Fahrenheit 451 (film, 1966)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fahrenheit 451 (homonymie).

Fahrenheit 451

Titre original Fahrenheit 451
Réalisation François Truffaut
Scénario François Truffaut
Jean-Louis Richard
adapté du roman éponyme de Ray Bradbury
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Science-fiction
Sortie 1966
Durée 112 minutes (1h52)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Fahrenheit 451 est un film britannique de science-fiction réalisé par le cinéaste français François Truffaut, sorti en 1966. Adaptation du roman éponyme de Ray Bradbury, il s'agit de l'unique film de François Truffaut tourné en langue anglaise.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans une société dystopique où la connaissance est considérée comme un danger, les livres sont interdits. Le métier de Guy Montag consiste à les repérer et à les détruire par le feu. Mais un jour, sa rencontre avec Clarisse le pousse à remettre son activité en question.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Les hommes-livres[modifier | modifier le code]

Seul Alex Scott est crédité au générique

Musique du film[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film n'a pas de générique écrit, puisque dans cette société écrire est interdit : la liste des intervenants est dite en voix off, par une voix féminine, au début du film[1].
  • Le monorail qu'on voit à plusieurs reprises est le prototype SAFEGE, qui a fonctionné dans les années 1960[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Monthly Film Bulletin, no 396
  • (en) Sight and Sound, hiver 1966-67 (article p. 42 + notule p. 54)
  • (fr) Cahiers du cinéma, no 175 (février 1966) ; no 176 (mars 1966) ; no 177 (avril 1966) ; no 178 (mai 1966) ; no 179 (juin 1966) ; no 180 (juillet 1966) ; no 183 (octobre 1966) ; no 184 (novembre 1966)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fahrenheit 451 », Signes du temps,‎ 1966
  2. Shaun Finnie, The Disneylands That Never Were, Lulu.com,‎ 1er août 2006, 247 p. (lire en ligne), p.74.