Strela (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Strela.

Strela (en russe Стрела flèche) est une famille de satellites de télécommunications militaires à défilement russe placés en orbite basse dont le premier lancement a été effectué en 1964. Plusieurs familles de satellites Srela se sont succédé : Strela 1 de 1964 à 1965 destinés à mettre au point le système, Strela-1M de 1970 à 1992, Strela-2 et 2M de 1965 à 1994, Strela-3 de 1985 à 2010 et Rodnik depuis 2005. Ces satellites de petite taille sont placés en orbite par grappe de 2,3 ou 6 généralement par le lanceur Cosmos sur une orbite circulaire à une altitude qui selon les séries va de 800 à 1500 km. Ils sont utilisés pour des télécommunications en mode asynchrone et disposent à cet effet d'une mémoire de masse pour stocker les données entre la réception et l'émission. Ils assurent pour le compte de l'armée et des services secrets les échanges d'informations entre différentes unités militaires au sol ou le transfert des informations transmises par un émetteur de faible puissance vers une autre station terrestre. Une version civile, le Gonets, a été développée dans les années 1990.

Les versions[modifier | modifier le code]

Strela-1 (1964-1965)[modifier | modifier le code]

Les Strela-1 constituent la version expérimentale de ce nouveau système de télécommunications exploitant des satellites de télécommunications en orbite basse à défilement qui présentent l'avantage de permettre à de pouvoir recevoir les émissions radio de faible puissance. Le satellite enregistre la communication en passant au-dessus de l'émetteur puis réémet le message stocké lorsqu'il passe à portée du destinataire. Chaque satellite d'une masse d'environ 50 kg est alimenté par des panneaux solaires recouvrant le corps central. Deux de ces satellites mettent en œuvre un RTG expérimental. Les Strela-1 sont mis en orbite par grappe de trois par le lanceur Cosmos. Le premier lancement a lieu le 18 aout 1964 et 29 satellites sont placés en orbite entre 1964 et 1965[1],[2].

Strela-1M (1970-1992)[modifier | modifier le code]

La série Strela-1M constitue la première version opérationnelle du système Strela. Chaque satellite a une masse de 61 kg et est placé sur une orbite de 1500 km avec une inclinaison de 74°. Pour que le système fonctionne de 20 à 30 satellites sont placés sur le même plan orbital. La durée de vie opérationnelle d'un satellite est d'environ 6 mois. Le système est déclaré officiellement opérationnel en 1973. Les Strela-1M sont mis en orbite par grappe de huit par le lanceur Cosmos-3M . Le premier lancement a lieu le 25 avril 1970 et 371 satellites sont placés en orbite entre 1970 et 1992[3],[4].

Strela-2 et 2M (1965-1994)[modifier | modifier le code]

La série Strela 2 est une version beaucoup plus lourde que le Strela-1 destinée à transmettre des télécommunications cryptées qui coexistent avec les Strela 1M qui ont en charge les communications non cryptées. Les Strela 2 constituent les prototypes : cinq d'entre eux sont lancés entre 1965 et 1968. 52 Strela-2M, la version opérationnelle, sont lancés entre 1970 et 1994. Chaque satellite, de forme cylindrique, a une masse de 900 kg, est haut de 3 mètres pour un diamètre de 2,04 mètres. Il est stabilisé de manière passive par gradient de gravité. Il circule sur une orbite à 800 km d'altitude avec une inclinaison de 74°. Chaque satellite est séparé de 120° de son voisin. Les Strela-2 et 2M sont lancés individuellement par une fusée Cosmos-3M[5],[6],[7].

Strela-3 (1985-2010)[modifier | modifier le code]

Les Strela-3 sont les successeurs des à partir de 1992 des Strela-1M et des Strela-2M à partir de 1994. Le premier lancement a lieu le 13/1/1985. Chaque satellite, de forme cylindrique, a une hauteur de 1,5 m pour un diamètre de 1 mètres. Sa masse est de 225 kg et il est stabilisé par gradient de gravité. Sa mémoire de masse est de 12 Mégabits et le débit est 2,4 kilobits. Les Strela-3 ont été placés en orbite par des lanceurs Tsyklon-3 (par grappe de 6) jusqu'au retrait de ceux-ci puis à partir de 2002 par des Cosmos-3M (par grappe de 2) puis depuis 2008 par des Rockot (par grappe de 3). Ils sont placés sur une orbite quasi circulaire de 1 400 × 1 414 km avec une inclinaison de 82,6°. Pour disposer d'une couverture opérationnelle douze satellites sont placés sur deux plans orbitaux faisant un angle de 90° entre eux. 142 satellites ont été lancés entre 1985 et 2010[8],[9].

Rodnik (2005-)[modifier | modifier le code]

Le Rodnik est sans doute une version améliorée du Strela-3. Le premier exemplaire a été lancée le 21 décembre 2005. Neuf exemplaires ont été lancés entre 2005 et 2013[10].

Les versions civiles[modifier | modifier le code]

Article principal : Gonets.

Une version civile du Strela-3, le Gonets a été lancée dans les années 1990 à une dizaine d'exemplaires. Une version améliorée Gonets-M a été déployée à 4 exemplaires entre 2005 et 2011[11],[12]. .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Strela-1 », sur Encyclopedia Astronautica (consulté le 16/12/2011)
  2. (en)« Strela-1 (11F610) », sur Gunter's Space Page (consulté le 16/12/2011)
  3. (en)« Strela-1M », sur Encyclopedia Astronautica (consulté le 16/12/2011)
  4. (en)« Strela-1M (11F625) », sur Gunter's Space Page (consulté le 16/12/2011)
  5. (en)« Strela-2 », sur Encyclopedia Astronautica (consulté le 16/12/2011)
  6. (en)« Strela-2 (11F610) », sur Gunter's Space Page (consulté le 16/12/2011)
  7. (en)« Strela-2M (11F610) », sur Gunter's Space Page (consulté le 16/12/2011)
  8. (en)« Strela-3 », sur Encyclopedia Astronautica (consulté le 16/12/2011)
  9. (en)« Strela-3 (17F13) », sur Gunter's Space Page (consulté le 16/12/2011)
  10. (en)« Strela-3M (Rodnik-S, 14F132) », sur Gunter's Space Page (consulté le 6/1/2014)
  11. (en)« Gonets », sur Gunter's Space Page (consulté le 16/12/2011)
  12. (en)« Gonets-M », sur Gunter's Space Page (consulté le 16/12/2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Gonets version civile des satellites Strela.