ouvrages sont le Grand Adab (Al-Adab al-kabîr), premier essai de formulation explicite du concept d'adab, et Kalîla wa Dimna, traduction et adaptation des Fables de Bidpaï, dont l'introduction expose certains des traits caractéristiques de l'adab[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine et formation[modifier | modifier le code]

D'origine persane, son nom persan est Rûzbeh. En se convertissant à l'islam, il prit le nom d'Abdallah et la kunya de Abû Muhammad. Il naquit dans une noble famille persane manichéenne de la ville de Gour. La famille suivit son père, Dâdhuweh, qui s'installa à Basra à une époque indéterminée. Les sources indiquent que Dâdhuweh ne se convertit jamais à l'islam, mais qu'en revanche il apprit rapidement l'arabe et qu'il devint l'un des clients des Banu l-Ahtam de la tribu de Tamim. Il intégra alors l'administration en charge du kharâj dans l'Irak à l'époque d'al-Hajjaj[3].

Ibn al-Muqaffa signifie "le fils du recroquevillé". La tradition rapporte que son père, Dâdhuweh, fut accusé d'avoir détourné des biens en profitant de sa charge de percepteur des impôts. Il fut alors soumis à la torture par al-Hajjaj, et eut probablement les doigts brisés[4]. On lui attribua dès lors le sobriquet d'"al-Muqaffa" ("le recroquevillé"), et ce nom passa dans celui du fils.

Ibn al-Muqaffa grandit donc sous la protection des Banu l-Ahtam à Basra, à l'époque où la ville devenait avec Kufa le centre culturel de l'empire musulman. Les sciences auxiliaires (lexicographie, grammaire, science des généalogies, des lectures du Coran, connaissance des traditions anciennes, etc.) avaient commencé de se différencier, et de nombreux maîtres s'étaient établis à Basra, ce qui explique l'excellence de la formation qu'il reçut[5]. Les sources indiquent en effet qu'il était cultivé en arabe et en persan, et qu'il était d'une grande éloquence dans les deux langues, à l'oral comme à l'écrit[6].

Sa carrière de secrétaire[modifier | modifier le code]

Certaines sources indiquent qu'Ibn al-Muqaffa assista très tôt son père dans ses fonctions administratives[7]. Il occupa son premier poste de kâtib[8] à l'âge de vingt ans environ, dans le Kerman. Il s'occupa alors de la correspondance officielle de gouverneurs et d'officiers omeyyades, notamment Omar Ibn Hubayra puis son frère, Daoud Ibn Hubayra[9].

Après la révolution abbasside, Ibn al-Muqaffa devint le kâtib de l'oncle du calife al-Mansour, Aïssa Ibn Ali, gouverneur de Basra. C'est à cette époque qu'il se convertit à l'islam.

Sa mort[modifier | modifier le code]

Les sources officielles prétendent qu'Ibn al-Muqaffa fut condamné à mort en 756 pour hérésie. Mais d'autres soulignent que sa fin prématurée eut surtout des causes à la fois personnelles et politiques[10].

Ibn al-Muqaffa aurait été chargé par ses patrons de rédiger le texte de la grâce que le calife al-Mansour avait accordée à son frère, Abdallah Ibn Ali, qui s’était révolté. Le secrétaire aurait accompli cette tâche avec tant de zèle et en formulant des engagements si lourds que le calife était obligé de s'y tenir. Celui-ci aurait alors décidé de se débarrasser de ce secrétaire encombrant, et il chargea de l'exécution le gouverneur de Basra, Sufyan Ibn Mu'awiya al-Muhallabi, qui avait lui-même des griefs personnels contre Ibn al-Muqaffa[11].

