Venera-D

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Venera-D (Russe :Венера-Д ) est une sonde spatiale russe à destination de Vénus, qui doit être lancée en 2024. C'est la première mission russe à destination de Vénus depuis l'éclatement de l'Union des républiques socialistes soviétiques. Elle prend la suite des sondes des programmes soviétiques Venera (1961-1983) et Vega (1984-1985).

La phase de conception de la mission remonte à 2003 lorsque le programme spatial de la Russie pour la période 2006-2015 a été élaboré. En octobre 2005 le projet a été défini comme une mission prioritaire et a été intégrée dans le budget spatial. Mais des problèmes budgétaires ont repoussé le lancement à 2016 puis à 2024[1]. Une coopération avec le Japon et l'Europe est à l'étude. La mission reste aujourd'hui en cours de définition.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

La sonde doit comprendre selon les plans de 2009 :

  • Un orbiteur de 600 kg avec une charge utile de 50 à 60 kg qui sera placé en orbite autour de Vénus. La durée opérationnelle de l'orbiteur est de 2 ans.
  • Deux ballons de 150 kg chacun et d'une durée de vie de 8 jours qui seront positionnés à des étages différents de l'atmosphère vénusienne avec une charge utile de 5 à 15 kg et pour l'un d'entre eux 4 mini-sondes de 2 kg qui seront larguées en cours de vol.
  • Un atterrisseur de 150 à 170 kg comprenant 20 à 25 kg de charge utile et dont la durée de vie est de 1 heure après avoir touché le sol.

Les instruments embarqués sur Venera-D doivent notamment permettre d'étudier la température et les vents dans la couche atmosphérique moyenne, la nature, la composition et les propriétés optiques des nuages, la température de la surface, l'activité volcanique, la composition chimique de l'atmosphère et celle du sol.

Les instruments embarqués comprennent :

  • Dans l'orbiteur un spectromètre de Fourier, un spectromètre ultraviolet, une caméra grand angle, un radiomètre, un ensemble d'instruments permettant d'étudier le plasma.
  • Dans les ballons une station météorologique, un mini spectromètre de Fourier, une caméra, un radiomètre et un néphélomètre
  • A bord de l'atterrisseur un spectromètre de masse neutre, des expériences permettant de déterminer les caractéristiques du sol, un mini spectromètre de Fourier, une caméra, un sismomètre, un radiomètre et un néphélomètre

La sonde Venera-D pourrait être lancée par une fusée Proton ou éventuellement par une Angara plus puissante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « РАН: запуск "Венеры-Д" состоится не ранее 2024 года », Gazieta.ru,‎ 9 avril 2012

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]