Grand Prix automobile de Belgique 1955

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix de Belgique 1955

Tracé de la course

Drapeau Circuit de Spa-Francorchamps

Données de la course
Nombre de tours 36
Longueur du circuit 14,120 km
Distance de course 508,320 km
Résultats
Vainqueur Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio,
Mercedes-Benz,
h 39 min 29 s 0
(vitesse moyenne : 191,238 km/h)
Pole position Drapeau : Italie Eugenio Castellotti,
Lancia,
min 18 s 1
(vitesse moyenne : 196,947 km/h)
Record du tour en course Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio,
Mercedes-Benz,
min 20 s 6
(vitesse moyenne : 195,058 km/h)

Le Grand Prix de Belgique 1955 (XVIIe Grand Prix de Belgique / XVII Grote Prijs van Belgie), disputé sur le circuit de Spa-Francorchamps le , est la quarante-cinquième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la quatrième manche du championnat 1955.

Contexte avant le Grand Prix[modifier | modifier le code]

Le championnat du monde[modifier | modifier le code]

La saison 1955 de Formule 1 est la seconde à se dérouler sous l'égide de la réglementation 2,5 litres (moteur 2 500 cm3 atmosphérique ou 750 cm3 suralimenté, carburant libre). Cette saison qui promettait un affrontement équilibré entre les équipes Mercedes et Lancia et de leurs champions respectifs Juan Manuel Fangio (titré en 1951 et 1954) et Alberto Ascari (titré en 1952 et 1953) a hélas tourné au drame avec la disparition de ce dernier le 30 mai lors d'essais d'un prototype sur la piste de Monza. Le printemps a également été fatal au grand pilote américain Bill Vukovich, accidenté lors des 500 miles d'Indianapolis qu'il était en passe de remporter pour la troisième fois consécutive, ainsi qu'à son compatriote Manny Ayulo, mortellement accidenté lors des essais qualificatifs de cette même course.

La perte d'Ascari est un coup dur pour Lancia, et la marque italienne, qui connait en outre des difficultés financières, a décidé de renoncer à la compétition. Grâce à sa victoire surprise à Grand Prix automobile de Monaco 1955, où la plupart des favoris avaient abandonné, le pilote Ferrari Maurice Trintignant est en tête du championnat du monde avec un point d'avance sur Fangio, vainqueur de l'épreuve d'ouverture en Argentine.

Le circuit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Circuit de Spa-Francorchamps.
Spa-Francorchamps
Vue de 2008 du circuit permanent, empruntant une partie du tracé initial (au fond, le virage de la Source).

Tracé routier extrêmement rapide, bénéficiant d'un excellent revêtement, le circuit de Spa-Francorchamps emprunte le réseau routier des Hautes Fagnes, au sud de Liège. C'est en 1924 qu'y eut lieu la première compétition automobile. Le record de la piste a été établi en 1951 par Juan Manuel Fangio au volant de son Alfa Romeo Alfetta, à près de 194 km/h de moyenne.

Monoplaces en lice[modifier | modifier le code]

  • Mercedes-Benz W196 "Usine"
Mercedes-Benz W196
La Mercedes W196 de Fangio lors d'une manifestation historique.

Quatre W196 à carrosserie ouverte ont été engagées par l'usine, deux à empattement moyen (2210 mm), deux à empattement long (2350 mm). Juan Manuel Fangio préfère la version longue pour ce circuit, alors que Stirling Moss choisit la version plus courte[1]. Karl Kling a fait le même choix que Fangio alors que la quatrième voiture sert ici de mulet, en l'absence d'Hans Herrmann qui s'est blessé lors des essais du Grand Prix de Monaco. Le moteur à huit cylindres en ligne de la W196, alimenté par injection directe et à distribution desmodromique, développe 290 chevaux à 8500 tr/min. La boîte de vitesses ZF est à cinq rapports, le freinage est assuré par de gros tambours, montés "inboard". Le poids à vide est de 690 kg, soit environ 750 kg en ordre de marche (avec lubrifiant, liquide de refroidissement, et quelques litres de carburant[2]).