Cette version de la mort d'Ibn al-Muqaffa est certes plus crédible que la version officielle de son hérésie, car elle met en relation sa condamnation avec le contexte politique de l'époque. Cependant, l'histoire de l'exécution du secrétaire, fondateur de l'adab, pour avoir "trop bien écrit" une lettre officielle, comprend une dimension hagiographique évidente, et en raison de laquelle on ne cesse de s'interroger sur les circonstances exactes de sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Mort à 36 ans, Ibn al-Muqaffa laissa derrière lui de nombreuses œuvres originales et des traductions qui devinrent rapidement des classiques de la littérature d'adab, et furent intégrés à la formation de base des secrétaires[12]. Une partie seulement de son œuvre nous est parvenue. Certains ouvrages nous sont connus par des citations dans des ouvrages postérieurs. Malheureusement, les auteurs n'en citent souvent que de brefs passages, arguant qu'il est inutile de citer longuement Ibn al-Muqaffa en raison de la très grande célébrité de ses livres[13].

Al-Adab al-kabîr (Le Grand adab)[modifier | modifier le code]

Al-Adab al-kabîr, Le Grand adab, est considéré comme le premier essai de formulation explicite du concept d'adab[13]. Il s'agit d'un court ouvrage d'éthique (adab) divisé en deux parties, l'une traitant des puissants et du comportement que leur entourage doit adopter à leur égard pour les conseiller et les seconder dans l'exercice du pouvoir ; la deuxième partie est consacrée à l'amitié, aux relations entre amis, à l'art de les choisir et de les bien traiter[14].

Al-Adab al-saghîr (Le Petit adab)[modifier | modifier le code]

Al-Adab al-saghîr, Le Petit adab, est un recueil de morceaux philosophiques, de sapiences et de conseils. Ibn al-Muqaffa tire l'essentiel de ces maximes et pensées de son adaptation de Kalîla et Dimna.

Al-Risâla fî l-sahâba (L'épître sur l'amitié)[modifier | modifier le code]

Kalîla wa Dimna[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Kalîla wa Dimna.

Influence et postérité[modifier | modifier le code]

Erreurs d'attribution[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin du XXe siècle, certains historiens de la littérature attribuaient à Ibn al-Muqaffa des traductions de commentaires et de livres de la Logique d’Aristote (du grec ou du syriaque vers l'arabe)[15]. Ces traductions sont dues en fait à son fils, Muhammad, également fonctionnaire de l'administration d'al-Mansour[16].

Al-Jâhiz et la reformulation de l'adab[modifier | modifier le code]

Ibn al-Muqaffa dans La Fontaine ?[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le poète français Jean de La Fontaine inspiré par Kalîla wa Dimna vers 1644, fit une adaptation de ces fables en français sous le titre « le Livre de lumières » (quelques fables bien connues : Le Chat, la Belette et le Petit Lapin, Les Deux Pigeons, L'Ours et l'Amateur des jardins, La Laitière et le Pot au lait).

