Benny Goodman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goodman.

Benny Goodman

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Benny Goodman, extrait du film Le Cabaret des étoiles (1943).

Informations générales
Nom de naissance Benjamin David Goodman
Naissance 30 mai 1909
Chicago, États-Unis
Décès 13 juin 1986 (à 77 ans)
New York, États-Unis
Activité principale Clarinettiste, chef d'orchestre de jazz et de musique classique
Genre musical Jazz
Instruments Clarinette, saxophone alto et saxophone baryton
Années actives 1926 - 1986
Labels Bluebird, Columbia
Site officiel www.bennygoodman.com

Benjamin David "Benny" Goodman (né le 30 mai 1909 à Chicago, mort le 13 juin 1986 à New York) est un clarinettiste et chef d'orchestre de jazz américain. On le connaît également comme étant le « roi du swing ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Benny Goodman est né le 30 mai 1909 à Chicago dans l'Illinois. Il est le neuvième des douze enfants de David Gutman et Dora Grisinsky, immigrants modestes de l'Empire russe. C'est à l'âge de 10 ans qu'il prend pour la première fois une clarinette, au cours de musique donné à la Kehelah Jacob Synagogue, dont il intègre l'orchestre à l'âge de 11 ans. Avec toute la détermination qu'il possède, il devient professionnel à l'âge de 14 ans, et son salaire lui permet d'aider sa famille financièrement. Il est âgé de 16 ans lorsqu'on lui demande de se joindre à un groupe de musique basé en Californie dirigé par Ben Pollack, avec qui il fait ses premiers enregistrements. Il demeure dans ce groupe pendant quatre ans.

C'est en 1929, à l'âge de 20 ans, après son séjour en Californie, qu'il s'établit à New York. Il se produit dans de nombreuses formations et dirige plusieurs orchestres. C'est à cet âge également qu'il devient musicien indépendant.

En 1934, il crée un big band qui deviendra un des orchestres les plus populaires de l'ère du swing. Cette même année, lui et son orchestre passent une audition pour participer à une émission radiophonique de la NBC (National Broadcasting Company) intitulée Let's Dance. Il obtient le contrat et, pendant cette émission, joue en rotation avec deux autres orchestres ayant un style de musique différent. L'émission est diffusée sur les ondes de la NBC de décembre 1934 au 25 mai 1935. Parmi les musiciens qui participent à son orchestre au cours de ces années, on peut citer les arrangeurs Fletcher Henderson, Edgar Sampson, Benny Carter et Eddie Sauter ; les trompettistes Bunny Berigan, Harry James et Ziggy Elman ; les saxophonistes Vido Musso, Bud Freeman et Georgie Auld ; le guitariste Charlie Christian ; le pianiste Jess Stacy et les batteurs Gene Krupa et Dave Tough.

C'est en juillet 1935 que naît le Benny Goodman Trio, grâce à l'arrivée de Teddy Wilson. Rejoint par Lionel Hampton en août 1936, il devient le Benny Goodman Quartet.

En formant ces petits groupes, Benny est un des premiers musiciens blancs à embaucher, à une époque où sévit une ségrégation raciale, des musiciens noirs. Le premier est le pianiste Teddy Wilson en 1935. Suivent le vibraphoniste Lionel Hampton, le guitariste Charlie Christian et le trompettiste Cootie Williams (ces deux derniers musiciens font également partie du big band).

Son engagement avec la salle de bal Palomar[modifier | modifier le code]

Après Let's Dance, l'orchestre de Benny Goodman est prêt à entreprendre une tournée à travers le pays. Mais cette tournée n'est pas un succès. Jusqu'à l'arrivée à Los Angeles, au Palomar Ballroom, en août 1935. L'auditoire de Los Angeles est différent : les jeunes de la ville se déplacent par milliers et accueillent la musique de Benny Goodman favorablement. La prestation de la formation fait la une des nouvelles nationales et est diffusée à travers le pays. Benny Goodman et son orchestre jouent dans cette même salle pendant plus de deux mois et deviennent célèbres. On dira même que cette époque est celle du début officiel de l'ère du swing. Durant cette même année 1935, Goodman et son orchestre jouent au palais des congrès de Chicago et commencent une importante série de concerts jazz aux États-Unis.