  • Ferrari 555 "Usine"
Ferrari 555
La Ferrari 555 Supersqualo

La Scuderia Ferrari dispose de trois 555 'Supersqualo', dérivées de la 553 de la saison passée, et d'un ancien modèle 625 servant de mulet. Ces voitures disposent d'un moteur à quatre cylindres en ligne, développant environ 250 chevaux à 7500 tr/min[3], et pèsent environ 625 kg. Les trois 555 sont confiées à Giuseppe Farina, Maurice Trintignant et Paul Frère, ce dernier prenant la place de l'Américain Harry Schell dont la piètre prestation à Monaco a mécontenté Enzo Ferrari[4]. Le vétéran italien Piero Taruffi, qui était également engagé, n'est pas présent à Francorchamps.

  • Maserati 250F "Usine"

Comme à Monaco, l'usine a engagé quatre 250F pour Jean Behra, Roberto Mieres, Luigi Musso et le jeune Cesare Perdisa, récemment intégré à l'équipe. La 250F est équipée d'un moteur six cylindres en ligne développant près de 250 chevaux à 7200 tr/min, la voiture pesant 620 kg[5]. Deux 250F privées sont également présentes, Louis Rosier pilotant sa propre voiture, tandis que Stirling Moss a confié la sienne à Johnny Claes.

  • Lancia D50 "Usine"

La Scuderia Lancia avait initialement engagé trois D50 pour Alberto Ascari, Luigi Villoresi et Eugenio Castellotti. Seul ce dernier est présent à Francorchamps, Lancia ayant pris la décision de se retirer de la compétition après l'accident mortel de son leader le 26 mai. Castellotti a toutefois insisté pour courir en Belgique. Lancia a finalement mis une voiture et son équipe courses à la disposition du jeune pilote italien, engagé à titre privé. Caractérisée par ses réservoirs latéraux entre les roues, la D50 est une monoplace très compacte animée d'un moteur V8 développant 260 chevaux[6]. Son poids est inférieur à 600 kg.

  • Vanwall "Usine"
Vanwall
La Vanwall de 1955, équipée de quatre freins à disques

Tony Vandervell avait initialement engagé deux modèles 55 (570 kg, freins à disques, moteur quatre cylindres à injection Bosch, 250 chevaux à 7000 tr/min[7]) pour Mike Hawthorn et Ken Wharton. Ce dernier n'est cependant pas rétabli de son accident survenu lors de l'International Trophy à Silverstone, et seul Hawthorn est présent en Belgique.

  • Gordini T16 "Usine"

Amédée Gordini, qui avait engagé deux anciens modèles T16 pour Robert Manzon et Élie Bayol, a finalement déclaré forfait pour cette course.

Coureurs inscrits[modifier | modifier le code]

Liste des pilotes inscrits[8]
no  Pilote Écurie Constructeur Modèle Moteur Pneumatiques
2 Drapeau : Italie Giuseppe Farina Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
4 États-Unis Harry Schell
Drapeau : France Maurice Trintignant
Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
6 Drapeau : Belgique Paul Frère Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
8 Drapeau : Italie Piero Taruffi Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
10 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 Mercedes-Benz L8 C
12 Drapeau : Allemagne Karl Kling Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 Mercedes-Benz L8 C
14 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 Mercedes-Benz L8 C
16 Drapeau : France Robert Manzon Équipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
18 Drapeau : France Élie Bayol Équipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
20 Drapeau : France Jean Behra Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
22 Drapeau : Italie Luigi Musso Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
24 Drapeau : Argentine Roberto Mieres Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
26 Drapeau : Italie Cesare Perdisa Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
28 Drapeau : France Louis Rosier Écurie Rosier Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
30 Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Scuderia Lancia Lancia Lancia D50 Lancia V8 P
32 Drapeau : Italie Luigi Villoresi Scuderia Lancia Lancia Lancia D50 Lancia V8 P
38 Drapeau : Belgique Johnny Claes Stirling Moss Maserati Maserati 250F Maserati L6 D
40 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn GA Vandervell Vanwall Vanwall VW55 Vanwall L4 P
42 Drapeau : Royaume-Uni Ken Wharton GA Vandervell Vanwall Vanwall VW55 Vanwall L4 P