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Gabrieli, F.. "Ibn al-Muḳaffaʿ." Encyclopédie de l’I slam. Brill Online, 2 01 4. Référence. BULAC (Bibliothèque univ ersitairedes langues et civ ilisations ). 01 April 2 01 4 < http://referenceworks.brillonline.com .prext.num .bulac.fr/entries/ency clopedie-de-l-islam /ibn-al-m ukaffa-SIM_3 3 04>
  2. ZAKHARIA Katia et TOELLE Heidi, A la découverte de la littérature arabe, du VIe siècle à nos jours, éd. Flammarion coll. Champs essais, Paris, 2009, p. 103
  3. (ar) DAYF, Chawqî, Târîkh al-adab al-'arabî, al-'Asr al-'abbâssî al-awwal (T.3), éd. Dâr al-Ma'ârif, al-Qâhira, 2005 (19e édition), p. 507
  4. La métonymie "al-Hajjaj frappa sa main" utilisée dans les sources en arabe à propos de cet événement est normalement utilisée pour dire : "il lui trancha la main" ; mais cette thèse n'est pas soutenue par les historiens, qui pensent plutôt qu'il fut mis à la torture et qu'il eut les doigts brisés (la métonymie fonctionne également en ce sens) cf. notamment : GABRIELI, F.. "Ibn al-Muḳaffaʿ." Encyclopédie de l’I slam. Brill Online, 2 01 4. Reference. BULAC (Bibliothèque univ ersitairedes langues et civ ilisations ). 01 April 2 01 4 < http://referenceworks.brillonline.com .prext.num .bulac.fr/entries/ency clopedie-de-l-islam /ibn-al-m ukaffa-SIM_3 3 04>
  5. (ar) IBN AL-MUQAFFA', Abdallah, Al-Adab al-Kabîr wa l-Adab al-Saghîr, éd. Dâr Sâdir, Bayrût, p. 5
  6. Voir ZAKHARIA Katia et TOELLE Heidi, A la découverte de la littérature arabe, du VIe siècle à nos jours, éd. Flammarion coll. Champs essais, Paris, 2009, p. 104, qui cite Ibn al-Nadim
  7. (ar) DAYF, Chawqî, Târîkh al-adab al-'arabî, al-'Asr al-'abbâssî al-awwal (T.3), éd. Dâr al-Ma'ârif, al-Qâhira, 2005 (19e édition), p. 507-508
  8. Secrétaire en charge de la correspondance officielle d'un personnage important (calife, gouverneur, officier ou notable). Pendant toute l'époque classique, c'est la fonction administrative la plus prestigieuse.
  9. (ar) IBN AL-MUQAFFA', Abdallah, Al-Adab al-Kabîr wa l-Adab al-Saghîr, éd. Dâr Sâdir, Bayrût, p. 5
  10. Gabrieli, F.. "Ibn al-Muḳaffaʿ." Encyclopédie de l’I slam. Brill Online, 2 01 4. Reference. BULAC (Bibliothèque univ ersitairedes langues et civ ilisations ). 01 April 2 01 4 < http://referenceworks.brillonline.com .prext.num .bulac.fr/entries/ency clopedie-de-l-islam /ibn-al-m ukaffa-SIM_3 3 04>
  11. Gabrieli, F.. "Ibn al-Muḳaffaʿ." Encyclopédie de l’I slam. Brill Online, 2 01 4. Reference. BULAC (Bibliothèque univ ersitairedes langues et civ ilisations ). 01 April 2 01 4 < http://referenceworks.brillonline.com .prext.num .bulac.fr/entries/ency clopedie-de-l-islam /ibn-al-m ukaffa-SIM_3 3 04>
  12. FODA, Hachem, La langue de l'adab, in Paroles, signes, mythes : Mélanges offerts à Jamel Eddine Bencheikh, Éd. par Floréal Sanagustin, 2001, p. 157-178
  13. a et b ZAKHARIA Katia et TOELLE Heidi, A la découverte de la littérature arabe, du VIe siècle à nos jours, éd. Flammarion coll. Champs essais, Paris, 2009, p. 105
  14. (ar) IBN AL-MUQAFFA', Abdallah, Al-Adab al-Kabîr wa l-Adab al-Saghîr, éd. Dâr Sâdir, Bayrût, p. 6
  15. (ar) DAYF, Chawqî, Târîkh al-adab al-'arabî, al-'Asr al-'abbâssî al-awwal (T.3), éd. Dâr al-Ma'ârif, al-Qâhira, 2005 (19e édition), pp.507-509
  16. Gabrieli, F.. "Ibn al-Muḳaffaʿ." Encyclopédie de l’I slam. Brill Online, 2 01 4. Reference. BULAC (Bibliothèque univ ersitairedes langues et civ ilisations ). 01 April 2 01 4 < http://referenceworks.brillonline.com .prext.num .bulac.fr/entries/ency clopedie-de-l-islam /ibn-al-m ukaffa-SIM_3 3 04>

Articles connexes[modifier | modifier le code]