François-Joseph Lefebvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lefebvre.
François Joseph Lefebvre
Image illustrative de l'article François-Joseph Lefebvre

Naissance
Rouffach (Haut-Rhin)
Décès (à 64 ans)
Paris
Origine Français
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau français Royaume de France
Drapeau français République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Drapeau français Empire français (Cent-Jours)
Pavillon LouisXIV.svg Royaume de France
Grade Maréchal d'Empire
Conflits Guerres de la Révolution
Guerres napoléoniennes
Distinctions Grand aigle de la Légion d'honneur Duc de Dantzig
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile
3e colonne)
Hommes illustres
Famille Catherine Hubscher, son épouse

François Joseph Lefebvre, né le à Rouffach et mort le ) à Paris, est un militaire français dont la carrière débuta peu avant la Révolution française pendant laquelle il combat au sein de l'armée du Rhin puis à celle de Sambre-et-Meuse, ce qui lui vaut d'être promu général de division. Nommé maréchal d'Empire en 1804, il est l'un des deux maréchaux honoraires (avec Kellermann) que l'Empereur emploiera à des postes militaires, et le seul qui commandera un corps d'armée sur les champs de batailles de l'Empire. Il est également le premier des maréchaux de Napoléon à obtenir un titre ducal (celui de duc de Dantzick). Fait pair de France par le roi à la Première Restauration, il se joint à Napoléon pendant les Cent-Jours.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et engagement dans les Gardes françaises[modifier | modifier le code]

Ses parents étaient Joseph Lefebvre et Anne Marie Riss[1] ; ils habitaient Rouffach, dans le Haut-Rhin, en France. Son père, sergent et gardien des portes de la ville, meurt alors que François Joseph est âgé de huit ans. Son oncle, curé de Guémar, se fait son protecteur et dirige son éducation en le destinant à l'Église ; mais un penchant irrésistible entraîne François-Joseph vers la carrière militaire. Originaire d'Alsace, il s'engage dans les Gardes-Françaises le , à 18 ans.

Catherine Hubscher, Maréchale Lefèbvre, duchesse de Dantzig, dite « Madame Sans-Gêne » (1753-1835), anonyme, vers 1810.

Mariage avec « Madame Sans-Gêne »[modifier | modifier le code]

En 1783, il se marie avec une blanchisseuse, Catherine Hübscher, originaire de Goldbach-Altenbach en Alsace, passée à la postérité sous le nom de Madame Sans-Gêne, de laquelle il aura quatorze enfants dont treize mourront en bas âge.

Le bataillon des Filles-Saint-Thomas[modifier | modifier le code]

Il devint premier sergent des Gardes françaises le 9 avril 1788. Il se mêle aux premières émeutes, tout en protégeant ses officiers contre les violences du peuple le 21 juillet 1789 et en facilitant leur évasion. Après le licenciement des Gardes françaises, il entre dans le bataillon des Filles-Saint-Thomas et, à la tête d'un détachement de ce bataillon, est blessé deux fois en défendant la famille royale et en tentant de la protéger lors de son retour aux Tuileries après son départ pour Saint-Cloud. Il favorise également la fuite vers Rome des tantes du roi Louis XVI. En 1792, il sauve la caisse d'escompte du pillage.

François-Joseph Lefebvre, capitaine au 13e régiment d'infanterie légère en 1792 (1755-1820), Ferdinand Wachsmuth (Mulhouse, 1802 ; Versailles, 1869), 1834.

L’officier des armées révolutionnaires[modifier | modifier le code]

Capitaine au début de la guerre, en 1792, il est général de brigade le 2 décembre 1793 puis général de division le 10 janvier 1794, après les combats de Lambach et de Geisberg. Il se distingue partout et presque toujours à l'avant-garde. On trouve Lefebvre dans toutes les batailles importantes dans le Nord et sur le Rhin de 1793 à 1799, notamment au Geisberg le 26 décembre 1793, à la prise d’Arlon le 18 avril 1794 et à celle de Dinant le 29 mai 1794, à Fleurus le 26 juin, à Altenkirchen le 4 juin 1795 et Wetzlar le 15 juin, à Friedberg le 10 juillet, au passage du Rhin à Neuwied le 18 avril 1797. Il est le premier des généraux de la République à effectuer le passage du Rhin. Il réalise cet exploit à la tête de ses grenadiers, malgré un feu terrible, et s'établit sur la rive droite en avant d'Elelkamp. En 1797, il enlève Siegberg à la bataille d'Altenkirchen et cueille de nouvelles palmes aux journées de Kaldeich, de Friedberg, de Bamberg et de Sulzbach. Lefebvre est nommé gouverneur de la forteresse de Mayence à partir de 13 mars 1798 et établit sa résidence au Palais Bassenheim.

Après la mort de Hoche, il prend provisoirement le commandement en chef de l’Armée de Sambre-et-Meuse en septembre 1797. Il commande l’avant-garde de l’Armée du Danube sous les ordres de Jourdan en mars 1799. Avec 8 000 hommes, il soutient à la bataille de Stockach les efforts de 36 000 Autrichiens. Mais à Pfullendorf le 21 mars 1799, une blessure grave le contraint à quitter l'armée. Il devient la même année gouverneur militaire de Paris. Le Directoire le nomme alors commandant de la 17e division militaire dont le chef-lieu est à Paris. Il est désigné par le Conseil des Cinq-Cents comme candidat au Directoire mais n’est pas élu.