Qualifications[modifier | modifier le code]

Les séances qualificatives se déroulent les jeudi, vendredi et samedi précédant le grand prix. Dès la première journée, on assiste à un affrontement entre les Mercedes de Juan Manuel Fangio et Stirling Moss et la Lancia d'Eugenio Castellotti. Sur ce circuit qu'il découvre, le jeune pilote italien est très motivé, tenant absolument à faire honneur à son mentor Alberto Ascari, disparu une semaine plus tôt. À la fin de la seconde journée d'essais, il parvient à réaliser un tour à près de 197 km/h de moyenne, une demi-seconde devant Fangio et plus d'une seconde devant Moss ! Cette performance va lui valoir la pole position, la session du samedi se déroulant entièrement sous la pluie. Dans ces conditions difficiles, Castellotti a confirmé sa performance de la veille, n’étant devancé que de quatre dixièmes de seconde par Fangio, le plus rapide sous la pluie, qui a bouclé un tour en 4 min 52 s 8[9] (173,6 km/h). Fangio et Moss s'élanceront donc aux côtés de Castellotti sur la première ligne. Les Ferrari et Maserati se sont montrées en retrait par rapport aux Mercedes et Lancia : Giuseppe Farina (Ferrari Super Squalo) est relégué à près de trois secondes de Castellotti, Jean Behra (Maserati 250F) s'étant qualifié à cinq secondes et demie de la pole position. Tous deux s'élanceront de la seconde ligne.

Lancia D50
La Lancia D50 (ici lors d'une manifestation historique), a permis au jeune Italien Eugenio Castellotti de se mettre en évidence aux essais.
Résultats des qualifications
Pos. no  Pilote Écurie Temps Écart
1 30 Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Lancia 4 min 18 s 1
2 10 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Mercedes-Benz 4 min 18 s 6 + 0 s 5
3 14 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Mercedes-Benz 4 min 19 s 2 + 1 s 1
4 2 Drapeau : Italie Giuseppe Farina Ferrari 4 min 20 s 9 + 2 s 8
5 20 Drapeau : France Jean Behra Maserati 4 min 23 s 6 + 5 s 5
6 12 Drapeau : Allemagne Karl Kling Mercedes-Benz 4 min 24 s 0 + 5 s 9
7 22 Drapeau : Italie Luigi Musso Maserati 4 min 26 s 4 + 8 s 3
8 6 Drapeau : Belgique Paul Frère Ferrari 4 min 29 s 7 + 11 s 6
9 40 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Vanwall 4 min 33 s 0 + 14 s 9
10 4 Drapeau : France Maurice Trintignant Ferrari 4 min 33 s 2 + 15 s 1
11 26 Drapeau : Italie Cesare Perdisa Maserati 4 min 50 s 9 + 32 s 8
12 28 Drapeau : France Louis Rosier Maserati 4 min 55 s 4 + 37 s 3
13 24 Drapeau : Argentine Roberto Mieres Maserati 5 min 09 s 0 + 50 s 9
  • Remarque : les numéros indiqués sont les numéros de course, pouvant être différents de ceux utilisés aux essais.

