Le Grand Saut (film, 1994)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le film de Joel Coen. Pour le film d'Arnold Fanck, voir Le Grand Saut.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Grand Saut.
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le film. Pour le projet de chute libre, voir Michel Fournier (parachutiste).

Le Grand Saut

Titre québécois Opération Hudsucker
Titre original The Hudsucker Proxy
Réalisation Joel Coen
Ethan Coen (non crédité)
Scénario Joel et Ethan Coen
Sam Raimi
Acteurs principaux
Sociétés de production PolyGram Filmed Entertainment
PolyGram Filmproduktion
Working Title Films
Silver Pictures
Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Comédie dramatique
Sortie 1994
Durée 111 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Grand Saut ou Opération Hudsucker au Québec (The Hudsucker Proxy[1]) est une comédie du type comédie détraquée réalisée par Joel Coen en 1994. C'est le 5e film des frères Coen, le premier après leur Palme d'or pour Barton Fink. Le Grand Saut a été présenté en ouverture du Festival de Cannes 1994.

Il raconte l'histoire, totalement fictionnelle, de l'invention du hula hoop. Les acteurs tenant les rôles principaux sont Tim Robbins, Paul Newman et Jennifer Jason Leigh.

Avec 40 millions de dollars, Le Grand Saut est le film des frères Coen ayant bénéficié du plus gros budget jusqu'à Intolérable Cruauté (2003). C'est néanmoins un échec commercial en ne permettant d'engranger qu'environ 3 millions de dollars aux États-Unis[2].

Le thème de La Roue de Fortune revient de façon récurrente dans le film.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1958, New York. À la suite du suicide du fondateur d'une grande entreprise, le conseil de direction de celle-ci monte un plan destiné à en prendre le contrôle en rachetant les actions de feu le fondateur à bas prix avant que celles-ci soient mises en vente au public.

Les directeurs installent donc à la tête de l'entreprise un jeune et naïf diplômé d'une école de commerce de Muncie, Indiana, afin de faire baisser temporairement le cours de l'action. Une journaliste, envoyée pour en apprendre plus sur cet inconnu, lui cache son identité pour gagner sa confiance. Malheureusement pour le plan des directeurs, l'entreprise rencontre finalement encore plus de succès qu'auparavant quand l'invention du nouveau président, le hula hoop, s'avère un succès fulgurant.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Alors qu'ils essayaient de vendre Sang pour sang après l'avoir réalisé, les frères Coen partageaient une maison avec Sam Raimi. Ils finissaient alors d'écrire Le Grand Saut. Ils prévoyaient de faire ce film depuis 1985, mais ils avaient besoin d'un budget important pour cela. Grâce à leur Palme d'or au Festival de Cannes 1991 pour Barton Fink, ils pouvaient accéder à des budgets beaucoup plus gros. Ils approchèrent donc le producteur hollywoodien Joel Silver qui avait connu quelques succès avec des films d'action gros budget et qui était intéressé à l'idée de travailler avec eux.

En effet, les frères Coen avaient l'ambition de faire un film grand public, un film qui soit vu massivement. La seule influence de Silver sur les frères Coen est de les convaincre de ne pas filmer en noir et blanc. Il convainc Warner Bros. de financer le film en leur faisant miroiter un film qui sera apprécié tant par la critique que par le grand public. Le studio accepte à la condition que les frères Coen choisissent des grandes stars pour les rôles titres. Joel Silver protège les frères Coen de l'influence des studios et parvient à leur laisser la main sur le montage final.

Casting[modifier | modifier le code]

Joel Silver souhaitait Tom Cruise pour le rôle de Norville Barnes, mais les frères Coen voulaient absolument Tim Robbins[5]. Winona Ryder et Bridget Fonda étaient quant à elles en compétition pour le rôle d'Amy Archer, avant que Jennifer Jason Leigh soit choisie[6].