Le 16 janvier 1938 est la date la plus importante de sa carrière musicale : le Carnegie Hall de New York lui ouvre ses portes.

Le Carnegie Hall[modifier | modifier le code]

C'est dans ce temple de la musique américaine, situé dans la septième avenue en plein cœur de New York, et où plusieurs grands artistes débutèrent leur carrière (la salle est également la maison de l’Orchestre philharmonique de New York), qu'a lieu, le 16 janvier 1938, la consécration pour Benny Goodman. C'est un peu grâce à Wynn Nathanson et de son "coup de publicité" que l'orchestre de Goodman a la chance de jouer au Carnegie Hall, salle pouvant accueillir 2760 personnes. En peu de temps, le stock des billets est épuisé et ce, plusieurs semaines avant le concert. Pour assister à la prestation, les gens déboursent 2,75 $ US pour un billet d'entrée, prix relativement élevé à cette époque. Lors de ce concert historique Benny Goodman, que l'on entend jouer avec Harry James, Ziggy Elman, Teddy Wilson, Jess Stacy, Lionel Hampton et le batteur Gene Krupa partage aussi l'affiche avec des invités prestigieux comme Duke Ellington et Count Basie. C'est également dans cette salle que Benny Goodman débute sa carrière de soliste.

Sa carrière est dirigée par son beau-frère John H. Hammond. C'est grâce à ce dernier qu'en 1938, Benny Goodman est le premier musicien de jazz à se produire au Carnegie Hall de New York. C'est à partir de ce moment qu'il est baptisé The King of Swing (le Roi du Swing). Ce surnom lui est donné par Gene Krupa, et encore aujourd'hui, on le connaît sous ce surnom.

Le morceau Taking a Chance on Love est numéro 1 aux États-Unis en juin 1943 trois semaines consécutives[1].

Benny Goodman a la chance de jouer avec des artistes renommés tels que: Bix Beiderbecke, Louis Armstrong, Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Count Basie, Mildred Bailey, Bessie Smith, et plusieurs autres.

En 1947, Benny Goodman dissout son Big Band. Il se produit à partir de cette date essentiellement comme leader de petites formations. Même s'il n'occupe plus le devant de la scène du jazz, il reste tout de même très actif. Il participe à de nombreux films dont A Song is Born (Howard Hawks, 1948) et The Benny Goodman story (Valentine Davies, 1955).

C'est pendant les années 1960, que Benny Goodman est élevé au titre d'ambassadeur du jazz en faisant des tournées en dehors des États-Unis pour l'US State Cultural Departement Exchange Program. Il visite l'Asie en 1956, fait une tournée en Amérique du Sud en 1961, en URSS en 1962 ainsi qu'au Japon en 1964. Il est donc le premier musicien de jazz américain à se produire en Union des républiques socialistes soviétiques.

Les dernières années[modifier | modifier le code]

Benny Goodman 1971 à Nuremberg

Après avoir gagné plusieurs prix de toutes sortes, Benny Goodman est reconnu sur le Down Beat Jazz Hall of Fame en 1957. À la suite de cette reconnaissance, Benny continue à jouer de la musique et à enregistrer, avec des petites formations ou en solo. Il poursuit également ses pratiques de pièces classiques à la clarinette. De temps en temps, il reforme un nouvel orchestre afin de jouer dans des festivals jazz ou faire une tournée internationale. Malgré ses problèmes de santé, il ne cesse jamais de jouer de la clarinette, et ce, jusqu'à sa mort. Il habite longtemps Pound Ridge, dans l'État de New York.