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications[10]
1re ligne Pos. 1 Pos. 2 Pos. 3
Drapeau : Italie
Castellotti
Lancia
4 min 18 s 1
Drapeau : Argentine
Fangio
Mercedes-Benz
4 min 18 s 6
Drapeau : Royaume-Uni
Moss
Mercedes-Benz
4 min 19 s 2
2e ligne Pos. 4 Pos. 5
Drapeau : Italie
Farina
Ferrari
4 min 20 s 9
Drapeau : France
Behra
Maserati
4 min 23 s 6
3e ligne Pos. 6 Pos. 7 Pos. 8
Drapeau : Allemagne
Kling
Mercedes-Benz
4 min 24 s 0
Drapeau : Italie
Musso
Maserati
4 min 26 s 4
Drapeau : Belgique
Frère
Ferrari
4 min 29 s 7
4e ligne Pos. 9 Pos. 10
Drapeau : Royaume-Uni
Hawthorn
Vanwall
4 min 33 s 0
Drapeau : France
Trintignant
Ferrari
4 min 33 s 2
5e ligne Pos. 11 Pos. 12 Pos. 13
Drapeau : Italie
Perdisa
Maserati
4 min 50 s 9
Drapeau : France
Rosier
Maserati
4 min 55 s 4
Drapeau : Argentine
Mieres
Maserati
5 min 09 s 0

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Il fait beau et chaud au moment du départ et la piste, détrempée la veille, a complètement séché. Juan Manuel Fangio (Mercedes) est le plus prompt au départ, débordant la Lancia d'Eugenio Castellotti qui s'élançait en pole position. Au pont de l'Eau Rouge, Fangio devance Castellotti, les deux autres Mercedes de Stirling Moss et Karl Kling et la Maserati de Jean Behra[11]. Moss déborde rapidement Castellotti et au premier passage devant les stands, les deux Mercedes de Fangio et Moss sont déjà nettement en tête, devant Castellotti. Derrière, la bataille pour la quatrième place fait rage entre Kling, Giuseppe Farina (Ferrari), Behra et Paul Frère (Ferrari), dans cet ordre. Ayant connu des problèmes au départ, Luigi Musso (Maserati) s'est élancé le dernier, mais a déjà regagné trois places. Au cours du second tour, Fangio creuse l'écart sur Moss, tandis que Farina se rapproche de Kling. Au second passage devant les stands, le vétéran italien précède le pilote allemand, et se rapproche maintenant de Castellotti. En proie à des problèmes d'allumage, Maurice Trintignant (Ferrari) s'arrête à son stand, d'où il repartira après avoir perdu quatre minutes. Après trois tours, Fangio compte déjà plus de cinq secondes d'avance sur Moss, lui même cinq secondes devant Castellotti et Farina, roues dans roues, tandis que Kling et Behra, talonnés par Frère, se disputent la cinquième place. Bien revenu, Musso est désormais huitième. Cependant, alors que Behra termine son quatrième tour, à la sortie du virage du Clubhouse, il perd le contrôle de sa Maserati, effectue un tête à queue et termine sa course dans le fossé. Il est heureusement indemne, et regagne son stand à pied.

Les tours suivants apportent peu de changement en tête, les deux Mercedes semblant se jouer de leurs adversaires. Au stand Maserati, on a fait stopper Roberto Mieres, qui cède sa voiture à Behra. Le pilote français repart en neuvième position, avec un tour de retard sur les leaders. Au quart de la course, Fangio compte une dizaine de secondes d'avance sur son coéquipier Moss, une quinzaine sur Castellotti et Farina toujours roues dans roues. Musso a poursuivi sa remontée, et occupe maintenant la cinquième place devant Kling et Frère. L'intérêt de la course repose désormais sur les duels entre Castellotti et Farina pour la troisième place, et entre Musso et Kling pour la cinquième. Peu avant la mi-course cependant, Castellotti ne passe plus : la boîte de vitesses de la Lancia est hors d'usage, et le jeune pilote italien doit renoncer. Farina accède à la troisième place, devant Kling qui vient de repasser Musso. À la mi-course, Musso a repris la quatrième place à Kling, mais peu après sa Maserati rencontre des problèmes d'allumage et il doit s'arrêter au stand pour remplacement des bougies, perdant plus d'un tour. Kling ne profite pas longtemps de sa position, abandonnant quelques tours plus tard à cause d'une conduite d'huile cassée, permettant à Frère d'accéder à la quatrième place.