Joel et Ethan Coen offrent le rôle de Sidney Mussburger à Clint Eastwood, mais ce dernier n'est pas disponible[7]. Le rôle revient donc à Paul Newman.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu du 30 novembre 1992 au 18 mars 1993[8], [9]. Il a lieu principalement dans les Carolco Studios à Wilmington en Caroline du Nord. Sam Raimi dirige la seconde équipe qui tourne notamment la scène du hula hoop et celle de suicide de Waring Hudsucker[9].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Original Motion Picture Soundtrack:
The Hudsucker Proxy

Bande originale par Carter Burwell
Sortie 15 mars 1994
Durée 29:28
Compositeur Carter Burwell, Aram Khatchatourian
Label Varèse Sarabande
Critique

Bandes originales par les frères Coen

La bande originale est composée par Carter Burwell, qui a travaillé sur tous les films précédents des frères Coen, et reprend de nombreux passages de La Danse du sabre et du ballet Spartacus d'Aram Khatchatourian.

Liste des titres de l'album
  1. "Prologue" (Khachaturian) – 3:20
  2. "Norville Suite" – 3:53
  3. "Waring's Descent" – 0:27
  4. "The Hud Sleeps" – 2:13
  5. "Light Lunch" (Khachaturian) – 1:38
  6. "The Wheel Turns" – 0:52
  7. "The Hula Hoop" (Khachaturian) – 4:10
  8. "Useful" – 0:40
  9. "Walk Of Shame" – 1:22
  10. "Blue Letter" – 0:43
  11. "A Long Way Down" – 1:46
  12. "The Chase" – 1:02
  13. "Norville's End" – 3:52
  14. "Epilogue" (Khachaturian) – 2:08
  15. "Norville's Reprise" – 1:22
Autres titres présents dans le film mais absents de l'album
Morceaux de musique classique également présents dans le film
  1. Georges Bizet, Habanera de Carmen
  2. Luigi Boccherini, menuet (3e mouvement) Quintettes à cordes
  3. Frédéric Chopin, Grande Valse brillante - Op.18 B62, tiré du ballet Les Sylphides
  4. Aram Khachaturian, Adagio de Spartacus et Phrygie de Spartacus Suite N°2
  5. Aram Khachaturian, La Danse du sabre tirée du ballet Gayaneh
  6. Piotr Ilitch Tchaïkovski, valse du Lac des cygnes

Clins d’œil et références[modifier | modifier le code]

Au cours du film, on peut voir des références à des films de Frank Capra et de Preston Sturges. Par exemple, la scène du miroir est une référence à une scène similaire du film de ce dernier, Un cœur pris au piège (1941).

Par ailleurs, le film reprend plus ou moins l'histoire de la mort d'Elihu Menashe Blachowitz, un grand homme d'affaires qui s'est suicidé en 1975.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le titre original The Hudsucker Proxy signifie littéralement : « Le mandataire de Hudsucker ».
  2. a et b (en) « The Hudsucker Proxy - box-office », sur Box Office Mojo (consulté le 24 novembre 2013)
  3. Ethan Coen ne sera crédité comme réalisateur qu'à partir de Ladykillers en 2004. Il est cependant coréalisateur de tous les films des frères Coen.
  4. Article "Les Vedettes et le Doublage" sur Objectif Cinéma
  5. (en) Anne Thompson, « Coen brothers keep it real », sur Variety.com,‎ 15 novembre 2007 (consulté le 24 novembre 2013)
  6. The Coen Brothers: The Life of the Mind, p. 93–113
  7. (en) Leonard Klady, « DeVito looking to get Shorty into production », sur Variety.com,‎ 13 juillet 1993 (consulté le 24 novembre 2013)
  8. (en) Business sur l’Internet Movie Database
  9. a et b Joel & Ethan Coen: Blood Siblings, p. 9–10, 122–124
  10. (en) Original Motion Picture Soundtrack: The Hudsucker Proxy - Allmusic.com.
  11. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Mottram2000] (en) James Mottram, The Coen Brothers: The Life of the Mind, Brassey's, Inc.,‎ 2000 (ISBN ISBN 1-57488-273-2[à vérifier : isbn invalide]).
  • [Woods2003] (en) Paul A. Woods, Joel & Ethan Coen: Blood Siblings, Plexus,‎ 2003 (ISBN 0-85965-339-0).

Liens externes[modifier | modifier le code]