Le 17 janvier 1978, on célèbre le 40e anniversaire de son premier concert au Carnegie Hall. Pour cette occasion, il met sur pied un orchestre big band, mais il faut préciser qu'il n'essaye pas de recréer le programme original.

Il meurt d'un arrêt cardiaque le 13 juin 1986 à New York à l'âge de 77 ans. On l'enterre au cimetière Long Ridge à Stamford, dans le Connecticut. Cette même année, il est honoré du Grammy Lifetime Achievement Award.

Toutes les partitions que Benny Goodman a écrites ont été léguées à l'Université Yale après sa mort.

Les Hammond[modifier | modifier le code]

Benny Goodman a comme agent et meilleur ami un dénommé John H. Hammond. Ce dernier est né le 15 décembre 1910 à New York. Il était le fils de James Henry Hammond et d'Emily Vanderbilt Sloane. Les liens d'amitié entre eux connaissent des hauts et des bas à partir des années 1930.

C'est grâce à John H. Hammond, qui était producteur de disques à l'époque chez Columbia Records, que Benny Goodman fait un transfert de RCA Records à Columbia Records en 1939.

Il rencontre la sœur de Hammond, et c'est en mars 1942, après trois mois de fréquentations qu'il épouse Alice Hammond. Ils ont deux filles : Rachel et Benjie. Toutes les deux ont étudié en musique, mais ni une ni l'autre n'a fait carrière dans ce domaine. Alice Hammond Goodman est décédée en 1978.

Le virtuose de la clarinette[modifier | modifier le code]

S'appuyant sur des arrangements étudiés pour l'ensemble de l'orchestre, il était le maître des solos d'improvisation basés sur une dextérité technique remarquable et fluide, à l'intonation précise et au vibrato assorti. Son jeu était parsemé de glissandos du grave à l'aigu et vice-versa. La prise directe d'une note dans le haut de l'octave supérieure, exercice particulièrement délicat, en faisait partie.

Pendant l'été de 1935, Benny Goodman et son trio, ont enregistré quatre pièces classiques du répertoire de Jazz. Dans la pièce "After You've Gone" on entend Benny Goodman comme soliste. Sa façon de jouer cette pièce, son doigté, et sa facilité d'exécution, nous permet d'entendre presque tout le registre de la clarinette.

Musicien accompli, Benny Goodman a aussi pratiqué la musique classique, enregistrant, entre autres, le concerto pour clarinette de Mozart. Sa notoriété lui a permis de commander des pièces à des compositeurs comme Béla Bartók (Contrastes pour clarinette, violon et piano, 1940), Aaron Copland (Concerto pour clarinette, 1948 dont il avait passé commande en 1943) ou Leonard Bernstein (Prélude, fugue et riffs). Il a joué également George Gershwin, Darius Milhaud et Brahms, dont, peu de temps avant sa mort, il s'exerçait à jouer une sonate.

Le Swing[modifier | modifier le code]

Article principal : Swing (musique).

Des années 1920 aux années 1940, on vit l'apparition d'un nouveau courant musical appelé l'époque du swing, la période du « jazz du milieu » ou même l'ère des Big Band. Cette période donna naissance à plusieurs orchestres tels que celui de Duke Ellington (au Cotton Club) ou celui de Count Basie.

La danse Jitterbug fut également associée à cette musique, et son style évolua avec la musique. Le Jitter Bug naquit dans la communauté noire américaine, et cette danse devint un phénomène dès l'année 1935. Dans cette même année, les Big Band blancs devinrent très populaires, notamment celui de Benny Goodman.

Les premiers développements de la musique jazz furent marqués, comme le reste de la société américaine, par la ségrégation raciale. Goodman participa à la lutte contre cette ségrégation au milieu des années 1930, quand il commença à engager des musiciens noirs, tels Teddy Wilson (pianiste), Lionel Hampton (vibraphoniste) et Charlie Christian (guitariste) dans son Big Band.

Sa vie sur le grand écran[modifier | modifier le code]

Comme on peut le voir dans la filmographie ci-dessous, l'orchestre de Benny Goodman a fait plusieurs apparitions dans des films pour des pièces musicales. Mais le seul dans lequel il ait joué un véritable rôle fut Sweet and Low Down en 1944.

En 1955, sort un film sur la vie de Benny Goodman de Valentine Davies. Il porte le nom de The Benny Goodman Story, (116 minutes). Les acteurs que l'on retrouve dans cette production sont Steve Allen et Donna Reed. Le film retrace l'histoire de Benny Goodman, depuis ses disputes avec ses parents sur son choix de carrière, jusqu'aux frustrations musicales qu'il connut. Y apparaissent : Gene Krupa, Lionel Hampton, Teddy Wilson, Harry James, Martha Tilton, Ziggy Elman et Ben Pollack.

Citations et anecdotes[modifier | modifier le code]

  • « Après avoir fait tout le travail et s'être préparé autant que possible, que diable, autant y aller et prendre du bon temps. »
  • Le titre Sing, Sing, Sing, (composé par Louis Prima mais repris par Benny Goodman) très connu, apparait dans plusieurs films, parmi lesquels The Majestic, The Artist et La Fille sur le pont.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • A Jazz Holiday (1928, Decca)
  • Benny Goodman and the Giants of Swing (1929, Prestige)
  • BG and Big Tea in NYC (1929, GRP)
  • Swinging '34 Vols. 1 & 2 (1934, Melodean)
  • Sing, Sing, Sing (1935, Bluebird)
  • The Birth of Swing (1935, Bluebird)
  • Original Benny Goodman Trio and Quartet Sessions, Vol. 1: After You've Gone (1935, Bluebird)
  • Stomping at the Savoy (1935, Bluebird)
  • Air Play (1936, Doctor Jazz)
  • Roll'Em, Vol. 1 (1937, Columbia)
  • Roll'Em, Vol. 2 (1937, CBS)
  • From Spirituals to Swing (1938, Vanguard)
  • Carnegie Hall Jazz Concert (1938, Columbia)
  • Carnegie Hall Concert Vols. 1, 2 & 3 (Live) (1938, Columbia)
  • Mozart Clarinet Quintet (with Budapest String Quartet) (1938, Victor)
  • Ciribiribin (Live) (1939, Giants of Jazz)
  • Swingin 'Down the Lane (Live) (1939, Giants of Jazz)
  • Featuring Charlie Christian (1939, Columbia)
  • Eddie Sauter Arrangements (1940, Columbia)
  • Swing Into Spring (1941, Columbia)
  • Undercurrent Blues (1947, Blue Note)
  • Swedish Pastry (1948, Dragon)
  • Sextet (1950, Columbia)
  • BG in Hi-fi (1954, Capitol)
  • Mozart Clarinet concerto (with Boston symphony) (1956)
  • Peggy Lee Sings with Benny Goodman (1957, Harmony)
  • Benny in Brussels Vols. 1 & 2 (1958, Columbia)
  • In Stockholm 1959 (1959, Phontastic)
  • The Benny Goodman Treasure Chest (1959, MGM)
  • "Benny Goodman And His Orchestra" (1977)
  • The King Swings Star Line
  • Pure Gold (1992)
  • 1935-1938 (1998)
  • Portrait of Benny Goodman (Portrait Series) (1998)
  • Carnegie Hall Jazz Concert '38 (1998)
  • Bill Dodge All-Star Recording (1999)
  • 1941-1955 His Orchestra and His (1999)
  • Live at Carnegie Hall (1999)

Filmographie[modifier | modifier le code]

¹: Films dans lesquels Goodman joue son propre rôle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) en:List of number-one singles of 1943 (U.S.)