Effet Mars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'effet Mars est le nom donné à une hypothétique corrélation — dont l'existence a été affirmée dans les années 1950 par Michel Gauquelin — entre la position de la planète Mars par rapport à l'horizon et au méridien au moment de la naissance et la destinée de certains sportifs. Aucune expérimentation scientifique n'a pu valider cette corrélation, et cette théorie n'est donc pas établie, mais elle est parfois utilisée pour soutenir l'astrologie.

L'idée est de vérifier avec des outils statistiques l'existence ou non d'une corrélation entre des considérations liées avec la position d'un objet céleste dans le ciel à un instant et un endroit donné (déterminés par l'astronomie, mais correspondant en fait à un concept typiquement astrologique puisqu'il s'agit de l'instant et du lieu de naissance) et le devenir d'individus.

Un tel résultat, s'il est avéré, pourrait être considéré comme étant une preuve de la réalité d'un phénomène astrologique, et, selon ses partisans, de la pertinence de l'astrologie tout entière.

Position du problème[modifier | modifier le code]

L'hypothèse testée par Michel Gauquelin revient à tester si la position de la planète Mars par rapport à l'horizon et au méridien (lever, culmination, coucher, anti-culmination) au moment de la naissance de certains sportifs de renom présente ou non une distribution statistiquement uniforme. Pour ce faire, Gauquelin a divisé le ciel en douze secteurs de taille identique, les secteurs 1 à 6 correspondant à Mars au-dessus de l'horizon et situés de plus en plus vers l'est, les secteurs 7 à 12 correspondant à Mars en dessous de l'horizon. Le choix de Mars et de sujets sportifs présente une certaine pertinence pour les astrologues, mais n'était pas a priori considéré comme le test le plus naturel ou le plus probant de l'astrologie.

Du fait de la rotation diurne terrestre, la planète Mars change de secteur toutes les deux heures environ. Les douze secteurs sont donc visités en une journée, et ils le sont de façon quasi-uniforme sur des échelles de quelques jours, ce qui présente un certain nombre d'avantages, en particulier de s'affranchir de divers biais comme le mois de naissance, dont l'influence sur le devenir des individus est avérée[réf. souhaitée] mais n'est pas considérée comme ayant une origine astrologique. D'autre part, par construction, l'absence d'influence de la planète Mars doit se traduire par une distribution uniforme des secteurs sur un échantillon de population suffisamment large, tout écart à cette distribution uniforme pouvant voir sa signification statistique testée par des outils bien maîtrisés comme le test du χ².

La distribution de mars dans le ciel de naissance n'est pas uniforme. La course de Mars est plus fréquente en secteur diurne pour un occidental. Michel Gauquelin avait donc calculé une espérance théorique de la présence de Mars dans les secteurs du ciel. La présence de Mars dans deux secteurs choisis (en l'occurrence les secteurs 1 et 4) doit en principe représenter une valeur égale à l'espérance théorique. L'effet Mars, énoncé par Michel Gauquelin, est l'affirmation[1] que la proportion de présence de Mars dans les secteurs 1 et 4 est légèrement mais significativement supérieure à la valeur théorique attendue pour une population spécifique donnée (les militaires, les sportifs) correspondant à un trait de caractère[2]associé par la doctrine astrologique à la planète Mars.

Premières publications[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950 Michel Gauquelin publie son premier compte rendu de travaux sur l'Effet Mars dans lequel il prétend qu'il existe une corrélation entre la positions de Mars dans le ciel et la naissance de certains sportifs. Il découpe le ciel en douze secteurs et trouve une fréquence de Mars avoisinant les 22 %, dans deux secteurs du ciel, les secteurs 1 et 4, chez les sportifs, pour une espérance qu'il estime aux environs de 17 %. Les secteurs de Gauquelin, qu'il nomme secteur 1 et 4, correspondent aux périodes suivant[3] immédiatement le lever et la culmination de la planète dans le ciel de naissance. Dans les années 1960 Gauquelin étend ses recherches à de nouvelles données qui répètent l'écart de distribution de 5 %.