Le gouverneur militaire de Paris[modifier | modifier le code]

Rallié à Bonaparte, son poste de gouverneur militaire de Paris lui permet de jouer un rôle important durant le Coup d'État du 18 brumaire. Ce jour-là, à la tête de 25 hommes, il pénètre dans la salle du conseil des Cinq-Cents, s'avance jusqu'à la tribune, et, malgré les cris, malgré les menaces, entraîne Lucien Bonaparte jusqu'à son frère qui l'attend au dehors, au moment où tous les deux sont sur le point d'être mis hors-la-loi. L’épée à la main, il lance ses grenadiers à la poursuite des députés. À la voix de leur général, les troupes n'hésitent plus, et la Révolution qui amène le gouvernement consulaire est consommée. Lefebvre, soldat inflexible, seconde ce jour là passivement l'exécution d'un complot, dont peut-être il ignore les secrets. Bonaparte lui conserve d'abord le commandement de la 17e division puis l'emploie à la pacification des départements de l'Ouest.

Le sénateur et maréchal d'Empire[modifier | modifier le code]

Portrait du maréchal François-Joseph Lefebvre (huile sur toile de Césarine Davin-Mirvault, 1807).

Par la suite Napoléon n'oublie pas ce qu'il lui doit. Lefebvre est d'abord fait sénateur le 11 germinal an VIII (1er avril 1800) : il exerce au Sénat conservateur les fonctions de Préteur. Le 19 mai 1804 lors de la première promotion, il est élevé à la dignité de maréchal d'Empire. Grand aigle de la Légion d'honneur (Grand-croix), il n'est cependant pas employé dans l’armée avant 1805. Son âge et sa parfaite connaissance des règlements d'infanterie en font pourtant un bon commandant d'arrière-garde, mais ses rudes manières et le comportement de sa femme ex-cantinière, la fameuse Madame Sans-Gêne de Sardou, irritent l'Empereur lorsque le couple paraît à la cour.

En 1805, il est chargé du commandement en chef des gardes nationales de la Roer, de Rhin-et-Moselle et du Mont-Tonnerre. En 1806, il commande la Garde impériale à pied. Pour la campagne d’Allemagne, Napoléon lui confie une division de la Grande Armée. À Iéna, le 14 octobre 1806, Lefebvre commande l’infanterie de la Garde impériale.

Le duc de Dantzick[modifier | modifier le code]

Statue du maréchal Lefebvre au Louvre

En 1807, à la tête du 10e corps, il couvre et protège les opérations de la Grande armée sur la gauche de la Vistule, et après la bataille d'Eylau, il va gagner le titre de duc de Dantzick en s'emparant de cette ville. Il rassemble le Xe corps d’armée à Thorn et assiège Dantzig du 27 mars au 19 mai 1807. Lefebvre répète aux artilleurs : « Je n’entends rien à votre affaire, mais fichez-moi un trou et j’y passerai. » Ce qu’il fait, en mai 1807. Ce siège difficile lui vaut le titre de duc de Dantzick le 10 septembre 1807.

Les « chocolats de Dantzick »[modifier | modifier le code]

À l'issue de la capitulation de cette ville, Napoléon, recevant le maréchal à l'abbaye d'Oliva (Pologne), lui demande s'il aimait le chocolat. Ayant répondu par l'affirmative, Lefebvre reçoit de l'Empereur une boîte, censée contenir du chocolat. En fait, son contenu consiste en une liasse de trois cents billets de mille francs, récompense de la bravoure du maréchal.

En 1808, Lefebvre commande le 4e corps en Espagne. Lefebvre y accompagne l’Empereur et y remporte notamment des victoires sur les Espagnols lors des batailles de Durango le 31 octobre 1808 et d'Espinosa le 11 novembre suivant. Il bat également les Britanniques à Guenes le 7 novembre et Valmaceda le 8 novembre et prend Bilbao, Santander et Ségovie le 3 décembre.

De retour en Allemagne en 1809, il est nommé commandant de l’armée bavaroise. Il est à Abensberg le 20 avril, à Schierling le 21, à Eckmühl le 22, commande l’armée du Tyrol de mai à octobre mais ne peut venir à bout de la révolte d’Andreas Hofer.

En 1812, il commande la Vieille Garde à la Moskowa et durant la retraite de Russie. Au cours de la campagne de France en 1814, il se bat à Montmirail, à Arcis-sur-Aube et à Champaubert où il a un cheval tué sous lui. Le 4 avril, Lefebvre est l’un des maréchaux qui assistent à l’entrevue de Napoléon avec Macdonald, venu lui demander son abdication. Il ne quitte l'Empereur qu'après celle-ci.

Le pair de France[modifier | modifier le code]

Il vote la déchéance de l’Empereur au Sénat, est fait pair de France par Louis XVIII le 4 juin 1814, mais se rallie à Napoléon durant les Cent-Jours.

Au 20 mars 1815, son âge et ses infirmités l'éloignant des champs de bataille, il reste à la Chambre haute. Il est exclu de la Chambre des pairs lors de la Seconde Restauration mais maintenu à son rang de maréchal de France. Louis XVIII lui rend sa pairie le 5 mars 1819. À la chambre, Lefebvre vote avec les membres constitutionnels.

Il meurt à Paris le d’une hydropisie de poitrine. Quelques jours avant de mourir, il a lui-même marqué sa place au Père-Lachaise à Paris, à côté de Masséna, non loin de Pérignon et de Sérurier.

De quatorze enfants, dont douze fils, il n’en laisse aucun pour hériter de son nom et de ses titres.

Son nom est inscrit au côté Nord de l’Arc de triomphe de l’Étoile. L’un des « boulevards des Maréchaux » ceinturant Paris a reçu le nom de boulevard Lefebvre. Le maréchal Lefebvre fut par ailleurs maire de Pontault-Combault de 1813 à 1820.

Les papiers personnels du maréchal Lefebvre sont conservés aux Archives nationales sous la cote 203AP[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :