Brendan Behan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Behan.
Brendan Behan et Jackie Gleason

Brendan Francis Behan (Breandán Ó Beacháin en irlandais) ( - ) était un écrivain irlandais. Il a écrit des poèmes, des romans et des pièces de théâtre, aussi bien en anglais qu'en irlandais. Il était un républicain engagé et a été membre de l'IRA.

Behan est l'un des dramaturges irlandais les plus connus du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa jeunesse[modifier | modifier le code]

Portrait de Brendan Behan par Reginald Gray (Dublin, 1961).

Brendan est né à Dublin-même le dans une famille de classe moyenne. Il a habité chez sa grand-mère Christine English qui possédait un certain nombre de biens immobiliers dans les environs. Son père Stephen Behan, qui était peintre en bâtiment et avait été actif aux rangs de l'IRA lors de la guerre d'Indépendance de l'Irlande, lisait des classiques de la littérature à ses enfants pour les endormir, d'Émile Zola à John Galsworthy et Maupassant. Sa mère, elle, les emmenait dans des tours littéraires de la ville. Si l'intérêt de Brendan pour la littérature lui a été inspiré par son père, ses premières opinions politiques viennent de sa mère. Brendan déclara plus tard que: « Seul un sourd-muet pourrait être élevé par [sa] mère et être incapable de lister les méfaits de l'Angleterre jusqu'en Afrique. » Elle est restée active sur un plan politique toute sa vie et était une amie personnelle du fameux Michael Collins. Brendan a écrit la complainte The Laughing Boy (Le Garçon Rieur) en son honneur à l'âge de treize ans. Cette complainte fit ensuite partie d'un drame datant de 1958, intitulé The Hostage (Un otage), dont le compositeur grec Mikis Théodorakis écrivit la musique de scène durant son séjour en France en 1961. Ce titre étonnant vient en fait du surnom affectueux que donnait sa mère à Collins. La famille de Brendan a été prolifique d'un point de vue culturel puisque sa mère a écrit sa célèbre autobiographie Mother of all the Behans (Mère de tous les Behan) en collaboration avec son fils Brian en 1924. L'oncle de Brendan, Peadar Kearney a écrit l'hymne national irlandais A Soldier's Song. Son frère Dominic est connu pour ses chansons et Brian était un activiste politique et un artiste.

Il a développé son goût pour la boisson aux côtés de sa grand-mère English et avait déjà été ivre avant son adolescence. Son biographe Ulick O'Connor raconte qu'à l'âge de huit ans, un jour où Brendan revenait avec sa grand-mère et un ami après avoir bu ensemble. Un passant a accosté sa grand-mère: « Oh, mon Dieu! N'est-ce pas terrible Madame de voir un enfant si beau avec un visage si difforme ? » « Comment osez-vous, a répondu sa grand-mère, il n'est pas difforme, il est juste ivre ! »

À l'âge de treize ans, Brendan a quitté l'école pour suivre les pas de son père dans la peinture en bâtiment.

Il est l'auteur du roman adapté au théâtre et au cinéma, Borstal Boy, longtemps interdit en Irlande pour obscénité.

Ses activités Républicaines[modifier | modifier le code]

En 1937, la famille de Brendan a déménagé à la suite d'un programme immobilier. À Crumlin, Brendan est devenu membre de Fianna Éireann, l'organisation de l'IRA pour la jeunesse. Il a aussi publié ses premiers poèmes et essais dans le magazine de l'organisation Fianna: the Voice of Young Ireland. Il a été le plus jeune contributeur de la "Presse Irlandaise" quand son poème Reply of Young Boy to Pro-English verses (Réponse d'un Jeune Garçon aux Vers Pro-Anglais) a été publié en 1931. À 16 ans, Behan rejoint l'IRA, et organise une action en solo, non autorisée, visant à faire sauter les docks de Liverpool, mais il fut arrêté en possession d'explosifs. Condamné à 3 ans de détention dans une maison de correction, il ne revient en Irlande qu'en 1941. Il a narré cette partie de sa vie dans son autobiographie, Borstal Boy. En 1942, lors de commémorations en l'honneur de Wolfe Tone, il essaye d'assassiner deux officiers de police, fait pour lequel il est condamné à 14 ans de prison. Il a relaté ces évènements dans son livre Confession d'un rebelle irlandais. À la suite d'une amnistie générale pour tous les Républicains en 1946, il met fin à sa carrière militaire, il est alors âgé de 23 ans. Il écopera tout de même d'une légère peine de prison en 1947, après avoir aidé un de ses camarades de l'IRA à s'évader de la prison de Manchester.

Brendan Behan mourut miné par l'alcool au centre hospitalier Meath de Dublin le des suites d'un diabète à l'âge de 41 ans. Il fut enterré au cimetière de Glasnevin où il reçut des funérailles républicaines sous les acclamations d'une foule en délire.