Eurockot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le lanceur Rockot

La société Eurockot Launch Services GmbH, installée à Brême (Allemagne) a été constituée en 1995 par DaimlerChrysler Aerospace AG (Dasa) et le constructeur astronautique russe GNPKZ Krounitchev, qui le fabrique, pour assurer la commercialisation du lanceur Rockot sur le marché international.

Eurockot est détenue à 51 % par Airbus Defence & Space qui a repris les parts de DaimlerChrysler.

Le lanceur Rockot[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rockot.

Le lanceur Rockot est le résultat de la conversion des armes stratégiques entreprise en application du traité START (Strategic Armaments Reduction Talks), signé en 1991. Par ce traité, les États-Unis et l’Union soviétique ont décidé la destruction de certains missiles nucléaires à moyenne portée tels que le SS-19 soviétique. Plutôt que de détruire physiquement ces armes, il a toutefois été rendu possible d’utiliser des missiles militaires à des fins commerciales et civiles. Grâce à cet accord, le premier et le deuxième étage du missile à moyenne portée SS-19 ont été reconvertis pour donner naissance au lanceur commercial Rockot.

Un pas de tir est situé sur le cosmodrome de Plesetsk, à environ 600 km au Nord de Moscou, un autre au cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.

Marché et concurrence à venir en Europe[modifier | modifier le code]

Le lanceur Rockot a été conçu pour répondre aux besoins du marché des satellites en orbite basse et peut transporter des charges utiles jusqu’à deux tonnes.

Il n’existe pas aujourd’hui en Europe de lanceur concurrent dans cette catégorie, si ce n'est le lanceur Vega de l'Agence spatiale européenne (ESA), dont le premier vol est prévu en janvier 2012. Réalisé en collaboration avec l'Agence spatiale italienne (ASI), et le Centre national d'études spatiales (CNES), Vega pourra placer en orbite basse une charge utile pouvant aller jusqu'à 2 tonnes.

Échec du lancement du satellite CryoSat[modifier | modifier le code]

Le samedi 8 octobre 2005 le satellite européen CryoSat, transporté par la fusée Rockot, s'est désintégré en vol et ses débris se sont abîmés dans l'océan Arctique Nord.

L'échec du lancement du satellite CryoSat est dû à une anomalie dans la séquence de lancement. Le premier étage a fonctionné normalement. Le deuxième étage s'est comporté de manière normale jusqu'au moment où le moteur principal devait s'éteindre. Une des commandes que devait envoyer le système de pilotage embarqué ayant fait défaut, le moteur principal a continué à fonctionner jusqu'à épuisement de ses ergols.

La séparation entre les deuxième et troisième étages n'a donc pas eu lieu. L'ensemble formé par les deux étages et le satellite CryoSat est retombé dans la zone prévue pour une telle éventualité, à savoir en pleine mer, au nord du Groenland (près du pôle Nord), donc sans affecter les populations locales.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]