L'étude du Comité Para[modifier | modifier le code]

Michel Gauquelin demande au Comité Belge pour l'Investigation Scientifique des Phénomènes Réputés Paranormaux[4], dit Comité Para, de vérifier ces travaux. Ce dernier accède à sa demande en 1967. Le Comité établit un nouvel échantillon de 535 sportifs et donne des premiers résultats similaires aux études de Gauquelin[réf. souhaitée]. Suspectant un biais démographique dans l’échantillon, le Comité constitue alors 9 échantillons de test qui donnent le même écart de 5 %[réf. souhaitée]. Le Comité Para, pour s’assurer qu’il n’y avait pas de biais démographique et que la distribution théorique de Mars dans le ciel proposé par Michel Gauquelin constituait bien une base statistique fiable, a mélangé 9 fois les heures de naissances des sportifs sélectionnés pour obtenir 9 nouveaux échantillons témoins démographiquement équivalents, mais différents. Les résultats restent sensiblement les mêmes que ceux de Gauquelin[réf. souhaitée]. La distribution théorique de Mars dans le ciel que Gauquelin utilisait sans avoir recours à la méthode du Comité Belge Para, est à peu de chose près équivalente à celle des 9 échantillons témoins. L’écart statistique subsiste. En 1976 le Comité Belge Para publie des résultats et conclut que la méthode ne permet pas de s’assurer d’avoir éliminé tous les biais et ne reconnaît pas l'Effet Mars. Les conclusions du Comité Belge Para sont appuyées[réf. souhaitée] par la publication dans The Humanist d'un manifeste contre l'astrologie et ses croyances signé par 186 chercheurs dont 18 prix Nobel.

Le test Zelen[modifier | modifier le code]

L'histoire gagne les É.-U. et le jeune comité sceptique américain, le CSICOP, né en 1975, entreprend une nouvelle vérification pour rechercher un facteur naturel qui expliquerait l'écart de 5 % constaté dans les données de Gauquelin et les vérifications du Comité Belge Para[réf. souhaitée]. Un statisticien, le professeur Marvin Zelen se propose de vérifier l'espérance de distribution de Mars évaluée à 17 % par Michel Gauquelin en constituant, cette fois, un large groupe de contrôle. Une base de données de 16 756 individus non sportifs, nés à plus ou moins trois jours et dans les mêmes lieux qu'un échantillon de 303 sportifs, est collectée. Les résultats publiés en 1977 dans The Humanist confirment une espérance de distribution de Mars autour de 17 %[réf. souhaitée].

L'étude du CSICOP[modifier | modifier le code]

À l'automne 1977 le CSICOP entreprend une autre étude sur les champions américains, cette fois, dont l'échantillonnage est mené par le Président Paul Kurtz et les calculs réalisés par deux astronomes, George Abell et Dennis Rawlins[5]. Les résultats publiés en 1979 dans The Skeptical Inquirer montre un résultat significativement inverse aux hypothèses de Michel Gauquelin avec un taux de 13,5 % de présence de Mars dans les secteurs clés[réf. souhaitée]. En 1981, l'astronome Dennis Rawlins, membre fondateur du CSICOP, publie dans le magazine "sTARBABY"[6], un long article dans lequel il critique la conduite de l'expérience du CSICOP, soupçonnant un biais d'échantillonnage qui aurait conduit au résultat anormal de 13,5 %[réf. souhaitée]. En 1983 Abell, Kurtz et Zellen répondent aux critiques de Dennis Rawlins dans le The Skeptical Inquirer et soutiennent la qualité de l'échantillonnage du CSICOP et reconnaissent que les calculs des facteurs astronomiques et démographiques de Michel Gauquelin sont justes[réf. souhaitée].

L'étude du CFEPP[modifier | modifier le code]

En 1982, le CFEPP, Comité Français pour l'Étude des Phénomènes Paranormaux, propose une nouvelle expérience dont un protocole détaillée est construit avec les Gauquelins. Le protocole stipulait notamment que les champions choisis pour l'expérience devaient avoir une renommée significative. En 1990, le CFEPP publie un premier rapport préliminaire sur 1066 champions français qui trouve un mauvais accueil de Michel Gauquelin. Ce dernier critique des violations du protocole de 1982 sur l'échantillonnage dont il considère qu'il ne respecte pas les critères de renommée des champions sélectionnés. Durant l'étude, Michel Gauquelin suggère des ajouts et des retraits de champions que le CFEPP réfute. En 1996 le CFEPP publie son rapport qui conclut à la non existence de l'Effet Mars en relevant les valeurs de 18,76 % de position de Mars en secteur clés chez les sportifs pour une espérance théorique calculée à 18,2 %[réf. souhaitée]. La valeur d'espérance de Mars attendue étant supérieure aux précédentes études, cette dernière est contestée. Jan Willem Nienhuys, un mathématicien hollandais, tout en accréditant l'inexistence de l'Effet Mars a recalculé la valeur théorique de Mars en secteur 1 et 4 aux environs de 17,7 %, ce qui ne rend pas pour autant l'étude du CFEPP significative sur le calcul des secteurs 1 et 4 cumulés[réf. souhaitée].