Les positions ne vont plus évoluer jusqu'à la fin de la course, Fangio et Moss gérant leur avance sur les Ferrari de Farina et Frère, qui sont les seuls à ne pas être doublés par les deux Mercedes de tête. Fangio remporte la victoire après avoir mené de bout en bout, et reprend la tête du championnat du monde. Malgré une pression d'huile à zéro et un début de crevaison dans le dernier tour[12], Moss parvient à rallier l'arrivée en seconde position.

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, troisième, cinquième, neuvième, dix-huitième et vingt-septième tours[13].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Fangio
En tête de bout en bout, Fangio remporte une nouvelle victoire et reprend la tête au championnat.
Pos No Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 10 Drapeau de l’Argentine Juan Manuel Fangio Mercedes-Benz 36 2 h 39 min 29 s 0 2 9
2 14 Drapeau du Royaume-Uni Stirling Moss Mercedes-Benz 36 + 8 s 1 3 6
3 2 Drapeau de l'Italie Giuseppe Farina Ferrari 36 + 1 min 40 s 5 4 4
4 6 Drapeau de la Belgique Paul Frère Ferrari 36 + 3 min 25 s 5 8 3
5 24 Drapeau de l’Argentine Roberto Mieres
Drapeau de la France Jean Behra
Maserati 35 + 1 tour 13 1
1
6 4 Drapeau de la France Maurice Trintignant Ferrari 35 + 1 tour 10
7 22 Drapeau de l'Italie Luigi Musso Maserati 34 + 2 tours 7
8 26 Drapeau de l'Italie Cesare Perdisa Maserati 33 + 3 tours 11
9 28 Drapeau de la France Louis Rosier Maserati 33 + 3 tours 12
Abd. 12 Drapeau de l'Allemagne Karl Kling Mercedes-Benz 21 Fuite d'huile 6
Abd. 30 Drapeau de l'Italie Eugenio Castellotti Lancia 16 Boîte de vitesses 1
Abd. 40 Drapeau du Royaume-Uni Mike Hawthorn Vanwall 8 Boîte de vitesses 9
Abd. 20 Drapeau de la France Jean Behra Maserati 3 Sortie de piste 5
Np. 38 Drapeau de la Belgique Johnny Claes Maserati Moteur cassé aux essais[4]
Np. 8 Drapeau de l'Italie Piero Taruffi Ferrari Non partant
Np. 4 Drapeau des États-Unis Harry Schell Ferrari Non partant (voiture pilotée par Trintignant)
  • Légende: Abd.=Abandon - Np.=Non partant

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classement général à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

  • attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2 respectivement aux cinq premiers de chaque épreuve et 1 point supplémentaire pour le pilote ayant accompli le meilleur tour en course (signalé par un astérisque)
  • Le règlement permet aux pilotes de se relayer sur une même voiture, les points éventuellement acquis étant alors partagés. En Argentine, González, Farina et Trintignant marquent chacun deux points pour leur deuxième place, Farina, Trintignant et Maglioli marquent chacun un point un tiers pour leur troisième place, Herrmann, Kling et Moss marquent chacun un point pour leur quatrième place. Fait exceptionnel, Farina et Trintignant cumulent les points des deuxième et troisième places. À Monaco, Behra et Perdisa marquent chacun deux points pour leur troisième place. À Indianapolis, Bettenhausen et Russo marquent chacun trois points pour leur seconde place, Faulkner et Homeier chacun un point pour leur cinquième place. En Belgique, Mieres et Behra marquent chacun un point pour leur cinquième place.
  • Sur onze épreuves qualificatives prévues pour le championnat du monde 1955, sept seront effectivement courues, les Grands Prix de France (programmé le 3 juillet), d'Allemagne (programmé le 31 juillet), de Suisse (programmé le 21 août) et d'Espagne (programmé le 23 octobre) ayant été annulés[10].
Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points Drapeau : Argentine
ARG
Drapeau : Monaco
MON
États-Unis
500
Drapeau : Belgique
BEL
Drapeau : Pays-Bas
NL
Drapeau : France
FRA
Drapeau : Royaume-Uni
GBR
Drapeau : Allemagne
ALL
Drapeau : Suisse
SUI
Drapeau : Italie
ITA
Drapeau : Espagne
ESP
1 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Mercedes-Benz 19 9* 1* - 9*
2 Drapeau : France Maurice Trintignant Ferrari 11,33 3,33 8 - -
3 Drapeau : Italie Giuseppe Farina Ferrari 10,33 3,33 3 - 4
4 États-Unis Bob Sweikert Kurtis Kraft 8 - - 8 -
5 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Mercedes-Benz 7 1 - - 6
6 Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Lancia 6 - 6 - -
7 États-Unis Jimmy Davies Kurtis Kraft 4 - - 4 -
8 États-Unis Tony Bettenhausen Kurtis Kraft 3 - - 3 -
États-Unis Paul Russo Kurtis Kraft 3 - - 3 -
Drapeau : France Jean Behra Maserati 3 - 2 - 1
États-Unis Johnny Thomson Kuzma 3 - - 3 -
Drapeau : Belgique Paul Frère Ferrari 3 - - - 3
Drapeau : Argentine Roberto Mieres Maserati 3 2 - - 1
14 Drapeau : Argentine José Froilán González Ferrari 2 2 - - -
Drapeau : Italie Cesare Perdisa Maserati 2 - 2 - -
Drapeau : Italie Luigi Villoresi Lancia 2 - 2 - -
17 Drapeau : Italie Umberto Maglioli Ferrari 1,33 1,33 - - -
18 Drapeau : Allemagne Hans Herrmann Mercedes-Benz 1 1 - - -
Drapeau : Allemagne Karl Kling Mercedes-Benz 1 1 - - -
États-Unis Walt Faulkner Kurtis Kraft 1 - - 1 -
États-Unis Bill Homeier Kurtis Kraft 1 - - 1 -
États-Unis Bill Vukovich Kurtis Kraft 1 - - 1* -

À noter[modifier | modifier le code]

  • Voiture copilotée : n° 24 : Roberto Mieres (10 tours) et Jean Behra (25 tours). Ils se partagent les 2 points de la 5e place.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Moity et Serge Bellu, « La galerie des championnes : Mercedes-Benz W196 R », Revue L'Automobile, no 404,‎
  2. Pierre Dieudonné, « Essai rétro : Mercedes-Benz W196 », Revue Auto hebdo, no 321,‎
  3. (en) Mike Lawrence, Grand Prix Cars 1945-65, Motor racing Publications,‎ , 264 p. (ISBN 1-899870-39-3)
  4. a et b Gérard Crombac, 50 ans de formule 1 - Les années Fangio, Editions E-T-A-I,‎ , 224 p. (ISBN 2-7268-8336-2)
  5. Denis Bernard, « Grand Prix de Monaco 1955 », Automobile historique, no 17,‎
  6. a et b Jean-Paul Delsaux, Francorchamps 1948-1960, Editeur Jean-Paul Delsaux,‎ , 280 p.
  7. (en) Adriano Cimarosti, The complete History of Grand Prix Motor racing, Aurum Press Limited,‎ , 504 p. (ISBN 1-85410-500-0)
  8. (en) Bruce Jones, The complete Encyclopedia of Formula One, Colour Library Direct,‎ , 647 p. (ISBN 1-84100-064-7)
  9. Günther Molter, Fangio, Gallimard,‎ , 240 p. (ISBN 2-7268-8596-9)
  10. a, b et c (en) Mike Lang, Grand Prix volume 1, Haynes Publishing Group,‎ , 288 p. (ISBN 0-85429-276-4)
  11. L'année automobile 1955-1956 - éditeur : Edita S.A., Lausanne
  12. Johnny Rives, Gérard Flocon et Christian Moity, La fabuleuse histoire de la formule 1, Éditions Nathan,‎ , 707 p. (ISBN 2-09-286450-5)
  13. Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière,‎ , 882 p.