Les biais[modifier | modifier le code]

Il est relativement facile d'introduire à dessein des biais dans ce type d'analyse. Il suffit pour cela de sélectionner une population dont la répartition de Mars dans différents secteurs n'est pas uniforme. Le résultat peut alors valider ou invalider l'« effet Mars » sans traduire autre chose que le choix d'un échantillon biaisé. Le choix de sportifs « de renom » est lui-même subjectif et source potentielle de biais : il est par exemple possible d'écarter tel ou tel sportif dont le secteur de Mars ne correspond pas à celui désiré, au motif que celui-ci n'a pas un renom suffisant. C'est pourquoi la méthode objective de Ertel consistant à ne prendre que des sportifs cités un nombre de fois définis dans une liste de publications définies a été nécessaire pour éviter les biais d'échantillonnage sur ce critère. Il existe d'autres possibilités de biais dus à des erreurs de date et heure de naissance, mais la persistance et la reproduction de l'Effet Mars semble nettement montrer que l'on ne peut les retenir pour invalider la démarche[réf. nécessaire]. S'ils étaient primordiaux, les distributions seraient hasardeuses[réf. souhaitée]

Le Professeur en psychologie allemand Suitbert Ertel[7] avait entrepris depuis 1982 une analyse exhaustive des travaux de Gauquelin, et était entré en contact avec le CFEPP durant son étude. En 1988, Michel Gauquelin lui confie son laboratoire et Suitbert Ertel y découvre des fichiers de sportifs non publiés par Michel Gauquelin[réf. souhaitée]. Il s'expliquera sur la non publication de ces sportifs en considérant qu'ils sont de moindre importance que les champions dont il a publié les données. Ertel récupère les données publiées et non publiées et se livre à des calculs et des compilations. Il découvre alors que Michel Gauquelin a eu tendance à publier des données de sportifs de moindre importance, quand ces derniers avait une position de Mars favorable à sa thèse sur l'Effet Mars. Le biais de Michel Gauquelin est mis au grand jour dans une suite d'articles publiés par Ertel[réf. souhaitée].

La persistance de l'Effet Mars avec le degré de notoriété[modifier | modifier le code]

Pour mettre en évidence le biais de Gauquelin le professeur Suitbert Ertel avait dû classifier les champions suivant un degré de notoriété qui permettait de déterminer si oui ou non, Michel Gauquelin, avait rajouté des champions de faible notoriété dans ses échantillons publiés. Il entreprit donc une classification en relevant le nombre de citations de champions qu'il trouvait dans des ouvrages et constitua une échelle de 5 degrés de notoriété. Ertel met alors en évidence que l'Effet Mars croît avec la notoriété pour atteindre un degré de signification à partir du 3e degré de son échelle.

La méta analyse de Pierre Perradin[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (février 2011)

Dans une méta analyse des différentes études menées par le CFEPP, Michel Gauquelin, Ertel et lui-même, Pierre Perradin conclue que l'on ne peut pas exclure l'existence de l'Effet Mars, tout en excluant l'hypothèse de le valider scientifiquement et catégoriquement. Il relève des tendances non significatives allant dans le sens de l'Effet Mars sur les secteurs 1 et 4 confondus (pourcentages de distribution assez systématiquement supérieurs à l'espérance théorique, mais inférieurs au seuil de significativité), des distributions significatives en secteur 1, et une reproduction de l'effet de notoriété développé par Ertel. Mais il n'atteint pas une reproductibilité systématique des résultats et constate que lorsque l'on découpe les échantillons par segments de dates, l'Effet Mars a tendance à diminuer tout au long du XXe siècle, et ce de manière étrangement symétrique à l'apparition des naissances provoquées par la chirurgie ou les méthodes de déclenchement modernes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Gauquelin, Le dossier des influences cosmiques: caractères et tempéraments, ed. Denoël, 1973, page 97
  2. Michel Gauquelin a écrit: « La position natale de Mars est bien l'expression d'un tempérament, elle n'a que peu de chose à voir avec le destin professionnel » dans Le dossier des influences cosmiques: caractères et tempéraments, ed. Denoël, 1973, page 101, alors que sa statistique ne porte que sur la réussite professionnelle.
  3. Michel Gauquelin s'est défendu de faire de la néo-astrologie en affirmant que ses travaux mettent en avant les maisons XII, IX, VI et III et non les maisons I, IV, VII et X (cf. Le dossier des influences cosmiques: caractères et tempéraments, ed. Denoël, 1973, pages 234-235).
  4. http://www.comitepara.be/
  5. http://www.dioi.org/dennisrawlins.htm
  6. FATE
  7. http://www.psych.uni-goettingen.de/home/ertel/ertel-dir/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]